R. Pedro (UNIFI) : « C’est par l’éducation que nous pourrons sauver nos enfants »

Publié le Mis à jour le

rp→Et maintenant ?

Rodolphe Pedro, autodidacte et actuel président fondateur de la CFCI (1e compagnie financière indépendante de France) a lancé, sur ses propres deniers,  l’UNIFI (Université des métiers de la vente) à Lyon. Son objectif ? former des jeunes qui ont quitté prématurément l’école aux métiers de la vente et leur trouver ensuite un emploi. Un défi qu’il a su relever. (voir vidéo ci-dessous) 

Redonner de l’emploi à ces jeunes!  « ce travail leur donnera un but, un horizon, ce travail leur permettra de vivre à deux, de se projeter dans l’avenir […] leur donnera, les valeurs de vivre, tous ensemble »
—–
Aujourd’hui, Rodolphe Pedro a tiré à plusieurs reprises le signal d’alarme afin que la formation qu’il a su créer soit développer partout en France. Les pouvoirs publics ne l’ont jamais entendu. Aujourd’hui sommes-nous en train d’abandonner et même de sacrifier toute une génération ? En laissant de nombreux enfants livrés à eux-mêmes et aux mains de terroristes ? « Ces jeunes  qui ont sombré dans le terrorisme et le djihadisme, sont l’exemple concret de l’échec des politiques d’immigration et d’intégration, des politiques éducatives et sociales qui se succèdent depuis des années » Il serait temps de se poser les bonnes questions ? 
—–
_______________________________
—–
→Voici la lettre ouverte à la République Française par  Rodolphe Pedro 
—–
Madame, je vous écris afin de vous dire mon écœurement, ma tristesse, de vous transmettre mes cris, afin de vous réveiller, de tenter de vous sortir de votre profond sommeil… qui dure depuis trop longtemps.
 —–
Madame, les Français se sont unis en ce lendemain d’horreur, tous Ensemble sans aucune distinction, pour faire face à l’indescriptible barbarie dont vous avez été victime ainsi que vos enfants !
—– 
Madame, réveillez-vous, afin que cette force, cette fraternité, cet amour de la liberté vous sortent de votre assoupissement, et que vous vous rendiez compte que nous sommes attachés à vous et aux valeurs que vous incarnez ! Vous donnez sens à l’essence même de ce que vous êtes, notre mère Patrie !
 —–
Madame, nous formons tous ce qui fait votre grandeur, ce qui fait votre ADN,  un  arc-en-ciel, des plus grand, des plus beau, composé de nous tous,  TOUS sans aucune exception, nos différences font notre richesse, votre richesse.
 —–
Madame, néanmoins, il est temps de poser de véritables questions, de vous poser ces questions, et de sortir de votre sommeil en ouvrant les yeux, et en répondant à ces questions:   Tous, nous sommes vos enfants, et pourtant combien d entres nous, sont abandonnés, dès le lieu de naissance, dès le patronyme ou selon leur lieu d’habitation…
 —–
Madame, vous laissez pour compte, depuis trop longtemps vos enfants, issus d’une composante de l’Arc-en-ciel.
 —–
Madame, ce sont vos enfants qui ont tué, qui ont attaqué et atteint la machine à garantir nos libertés et  à fabriquer notre identité. Ce ne sont pas des enfants venus d’ailleurs, ils sont nés en votre sein et ne trouvent pas la place qui leur est due.
Ces jeunes  qui ont sombré dans le terrorisme et le djihadisme, sont l’exemple concret de l’échec des politiques d’immigration et d’intégration, des politiques éducatives et sociales qui se succèdent depuis des années.
 —–
Il faut à présent mettre les bons mots sur les maux qui vous gangrènent : avoir le courage de mener de vraies politiques où vos enfants auront enfin une place, où aller à l’école leur parlera plus que d’écouter des fondamentalistes qui leur bourrent le cerveau avec des ignominies mais qui à la différence de Vous, madame La République, leur accordent un peu d’importance et leur donnent le sentiment d’être écouté et surtout entendu.
 —–
Oui Madame, ces mots font mal mais ce sont vos enfants perdus qui sont entrain de vous détruire !
 —–
Réveillez-vous il n’est pas trop tard mais prenez la mesure du danger et arrêtez de fermer les yeux, ouvrez-les !
 —–
Soyons tous lucides la tâche sera dure !
 —–
Mais une de vos valeurs la Laïcité  (et non le laïcisme) peut vous permettre de sauver vos enfants, aucun culte n’est plus important qu’un autre mais c’est par l’éducation à la différence, à connaitre les autres religions sans les montrer du doigt ou les diffamer que vos enfants pourront grandir en sachant que le Bien est dans toutes les religions et pas plus dans une comme certains prédicateurs le font croire !!
 —–
C’est par l’éducation que vous pourrez sauver vos enfants, donnez leur les moyens de réfléchir et de comprendre le monde dans lequel ils vivent,  et de ne pas tomber dans le prosélytisme fondamentaliste !
 —–
Apprenez-leur à ne pas tomber dans l’excès de l’égalitarisme, qui ne créent que des non-dits et des envies.
 —–
Ne laissez plus personne sur le chemin  parce qu’il n’est pas dans vos standards, standards qui par ailleurs sont dépassés, le monde change il faut s’y adapter !
 —–
Il vous faut ré-inculquer la manière du vivre ensemble où chacun a une place et où chacun peut par le fruit de son travail participer à votre développement et œuvrer à votre grandeur.
 —–
Transmettez leur un message d’espoir, donnez leur un but concret où ils préféreront remonter leur manches que prendre les armes pour diffuser un message erroné et faire couler le sang !
 —–
Madame, je sais combien vous êtes généreuse. Je sais les stigmates que vous cachez derrière cette toge souillée, tissée avec les fils dune liberté si fragile.  Ces blessures sont les vestiges de tant d’affronts commis par des enfants que vous avez vu naître.
—–
Vous vous demandez certainement pourquoi tant d’ingratitude. Vous estimez bien sûr que vos enfants ne savent pas leur chance, que certains n’ont jamais éprouvé le besoin de se montrer dignes de vos sacrifices.
Je comprends. Mais, madame, demande-t-on à des enfants de mériter l’amour d’une mère? Non. Elle serait jugée et condamnée par une morale universelle car, quel que soient les cultures, une mère se doit d’ aimer ses enfants d’un amour égal.
—–
Madame, je sais que vos enfants ne méritent pas tous d’être confortés dans l’idée d’une protection providentielle. Mais que doit-on faire de ceux qui ont l’intime conviction d’avoir été abandonnés?
—–
J’entends que vous êtes indignée, que vous criez à la calomnie. Je n’affirme pas que tout cela est vrai. Je vous conjure juste d’entendre ceux qui ne demandent qu’à croire le contraire.
—–
Madame, il n’y a aucune noblesse à aimer les témoignages d’affection. Ainsi je vous le prédis, si vous savez faire montre de la plus grande des sagesses et vous tournez vers les enfants qui renient vos bienfaits, des enfants convaincus que vous ne leur laissez aucune opportunité d’être à la hauteur de votre grandeur, alors oui, vous le verrez, ils viendront à vous vêtus des couleurs dont ils refusaient de se parer car ils réfutaient leur filiation cherchant leur identité dans l’obscurantisme, la violence et la haine.
Ces enfants vous cherchent Madame. De grâce, ne les abandonnez pas ! Tendez leur vos bras et ravivez ces Lumières dont vous êtes si fière, celles qui font votre histoire afin d’éclairez leur chemin.
 —–
Et vous serez surprise de ce dont vos enfants sont capables,  car pépites ils sont !! 
—–
Madame, vos enfants, et ils le sont  se comporteront avec les valeurs qui en découlent, dés lors qu’une place leur sera donnée, pas une petite, pas une place au rabais, pas une place à mi temps, pas une place de stagiaire, pas uniquement une place de sportif, d’humoriste, mais une place pour chacun d’eux, une place qui leur est due, aux même titre que vos autre enfants, forment cet arc-en-ciel..
—–
Madame, une place valorisante, que seul le travail, leur donnera,  cette place qu ils attendent depuis toujours, cette place qu’ils réclament, leur permettra, une seul chose Madame de   VIVRE, car valoriser vos enfants par le travail, sera la seule façon, d unir les vôtres  autour de vous, et seulement par un travail et un vrai.
—–
Madame, ce travail, leur donnera un but, un horizon, ce travail leur permettra de vivre à deux, de se projeter dans l’aveni,  cette place et le travail qu’ils devront fournir pour la choyer, pour l améliorer, leur donnera, les valeurs de vivre, tous ensemble,  Madame, nul autre besoin, vos enfants hurlent à vos oreilles, nul autre Madame..
—–
Madame, réveillez vous !  Ne vous méprenez pas, nul autre soucis est aussi réel et palpable que cette place, est attendue  Ce n’est pas l’une des couleurs de votre arc-en-ciel qui est le problème, ce n’est non plus pas l’une des croyances en particulier composant cet arc-en-ciel , c’est juste une place Madame,  place qu’ils n’ont pas!
 —–
→À propos de l’UNIFI

Extrait de son site Internet

Portrait 

Aux Etats-Unis, Rodolphe Pedro serait une star […]

Parce que dans sa vie, tout y est : une enfance dans un quartier difficile, de multiples aventures à travers le monde, d’Afrique à l’Europe de l’Est en passant par la Suisse et la France…. […]

Comme dans un bon film américain, le héros s’en sort et, pour le cas de Rodolphe Pedro, avec panache. Après toutes ses galères, à tout juste 36 ans, le jeune homme connaît une réussite financière impressionnante à la tête de la Compagnie française de conseil et d’investissement (CFCI) leader des sociétés indépendantes de placements.

Père de quatre petites filles, il assume son passé et veut aujourd’hui mettre son sens de l’entrepreunariat au service des exclus de la spirale de la réussite : les sans-diplômes, les jeunes des quartiers, les seniors, les femmes…

[…]

En 1996, à 24 ans, il décide donc de redevenir son propre patron. Avec sa femme, ils créent la Société française de placement qui devient en 2002, la CFCI. Son premier client ? Sa mère. Il se souvient : “Elle est devenue ma première collaboratrice et a assuré son premier gain en plaçant le capital de la vente de son pressing.” Les affaires marchent bien. Sa détermination et son acharnement au travail séduisent les clients des plus grandes institutions.

Dans ses nouveaux locaux du 17e arrondissement de Paris, décorés avec classe et sobriété, on comprend le chemin parcouru. La CFCI possède aujourd’hui neuf implantations à Paris, Lyon, Marseille, Genève et dans la région Rhône-Alpes.

Nassim Boughanmi, recruté et formé par Rodolphe Pedro en 2003, est aujourd’hui directeur associé du bureau parisien. Cet ancien livreur se souvient de sa première rencontre avec celui qui est devenu son meilleur soutien : “J’ai été impressionné par son charisme et par sa manière de mettre les gens à l’aise. Je lui ai dit que je voulais entrer dans sa société pour gagner de l’argent et sa réponse a été : ‘Je vous y encourage’.”

Son objectif : créer 10 000 emplois

Rodolphe Pedro ne connaît pas le repos ! Son dernier cheval de bataille : le projet de créer 10 000 emplois dans les banlieues. Objectif : former 10 000 jeunes aux métiers de la vente de produits financiers et leur assurer un emploi après la formation. Pour lui, il ne suffit pas de former les jeunes, encore faut-il leur trouver des débouchés. Dans le secteur des placements financiers, il y a une réelle demande.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s