Les Français sont-ils heureux au travail? Oui et non!

Publié le

L’institut THINK et la Fabrique SPINOZA publient à l’occasion de la Semaine de la Qualité de Vie au Travail, le Baromètre national du Bonheur Au Travail.

Les points clés à retenir:

  • Une faible satisfaction professionnelle révèle le malaise des actifs français et une fracture sociale entre « 2 France »
  • En moyenne 1 salarié sur deux se déclare satisfait de son travail
  • Autant ressentent du stress ou de la fatigue au travail
  • 44% ne trouve plus de sens au travail (brown out)
  • Un quart s’ennuie au travail (26% – bore out)
  • Et 24% se sentent en situation de surmenage ou burn out

Des insatisfactions très vives :

  • Le salaire demeure une forte source d’insatisfaction (57 %) et se place au même niveau que les enjeux de gouvernance (58% ne se sentent pas associés à l’entreprise) et 56% sentent des relations de conflits
  • Seul la moitié (51%) ont le sentiment d’être reconnus pour leur travail
  • Des aspirations pour de nouveaux modèles d’organisation :
  • Corrélées aux faibles scores obtenus sur la gouvernance (33%), les relations (36%) et le management (39%)
  • Un sentiment d’enfermement : près d’un actif sur deux (49%) ne se sens pas libre de changer d’organisation ou de forme de travail

Bonheur au travail.png

Bonheur au travail 2.png

Télécharger l’étude: etude Spinoza Bonheur au Travail

Publicités

La mission de la Médiation des Entreprises: renforcer la confiance

Publié le

Chaque week-end dans le Business Club de France, retrouvez le Rendez-vous du Médiateur des Entreprises. Des chefs d’entreprise viennent témoigner de litiges résolus par la Médiation. 

Problème de délais de paiement, de propriété intellectuelle, de crédit impôt recherche, rupture de contrat abusive, modalités de commande/livraison, racket au CICE… Pierre PELOUZET, le Médiateur national, met tout en œuvre avec ses équipes pour vous aider, partout en France.

Racontez-nous vos expériences d’entrepreneurs et témoignez dans l’émission Business Club de France sur BFM Business Radio.

Qu’il s’agisse de difficultés contractuelles ou de belles expériences que vous avez vécues en tant qu’entrepreneur, écrivez-nous  à: 

mediateur-des-entreprises@finances.gouv.fr

`mediation entreprises MIE.png

Quel type d’entrepreneur êtes-vous?

Publié le Mis à jour le

Hiscox vient de publier les résultats de la 9ème édition de l’étude ADN de l’Entrepreneur 2017 menée auprès de 4000 TPE et PME. Celle-ci dresse un bilan relativement optimiste de l’entrepreneuriat et montre un regain de croissance et d’optimisme dans les petites entreprises. Près de deux tiers des répondants ayant constaté une croissance de leurs revenus, la bonne santé des PME semble être avant tout portée par le dynamisme de la génération Millenials.  

Voici les principaux enseignements de cette étude :

  • La reprise est là ! Après quelques années compliquées, la reprise semble bel et bien confirmée en Europe, 62% des entreprises ont constaté une croissance de revenus en France. Par ailleurs, 71% des entrepreneurs interrogés déclarent une augmentation de nouveaux clients en 2017.
  • Des Millenials optimistes et qui prospèrent : contrairement à leurs ainés, la moitié des moins de 30 ans et 46% des entrepreneurs âgés entre 30 et 39 ans déclarent se sentir mieux qu’il y a un an dans leur travail.
  • Moins d’heures de travail mais moins de congés : chiffre assez surprenant, les dirigeants et managers de PME déclarent travailler légèrement moins que l’année dernière. Sur l’ensemble des marchés, la moyenne hebdomadaire est de moins de 41 heures contre plus de 42 en 2016. Paradoxalement, les personnes interrogées déclarent avoir pris moins de congés que l’année dernière (21,7 jours en 2017 vs 23,8 jours en 2016).

 

INFOGRAPHIE_EDNA_HD.jpg

[CHRONIQUE] – LES PREMIERS PAS de 3D Ceram, spécialiste de l’impression céramique 3D / ENTREPRENDRE, JE ME LANCE: les conseils de Bruno Le Besnerais, du Conseil de l’Ordre des Experts Comptables. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

Des-aides-existent-que-paiement-charges-sociales-soit-plus-souple-FLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

 

 

→ Diffusion : samedi 21 octobre 2017 à 7h et dimanche 22 octobre à 15h


TALK 1: SENDINBLUE veut devenir le leader du marketing digital des PME en France

LE FOCUS DE LA SEMAINE : EASYVERIF contrôle sur place la véracité des petites annonces… et part bientôt pour un tour de monde de reconstruction des villages sinistrés!

TALK 2: WANDERCRAFT a levé 15 millions € pour bientôt permettre aux handicapés de remarcher

[CHRONIQUE] – LES PREMIERS PAS de… 3D Ceram / ENTREPRENDRE, JE ME LANCE: les conseils de Bruno Le Besnerais, du Conseil de l’Ordre des Experts Comptables

TALK 4: LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR des ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


⇒ LES PREMIERS PAS DE… 3D CERAM

Avec Richard Gaignon, cofondateur

gaignon chaput
Richard Gaignon et Christophe Chaput, cofondateurs de 3D-Ceram

3D-Ceram possède un savoir-faire technologique unique d’impression 3D céramique, en Europe et à l’International. L’entreprise utilise de la technologie stéréolithographie (SLA), inventée en 1984 et plus ancienne technique d’impression 3D. 

Cette technologie permet de réaliser des pièces par couches successives grâce à un laser qui polymérise une pâte pour partie en céramique. Cela permet de produire un modèle unique ou de petites séries.

Au début des années 2000, Christophe Chaput, cofondateur de 3D-Ceram quitte la recherche pour tenter l’aventure de l’entrepreneuriat. «Je pressentais que le numérique allait bouleverser les pratiques, simplifier les process et rendre possible l’impossible, comme usiner du sur-mesure.» Avec son associé, il se lance un défi : construire la première imprimante 3D céramique et créer, pour un chirurgien maxillo-facial de Limoges, des prothèses crâniennes imprimées en céramique à partir d’un scan du crâne de ses patients. Douze ans après sa première implantation, la biocéramique de 3D Ceram a fait passer le taux de rejet de ce genre d’implants de 20 à 0 %.

«Il y a vingt ans, on pensait que la démocratisation de process moins coûteux pourrait augmenter la part des céramiques dans l’industrie et viendrait en complément du plastique ou du métal. Aujourd’hui, on constate que les technos développées à Limoges sont aussi créatrices de marchés sur lesquels la céramique constitue le produit le plus performant», résume Christophe Chaput.

⇒ ENTREPRENDRE, JE ME LANCE

LES CONSEILS DE BRUNO LE BESNERAIS, Président du Comité création et entreprises innovantes du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables

bruno le besneraisLe choix d’un expert-comptable au moment de la création d’entreprise est une étape importante. 

  • Comment choisir son expert-comptable ? Que se passe-t-il lors du premier rendez-vous ?
  • Qu’apporte un expert comptable à un entrepreneur en phase de création ?
  • Quels sont les domaines d’intervention d’un expert-comptable ?
  • Combien coûte un expert-comptable ?
  • Comment le choisir ?

 

expert comptable .png

Un expert-comptable : pour quoi faire ?

Un chef d’entreprise peut tenir lui-même sa comptabilité, ou embaucher un comptable. Il peut aussi choisir d’externaliser cette mission, et bien d’autres, à un expert-comptable.

Un expert-comptable est un généraliste de votre entreprise, véritable simplificateur de complexité administrative.

Il est le seul professionnel à pouvoir :

  • tenir, surveiller et arrêter votre comptabilité ;
  • la réviser et l’apprécier ;
  • attester de sa régularité et de sa sincérité.

La comptabilité n’est pas son seul domaine d’intervention, il peut également vous accompagner sur les sujets suivants :

  • aide au financement ;
  • évaluation d’entreprises ;
  • mise en place d’outils de gestion, secrétariat juridique ;
  • établissement des bulletins de paie ;
  • missions légales auprès des comités d’entreprise ;
  • conseil à l’export ;
  • établissement des déclarations fiscales et assistance en cas de contrôle fiscal ;
  • réorganisation administrative (informatique, gestion du personnel, recrutement)…

L’expert-comptable intervient ainsi en appui à chaque étape de la vie de votre entreprise et dans tous les secteurs de l’économie : entreprises, associations, secteur public, secteur agricole, particuliers…

Plus d’infos sur le site du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables 

WANDERCRAFT : l’exosquelette médical en marche vers la commercialisation. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

Logo blanc fond bleuLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

 

→ Diffusion : samedi 21 octobre 2017 à 7h et dimanche 22 octobre à 15h


TALK 1: SENDINBLUE veut devenir le leader du marketing digital des PME en France

LE FOCUS DE LA SEMAINE : EASYVERIF contrôle sur place la véracité des petites annonces… et part bientôt pour un tour de monde de reconstruction des villages sinistrés!

TALK 2: WANDERCRAFT a levé 15 millions € pour redonner la marche aux handicapés

[CHRONIQUE] – LES PREMIERS PAS de… 3D Ceram / ENTREPRENDRE, JE ME LANCE: les conseils de Bruno Le Besnerais, du Conseil de l’Ordre des Experts Comptables

TALK 4: LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR des ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 2: WANDERCRAFT, avec Matthieu Masselin, DG cofondateur

Le métier de Wandercraft est de redonner la marche aux gens qui ne marchent plus. Wandercraft développe et commercialise le premier exosquelette de marche autonome. Avec cet exosquelette, pour la première fois au monde, des personnes paraplégiques se sont levées et ont retrouvé une marche réaliste, autonome et sans béquilles.

L’équipe de Wandercraft travaille à la pointe de la robotique de marche, avec les meilleurs labos universitaires de robotique dynamique et des équipes médicales de premier plan, en Europe et aux USA. L’entreprise prévoit de distribuer bientôt ses exosquelettes vers les centres de soins et développe une version personnelle.

Des investisseurs de premier plan pour briser la barrière du handicap

Longtemps resté discret sur son développement, Wandercraft annonce le closing d’une levée de fonds Series B de 15 millions d’euros avec cinq investisseurs de premier plan: XAnge, Idinvest, Cemag Invest, Bpifrance via le fonds PSIM géré dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et l’actionnaire historique LBO France – Innovation Capital.

Ce nouveau financement sera utilisé pour obtenir les premières certifications, entrer sur le marché mondial des centres de soins et développer la version personnelle de l’exo.

Wandercraft 228 septembre – Wandercraft lève 15 millions d’euros pour remettre en marche les handicapés

En 2013, Wandercraft avait séduit en quelques heures Xavier Niel, puis Marc Simoncini à l’occasion d’une levée de fonds de 600 000 euros. Après quatre discrètes années de développement, malgré une autre levée de 4 millions d’euros, la start-up boucle un nouveau tour de table au montant bien plus significatif.  Les cinq fonds XAnge, Idinvest, Cemag Invest, Bpifrance et LBO France injectent 15 millions d’euros dans la jeune pousse pour l’aider à commercialiser un exosquelette de jambe pour les patients en fauteuil roulant.

L’enjeu consiste à mettre en déséquilibre permanent l’exosquelette (nommé Atalante), et celui qui le porte, et à récupérer ce déséquilibre par la dynamique des mouvements. « C’est très complexe. Cela nécessite de mettre en œuvre des mathématiques de haut niveau« , explique Jean-Louis Constanza, en charge du développement de la start-up. Le dispositif robotique embarque 12 moteurs pour offrir 12 degrés de liberté et, à chaque seconde, 30 000 informations sont traitées par les différents calculateurs dans lesquels tournent, entre autres, des algorithmes issus de l’aéronautique et du spatial. « On a dû pousser les frontières de la technologie et avoir un pied dans la science », commente Jean-Louis Constanza. Wandercraft a ainsi collaboré avec les équipes du centre de robotique des Mines ParisTech, du Laas-CNRS à Toulouse et de l’université du Michigan.

UNE CERTIFICATION EUROPÉENNE D’ICI UN AN

Ce tour de table doit permettre de financer les essais cliniques afin d’obtenir la certification européenne du dispositif d’ici un an. La start-up, qui compte une trentaine de collaborateurs, prévoit dans un premier temps de commercialiser l’exosquelette auprès des centres de soins en Europe, aux Etats-Unis et en Asie.

A plus long terme, l’idée est de développer une version personnelle de l’exosquelette. « Dans un centre de soin, c’est tout à fait acceptable de tenir l’exosquelette par le haut. Si vous tombez ce n’est pas grave. Dans la version personnelle, il faut une sécurité totale », explique-t-il. La version commercialisée auprès des particuliers devra donc embarquer des capteurs de vision, mais aussi permettre à son utilisateur de s’asseoir dans un siège de voiture par exemple.

Wandercraft 1LE NUMÉRIQUE POUR REINVENTER LE FAUTEUIL ROULANT

A qui exactement est destiné cet exosquelette ? Prudent, Jean-Louis Constanza explique : « Nous faisons l’hypothèse que l’on pourra aider au traitement d’un certain nombre de pathologies, comme les paraplégies basses, certaines hémiplégies, mais aussi les personnes atteintes d’un disfonctionnement des membres inférieurs plus ou moins avancé après un AVC, certaines pathologies d’origine génétique et d’autres maladies neurologiques ». 

Interrogé sur la volonté de viser d’autres marchés que celui de la santé, Jean-Louis Constanza est catégorique. « Nous ne l’envisageons pas du tout. Nous sommes tous animés par une cause : celle d’aider les gens qui sont en fauteuil roulant. Nous sommes venus là pour ça ». En moyenne, en France, les personnes en fauteuil roulant seraient trois fois plus touchées par le chômage et auraient trois fois moins accès aux études supérieures. (source : L’Usine Digitale)

COMMENT ÇA FONCTIONNE?

Atalante (nom de l’exosquelette) est le premier  exosquelette capable de se stabiliser et de permettre à l’utilisateur de marcher sans utiliser de béquilles ni joystick.

Tout comme pour un Segway, l’exosquelette est contrôlé par les mouvement du corps. L’utilisateur, initialement en position verticale, n’a qu’a se pencher légèrement en avant pour que l’exosquelette se mette en marche et atteigne une vitesse de 3.5 km/h. Il suffit ensuite de revenir à sa position initiale pour que l’exosquelette se stabilise. Atalante est doté d’un algorithme sophistiqué qui permet d’éviter ou de franchir des obstacles comme les trottoirs ou les marches.

« Les exosquelettes existants ne permettent pas de stabiliser l’utilisateur, qu’il faut équiper de béquilles, explique le directeur général adjoint de la start-up, Matthieu Masselin (DG). Il récupère l’usage de ses jambes, mais perd en partie celui de ses mains. »

PRIX ET MARCHÉ

Le prix de l’exosquelette n’est pas encore déterminé, mais les fondateurs veulent qu’ «il soit accessible au plus grand nombre d’utilisateurs possible». «En Europe et aux Etats-Unis, sur notre première version, nous ciblons des pathologies qui regroupent 1 million de personnes, dont 20% à 33% qui sont en mesure d’utiliser l’exosquelette», précise Matthieu Masselin. A plus long terme, l’entreprise française espère aussi adresser des solutions pour les personnes âgées, qui représenteraient 10 millions de personnes, selon ses estimations. (source: Frenchweb)

[LE FOCUS DE LA SEMAINE] – Easyverif évite les arnaques des petites annonces. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

LOGO-EASYVERIF-HOMEPAGE.pngLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

 

 

→ Diffusion : samedi 21 octobre 2017 à 7h et dimanche 22 octobre à 15h


TALK 1: SENDINBLUE veut devenir le leader du marketing digital des PME en France

LE FOCUS DE LA SEMAINE : EASYVERIF : contrôle sur place la véracité des petites annonces… et part bientôt pour un tour de monde de reconstruction des villages sinistrés!

TALK 2: WANDERCRAFT a levé 15 millions € pour bientôt permettre aux handicapés de remarcher

[CHRONIQUE] – LES PREMIERS PAS de… 3D Ceram / ENTREPRENDRE, JE ME LANCE: les conseils de Bruno Le Besnerais, du Conseil de l’Ordre des Experts Comptables

TALK 4: LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR des ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


[LE FOCUS DE LA SEMAINE] – EASYVERIF, avec Célina Maubert, cofondatrice

Un couple atypique, un tantinet bohème, lance une startup de
vérification d’annonces, dans le but de financer un projet surprenant.
De nombreuses arnaques circulent aujourd’hui sur internet. Séduits par une annonce bien souvent trop alléchante, nombreux sont les individus qui se font piéger par une escroquerie en ligne. La startup Easyverif est une plateforme qui permet d’assurer aux internautes une vérification des annonces de véhicules, de nautisme et d’immobilier.

 

Easyverif, le site qui évite les arnaques aux petites annonces

Flanqué et épaulé de ses 700 contrôleurs, le site vérifie sur demande la véracité des annonces. Un concept malin et efficace qui permet de vraies économies de temps et d’argent.

L’arme secrète de la plateforme ? Ses 700 contrôleurs –professionnels ou anciens professionnelstriés sur le volet en raison de leur expertise dans chacun des trois domaines de prédilection du site, l’immobilier, le nautisme, et les véhicules. Leur mission : se rendre physiquement auprès des annonceurs afin de vérifier leurs dires.

D’ici à la fin de l’année, le site devrait avoir doublé le nombre de contrôleurs pour répondre à la progression de la demande

easyverif homepage.png«Le contrôleur peut se déplacer seul ou avec la personne qui désire acquérir le bien ou le louer, comme dans le cas d’une location saisonnière type Airbnb, détaille Célina Maubert, la présidente d’Easyverif. Dans tous les cas, il est tenu de fournir un compte-rendu détaillé qui évaluera précisément, et de manière neutre, la fiabilité de l’annonce.» Une bonne façon d’éviter des pertes de temps et d’argent souvent importantes, mais également de se rassurer sur son choix si l’on n’a pas les compétences nécessaires.

Trois jours chrono

En général, le contrôle est conclu en 72 heures maximum, rendu du rapport compris. Quant au choix de l’expert, il est laissé à la libre appréciation des utilisateurs du service. Les 700 contrôleurs disposent, sur le site, d’une fiche de présentation par localisation géographique qui résume en quelques mots leur CV et leur domaine d’intervention. Easyverif facture, tarif unique, 79 euros par mission dont 35 euros sont rétrocédés aux contrôleurs eux-mêmes qui bénéficient ainsi «d’un complément de revenu», note Célina Maubert.

Gain d’argent

Véritablement lancé à la fin de l’année 2016, Easyverif enregistre des chiffres de croissance impressionnants, signe de l’intérêt qu’il suscite. «Nous avons comptabilisé des pics allant jusqu’à 250 % d’augmentation d’utilisation de nos services par semaine, confirme Célina Maubert. Les retours que nous avons sont très encourageants. Etre accompagné par un professionnel rassure. Mais il y a plus : dans bien des cas, cela permet également de négocier les prix avec succès. D’où, pour nos utilisateurs, un gain d’argent supplémentaire.» Célina Maubert prévoit déjà l’extension du service au reste de l’Europe à l’horizon 2018/2019. (source: Le Point)

> EASYVERIF C’EST AUSSI UN PROJET HUMANITAIRE 

tour-du-monde.jpgCédric Boisson, cofondateur: « Nous sommes passionnés tous deux de voile, et surtout, nous voulons faire offrande à nos enfants d’une vision différente du monde dans lequel ils peuvent évoluer. Donc, nous comptons acheter un bateau, le retaper, et embarquer avec nous tous les seniors professionnels du bâtiment qui le souhaiteront. Nous ferons un tour du monde afin de rebâtir les villages qui auraient subi les ravages des conflits. C’est une action humanitaire que nous voulons monter, c’est réellement ce qui nous tient à cœur ».

SENDINBLUE, la plateforme digitale tout-en-un pour les PME. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

logo-sendinblue.pngLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

 

 

→ Diffusion : samedi 21 octobre 2017 à 7h et dimanche 22 octobre à 15h


TALK 1: SENDINBLUE veut devenir le leader du marketing digital des PME en France

LE FOCUS DE LA SEMAINE : EASYVERIF contrôle sur place la véracité des petites annonces… et part bientôt pour un tour de monde de reconstruction des villages sinistrés!

TALK 2: WANDERCRAFT a levé 15 millions € pour bientôt permettre aux handicapés de remarcher

[CHRONIQUE] – LES PREMIERS PAS de… 3D Ceram / ENTREPRENDRE, JE ME LANCE: les conseils de Bruno Le Besnerais, du Conseil de l’Ordre des Experts Comptables

TALK 4: LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR des ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1: SENDINBLUE, avec Armand Thiberge, CEO

Lancée en 2012, SendinBlue a pour vocation d’être la plateforme marketing digital tout-en-un pour PME. Avec SendinBlue, chacun peut créer des  newsletters pro, segmenter sa base clients, maîtriser les résultats de ses envois, envoyer ses emailings dans la boîte de réception des destinataires, créer des scénarios de relance personnalisée… 

Coût: de 0 à 49€ par mois, selon le volume de mails envoyés. « Sur les 50 millions de petites et moyennes entreprises dans le monde, seules 4 % sont équipées d’une telle solution, analyse Armand Thiberge. Mais nous sommes sur un marché d’équipement, et cela va très vite. »

LES CHIFFRES CLÉS DE SENDINBLUE
  • Activité: plateforme de marketing digital
  • Date de création: 2012
  • Siège social : Paris
  • CA: 7,5 millions, estimation 2017: 12 millions
  • Effectif: 85
  • 60% du Chiffre d’affaires réalisé à l’international
  • 3 bureaux : Paris, Noida (Inde), Seattle
  • 50 000 clients dans plus de 150 pays. Ils sont e-commerçants, entrepreneurs, blogueurs, artisans, responsables associatifs: leur profil est très varié.
  • 509 000 utilisateurs dans le monde entier
  • Plus de 30 millions d’emails et SMS envoyés chaque jour.

sendinblue-template-editor.png

L’ACTUALITÉ DE SENDINBLUE

SEPTEMBRE 2017 – SendinBlue lève 30 millions d’euros auprès de Partech Ventures pour devenir le leader européen du marketing digital pour PME

Cette levée de 30 millions d’euros permettra ainsi à l’entreprise de renforcer son excellence technologique et de poursuivre l’enrichissement de sa suite marketing pour PME avec l’ajout de nouveaux canaux de fidélisation client. Fort de ses partenariats existants avec les solutions pour PME leaders dans le monde, comme Magento, WordPress, ou PrestaShop, SendinBlue compte renforcer sa présence dans cet écosystème en nouant de nouveaux partenariats stratégiques. L’entreprise compte ainsi recruter 100 talents d’ici 2018, pour ses trois bureaux.  « Nous sommes ravis de passer à la vitesse supérieure et de réaliser notre feuille de route très ambitieuse. L’excellence de la solution nous a permis d’avoir une croissance moyenne à 3 chiffres sur les 5 dernières années et nous comptons bien la maintenir grâce à cet apport de Partech Ventures. », précise Armand Thiberge.

Sur le plan du produit, plusieurs nouvelles fonctionnalités vont faire leur apparition : une plate-forme pour communiquer via Facebook dans un premier temps, et Instagram dans un second. Il sera possible également d’opérer des campagnes de « retargeting » en display, « nous apporterons ainsi aux TPE/PME ce que fait Criteo pour les grands comptes », avance le fondateur. L’enjeu est de transformer la base de ses 600.000 utilisateurs en clients fidèles. Car aujourd’hui, une très large majorité d’entre eux se servent de Sendinblue gratuitement. « Pour les faire basculer en payant, et trouver de nouveaux clients, nous avons besoin de renforcer les équipes marketing et produit », avoue Armand Thiberge. La communauté du marketing semble avoir déjà clairement identifié Sendinblue comme l’une des solutions à bas coût pour lancer des programmes de fidélisation de leurs clients. La start-up s’immisce dans le classement des plug-in les plus téléchargés sur Prestashop, la plate-forme e-commerce française, entre Google Analytics, PayPal et Stripe. (source: Les Echos)

LES PROJETS

«  SendinBlue a vocation à devenir le véritable couteau suisse du marketing pour les PME ».

Face à Mailjet et MailChimp

A ce jour, 45 personnes composent les équipes techniques basées en Inde, 35 autres en France, et une dizaine de collaborateurs forgent le bureau américain à Seattle. Les Etats-Unis ne sont pas la priorité de la jeune pousse à ce jour, puisque le leader mondial, MailChimp, y truste le marché. Mais sa notoriété en France continue de grandir, notamment face à Mailjet (près de 18 millions de dollars levés au total). Lors de la dernière élection présidentielle où Sendinblue avait été retenu par Benoît Hamon et Nicolas Dupont-Aignan, la start-up a mené une étude sur la manière dont l’ensemble des candidats utilisaient l’e-mail. Belle joueuse, elle avait alors concédé que Jean-Luc Mélenchon, François Fillon et Emmanuel Macron s’étaient imposés en tête de son classement, loin devant ses clients éphémères. (source: Les Echos)

>> UNE ENTREPRISE LIBÉRÉE

TRIBUNE D’ARMAND THIBERGE SUR L’ENTREPRISE LIBÉRÉE

« J’ai eu envie que SendinBlue soit un lieu où les gens sont heureux de travailler et s’épanouissent. En faisant des recherches sur cette question, j’ai découvert l’entreprise libérée ; concept que j’ai trouvé très intéressant et qui faisait beaucoup de sens pour moi.

L’acte fondateur a été l’organisation d’un séminaire au Sri-Lanka réunissant les employés des 3 pays où nous sommes présents : Inde, France et Etats-Unis (nous sommes 32 en France, 41 en Inde et 6 à Seattle). Le matin, l’équipe participait à différents workshops ; les sujets étaient divers et les résultats produits par les workshops étaient systématiquement passionnants.

Cette prise de conscience m’a poussé à aller beaucoup plus loin. Dès le retour du Sri-Lanka, je lance des ateliers de réflexion autour de la communication au sein de Sendinblue ainsi qu’un autre sur les ressources humaines ; chaque atelier est animé par des volontaires et se passe durant la pause déjeuner. Qui veut y participe.

Le workshop HR s’attelle à des questions très structurantes pour l’entreprise et va tout de suite très loin dans la réflexion. Il traite en particulier de l’épineuse question des salaires : comment doivent-être définis les salaires ? les salaires de chacun doivent-ils être publics ? comment décider les variables ? quel process pour les évaluations ?

Sur les questions soulevées par le workshop HR qui portent sur les salaires, le variable et les augmentations, les débats sont très vifs. Une évidence s’impose : il faut organiser un vote démocratique pour trancher ces questions et recueillir l’avis de tout le monde. Chacun comprend qu’une entreprise ne peut se libérer si les augmentations et les variables sont décidés uniquement par les managers. D’un autre coté, beaucoup de personnes sont attachés à la méritocratie et pensent, je les comprends aussi, que c’est d’abord le manager direct qui sait si une personne travaille bien ou pas.

Il y a donc un équilibre à trouver entre un manager tout puissant et un système égalitariste où tout le monde percevrait le même salaire indépendamment de ses performances ou de son poste.

La libération de SendinBlue est … en marche!