robot

Journalistes et comptables: bientôt tous robotisés? Avec Syllabs et Georges.tech. C’était au Business Club de France (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/3/18 à 7h – Dimanche 25/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

robot redaction comptable.jpg
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Syllabs et son robot rédacteur / Le robot Georges.tech fait la comptabilité des professions libérales

TALK 2 : La belle saga française de Quiès

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1 : Syllabs, avec Claude de Loupy, cofondateur / Georges.tech, avec Côme Fouques, cofondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette émission:

Serons-nous demain tous remplacés par des robots? Si on en croit l’étude ci-dessous, ce sera le cas. La révolution est déjà en marche, avec notamment Syllabs, qui produit des contenus écrits automatisés en plusieurs langues, et Georges.tech, qui a robotisé la comptabilité des professions libérales. 

Selon une étude de Business Insider parue en début d’année, les robots seront capables de nous remplacer pour:

  • plier du linge en 2021
  • transcrire un discours oral en 2024
  • lire un texte à haute voix en 2026
  • remplacer les vendeurs en 2036
  • écrire un best seller du New York times en 2048
  • faire de la chirurgie en 2056
  • TOUT FAIRE en 2070
SYLLABS

syllabs (1).jpgLE PRODUIT

L’entreprise a développé un robot de rédaction automatique de textes, qui a nécessité dix ans de R&D.

Le bulletin météo, les résultats sportifs… autant d’informations à faible valeur ajoutée que la société Syllabs rédige, de façon automatique, grâce à son robot d’écriture.

Ils affirment être le premier moteur de rédaction d’informations pour les médias français et fournit des textes à plus de 30 clients dans les secteurs de l’immobilier, du tourisme, de l’e-commerce et du webmarketing.

Syllabs propose également des solutions automatiques de tagging et linking d’articles, permettant de rendre accessibles et mettre en valeur les archives de très gros producteurs de contenu.

Syllabs affiche clairement ses ambitions : devenir une référence mondiale dans le secteur de l’intelligence artificielle.

Capture d_écran 2018-03-21 à 14.50.50

 

LES CHIFFRES CLÉS DE SYLLABS

  • Activité: production automatique de contenus multilingues
  • Date de création: 2006
  • Siège social: Paris, mais vont déménager à Nantes pour être plus près du groupe Ouest-France, un de leurs actionnaires désormais
  • CA: 2 M
  • Effectif: 18

L’ACTUALITÉ DE SYLLABS

syllabs.jpgSyllabs lève 2 millions pour internationaliser son robot journaliste

Syllabs va internationaliser sa solution grâce aux 2 millions d’euros levés auprès de West Web Valley, Sipa Ouest France et BNP Paribas Développement.

Pour développer sa solution tant en France qu’à l’étranger, la société vient de réaliser une première levée de fonds de 2 millions d’euros partagés entre West Web Valley, à Brest, Sipa Ouest France, à Rennes, et BNP Paribas Développement.

« Le robot de rédaction ne prend pas la place d’un journaliste, mais effectue des opérations souvent répétitives publiables en temps réel », souligne Claude de Loupy, président fondateur de Syllabs. Pas moins de 4 millions d’euros de travaux de R&D conduits pendant six ans ont été nécessaires à l’entreprise pour développer sa solution, qui a été utilisée dès 2015 par le journal « Le Monde » dans le cadre de la publication des résultats de scrutins municipaux et régionaux. Depuis, d’autres médias utilisent les algorithmes de Syllabs pour leurs contenus. « Les professionnels de l’immobilier, de l’e-commerce ou du tourisme s’adressent aussi à notre système de traitement automatique des données », ajoute-t-il. Par exemple, Guy Hoquet Immobilier lui confie l’ensemble des textes de présentation de ses biens en vente, « à partir de fiches descriptives que nous mettons automatiquement en forme  », précise Claude de Loupy.

Déménagement à Nantes

La solution est accessible en anglais, en espagnol et, bientôt, en allemand. Syllabs vend ce service sous forme d’abonnements à des prix oscillant entre « 10.000 et 200.000 euros », en fonction de la taille des contenus. Pour se rapprocher notamment du groupe Ouest France, désormais au capital, Syllabs va prochainement transférer, à Nantes, l’ensemble de son équipe qui compte actuellement 18 collaborateurs. Avec le recrutement de développeurs et de traducteurs en cours, l’entreprise devrait dépasser les 40 salariés d’ici à fin 2018. (Les Echos)

GEORGES.TECH

georges comptable robot.pngLa promesse de Georges: pouvoir faire sa compta automatiquement en moins d’une heure, pour 7 fois moins cher qu’un cabinet comptable

LE MARCHÉ

D’après la DGE, la France compte près d’un million d’entreprises libérales, dont 120 000 infirmiers, 70 000 médecins généralistes, 70 000 kinésithérapeutes, 60 000 avocats et des centaines de milliers de freelances, de psychologues, d’orthophonistes, de podologues, etc..

Toutes ces petites entreprises réalisent chaque année une déclaration de leurs bénéfices non commerciaux.

LES CHIFFRES CLÉS DE GEORGES.TECH

  • Activité: application en ligne pour automatiser la comptabilité des professions libérales et des indépendants
  • Date de création: 2016
  • Siège social: Lyon
  • Effectif: 10

L’ACTUALITÉ

7 mars 2018 – Georges.tech lève 1 million pour perfectionner son robot comptable

La plateforme qui automatise la comptabilité des professions libérales a convaincu le fonds Kerala Ventures et Fast Forward.

Georges.tech vient d’annoncer son premier tour de table : 1 million d’euros levé auprès du fonds Kerala Ventures et de Fast Forward. Créée en 2016, la plateforme qui automatise la comptabilité des professions libérales va investir pour perfectionner les technologies mises en oeuvre, notamment l’apprentissage automatique (Machine Learning). Dans les mois à venir, l’équipe d’experts techniques de la start-up lyonnaise va être sensiblement renforcée. En parallèle, des efforts supplémentaires porteront sur le développement du business. De 10 personnes actuellement, l’effectif global devrait passer à 25 dans deux ans. « Beaucoup reste à faire sur la partie intelligence artificielle appliquée à la comptabilité », déclare Côme Fouques, CEO et cofondateur de l’entreprise avec trois associés.

Capture d’écran 2018-03-21 à 14.55.20.png

La plateforme entre en concurrence frontale avec les logiciels classiques qu’utilisent les libéraux dépourvus de comptable attitré. Ce serait le cas d’un professionnel sur deux. Un immense marché estimé à plusieurs centaines de milliers de sociétés (médecins, infirmiers, kiné, avocats, freelances …). D’autant que la digitalisation a encore beaucoup de chemin à faire dans les cabinets. Il n’est pas rare de rencontrer des kinés ou des orthophonistes toujours adeptes du papier pour faire leurs comptes.

Faire sa compatabilité annuelle en une heure

Pour « disrupter » le secteur, la start-up met en avant la simplicité de son « robot comptable ». Sa promesse : analyser automatiquement les transactions bancaires et générer une comptabilité sans aucune saisie manuelle. Depuis leur mobile, les utilisateurs pilotent au quotidien leur compte jusqu’à la déclaration de leurs bénéfices non commerciaux et la TVA. « En moins d’une heure », Georges permet de produire une comptabilité annuelle et une déclaration d’impôt. Un gain de temps appréciable par rapport aux outils traditionnels.

(la plateforme se synchronise avec la banque du professionnel pour récupérer toutes les transactions bancaires jour après jour et s’appuie sur le machine learning pour catégoriser les dépenses et générer la comptabilité sans aucune saisie manuelle. De plus, les retraitements fiscaux, comme l’Urssaf ou les frais de repas, sont automatisés).

Pour le moment, la barre des 1.000 abonnés a été passée, assure le dirigeant lyonnais. L’objectif est d’atteindre les 100.000 fidèles dans trois ans. Outre un tarif avantageux (19 euros mensuel), la start-up table sur l’appui de Kerala Ventures pour conquérir de nouveaux clients. Comment s’y prendre pour vendre des services innovants aux professions libérales et aux freelances ? Sur ce point, le fonds qui a investi très tôt dans  Doctolib a sans doute sa petite idée. (LES ECHOS)

NOUVEAU PRODUIT

La jeune pousse a également développé une technologie, baptisée «Flashback» et opérationnelle depuis janvier, qui permet de reprendre instantanément les 18 derniers mois de la comptabilité d’un indépendant pour produire sans délai sa déclaration fiscale.

Publicités

Un robot doté de conscience? C’est ce que va créer Another Brain. Au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 17/3/18 à 7h – Dimanche 18/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

another brain.png
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: ANOTHER BRAIN: un robot au cerveau (presque) humain

TALK 2 : BOXTAL, ex-Envoismoinscher, boostée par la croissance de l’e-commerce

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1: ANOTHER BRAIN, avec Bruno Maisonnier, fondateur 

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Avec Another Brain, Bruno Maisonnier veut donner une vraie intelligence aux objets, totalement autrement que ce qui se fait actuellement. « 95% des gens qui font de l’IA dans le monde font des réseaux de neurones* et ne veulent pas copier le cerveau humain ». Selon lui, ça a des limites, il veut construire l’étape d’après, pour « être plus fort que les Américains et les Chinois ».

* le réseau de neurones est un système programmé par l’humain et qui fonctionne ensuite par association d’idées (reconnaissance d’images par exemple). Plus on l’alimente en données, plus le système devient « intelligent ». Des algorithmes lui font prendre des décisions. Mais l’intervention humaine reste indispensable.

> La France est au monde le pays qui a le plus de créativité de rupture selon lui

another brain cerveau

QU’EST-CE-QUE ANOTHER BRAIN?

Le produit sera disponible en 2019 

Des puces (circuits intégrés d’intelligence artificielle) capables de reproduire le fonctionnement du cortex cérébral pour « permettre à n’importe quel type de capteur de comprendre et d’apprendre de son environnement, de manière autonome et non supervisée ».

Cette approche est censée résoudre les problèmes que posent les solutions «traditionnelles » basées sur les réseaux neuronaux à apprentissage supervisé (deep learning). Notamment en matière de consommation d’énergie (Another Brain affirme que son circuit intégré requiert moins de 1 watt), et de capacité à expliquer les décisions des algorithmes.

APPLICATIONS

>> Voitures intelligentes : l’assistance à la conduite et les véhicules autonomes sont basés sur la perception de ce qui se passe. Another Brain ouvre de nouvelles pistes beaucoup plus puissantes.

>> Robotique industrielle de manipulation ou de déplacement : l’efficacité et la robustesse de la perception augmentent la fiabilité de l’automatisation industrielle.

> Drones, IoT, Robots autonomes, Médecine personnalisée, Défense : changement de paradigme en offrant une compréhension de l’environnement.

ET SI LES ROBOTS FAISAIENT TOUT À NOTRE PLACE?

robot intelligence artificielle

LEVÉE DE FONDS

Dans Les Echos – Bruno Maisonnier réunit 10 millions d’euros pour AnotherBrain

Ont participé à la levée de 10 millions d’euros : Antoine Blondeau (président fondateur de Sentient), Charles Edouard Bouée (PDG de Rolland Berger), et les fonds d’investissements Daphni, Global Founders Capital, Cathay Capital et Aglae Venture.

La start-up fondée par le père des robots NAO et Pepper veut créer des puces dotées d’une nouvelle génération d’intelligence artificielle. Elles pourront aussi bien s’appliquer aux véhicules autonomes qu’à la sécurité ou à la robotique.

Après  la vente houleuse d’Aldebaran au japonais Softbank en 2015, Bruno Maisonnier aurait pu tout arrêter. Il y a pensé d’ailleurs. Mais après avoir écumé les routes avec sa moto jusqu’en Amérique du Sud, il s’est décidé à reprendre le chemin de l’entrepreneuriat avec AnotherBrain, une start-up qu’il a fondée il y a tout juste douze mois et dont il dévoile le montant de ce qui s’impose comme l’une des plus importantes  levées de fonds d’amorçage françaises de l’histoire (10 millions d’euros).

« Ce projet est né alors que je réfléchissais à l’avenir de la robotique, se rappelle Bruno Maisonnier. Aldebaran n’était qu’une étape où l’on a tiré le meilleur parti en assemblant des technologies disponibles et je voulais tout réinventer pour créer une expérience plus souple, plus agréable. » Mais plutôt que de s’attaquer à l’ensemble des pièces du puzzle, le fondateur d’AnotherBrain a choisi de se concentrer sur le développement d’une technologie capable de donner une conscience aux robots et à tout objet. Mais pas avec n’importe quel objectif, précise Bruno Maisonnier : « lorsque je serai âgé et que j’aurai besoin de l’assistance d’un robot pour rester chez moi, je ne veux pas que celui-ci soit américain et aspire toutes mes données, ou asiatique et essaie de me vendre des produits ou des services. Je veux un robot français avec des valeurs! »

Eviter l’intervention humaine

La puce, qu’il développe avec une équipe d’une vingtaine de personnes pour le moment dans le centre de Paris, devrait être disponible début 2019, mais un premier logiciel capable de démontrer toute l’étendue de ses capacités verra le jour dès la fin de l’été. A terme, cette puce pourra être intégrée à un robot bien sûr, mais aussi à des outils comme des caméras vidéo ou des objets connectés pour leur donner la capacité d’apprendre sans que l’être humain n’intervienne de quelque manière que ce soit. (…)

Dans les faits, la puce devrait permettre, par exemple, d’aider les constructeurs de véhicules autonomes à  mieux guider leur véhicule sur la route. A ce qu’ils apprennent aussi plus rapidement et sans intervention humaine les dangers et les obstacles qui pourraient se dresser devant eux. Deux constructeurs français auraient déjà passé un contrat avec la start-up pour explorer cette piste dans les années à venir.

Transposée dans le domaine des robots, cette possibilité peut donner le tournis et soulève des questions d’éthique, dont le startuppeur assure avoir conscience : « Je souhaite que ce projet soit entouré de bienveillance. Je m’entoure de personnes qui ont cette obsession en tête et j’embarque les verrous nécessaires dans mes puces pour qu’elles ne puissent pas être détournées de leur usage. » Un discours qui a convaincu les investisseurs de le suivre alors qu’il n’avait pas encore passé le stade de l’intention d’AnotherBrain. (…)

 

C’est lundi, jour du bonheur!

Publié le Mis à jour le

J-8 avant le PRINTEMPS!!! 

Une seule journée par an consacrée aux femmes c’est trop peu. Nous, on continue:

FEMMES AUX POSTES DE DIRECTION: la France, bonne élève

femme dirigeanteD’après l’étude annuelle « Women in Business » de Grant Thornton International, menée au sein de 35 pays au dernier semestre 2017, un nombre plus important d’entreprises (75 % en 2018 contre 66 % en 2017) comptent désormais au moins une femme à un poste de top management ou de directionLes entreprises françaises sont au-dessus de la moyenne mondiale avec un résultat de près de 79%.

Pour en savoir plus 

xxxx

LES FEMMES PLUS HEUREUSES AU TRAVAIL QUE LES HOMMES

Selon la récente étude du cabinet Robert Half « Les secrets du bonheur au travail », les femmes seraient souvent plus satisfaites au travail que les hommes. Elles se considèrent traitées équitablement et avec respect (16% contre 13% pour les hommes), se sentent capables d’influencer d’importantes décisions (24% contre 17% chez les hommes) et se sentent libres d’être elles-mêmes (à 15% vs 11% pour les hommes).

ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE: LES SYNDICATS VEULENT DES ACTES

Equal male female sex equality balanceSelon Les Echos: Les syndicats français réclament  de « passer, comme en Islande, d’une obligation de moyens à une obligation de résultats ».  Une loi qui vient d’être votée dans cette île impose aux entreprises d’obtenir une certification de leur système de rémunération, qui garantisse qu’il respecte les règles édictées conjointement par les syndicats islandais, la confédération des employeurs et certains membres du gouvernement.

En savoir plus 

LES STARTUPS FRANÇAISES ONT LEVÉ 258 MILLIONS € EN FÉVRIER

startup« Les mobilités sont loin devant les autres secteurs, portées par le tour de table de Cityscoot. Suivent les médias et la fintech. Les jeunes poussent de l’Hexagone ont amassé 255 millions d’euros en levées de fonds en février,  soit plus du double de l’année dernière sur la même période(102 millions d’euros) ».

En savoir plus sur Le Journal du Net

xxxxx

EURATECHNOLOGIES fait des petits

euratechnologies-exterieur1er incubateur en France selon Fundacity, le célèbre Lillois annonce l’ouverture de deux nouvelles structures. Créé en 2009, EuraTechnologies accueille 300 entreprises, 3700 salariés, 500 événements annuels et un réseau international dense (San Francisco, Dubaï, Shanghai, New-York, Belo Horizonte).

Plus d’infos sur Capital

xxxx

xxxx

FAMILLE, HONNÊTETÉ, VALEURS: les Français ont de belles valeurs

Le baromètre annuel des valeurs des Français a été dévoilé ce week-end en exclusivité au Business Club de France sur BFM radio. Publié par le cabinet de conseil de direction générale en stratégie et management Kea & Partners, il classe une centaine de valeurs perçues et désirées par les Français sur 3 plans : personnel, dans la nation et au sein de l’entreprise. Cette année, les Français sont plus optimistes et cherchent l’épanouissement au travail. 

Capture d_écran 2018-03-07 à 16.32.08

Téléchargez le baromètreBaromètre des Français Kea 2017

UN ROBOT AU CERVEAU HUMAIN?

robotAnother Brain, c’est la nouvelle aventure de Bruno Maisonnier, fondateur d’Aldebaran (créateur des robots Nao, Pepper, Romeo). L’idée très avant-gardiste est de créer un robot qui, comme un humain, est capable d’apprendre par lui-même. En d’autres termes un robot doté d’une conscience… Technologie parfaite pour la voiture autonome, mais aussi la robotique industrielle, la médecine personnalisée, etc. Et pourquoi pas à l’avenir faire le café, s’occuper des enfants, nous réprimander quand on mange trop de chocolat? Une vision à la fois magique et quelque peu effrayante…

LA MÉDIATION DES ENTREPRISES: un dispositif hyper efficace

mediationFaire appel à un médiateur pour résoudre les conflits inter-entreprises est une pratique de plus en plus courante en France, qui se révèle fructueuse dans 75% des cas. Les chiffres 2017 de la Médiation des Entreprises prouvent à la fois la progression et l’efficacité de cette procédure gratuite.

  • Depuis 2010, 10 000 entreprises et acteurs publics ont fait appel à la Médiation des Entreprises.
  • Près de 3/4 des médiations aboutissent de façon positive
  • Plus de 93% des saisines proviennent des TPE et PME
  • 1/3 des médiations concernent des marchés public

Chaque week-end, Pierre Pelouzet, Médiateur des Entreprises, est au micro de Michel Picot pour recueillir les témoignages de chefs d’entreprise qui ont fait appel à la Médiation et leur donner les conseils appropriés.

(Ré)écouter les podcasts

Pour faire appel à la Médiation : mediateur-des-entreprises@finances.gouv.fr

Site de la Médiation des Entreprises 

EDDY DE PRETTO = STROMAE ou JACQUES BREL? Vous en pensez quoi?

[LUNDI BONHEUR] – 19 février

Publié le Mis à jour le

Ah le lundi! Mais que ferait-on sans cette  journée radieuse! 

 

UN ROBOT CAPABLE D’OUVRIR LES PORTES!

Bluffant! Dans une vidéo publiée récemment sur sa chaîne YouTube, l’américain Boston Dynamics met en scène deux robots devant une porte fermée. Le premier l’ouvre, laisse passer son coéquipier, le suit, puis referme la porte. Leurs gestes fluides évoquent vraiment ceux des humains… West world n’est pas loin…

 

SURPRISE: MONOPRIX VEUT RACHETER SARENZA

sarenza.jpgSelon BFM Business: « Monoprix est entrée en négociations exclusives en vue d’acquérir le chausseur en ligne Sarenza. L’opération, dont le montant n’a pas été révélé, doit permettre à cette enseigne de distribution présente dans les centre-villes de « compléter son offre » et de se renforcer dans la vente en ligne, précise le groupe Casino, sa maison-mère ». A suivre de très près…

xxxxx

LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES AU PLUS HAUT DEPUIS 2010

creation entrepriseSelon La Tribune « Les créations d’entreprises ont connu un rebond de 3,6% en janvier, après un recul de 1,5% en décembre, soutenues par les micro-entrepreneurs qui compensent un léger repli des créations d’entreprises classiques, a indiqué l’Insee mardi. Sur le front de l’emploi, le secteur privé a créé plus de 200.000 postes en 2017 ».

xxxx

xxx

LA FRANCE, leader mondial des COSMÉTIQUES

Cosmetique6.jpg13 milliards d’euros! C’est le nouveau record des exportations françaises de cosmétiques, en progression de 12% par rapport à 2016. Le secteur est un des moteurs de la croissance à l’export en France. Le luxe et l’élégance à  la Française ont de beaux jours devant eux.

xxxxxx

xxxxxx

xxxxxxx
IMPRIMER UN CORPS HUMAIN EN 3D

Des scientifiques suisses ont mis au point le Flink, encre révolutionnaire qui permettrait de réaliser des organes ou un corps humain entier à partir d’une imprimante 3D spécifique. Une excellente nouvelle pour ceux qui ont besoin de greffes d’organes.

 

LA PLUS HAUTE DU MONDE SERA EN BOIS!

Elle mesurera 350 mètres et sera construite d’ici 2041. Cette nouvelle tour abritera des logements, des hôtels, des bureaux et des commerces. Ce n’est pas la première fois qu’une tour en bois sort de terre au Japon. Le promoteur Sumitomo Forestry en a déjà construit une de « seulement »… 84 mètres!

Capture d’écran 2018-02-19 à 12.48.01.png

Avec KEECKER, plus besoin de télé ou de chaîne hi-fi! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 20/1/18 à 7h – Dimanche 21/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

keecker plafond.jpg

 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Le bracelet connecté de Payintech donne accès aux activités sportives, remonte-pentes et même à l’eau en Afrique

LE FOCUS DE LA SEMAINE : SALON DE LA LINGERIE: Tendances et chiffres clés

TALK 2 : Le robot multimédia de KEECKER obéit au doigt et à l’oeil

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

____________________________________________________________________________________________

TALK 2 : KEECKER, avec Pierre Lebeau, fondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Pierre Lebeau était auparavant Product Manager chez Google (on lui doit Google Analytics!)

Le robot Keecker, petit oeuf motorisé, est un projecteur mobile. Plus besoin de téléviseur, ni de chaîne hi-fi: il projette tous types de contenus du sol au plafond et diffuse votre musique préférée, commandé par la voix de son maître.

L’HISTOIRE

« L’idée de Keecker m’est venue il y a cinq ans, à force de « souffrances » personnelles avec mon téléviseur, ses câbles et ses branchements. Même en étant un peu geek, je trouvais cela impossible ! », se remémore Pierre Lebeau, fondateur et PDG de Keecker.

Pour cet ancien de Google (on lui doit notamment Google Analytics), l‘idée était d’inventer un « objet combinant une grosse partie des besoins technologiques de la maison ». Le mouton à cinq pattes ? (20 minutes)

LES CHIFFRES CLÉS DE KEECKER

  • Activité: conception d’un robot multimedia pour la maison
  • Date de création: 2012
  • Siège social: Paris
  • CA: NC
  • Effectif: une trentaine (dont une majorité d’ingénieurs venus d’entreprises comme Aldebaran, Parrot, et Withings)

LE PRODUIT

Ce robot tout-en-un combine un projecteur orientable à 90° sur un mur ou au plafond, un système audio 4.1 (son de 117 décibels), deux caméras, trois microphones, une batterie de capteurs et, ne possède, bien sûr, aucun câble.

« Il fallait que ça puisse le faire où que ce soit dans nos intérieurs, et avec une vraie qualité », complète Pierre Lebeau. Donc projecteur sur roulettes. Mais pas que. Sous Android TV, Keecker affiche des émissions TV et des vidéos téléchargées dans son disque dur ou en streaming (il est connecté en Wifi). Mais il peut les projeter n’importe où : sur un mur ou au plafond. Pour cause : son optique est motorisée.

keecker robot.jpg

On peut donc visionner un long-métrage la tête en l’air vautré sur son lit, regarder une vidéo YouTube ou jouer à un jeu sur le mur de sa chambre, consulter une recette de cuisine sur la porte du réfrigérateur, etc.

Pour déplacer Keecker d’une pièce à l’autre, trois solutions : le porter (il ne pèse que 8 kg), lui intimer l’ordre d’aller dans la cuisine (il bénéficie d’un système de reconnaissance vocale), où le diriger du bout de l’index sur l’écran de son smartphone. Pour cette dernière option, on aura préalablement laissé le robot cartographier son intérieur, un peu comme le font certains aspirateurs robot.

Comme ces derniers, Keecker ira aussi tout seul se recharger sur sa base pour faire le plein d’énergie. Son créateur annonce une autonomie de 6 heures projecteur allumé (« avec le son à fond »), ou de 3 jours si l’on utilise seulement Keecker pour écouter de la musique. On saluera d’ailleurs la qualité de son, délivrée par trois haut-parleurs et un subwoofer avec une pêche certaine.

keecker tv.jpg

Il fait aussi office d’enceinte Bluetooth. Ce qui peut être pratique pour une écoute au casque. Cerise sur le robot : il dispose d’une caméra à 360° lui permettant d’être utilisé pour réaliser des conférences en vidéo, voire de surveiller son intérieur à distance.

Keecker est fabriqué par l’américain Flex dans son usine de Shenzhen. « Nous avons cherché le bon partenaire d’abord en France, sans le trouver pour des problèmes de prix et de maîtrise technique, explique Pierre Lebeau. Cela nous a fait perdre du temps et de l’argent. » Finalement, c’est l’Américain Flextronics, dont le numéro deux, François Barbier, est français, qui fabrique Keecker dans l’une de ses usines).

Vendu 1.790 euros (avec un disque dur de 32 Go) ou 1.990 euros (160 Go), Keecker sera sans doute un nouvel ami dans les chaumières, mais hélas pas dans toutes les chaumières. A ce prix, l’intégration d’un lecteur DVD/Blu-ray aurait pu être une option appréciée. Voulant inscrire son bébé « dans le futur », Pierre Lebeau n’en voulait pas. A l’origine, le robot devait être lancé fin 2014… entre 3.000 et 4.000 euros, et avec bien moins de fonctions. Reste un concept insolite et qui plus est français, résolument familial, et forcément évolutif dans le cadre d’une maison connectée. Futures mises à jour aidant, Keecker aura sans doute de nouveaux secrets à nous livrer… (20 minutes)

Demain, d’autres fonctionnalités pourront être ajoutées comme mesurer la température de chaque pièce ou encore signaler la présence d’intrus. (Challenges)

>> 30% des clients sont des professionnels : On y retrouve également BNP Paribas immobilier qui gère de nombreuses résidences étudiantes en France et va les équiper de Keecker.

L’ACTUALITÉ DE KEECKER

  • Octobre 2017 – Levée de 4,5 M € auprès du Hardware Club avec la participation de Seb Alliance et d’A Plus Finance. Cette levée vient compléter les investissements de NK8, Kima Ventures (Xavier Niel) et de Jacques-Antoine Granjon déjà réalisés en 2015. Keecker annonce également l’arrivée de François Barbier, Président des opérations chez Flex, et d’Alexis Houssou, Co-Fondateur du Hardware Club, à son Comité de Surveillance.
  • Objectif: accélérer sa commercialisation en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis
  • Ouverture d’un bureau à San Francisco en novembre 2017
  • Actuellement dans 3 magasins à Paris , Keecker sera disponible dans une quinzaine de points vente à travers la France à partir de février.
  • Le monde de l’hôtellerie marque un fort intérêt pour Keecker: L’hôtel Le Bristol à Paris est déjà équipé de plusieurs robots pour leurs chambres, salles de massage et de réunion et Keecker travaille sur des mises en place avec 3 autres groupes hôteliers internationaux.
  • Keecker se lance maintenant aux USA et en Angleterre, avec un présence dans 10 magasins d’ici début février également.

[OMG!] – En 2060, les robots nous auront remplacés! Vous y croyez?

Publié le Mis à jour le

L’intelligence artificielle se développe au grand galop, transformant nos maisons, nos voitures, notre santé. Pour le meilleur mais peut-être parfois pour le pire!

D’après cette infographie, les robots seront capables d’exécuter toutes les tâches de l’être humain d’ici 2060. 

Vous en pensez quoi? 

robot intelligence artificielle

Lundi Bonheur – 22 mai :)

Publié le Mis à jour le

Des bonnes nouvelles, en voulez-vous? En voilà !
FORMIDABLEMENT IMPROBABLE !

unicorn-money.jpgEt pourtant c’est vrai: la startup britannique Improbable, spécialiste de la réalité virtuelle vient de lever 500 millions de dollars ! Une nouvelle licorne est née. L’investisseur est le fonds japonais SoftBank, qui a racheté le Français Aldebaran, célèbre pour son robot Nao.

Plus d’infos


LES INVESTISSEMENTS DES ENTREPRISES REPARTENT À LA HAUSSE

startup-investissement.jpgEncouragées par une amélioration de leurs débouchés et de leur trésorerie, plus de deux sociétés sur trois prévoient de maintenir, voire d’augmenter, leurs dépenses d’investissement dans les prochains mois.

Plus d’infos sur Les Echos


LA FINANCE SOLIDAIRE DÉCOLLE

Selon le 15ème baromètre édité par Finansol / La Croix, l’épargne solidaire atteint cette année près de 10 milliards € d’encours. Soit une progression de 15,5 %. En 15 ans, le taux de croissance de cet encours est en moyenne de 27,28% chaque année.

be51c2df-604b-42fa-a05a-ad3bbda1ea45@augure.jpg


BRAVO! LES FRANÇAIS FONT PLUS DE SPORT L’ÉTÉ

femme-sport.jpgWithings a mené une étude auprès de ses utilisateurs pour connaître les variations d’activité des Français au fil des saisons. Le mois de mai marque une reprise conséquente de l’activité dans toutes les régions de France. Les champions régionaux sont la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté!

Plus d’infos

xxxx

xxxx

xxx


DES ASTUCES POUR SE DÉFOULER APRÈS LE TRAVAIL

Changer, jouer avec son chien, relaxer avec son chat, faire une série d’abdos, taper dans un sac de frappe (les mauvais jours!) ou… faire le ménage! Autant d’exutoires cités par Monkey Tie sur son blog. Lequel vous plaît le plus?

Plus d’infos

Fit-punch-un-sport-qui-melange-fitness-et-boxe_exact441x300.jpg