Émission spéciale en public dans la Gare de Lille-Flandres avec Guillaume Pepy, Martine Aubry et Eric Kayser !

Publié le Mis à jour le

Gare-de-Lille-Flandres-2Émission exceptionnelle cette semaine depuis la gare SNCF de Lille Flandre avec : 

Martine Aubry – Maire de Lille

Guillaume Pépy – Président de la SNCF

Eric Kayser- Président fondateur du groupe de Boulangeries Kayser

Diffusion samedi 27/5/2017 à 7h et dimanche 14/5/2017 à 14h

UNIQUEMENT SUR BFM BUSINESS RADIO (96,4 FM À LILLE)

Un peu d’histoire : 

gare_lille_flandres antan 1Au milieu du XIXe siècle, la France, suivant l’Angleterre, s’intéresse au chemin de fer. Une activité rentable et facteur de développement économique. En 1845, James de Rothschild et Henri Hottinguer, deux financiers de renom, créent la Compagnie des chemins de fer du Nord. Ils obtiennent une concession pour exploiter une ligne Paris-Douai, avec un embranchement vers Valenciennes (fief de la puissante Compagnie des mines d’Anzin). En 1846, le chemin de fer est à Lille. […]

Pour créer la gare Lille-Flandres, on va devoir percer la muraille des fortifications (au début, les trains s’arrêtaient dans une gare provisoire du côté de Fives). Elle est ouverte en 1848. L’histoire de ce bâtiment est curieuse. Il s’agit en fait de l’ancienne Gare du Nord de Paris, « L’Embarcadère », qui, devenue trop petite, fut démolie, puis reconstituée, pierre par pierre, à Lille. Pour la petite histoire, l’étage supérieur et la pendule ne faisaient pas partie du bâtiment d’origine. Elles sont des créations lilloises.

la-gare-lille-flandre antan 2

Dès les origines, cette ligne Paris-Lille, servie par la prospérité industrielle de la région du Nord, se révèle l’une des plus rentables. La création de la SNCF, en 1937, ne démentira pas ce succès. En 1954, sur l’axe Paris-Lille, il circule plus de 10 000 voyageurs par jour. Le gouvernement décide d’électrifier la ligne.

Lu dans la Voix du Nord


Aujourd’hui la gare de Lille de Flandres : 

  • 110 000 voyageurs qui passent par cette gare chaque jour
  • Environ 20 millions de voyageurs par an
  • 17 voies pour 500 trains par jour…
  • C’est la deuxième gare régionale française après Lyon Part Dieu…
  • Et une liaison Paris/Lille couverte en wifi dès le 31 mai 2017

C’est quoi une gare aujourd’hui ? 

Construites pour la plupart à l’aube de la révolution industrielle, les gares ont, depuis quelques années, entamé leur mue. Cette (r)évolution, SNCF Gares & Connexions en a fait son ADN, et l’orchestre au quotidien. Nous pensons aujourd’hui les gares en les adaptant à leur environnement et en facilitant le quotidien de ceux qui y transitent ou habitent aux alentours. 10 millions de personnes passent chaque jour dans les 3000 gares de France. Des chiffres qui démontrent à quel point elles représentent de véritables centres névralgiques pour les villes. Ou plutôt, des «city boosters», pour reprendre ces mots qui expriment la vision et la raison d’être de SNCF Gares & Connexions.

Patrick Ropert, directeur général de SNCF Gares & Connexions.

Lu dans Libération partenaire, avec BFM Business de cette émission spéciale


Les invités : 

→Guillaume Pépy, Président de la SNCF

La SNCF fête cette année ses 80 ans. Créée en 1937 (date de l’entrée en vigueur de la convention du 31 août 1937 portant sur la création de la SNCF) La société nationale des chemins de fer français démarrera réellement son activité le 1er janvier 1938. Avant la création de la SNCF, les trains circulaient déjà, gérés par des compagnies indépendantes et privées. Les cinq grandes compagnies fusionnent alors en un réseau unique sous la responsabilité de l’État,

Pour mémoire, le 5 mai 1821, le gouvernement français reçoit une demande de concession pour la construction d’une ligne de chemin de fer de Saint-Étienne à Andrézieux, soit 21 km. Terminée en juillet 1827, cette ligne permet le transport du charbon entre les mines de Saint-Étienne et les rives de la Loire.

Par ailleurs, le 5 juin 1883 l’Express d’Orient est inauguré. Il relie la gare de Paris-Est à Constantinople (Istanbul) via Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest et Bucarest. Il est appelé Orient-Express à partir de 1891.

Ce court-métrage fut filmé, comme son nom l’indique, à la gare de La Ciotat en cours d’année 1895 (la famille Lumière possédait une résidence secondaire dans cette ville). 

Contrairement à une croyance populaire, il ne fit pas partie de la liste des 10 films diffusés en public le 28 décembre 1895 au Salon indien du Grand Café à Paris.
Diffusé en public en janvier 1896, ce court-métrage aurait horrifié les spectateurs, terrifiés à la vue de cette énorme locomotive fonçant vers eux (aujourd’hui, cette rumeur est considérée comme erronée).

La SNCF aujourd’hui 

Chaque jour, 15 000 trains dont 450 TGV circulent sur les 30 000 kilomètres de voies ferrées …

TGV, TER, Intercités, RER… Chaque jour 5 millions de personnes prennent dans les transports ferroviaires.

Pour que tout cela fonctionne et en comptant toutes les filiales, la SNCF c’est 260 000 salariés et 30 milliards d’euros de CA.

2 milliards de voyageurs par an. C’est 228 000 personnes chaque heure qui se trouvent dans un train de la SNCF.

Un peu plus de 3000 gares qu’empruntent chaque jour 10 à 13 millions de voyageurs…

Les nouveautés de la SNCF :

L’application unique

Conçue à l’origine comme un « calculateur d’itinéraire multimodal », elle va devenir « à partir de septembre (…) l’outil unique pour tous les voyages », a déclaré à l’AFP le directeur des systèmes d’information du groupe, Benoit Tiers.

Exit donc les applications spécifiques aux TGV, Transilien et Intercités. « On est en train de simplifier », a-t-il ajouté.

Le contrôle des billets par NFC, technologie sans contact

Dans un second temps, début 2018, l’application SNCF intégrera la technologie de communication sans contact (NFC), qui permettra d’enregistrer les billets sur la puce d’un smartphone compatible pour « l’utiliser comme titre de transport, même éteint, avec la même rapidité qu’un pass Navigo », selon Benoît Tiers.

« On pourra aussi enregistrer son abonnement avec sa photo », a-t-il poursuivi, affirmant que l’innovation allait « fluidifier et simplifier le voyage », notamment lors de la validation et du contrôle.

La SNCF va cependant devoir remplacer les 15.000 terminaux de ses contrôleurs par un nouvel appareil, compatible avec la technologie NFC

→Martine Aubry, Maire de Lille

Une gare SNCF en ville a un impact économique immédiat. 1 euro investit dans un gare génère 4 euros de retombées. Dans ces conditions, les villes ont tout intérêt a « profité » de cette manne, mais cela passe par de lourds investissements autour de la gare. Si les travaux de rénovation de la gare Lille-Flandres s’élèvent à 25 millions d’euros, les différents aménagements autour de Lille-Flandres et en prolongement vers la Gare Lille-Europe située à 500m devraient couter

Créé en 1994, EuraLille s’est développé autour de l’arrivée de la gare TGV Lille-Europe et d’un gigantesque centre commercial, oeuvre de l’architecte Jean Nouvel. A présent, Euralille compte 300.000 m2 de bureaux, 12.000 emplois et 3.000 habitants, à une dizaine de minutes à pied de la célèbre « Grand’Place » de la capitale des Flandres.

La première phase d’EuraLille 3.000, continuation d’Euralille, va débuter autour du programme « Swam », avec comme objectif de construire d’ici 2018 3.400 m2 de bureaux et 2.500 m2 de commerces pour un coût total de 55 millions d’euros. Il doit notamment voir la construction d’un hôtel « Mama Shelter » de 112 chambres et d’un restaurant panoramique de 750 m2, dans une architecture contemporaine à proximité d’un bastion historique en briques, en bordure d’un parc.  Chantier estimé à 55 millions d’euros.

→Eric Kayser, Président fondateur du groupe Boulangeries Kayser

S’installer dans un gare, est-ce rentable ?

Un article récent sur bfmbusiness.com nous donnait l’exemple en prenant le chiffre d’affaires d’un magasin de vêtement féminin  dans une gare y atteint 16.000 euros par mètre carré, soit 7.000 euros de plus que dans un centre commercial classique.

La restauration et la vente à emporter restent incontournables dans , puisque ce secteur a représenté 21% du chiffre d’affaires généré en gare en 2015, soit près de 260 millions d’euros.

Groupe Kayser

  • CA: 275 millions €
  • Créé en 1996
  • Effectif: 1500
  • Présent dans 23 pays
  • 200 boutiques

« Votre baguette a remporté le titre de la meilleure de New York en 2016 »

Et tout est parti d’une innovation… 

En 1994, l’invention du Fermentolevain, une machine permettant de maintenir un levain liquide à température constante et ainsi faciliter sa mise en oeuvre, pose la clef de voute de son travail et de sa quête d’un pain à la mie crémeuse, aux arômes de céréales et de fruits secs… avec une excellente conservation.

Une vidéo, pour leur 20 ans, en 2014 !…

Lundi Bonheur – 22 mai :)

Publié le Mis à jour le

Des bonnes nouvelles, en voulez-vous? En voilà !
FORMIDABLEMENT IMPROBABLE !

unicorn-money.jpgEt pourtant c’est vrai: la startup britannique Improbable, spécialiste de la réalité virtuelle vient de lever 500 millions de dollars ! Une nouvelle licorne est née. L’investisseur est le fonds japonais SoftBank, qui a racheté le Français Aldebaran, célèbre pour son robot Nao.

Plus d’infos


LES INVESTISSEMENTS DES ENTREPRISES REPARTENT À LA HAUSSE

startup-investissement.jpgEncouragées par une amélioration de leurs débouchés et de leur trésorerie, plus de deux sociétés sur trois prévoient de maintenir, voire d’augmenter, leurs dépenses d’investissement dans les prochains mois.

Plus d’infos sur Les Echos


LA FINANCE SOLIDAIRE DÉCOLLE

Selon le 15ème baromètre édité par Finansol / La Croix, l’épargne solidaire atteint cette année près de 10 milliards € d’encours. Soit une progression de 15,5 %. En 15 ans, le taux de croissance de cet encours est en moyenne de 27,28% chaque année.

be51c2df-604b-42fa-a05a-ad3bbda1ea45@augure.jpg


BRAVO! LES FRANÇAIS FONT PLUS DE SPORT L’ÉTÉ

femme-sport.jpgWithings a mené une étude auprès de ses utilisateurs pour connaître les variations d’activité des Français au fil des saisons. Le mois de mai marque une reprise conséquente de l’activité dans toutes les régions de France. Les champions régionaux sont la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté!

Plus d’infos

xxxx

xxxx

xxx


DES ASTUCES POUR SE DÉFOULER APRÈS LE TRAVAIL

Changer, jouer avec son chien, relaxer avec son chat, faire une série d’abdos, taper dans un sac de frappe (les mauvais jours!) ou… faire le ménage! Autant d’exutoires cités par Monkey Tie sur son blog. Lequel vous plaît le plus?

Plus d’infos

Fit-punch-un-sport-qui-melange-fitness-et-boxe_exact441x300.jpg

La licorne de demain sera française

Publié le Mis à jour le

Tribune d’expert, signée Fabrice Clément, CEO et Fondateur de GOWEEZ

licorne-star-up.jpgEn France, les start-up ont tout pour se lancer : l’État met à disposition des moyens colossaux et un nombre impressionnant d’infrastructures pour stimuler l’entrepreneuriat. Pourtant, les licornes hexagonales, ces start-up valorisées à plus d’un milliard de dollars en moins de dix ans, peuvent se compter sur les doigts d’une seule main. Sur les 196 membres du très prisé « club des licornes » recensés par CBInsight, seul quatre noms français apparaissent : Blablacar, Critéo, Venteprivée.com et OVH. La France donne naissance à beaucoup de start-up, mais sa fertilité reste très modeste lorsqu’il est question de faire émerger des licornes de son girond … jusqu’à aujourd’hui. Demain, tout aura changé.

Beaucoup de moyens, peu de résultats

En France, le montant moyen des subventions reçues par les start-up lors de leur lancement est de 200 000 euros. L’État joue un rôle primordial dans cette course à l’innovation. Ainsi, nombreuses sont ces jeunes pousses à bénéficier du crédit impôt recherche (90 %), du statut « Jeune Entreprise Innovante » (80 %), et d’un l’accompagnement personnalisé par des pépinières ou des incubateurs (76 %). L’écosystème entrepreneurial a clairement atteint son stade de maturité en termes de moyens.

Néanmoins, si elle est très favorable à la création de start-up, la France peine à assurer le service après-vente. Ainsi, une fois lancées, ces entreprises s’efforcent de trouver des financements pour se développer, croître et s’internationaliser … sans grand succés. La faute à un marché qui manque de fonds ? Oui. Mais c’est surtout la confiance qui fait défaut. Sans investisseur, pas de déploiement.

La France, nouvel eldorado des start-up ?

Si l’Hexagone met tout en œuvre pour propulser ses start-up, elles restent néanmoins cantonnées à un statut national. Malgré une belle place de numéro 2 européen, la France est encore à la traîne. Pourtant, le pays affiche une ambition claire : devenir une « scale-up nation » d’ici 2018. Tous les voyants sont au vert : Facebook s’installe à Paris, l’école 42 rayonne outre-Atlantique, les start-up sont davantage excubées qu’incubées. En somme, les grands patrons ont compris l’intérêt de former les nouvelles générations en créant des infrastructures à leur image. Ainsi, si l’écosystème start-up reste marqué par ses difficultés à s’internationaliser, il a tiré les enseignements de ses échecs et laboure, depuis quelques années, une terre qui s’avère de plus en plus féconde.

Au premier trimestre 2017, plus de 50% des fonds investis dans la « French Tech » étaient étrangers. Un record européen qui souligne la stabilité du marché tricolore. L’état d’esprit entrepreneurial s’ouvre de plus en plus à l’international, et le coup de foudre est réciproque : les qualités de management et d’innovation françaises attirent les capitaux venus d’ailleurs. Malgré des résultats encore voilés, la France a aujourd’hui toutes les cartes en main pour s’élever au rang de « start-up nation ».

« Think Global »

Il y a quelques années, les start-up françaises peinaient à susciter des levées de fonds supérieures à dix millions de dollars. Pourtant, sur la seule année 2016, neuf d’entre elles ont atteint au moins 30 millions de dollars. La pépite OVH a culminé à 251 millions, et Sigfox, licorne en devenir, à 156. Une dynamique très positive qui permet désormais à la France de talonner sa voisine britannique, actuel leader européen dans la course aux start-up. Pourtant, si les levées de fonds sont stratosphériques en Grande Bretagne, les business angelsinvestissent plus de capitaux dans un nombre réduit de structures là où il se permettent, en France, de diversifier leurs poulains. Malgré un soutien financier moins spectaculaire, ils permettent ainsi au marché de se fluidifier en donnant leur chance à davantage d’idées. Un pas vers la réussite que ces entreprises françaises doivent capitaliser en pensant « monde », alors qu’elles pensent encore trop « France » et « Europe » aujourd’hui. Il est temps que l’Hexagone se mette au célèbre adage entrepreneurial : « Think Global », conditionsine qua non de son accession au trône européen et de la mondialisation de ses start-up.

Aujourd’hui, les jeunes entreprises françaises parviennent à soulever des sommes record pour se développer. Elles ont toutes les cartes en main pour conquérir le monde avec leurs idées, leurs capacités, leurs ambitions et disposent de moyens mis à leur disposition. Tout est là pour que leur force économique rayonne et leur permette de se pérenniser en devenant des ETI. Menée par les générations Y et Z qui ont déjà compris les codes de demain, la France est prête à s’imposer comme leader européen.

Dammann Frères, la plus ancienne maison de thé en France. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Logo-BFMBusiness-sans-contourlogo.pngAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio

xxx

→ Diffusion : samedi 20/5/2017 à 7h | dimanche 21/5/2017 à 14h


TALK 1: WOOLLIP : plus de 20 000 coussins vendus en 1 an!

TALK 2: ARGOLIGHT envoie son logiciel pour téléscopes dans l’espace

TALK 3 : La MAISON DAMMANN multiplie les boutiques et exporte son thé… en Chine!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 3: DAMMANN FRÈRES, avec Flora Jumeau-Lafond, directrice générale

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

logoL’histoire de Dammann débuterait en 1692, dans la France de Louis XIV. Il est en effet alors fait mention dans les archives royales de l’octroi « du privilège de vendre, de faire vendre, et débiter seul, à l’exclusion de tous les autres, tous les cafés […], le thé, les sorbets et les chocolats… » à Maistre François Damame, Bourgeois de Paris. Dans la réalité, ce sieur Damame – dont le patronyme n’a pas de lien avec le nom de Dammann – ne semble pas apparenté avec la famille Dammann, qui développera divers commerces au xixe siècle, les dirigeants de l’entreprise actuelle recherchant toutefois des possibles liens familiaux dans les archives royales.

En 1825 est fondé en Inde le comptoir d’importation de thé Derode et Dammann et 1925 voit la création de la société de négoce Dammann par Robert et Pierre Dammann. En 1926, un comptoir de thés est ouvert à New York. Quelques années plus tard, en 1932, la société devient le fournisseur officiel de thé sur les paquebots de la compagnie générale Transatlantique, la « french line ».

3259920077464_1.jpgEn 1954, Jean Jumeau-Lafond prend la direction de la société à la suite de Robert Dammann qui l’initie au métier d’expert. Ce spécialiste internationalement reconnu est à l’origine de l’invention du premier thé aromatisé moderne : le « Goût Russe Douchka ». En effet, sa première épouse, d’origine russe, mélangeait habituellement son thé brûlant avec un peu de jus d’oranges pressées.

La société développe et enrichit son catalogue de thés aromatisés les années suivantes et investit également dans le domaine technique en créant le sachet cristal (le sachet est tissé de fils de nylon et non en mousseline afin de préserver toute la saveur du thé, tout en étant d’un aspect plus noble). À partir de la fin des années 1970, Jacques et Didier Jumeau-Lafond prennent successivement la tête de la société à la suite de leur père.

Longtemps connue des seuls spécialistes et confinée à la distribution auprès des détaillants et des grands noms de l’épicerie de luxe en France, tels que Fauchon et Hédiard, la société a lancé depuis 2005 sa propre gamme de thés de prestige et se lance dans l’exportation de ses produits.

En 2007, Dammann frères devient une filiale du le groupe italien Illy.

cms-img_1.jpg

LES CHIFFRES CLÉS DE DAMMANN

  • Activité: Plus ancienne maison de thé en France, créateur des thés parfumés
  • Date de création: 1692
  • Siège social et usine: Dreux
  • CA: 32 millions € de CA dont 70% réalisés en France et 30% à l’international
  • Effectif: 190
  • Présent dans 66 pays
  • 400 variétés de thés – Best-seller: le Earl Grey
  • 3000 recettes créées depuis 1950
  • Chaque année, Dammann Frères crée un dizaine de thés parfumés (la collection comprend 200 mélanges parfumés aujourd’hui).
  • 1000 tonnes de thé vendues par an
  • 120 millions de sachets de thé vendus par an

LE SAVIEZ-VOUS? Dammann est l’inventeur du premier thé aromatisé, un des fleurons de la maison: le thé Goût russe Douchka : inventé par le grand-père de Flora Jumeau-Lafon pour sa femme russe, qui ajoutait une rondelle d’orange à son thé.

—> Dans la seule pièce chauffée de l’appartement, la chambre des enfants, il mit à sécher des couches de thé Earl Grey entre des feuilles de buvard d’écolier imbibées d’huile essentielle d’orange collectée à Grasse. Quelques semaines plus tard, le Goût russe Douchka était né. Ce faisant, Jean-Jumeau-Lafond avait créé un style et initié la tradition des thés parfumés à la française.

Damman1.jpg

L’ACTUALITÉ DE DAMMANN

  • Ouverture de 3 nouvelles boutiques à Paris et en franchise à Toulouse, Lyon, Aix en Provence, Bruxelles
  • Développement aux Etats-Unis et Chine (des Français vont vendre du thé aux Chinois – marché local pas très bon car les thés haut de gamme sont exportés dans les pays occidentaux + ils n’ont pas le savoir-faire de l’aromatisation)
  • 2 millions investis dans l’outil de production, les boutiques (l’année dernière 2 millions investis aussi)
  • Ventes sur Internet progresse de 30 à 40% chaque année (= 1 million de CA soit 3% du CA total)

LES OBJECTIFS

  • 50 millions d’euros de CA d’ici 2020 grâce à un outil de production unique
  • Multiplier les ouvertures des points de vente en 3 ans
  • Développer l’outil de production de Dreux pour augmenter le chiffre d’affaires.

Chaque année, l’entreprise investit plusieurs millions d’euros dans cet outil de production.

  • Passer le CA à l’international à 50% au lieu de 30% aujourd’hui

LE MARCHÉ DU THÉ EN FRANCE

  • Le thé est la boisson la plus bue dans le monde, après l’eau.
  • 6 Français sur 10 en consomment
  • Nouvelles marques, nouveaux produits, nouveaux concepts, le thé est chaud bouillant ! Fini l’image vieillissante d’une boisson pour vieille dame anglaise. Le thé innove, se réinvente, attire de nouveaux acteurs et des consommateurs plus jeunes et plus urbains. Les chiffres en témoignent, puisque le segment est en croissance de 2,7%, à 251,2 millions d’euros, en cumul annuel au 29 novembre 2015, selon Iri, alors que les infusions grimpent de 2,8%, à 147,7 M €.
  • La France est à la trentième place mondiale avec une consommation de 230 g de thé par habitant et par an.
  • Le plus haut niveau de consommation est observé au Royaume-Uni avec 2,3 kg par habitant et par an. (source: http://www.boisson-sans-alcool.com)
  • Le thé est tendance en région parisienne : il y est 2 fois plus consommé que dans le reste de la France.

Woollip et son coussin d’avion décollent à l’international. C’était au Business Club

Publié le Mis à jour le

Capture d_écran 2017-05-17 à 17.08.25Logo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio

→ Diffusion : samedi 20/5/2017 à 7h | dimanche 21/5/2017 à 14h


TALK 1: WOOLLIP : plus de 20 000 coussins vendus en 1 an!

TALK 2: ARGOLIGHT envoie son logiciel pour téléscopes dans l’espace

TALK 3 : La MAISON DAMMANN multiplie les boutiques et exporte son thé… en Chine!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 1: WOOLLIP, avec Franck Lévy, président

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

Capture d_écran 2017-05-17 à 17.08.25Woollip réinvente la façon de dormir pendant les voyages. Ce coussin, inspiré des chaises de massage, supporte le buste et la tête vers l’avant et permet de se relâcher complètement en adoptant la position la mieux adaptée au repos. C’est la fin des torticolis, des maux de dos et de la guerre des accoudoirs ! Ce nouveau « must have » des voyageurs est aussi léger qu’un smartphone et se glisse dans un bagage à main. Pliable et gonflable son design ergonomique breveté le rend tout simplement renversant. C’est en 2013, au court d’un trop long vol inconfortable que Franck Lévy et sa fille ont eu ensemble l’idée de ce coussin frontal.

Il aura fallu 18 mois de recherches accompagnés de professionnels du Design, de l’Ergonomie, de la Santé et de l’Aérien pour déterminer la position idéale et créer le premier prototype.

LE SAVIEZ-VOUS? La NASA estime qu’il faut un jour par fuseau horaire traversé pour récupérer son rythme normal et son énergie habituelle. Un décalage horaire de 3 heures nécessite donc trois jours de récupération. (Routard.com)

L’ACTUALITÉ DE WOOLLIP

  • Woollip vient de terminer une opération de crowdfunding le 21 mars 2017 avec environ 9.000 contributeurs provenant de 110 pays et près de 17.000 coussins vendus (un peu plus de 580.000 $ de préventes).
  • En décembre, Woollip a été sélectionné par la cellule innovation d’Air France pour effectuer un test-flight. Les résultats obtenus sur un panel d’une cinquantaine de passagers ont été excellents et il s’agissait de coussin de la première génération…
  • Woollip vient de lancer notre site marchand et est commercialisé sur Amazon France et va bientôt étendre sa présence partout.
  • Woollip vient d’ouvrir un stock en Asie (Shanghai) pour couvrir plus rapidement la zone Asie pacific et la plateforme US ouvrira dans le New Jersey avant la fin du mois.
  • En parallèle du B2C Woollip développe le retail classique avec depuis le 1er avril une mise en avant dans les 93 magasins de Nature et Découvertes. 
  • Woollip est aussi en vente depuis le mois dernier à bord de tous les avions de Singapore Airlines et depuis le 1er avril sur Hong Kong Express et Airlines qui ont demandé d’urgence un réassort au double de la commande initiale après moins d’une semaine de vente pour cause de « exceptionaly high sales ».
  • Woollip est en vente sur les vols Corsair et est en attente de commandes d’une dizaine de compagnies internationales .

VICTIME DE SON SUCCÈS

Les bonnes idées étant toujours copiée et malgré ses brevets, dépôt de modèle et de marque presque partout dans le monde, Woollip doit en plus se défendre contre des contrefacteurs. Un serial copieur de projet Kickstarter a investi massivement en au premier trimestre sur les réseaux sociaux pour vendre une copie de mauvaise qualité du coussin. Woollip a assigné cette société Allemande qui a fermé son e-shop et sa page Facebook où elle utilisait en plus tous ses contenus (photos, vidéo, textes…) dans ses campagnes de communication en masquant son logo. Le dossier est en cours mais les contrefaçons se multiplient un peu partout dans le monde sous l’impulsion d’usines de Shenzhen.

Le scandaleux piratage des projets Kickstarter – Frenchweb

Internet est une jungle, ça, on le savait déjà. Après le vol de données, le vol des contenus, voici désormais le piratage de projets Kickstarter. Une société allemande, du nom de Hirams Trade GmbH, a en effet mis en oeuvre un projet totalement sordide: copier les projets Kickstarter les plus innovants, et proposer des clones des produits issus de ces projets, à des tarifs plus élevés, et dans des conditions de vente totalement obscures. Tout cela, bien sûr, au mépris des règles de respect de la propriété intellectuelle ou des brevets éventuellement déposés par les inventeurs. En voulez-vous la preuve? Voici deux exemples, qui risquent bien de ne pas être les seuls.

Le premier exemple, c’est celui du Lamzac proposé par Fatboy. Nos experts en copiage en ont tiré un clone, appelé Laybag. Cherchez la différence. On en parle d’ailleurs sur le blog Cuboak. (…)

Et pour finir en beauté, voici le Woollip, un coussin de voyage révolutionnaire dont je vous ai déjà parlé, et son clone, le Pockindo. Ici, nos sombres copieurs ne se sont pas foulé, et ont purement et simplement pompé les images de Woollip sur le site Kickstarter, y compris les vidéos de démonstration… sans oublier de gommer, au passage, le logo du Woollip.

Que conclure de cela? Voici quelques pistes:

Protégez vos inventions. Si vous envisagez de vous lancer sur un financement participatif du type Kickstarter ou Kisskissbankbank, vous êtes désormais prévenus. Des individus peu scrupuleux viennent sur ces sites pour piller les innovateurs et les concurrencer … avec leurs propres produits. Rien de neuf sous le soleil, le plagiat a toujours existé, et je suis certain que quelques brillants inventeurs se sont déjà faits voler de cette manière. Internet ne fait que rendre le méfait plus facile, d’une certaine manière.

Vous, backers et supporters de tous ces produits innovants, vous devriez vous organiser et lutter contre ces pratiques, par exemple en dénonçant ces copies illicites, en dénonçant leurs pages de fan, qui se développent sur le peu d’informations dont disposent les futurs acheteurs.

Et vous, futurs acheteurs, avant de faire de la pub pour un produit qui vous paraît innovant sur les réseaux sociaux, assurez-vous de sa véritable originalité.

Argolight à la conquête de l’espace! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Argolight1.pngLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio

→ Diffusion : samedi 20/5/2017 à 7h | dimanche 21/5/2017 à 14h


TALK 1: WOOLLIP : plus de 20 000 coussins vendus en 1 an!

TALK 2: ARGOLIGHT envoie son logiciel pour téléscopes dans l’espace

TALK 3 : La MAISON DAMMANN multiplie les boutiques et exporte son thé… en Chine!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2 : ARGOLIGHT, avec Gautier Papon

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

Argolight1Les marchés de la recherche biologique, du diagnostic médical et de l’industrie pharmaceutique utilisent de façon quotidienne des systèmes en fluorescence (détection grâce à la fluorescence – naturelle ou créée par combinaison à une substance fluorescente – des objets, des organismes, etc) : microscopes, scanners de lames, lecteurs de plaques.

Ce parc installé représente environ 75 000 machines avec env. 10 000 machines vendues/an (marché 750 M€/an).

Ces machines doivent être testées de façon périodique pour assurer leur bon fonctionnement, pour des raisons de processus qualité et de mise en conformité. Ce contrôle qualité demande un temps-homme important, requiert d’utiliser plusieurs outils de contrôle et produit des résultats qui ne sont pas valorisés.

Le coût estimé de ce contrôle est de 20 Mh/an, soir 400 M€/an en RH.

LA SOLUTION: Argolight propose une solution de gestion de la qualité pour les systèmes en fluorescence qui intègre l’outil de diagnostic le plus fiable et l’analyse informatique la plus adaptée. La solution Argolight améliore la phase de manutention actuelle en remplaçant la série d’outils classiques par un seul outil multifonction qui permet une analyse automatisée de la qualité d’un système et de générer automatiquement des données de suivi qualité fiables.

Il s’agit d’une lame insérée dans le système à tester, reliée à un logiciel, pour mettre en évidence ses défauts.

Le résultat est un gain de temps de l’ordre de 30x (soit 387 M€/an) et une meilleure fiabilité des résultats permettant de diminuer le temps d’immobilisation des machines, de prévoir les pannes en amont et d’augmenter la productivité de chaque machine de plus de 5%.

La solution Argolight allie un hardware utilisant une technologie de nanostructuration laser brevetée (brevet mondial) et un software dédié.

argotuto-_-lavage-3-e1490110112400.jpg

 LES CHIFFRES CLÉS D’ARGOLIGHT

  • Activité: solution de haute technologie (lame de verre brevetée mondialement) pour le réglage précis et fiable des microscopes à fluorescence
  • Date de création: 2013
  • Lieu: Talence (33)
  • CA: Non communiqué mais on vise 1M pour 2018
  • Effectif: 9
  • En croissance annuelle de 100% depuis ses débuts, ARGOLIGHT affiche aujourd’hui des activités bénéficiaires, même si le bilan financier reflète davantage leurs investissements importants.
  • 80% de son chiffre d’affaires soient déjà réalisés à l’export.

SES CLIENTS

  • Roche
  • L’Oréal
  • Astrium
  • Leica
  • Olympus
  • la NASA
  • l’Institut Pasteur
  • Novartis
  • Sanofi

LE PARCOURS DE GAUTIER PAPON

Gautier Papon a un doctorat en Laser, Matières et Nanosciences et un master en Conception & Commercialisation de l’Instrumentation en Physique.

Il a l’idée de créer Argolight pendant sa deuxième année de doctorat et passe les 18 mois suivants à préparer le concept et à se former en parallèle de son doctorat.

LEVÉES DE FONDS

Dernière levée de fonds : 370 000 euros auprès de Pertinence Invest et Finaqui, avec l’appui d’Aquitaine Développement Innovation).

Un deuxième tour de table de 500.000 € est attendu dans les prochains mois.

L’ACTUALITÉ D’ARGOLIGHT

Il y a deux ans, notre TPE a été contactée par un sous-traitant de la NASA pour équiper le microscope de la Station Spatiale Internationale. Le vol emportant la technologie Argolight est prévu pour le 31 Mai/1Juin.

ARGOLIGHT À LA CONQUÊTE DE L’ESPACE (dans LA TRIBUNE)

argolightCocorico ! La solution développée par la société girondine Argolight va bientôt s’envoler dans l’espace pour équiper le microscope de la Station spatiale internationale. Un vol est programmé en avril. Argolight, créée en 2012, a développé une technologie qui permet de détecter les défaillances d’un microscope à fluorescence.

« Il y a deux ans, nous avons été contacté par un sous-traitant de la Nasa avec ce simple mail : « Pourriez-vous nous aider à améliorer la précision de notre microscope sur la Station spatiale internationale ? » Argolight, lancée fin 2012, était à l’époque une très petite entreprise composée de quatre personnes installées à l’université de Bordeaux 1. Nous avons vu cela comme un challenge », se souvient Gautier Papon, Docteur en physique et cofondateur d’Argolight avec le Dr. Arnaud Royon.

A partir de là, de nombreux échanges ont suivi. Le produit développé par la startup girondine a finalement été livré il y a un an. Il partira très prochainement dans l’espace. Un vol est prévu en avril prochain direction l’ISS.

« Nous sommes des scientifiques très éloignés de l’aérospatial. Ce n’était pas un rêve d’enfant mais c’est une très belle aventure et nous avons la chance de la voir arriver à son terme. On espère que l’astronaute français Thomas Pesquet utilisera notre produit », sourit Gautier Papon.

LA SOLUTION ET L’ÉVOLUTION FUTURE DU PRODUIT

« Notre solution est constituée d’une lame de verre brevetée qui est placée sous l’objectif du microscope, et d’un logiciel qui analyse les données. Nous avons inventé une technologie qui remplace toutes les solutions actuelles en un seul outil. C’est donc plus simple. Notre solution permet de savoir si le microscope fonctionne bien à l’instant T, mais elle apporte également un suivi de la qualité du système dans le temps. C’est la nouveauté. On parle de maintenance prédictive. Les mauvais réglages, les soucis sont ainsi détectés. La prochaine étape sera de mettre en place un logiciel suffisamment intelligent pour que lui-même propose une solution au problème rencontré. »

LE MARCHÉ

Marché cible : la recherche et l’industrie de bioscience

Argolight réalise 50 % de son chiffre d’affaires dans la recherche universitaire et 50 % dans l’industrie pharmaceutique et cosmétologique, un pourcentage en forte croissance d’année en année.

« Le suivi de la qualité dans l’industrie est indispensable mais c’est de plus en plus complexe et cela prend de plus en plus de temps aux clients. Nous apportons une solution en automatisant le process », explique Gautier Papon.

Aujourd’hui, les microscopes « classiques » existent toujours mais le marché industriel est également composé de microscopes automatisés et robotisés. « Notre solution est adaptable y compris sur la nouvelle gamme de produits. »

Une croissance de 120 % par an

Argolight, qui connait une croissance de 120 % par an, fait 74 % de son chiffre d’affaires à l’export essentiellement en Amérique du Nord, en Australie et en Asie.

« Il y a un marché en France mais dès le départ Argolight a été conçue comme une entreprise mondiale. Nous ne privilégions pas la France », explique-t-il simplement.

EMBAUCHES, DÉMÉNAGEMENT ET LEVÉE DE FONDS

Mathématiquement, l’entreprise se développe mais n’a pas souhaité communiquer son chiffre d’affaires. 8 personnes travaillent désormais pour Argolight. « Trois ont été embauchées en 2016 donc nous ne prévoyons pas de recrutement cette année« , précise Gautier Papon. La société, qui n’est désormais plus une startup naissante, a également déménagé. Elle est installée à Pessac à la Cité de la photonique. Une première levée de fonds en 2013 avait permis le lancement de l’entreprise. Un deuxième tour de table de 500.000 € est attendu dans les prochains mois. Objectif pour Argolight : continuer à produire et poursuivre sa croissance.

Lundi bonheur! La newsletter des bonnes nouvelles :)

Publié le Mis à jour le

3710.jpg

LE NOMBRE DES DÉFAILLANCES D’ENTREPRISES CONTINUE À BAISSER

Innovation-stratégie.jpgLe nombre des défaillances d’entreprises a de nouveau baissé sur les douze mois achevés fin février, de 7,5%, une tendance particulièrement prononcée dans le secteur de la construction et de l’industrie, a annoncé lundi la Banque de France.

Plus d’infos


BACK MARKET, CRYO PUR  et SWEETCH, stars des levées de fonds de la semaine

Les startups françaises ont levé près de 24 millions d’euros entre le 29 avril et le 5 mai. La plus importante opération de la semaine est celle de BackMarket, qui lève 7 millions d’euros pour sa plateforme qui propose des produits électriques et électroniques reconditionnés, suivie de Cryo Pur, qui réunit 6 millions d’euros pour financer ses projets dans le domaine de l’énergie. Dans le même secteur, on note également la levée d’1,4 million d’euros de Sweetch Energy, qui utilise des sels marins pour produire de l’énergie entièrement renouvelable, en continu et sans carbone.

Plus d’infos 


ENTREPRENDRE À PLUS DE 50 ANS: YES, WE CAN!

Levée de fonds.jpg1 créateur d’entreprise sur 5, environ, est âgé de plus de 50 ans en France. Réseau Entreprendre, qui accompagne les dirigeants dans le développement de leur entreprise, fait le constat d’une tendance à la hausse.

Ce qui distingue aujourd’hui les jeunes des seniors chez Réseau Entreprendre, c’est avant tout le secteur dans lequel ils entreprennent : alors qu’ils sont seulement 10% de jeunes de moins de 30 ans à se lancer dans le secteur industriel, 22% des seniors s’y aventurent. Autre particularité des séniors, ils osent davantage la reprise : 47% des entrepreneurs de plus de 50 ans accompagnés par Réseau Entreprendre sont des repreneurs (contre 7% des moins de 30 ans ; 23% des 30 – 39 ans et 40% des 40 – 49 ans). 92% des séniors sont encore en activité au bout de 3 ans, 88% à 5 ans.


UN ROBOT POMPIER EST NÉ À LA ROCHELLE

robot-pompier-paris-3.jpgLa société rochelaise Shark Robotics a mis au point le robot Colossus, le premier robot pompier made in France. Il est capable d’éteindre le feu et le gaz, de transporter des blessés et du matériel, mais aussi de collecter et transmettre des informations sur son environnement. A noter qu’il n’a pas vocation à remplacer les pompiers mais à les assister dans les missions les plus difficiles ou à les prévenir des dangers dans les situations les plus périlleuses. Colossus a été mis à disposition des casernes parisiennes ce mois-ci.

xxx


LES LILLOIS de XEE LÈVENT 12 M€ POUR CONNECTER LES VOITURES

Xee-hero.jpgLa startups créée par le groupe Norauto fait entrer Bridgestone et Total à son capital.
Xee a mis au point un boîtier à brancher sur la prise diagnostic des voitures, et qui renseignera leur propriétaire sur 80 données issues du logiciel du véhicule: l’état de la batterie ou des pneus, le niveau du réservoir, la position du véhicule, sa vitesse, ses accélérations et ses freinages. Une façon notamment de mieux anticiper l’usure, l’entretien et d’adapter sa conduite pour moins consommer.

Plus d’infos


LES FRANÇAIS, CHAMPIONS DU BRICOLAGE

unnamed.jpgSelon une étude menée par le site ManoMano.fr, 92% des hommes et 59% des femmes se trouvent habiles de leurs mains. 61% des femmes et 69% des hommes interrogés avouent qu’ils aimeraient même être considérés comme le roi ou la reine du bricolage. Mais la maîtrise des tâches semble différer selon le genre. Ainsi, les femmes connaissent mieux la pose de moquette (35%), la pose de papier peint (33%) ainsi que l’aménagement intérieur et les installations diverses (18%). Pour les hommes, c’est l’électricité où ils assurent (23%), suivie de  l’aménagement intérieur et les installations diverses (15%) et aussi la pose de papier peint (15%).


UNE DOUCHE HORIZONTALE, POURQUOI PAS?

Capture d_écran 2017-05-15 à 15.06.34Marre de bailler de fatigue le matin sous la douche? Douchez-vous allongé! Le spécialiste allemand de la salle de bains Dornbracht a mis au point la douche horizontale « Horizontal Shower ». L’application combine six pommes de douche intégrées au-dessus d’une couchette, avec une commande centrale. Trois programmes permettent de choisir entre un effet équilibrant, revitalisant ou déstressant.


OSEZ !

Une vidéo maintes fois partagée, mais qu’il est toujours bon de revoir pour ne jamais baisser les bras