x-tend

[ENTREPRENDRE] : Les 1ers pas de Jérôme Tricault, de X-TEND / L’avis d’expert de Sandra Legrand (Kalidea, Yapuka). C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 27/1/18 à 7h – Dimanche 28/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

Des-aides-existent-que-paiement-charges-sociales-soit-plus-souple-F

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Chaque jour, MOULINOT collecte l’équivalent de 100 000 repas en déchets alimentaires

LE FOCUS DE LA SEMAINE : G20 YEA : 400 jeunes entrepreneurs font entendre leur voix aux gouvernements

TALK 2 : ALLO MEDIA : Quand l’Intelligence Artificielle décrypte les appels téléphoniques

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Jérôme Tricault, de X-TEND
  • Les conseils de  l’experte Sandra Legrand, fondatrice de Kalidea et Yapuka.org

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


LES PREMIERS PAS de Jérôme Tricault, de X-TEND

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

jerome tricault.jpg« Ce qui m’intéresse, c’est entreprendre et créer »

Serial entrepreneur : il a créé 5 entreprises. Il est aussi fondateur de Parfum des Oliviers en 2006 et d’Audirep, société d’études marketing, en 1996, vendue pour créer Parfum des Oliviers. Audirep avait alors 37 collaborateurs et faisait 5 millions de CA.

Jerôme Tricault le reconnaît : « je suis entreprenant, je fonce, je n’ai pas peur du risque ». 15 années passées dans le marketing et les enquêtes de marché, lui ont appris qu’il y avait un moment adéquat pour lancer un produit. « A force d’accompagner les directeurs marketing dans la création d’un produit puis dans la décision du lancement au bon moment, j’ai eu envie de sortir de cet exercice intellectuel pour aller vers le produit » (Magazine Classe Export)

LES CONSEILS DE L’EXPERTE Sandra Legrand

(Ré)-écoutez et téléchargez cette interview:

sandra legrandFondatrice de Kalidea et de la toute nouvelle société Yapuka.org, mais aussi membre des conseils d’administration de Surys (anciennement Hologram Industries) et Hi-media, Axa France. 

Marraine de 100 000 Entrepreneurs, membre du comité pédagogique MBA/MCI du pôle Léonard de Vinci, personnalité. Elle siège aussi au Conseil d’administration de l’OL.


Un sondage Odoxa pour le cabinet d’audit BDO montre que près d’un Français sur trois (28 %) affirme clairement son désir de créer son entreprise, qui grimpe même à 47 % chez les jeunes de moins de 25 ans. 

Mais: on estime à seulement 550 000 le nombre de passages à l’acte par an. Beaucoup restent donc scotchés au stade du fantasme.

Pour Sandra Legrand, « Appelons un chat un chat, c’est le plus souvent le signe d’un manque d’ambition ».

Dans l’Express – « L’ambition, ça se travaille »

En 2000, Sandra Le Grand, mère de deux jeunes enfants, lâche son job chez Coca-Cola pour créer son entreprise. Quinze ans plus tard, Kalidea emploie près de 200 collaborateurs et affiche 70 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une croissance menée tambour battant. Autant dire que la vice-présidente de l’association CroissancePlus parle d’expérience.

Toute entreprise a-t-elle vocation à grandir ?

Sandra Le Grand : C’est d’abord la décision du chef d’entreprise. Cela dépend de son ambition et de sa volonté. Certains entrepreneurs n’ont pas envie d’embaucher ; ils veulent simplement travailler en free-lance, être indépendant, exercer en libéral… Leur démarche est tout à fait légitime. Et puis, il y a ceux qui rêvent de faire de leur entreprise un leader sur le marché national et/ou international. Dans ce cas, il faut s’en donner les moyens financiers, humains et stratégiques, sans quoi cela ne marchera pas !

Il se crée beaucoup d’entreprises en France chaque année, mais seule une infime minorité dépassera, à terme, les 50 salariés. Pourquoi ?

C’est très bien d’avoir un vivier de plus de 500 000 nouveaux entrepreneurs tous les ans. Cela témoigne d’une belle énergie d’entreprendre en France, notamment chez les jeunes qui se lancent, avant même d’avoir fini leurs études. De nombreuses start-ups sont créées dans notre pays, mais la question est de savoir : combien d’entre elles deviendront de futurs Google, de futurs Amazon ? Certes, nous avons Criteo, Vente-privee. com, BlaBlaCar, Deezer… mais il en faudrait davantage! En France, créer son entreprise est simple, mais il nous manque un écosystème qui encourage vraiment la croissance.

Publicités

Ca roule pour la valise extensible X-Tend! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 13/1/18 à 7h – Dimanche 14/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

xtend valise extensible.jpg      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: X-TEND, la valise extensible et connectée révolutionne le monde du voyage

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Heart Never Lies (HNL):  les battements du coeur au service d’une meilleure expérience client

TALK 2 : SENDOBOX, des colis isothermes ultra-résistants 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

___________________________________________________________________________

TALK 1: X-TEND, avec Jérôme Tricault, cofondateur avec Louis Develay

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

Les serial entrepreneurs Jérôme Tricault et Louis Develay révolutionnent l’univers du voyage en lançant une valise extensible et connectée. 

Une solution qui répond à la question: est-ce que je prends seulement une valise cabine ou bien est-ce que j’enregistre un bagage (surcoût souvent + temps d’attente à l’aéroport pour l’enregistrer et le récupérer)? L’inconvénient de la valise cabine: chemises froissées, chaussures écrasées, on est obligé de se limiter.

  • On appuie sur un bouton et la valise prend 40% de plus de surface. A l’aller j’enregistre, au retour je la passe en bagage cabine. A l’inverse quand on veut rapporter des souvenirs, on l’agrandit au retour.
  • Prise USB avec batterie qui permet de recharger laptop ou téléphone 10 fois
  • Les roues tout terrain ne font pas de bruit
  • Poids: 3,8 kg

X-Tend a remporté le prix de la valise 2017 au salon du bagage à Las Vegas. « J’arrive en petit trublion face à Samsonite et Delsey, avec une valise disruptive » dit Jérôme Tricault. 

Le prix: 599€

xtend valise.png

L’ACTUALITÉ de X-TEND

Nous avions reçu Jérôme Tricault lors du lancement de la valise X-Tend en juin dernier. Aujourd’hui tout roule pour ce nouveau venu dans l’univers du bagage, entre levées de fonds et distribution en pleine croissance.

Levée de fonds terminée en septembre (500k) avec quelques entrepreneurs bien connus: Fred MAZZELLA, Michel & Augustin, Fabien PIERLOT (Coyote)

  • Accompagnement BPI + subventions : 300k en Octobre

Soit 850 000€ levés en tout : « Un deuxième tour de table devrait avoir lieu en septembre 2018 ».

  • Dès maintenant sur le site http://www.x-tend.io, les early adopters peuvent commander leur Xtend® avec 200$/€ de remise car la livraison n’est qu’en Avril, leur patience étant récompensée.
  • Pour le moment 4 Distributeurs off line vont lancer la Xtend® sur leur marché respectif : USA, Middle East, Japon & Belgique.

LES OBJECTIFS

Son ambition, « devenir un acteur reconnu » dans dix pays, dont les USA, les pays scandinaves, ou l’Allemagne. Pour cela, la société veut faire référencer sa valise Xtend chez les spécialistes des bagages haut de gamme, comme la Bagagerie en France, soit une présence dans 300 à 400 magasins dans le monde. Le reste des ventes se fera en ligne. (Les Echos)

LE PARCOURS DE JÉRÔME TRICAULT

« Ce qui m’intéresse, c’est entreprendre et créer »

Jerôme Tricault le reconnaît : « je suis entreprenant, je fonce, je n’ai pas peur du risque ». 15 années passées dans le marketing et les enquêtes de marché, lui ont appris qu’il y avait un moment adéquat pour lancer un produit. « A force d’accompagner les directeurs marketing dans la création d’un produit puis dans la décision du lancement au bon moment, j’ai eu envie de sortir de cet exercice intellectuel pour aller vers le produit »

X-TEND, la 1ère valise extensible. C’est dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Capture d’écran 2017-06-13 à 10.38.16.pngAu Business Club de FranceLogo-BFMBusiness-sans-contour

Uniquement sur BFM Radio

 

→ Diffusion : samedi 17/6/2017 à 7h | dimanche 18/6/2017 à 14h


TALK 1: ARELIS conquiert l’univers : Cap Vert, Indonésie, Côte d’Ivoire, Maroc, Russie, Israël et maintenant la planète Mars!

TALK 2: MOONCARD, la carte de paiement qui digitalise la comptabilité

TALK 3 : X-TEND : le serial inventeur Jérôme Tricault a encore frappé!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 3 : X-TEND, avec Jérôme Tricault, président

SA NOUVELLE ENTREPRISE : X-TEND

Siège social: Langoiran (33)

C’est le même principe que le Magic Bed. « Quand y’a une contrainte dans la vie j’essaie de trouver une solution »

Ca répond à la question: est-ce que je prends seulement une valise cabine ou bien est-ce que j’enregistre un bagage (surcoût souvent + temps d’attente à l’aéroport pour l’enregister et le récuperer). Inconvénient de la valise cabine: chemises froisées, chaussures écrasées, on est obligé de se limiter.

  • On appuie sur un bouton et la valise prend 40% de plus de contenance. A l’aller on l’enregistre  en bagage cabine. A l’inverse, au retour,  quand on veut rapporter des souvenirs, on l’agrandit et elle passe en soute. 
  • Il y a une prise USB avec batterie qui permet de recharger laptop ou téléphone 10 fois
  • Les roues tout terrain ne font pas de bruit
  • Poids: 3,8 kg

X-Tend a eu le prix de la valise 2017 au salon du bagage à Las Vegas. « J’arrive en petit trublion face à Samsonite et Delsey, avec une valise disruptive ».

Augustin Paluel-Marmont intervient dans le projet en tant que conseiller

Le 1er prototype a été réalisé en août 2016

FINANCEMENT

200 000 € ont été dépensés pour concevoir le prototype.

FINANCEMENT PARTICIPATIF sur Kickstarter lancé le 17 mai3 jours plus tard ils étaient déjà à la moitié de l’objectif. Aujourd’hui: 55 000€, objectif de 50 000€ dépassé, l’opération s’arrête le 14 juin

La production industrielle commence cet été. La partie électronique est faite en France, le design à San Francisco, la fabrication en Chine.

Une levée de fonds est à venir (environ 1M€)

 LE PARCOURS DE JÉRÔME TRICAULT

« Ce qui m’intéresse, c’est entreprendre et créer »

Serial entrepreneur : il a créé 5 entreprises. Il est aussi fondateur de Parfum des Oliviers en 2006 et d’Audirep, société d’études marketing, en 1996, vendue pour créer Parfum des Oliviers. Audirep avait alors 37 collaborateurs et faisait 5 millions de CA.

Jerôme Tricault le reconnaît : « je suis entreprenant, je fonce, je n’ai pas peur du risque ». 15 années passées dans le marketing et les enquêtes de marché, lui ont appris qu’il y avait un moment adéquat pour lancer un produit. « A force d’accompagner les directeurs marketing dans la création d’un produit puis dans la décision du lancement au bon moment, j’ai eu envie de sortir de cet exercice intellectuel pour aller vers le produit »

Jérôme Tricault a vécu aux Etats-Unis et vient de revenir en France pour créer X-Tend.

Son rêve actuel: prendre plus de temps avec sa famille.

ENTREPRENDRE AUX ETATS-UNIS

Inventeur du Magicbed, un lit pour bébé qui se plie et se déplie en un clin d’œil, Jérôme Tricault est le premier surpris lorsqu’il apprend que les Etats-Unis lui délivrent un visa 01, réservé aux «talents exceptionnels». Prudents tout de même, Jérôme, son associé, Emmanuel Sordoillet, et leurs épouses, vont à San Francisco repérer les lieux. Coup de foudre : deux mois plus tard, les familles au complet – soit sept enfants en tout – arrivent à Sausalito. «Ils n’étaient pas chauds au départ, mais, aujourd’hui, seul l’un d’eux veut encore rentrer.»

Dans leurs valises, Jérôme et Emmanuel emportent Pictyear une appli pour iPhone qui crée des albums photo collaboratifs, sur laquelle ils travaillent depuis six mois. «Cela m’intéressait davantage que d’aller vendre Magicbed», raconte Jérôme. Le lit magique leur a toutefois permis de démarrer leur affaire. Dès septembre 2014, ils embauchent des développeurs et démarchent les grands de la Silicon Valley. «Ici, créer un business est un sport.» Début janvier, les deux compères lèvent 1 million de dollars et, en mai, Pictyear est en une des «App Stores» européens.

Son conseil

«Prévoyez des fonds. Dans la Silicon Valley, il faut avancer six mois de loyer pour un logement. Et soyez patients. Pour les enfants, les débuts ont été difficiles. Puis un déclic s’est produit.» (Capital)