marc ménasé

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas de CMARUE / Les conseils de Marc Ménasé : comment séduire un investisseur. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 9/12/17 à 7h – Dimanche 10/12/17 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

Des-aides-existent-que-paiement-charges-sociales-soit-plus-souple-F      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Olivier Baussan, serial entrepreneur, booste la Provence

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Réseautage, investissement: la finale du Startup Contest à Bobino le 11 décembre

TALK 2 : LUCIBEL rapatrie ses productions en France

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Nadia Tiourtite de CMARUE
  • Les conseils de  l’expert : Comment séduire un investisseur? Avec Marc Ménasé, fondateur de Menlook, investisseur

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


LES PREMIERS PAS DE Nadia Tiourtite, de CMARUE

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

nadia tiourtite.jpgDiplômée de droit public, Nadia Tiourtite possède une longue expérience professionnelle dans le consulting pour des groupes de médias. Parallèlement, elle est intervenue comme chroniqueuse dans plusieurs émissions télévisées (Paris Première, Canal+, France 3). En mars 2011, elle rejoint l’agence de communication We Are Social en tant que Directrice conseil senior. En octobre 2013, Nadia Tiourtite est promue Directrice de la stratégie du groupe.

Aujourd’hui, elle lance sa startup CMARUE, plateforme sur laquelle les citadins peuvent choisir les commerces qui vont s’installer dans leur quartier. 

En savoir plus 

xxxxxx

ENTREPRENDRE: Les conseils de Marc Ménasé, investisseur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

marc menaseVous avez besoin de fonds? Quels sont les meilleurs moyens pour séduire les investisseurs? Marc Ménasé donne les conseils suivants:

« Une levée de fonds c’est comme un mariage: il faut se rencontrer, se plaire, se séduire. La présentation de l’activité de l’entreprise est bien sûr très importante, mais il ne faut pas se focaliser excessivement sur ce point. Ce qui intéresse avant tout les investisseurs c’est la personnalité du porteur de projet, sa façon de s’exprimer, de raconter son parcours, de croire à son entreprise ».

D’où l’importance de savoir parler de soi, être concis, aller droit au but, s’exprimer clairement et avec conviction!

 

Publicités

[ENTREPRENDRE] – Les premiers pas d’Olivier Baussan, serial entrepreneur / Les conseils d’expert de Marc Ménasé. C’était au Business Club (podcasts)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 2/12/17 à 7h – Dimanche 3/12/17 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

Des-aides-existent-que-paiement-charges-sociales-soit-plus-souple-F      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: DÉINOVE: des bactéries rares pourraient donner naissance à de nouveaux antibiotiques

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Le « droit à l’erreur », avec Me Jérôme Turot, avocat spécialisé en contentieux fiscal

TALK 2 : CMARUE : un premier test dans le 19ème arrondissement

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

  • Les premiers dans l’entrepreneuriat d’Olivier Baussan, serial entrepreneur, fondateur de l’Occitane, Oliviers & Co
  • Les conseils de  l’expert sur les étapes de la création d’entreprise, avec Marc Ménasé, fondateur de Menlook, investisseur

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


ENTREPRENDRE

⇒ LES PREMIERS PAS D’OLIVIER BAUSSAN, repreneur de La Maison Brémond, fondateur de L’Occitane, Oliviers & Co, entre de nombreuses autres entreprises

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

olivier baussan« Je suis un entrepreneur encore plus engagé que passionné » nous dit Olivier Baussan. La Provence est un territoire qui a besoin de valoriser ses spécialités: amandier, olivier, pistache, etc. Il faut accompagner les agriculteurs et les encourager à poursuivre les productions de produits locaux. C’est du long terme, je ne crois pas au court terme ».

Dans ToutMa

« J’ai fait une maîtrise de lettres modernes à Aix et puis je suis passé directement du stade d’étudiant au stade de distillateur ! Le contexte universitaire aixois des années 75 n’était pas lisse ; les étudiants en fac de lettres s’interrogeaient beaucoup et nous étions en lutte contre la fac de droit notamment. Est arrivé alors le premier choc pétrolier, nous étions tous soucieux pour notre avenir suite aux Trente Glorieuses que nos parents nous avaient construits après guerre. Le sentiment du mot écologie était en train de naître et, nous qui n’avions pas participé aux révoltes étudiantes de 68 (je n’étais qu’en 3ème), poussés par ce choc pétrolier, nous nous sommes questionnés sur l’écologie. C’est à ce moment-là que j’ai fait la découverte d’un alambic à lavande, j’ai même envie de dire « la rencontre », car ce fut pour moi un déclic ! »

⇒ LES CONSEILS DE L’EXPERT: MARC MÉNASÉ, investisseur, fondateur de Menlook

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

marc menase

Cette semaine, on demande à Marc Ménasé, multi-entrepreneur et investisseur comment bien se lancer dans l’entrepreneuriat:

  • Faut-il avoir un état d’esprit ou une position mentale précise pour créer et développer son entreprise ? Si oui, quel est le profil ? 
  • Comment s’approcher de ce profil, avoir cet état d’esprit ? 
  • Tout le monde peut le faire ? Se lancer et se développer est à la portée de tous ? 
  • Où trouver du soutien, des conseils? Comment ne pas écouter et répondre à ceux qui nous disent « ça ne va pas marcher »?

Les conseils de Marc Ménasé

  • N’entreprenez pas seul, sachez bien vous entourer. Un entrepreneur n’est ni multitâche ni omniscient, sachez recruter des spécialistes.
  • Il faut savoir échouer, apprendre de ses erreurs. En France, l’échec est trop sanctionné, alors qu’il est source d’amélioration. C’est en se trompant qu’on apprend, pour mieux recommencer!

Dans Chef d’entreprise MagazineSa première rencontre professionnelle déterminante
« Il a matérialisé l’entrepreneuriat pour moi. » C’est ainsi que Marc Ménasé résume l’impact que Pierre Chappaz, son patron durant trois ans lors de son passage chez Kelkoo, a eu sur son avenir professionnel. Ce mentor  l’a élégamment laissé partir pour monter son propre groupe.

 

La 400ème du Business Club de France (1ère partie) – rediffusion ce week-end!

Publié le Mis à jour le

400 celebration monumentLogo-BFMBusiness-sans-contour

REDIFFUSION

On a fêté fin octobre la 400ème émission du Business Club de France! 

Ce week-end, découvrez ou réécoutez ce plateau exceptionnel, avec de belles success stories à la française et l’analyse d’Hervé Novelli, présent au lancement de l’émission en 2008.

1ère PARTIE – Nos invités:

  • Hervé Novelli, président cofondateur de WikiPME / Maire de Richelieu (Indre et Loire)
  • Olivier Mathiot, cofondateur et PDG de Price Minister France, président de France Digitale
  • Marc Ménasé, président de Menlook
  • Pascal Veillat, PDG d’Arelis

Pour écouter ou réécouter cette émission:

⇒ Retrouvez ici le programme de la 2ème partie

LE BILAN de 8 ans de BUSINESS CLUB de FRANCE

Plus de 1600 invités depuis 2008, dont environ 70 rendez-vous du médiateur

Des délocalisations:

  • Le Salon des Entrepreneurs Paris
  • Planète PME
  • Les Inédits des Neiges (CCI Savoie)
  • Les Assises du Produire en France
  • Le congrès de l’APM (Lille en 2015)
  • Toulouse – La tournée des commerces (Bougeons-Nous)
  • Dans les startups parisiennes

Des thématiques:

  • Le cloud computing
  • Les EPV (lors des journées du Patrimoine)
  • La silver economy
  • Les ETI / ETM
  • Les entreprises familiales
  • Le marché du jouet (Noël)
  • L’innovation
  • La sécurité informatique
  • Le commerce coopératif
  • Entreprendre au féminin
  • La reprise d’entreprise
  • La finance islamique
  • Les MOOC
  • S’organiser à la rentrée / Savoir décrocher pendant les vacances / L’entreprise collaborative / Le personal branding / Le stress des dirigeants

Des événements:

  • Le CES de Las Vegas
  • Les prix Moovjee
  • Les Big Boss du e-commerce
  • 100 000 entrepreneurs
  • Les Trophées Chef d’entreprise
  • Le défi H de Sogeti
  • Le G20YEA
  • Le salon Made in France
  • Les prix du Moci
HERVÉ NOVELLI

herve-novelliHervé Novelli est né à Paris le 6 mars 1949.

Titulaire d’une maîtrise en économie et d’un CAP en micromécanique, il fait ses débuts en politique du côté de l’extrême droite. Il participe, dans les années 1970 et 1980, à la création d’Occident, du GUD, d’Ordre nouveau, ou encore du Front national.

Après avoir créé Institut Euro 92, en 1988, avec Alain Madelin, il se rapproche d’une droite plus traditionnelle. Il est député européen de 1999 à 2002. Nommé au gouvernement de Nicolas Sarkozy, il est notamment à l’origine de la création du statut d’auto-entrepreneur (il était alors  secrétaire d’État chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes entreprises, du Tourisme, des Services et de la Consommation dans le gouvernement François Fillon II). Candidat aux élections législatives 2012, il perd son poste de député de la 4e circonscription de l’Indre-et-Loire. Il est actuellement maire LR de Richelieu, en Indre-et-Loire

Il est auteur de:  « Entreprendre et réussir. 3 guides pratiques – Créateur – Auto-entrepreneur – Franchisé » et  « L’auto-entrepreneur. Les clés du succès » (2009)

70b75c9a-6510-4567-a56a-052fa8785894QU’EST CE QUE WIKIPME?

Créé en 2015, c’est « Le Bon Coin des entrepreneurs »

15 juin 2016 – WikiPME lève 1,4 million d’euros pour fédérer les entrepreneurs (source: Alliancy)

Un an et demi après sa création, la plateforme solidaire pour entrepreneurs WikiPME lève 1,4 million d’euros auprès de la Caisse des Dépôts et d’investisseurs privés. Ce premier tour de table va permettre à la start-up de développer des technologies pour augmenter l’expérience utilisateur et accélérer le recrutement de ses membres. L’équipe de WikiPME, qui revendique près de 23 000 entreprises actives sur sa plateforme, vise la barre des 100 000 avant la fin de l’année 2016. Ce financement permettra aussi de recruter un community manager et un CTO.

Fondée début 2015 par Hervé Novelli, ancien secrétaire d’Etat chargé des PME et créateur du statut de l’auto-entrepreneur, et trois entrepreneurs, Thibault Leclerc, Eric Dadian, Aubry Hanrion, WikiPME propose des services d’entraide aux entreprises et futurs entrepreneurs comme le partage d’informations, d’expériences ou de ressources, ainsi qu’une plateforme géolocalisée d’annonces BtoB. « Dans un contexte d’incertitude lié aux enjeux électoraux et aux mouvements sociaux, que traversent notre pays, les entrepreneurs ont plus que jamais besoin de sortir de leur isolement, de faire preuve de solidarité mais aussi de faire entendre leur voix », déclare Hervé Novelli dans un communiqué.

La jeune pousse, qui met à disposition gratuitement la plateforme pour les membres, tire ses revenus de ses partenaires financiers (EDF, La Poste, BNPParibas…) et de vente d’espace publicitaire sur le site. Elle lancera prochainement un service sous forme d’abonnement qui permettra aux entreprises d’augmenter leur référencement.

Composée de cinq salariés, la start-up annoncera en septembre 2016 un partenariat avec un grand groupe américain.

Comment est née l’idée de WikiPME ?

Hervé Novelli raconte la genèse de WikiPME, la plateforme numérique à destination des entrepreneurs. Son but vise à rapprocher les PME par une fonction de géolocalisation en vue de dialoguer, voire de leur permettre de tisser des liens de partenariat. Ce faisant, la plateforme communautaire WikiPME veut s’imposer comme une force de proposition dans la sphère publique.

Ancien ministre, pourquoi vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale ?

Hervé Novelli a toujours évolué entre carrière politique et entrepreneuriat. A la tête de deux PME familiales, son expérience lui a été profitable lors de son parcours ministériel. Pour résorber la crise économique actuelle et s’adapter à la révolution numérique, Hervé Novelli entend placer l’entrepreneur au cœur de la société.

Comment voyez-vous l’évolution des PME dans les années à venir ?

Pour Hervé Novelli, l’économie actuelle connaît une révolution qui va au-delà de la seule technologie numérique. Selon lui, la véritable révolution porte sur la réhabilitation de l’initiative individuelle sur laquelle repose l’activité économique. C’est pourquoi Hervé Novelli estime que l’entreprise du futur va s’appuyer sur l’addition d’initiatives individuelles, indépendantes les unes des autres, et travaillant néanmoins de concert.

Les structures administratives, fiscales et culturelles en France sont-elles adaptées à l’évolution des PME ?

La montée du travail indépendant, quel que soit le secteur d’activité, correspond à la structure d’une société de services selon Hervé Novelli. Or, notre législation et notre culture fiscale, ainsi que le code du travail, ont été élaborés pour une société industrielle, bâtie sur un modèle tayloriste. C’est pourquoi on assiste aujourd’hui à des conflits qui opposent ces deux mondes.

SUR LE STATUT D’AUTO ENTREPRENEUR (source: Les Echos)

Cette concurrence déloyale entre les auto-entrepreneurs et les artisans est-elle réellement un mythe ?

La première version du dispositif avait quelques défauts qui ont été ensuite corrigés. Les auto-entrepreneurs doivent désormais des obligations administratives et légales qui empêchent toute concurrence déloyale. On peut citer l’obligation de s’immatriculer au registre des métiers, la nécessité de participer à des stages et d’être formé professionnellement. Ce n’est pas l’anarchie !

Le régime de l’auto-entrepreneur peut-il être encore amélioré ?

Je le pense. Il faudrait que les différentes structures de l’entreprise individuelle puissent bénéficier des mêmes avantages que l’auto-entrepreneur, notamment dans le domaine de la simplification administrative. C’est le seul sujet qui vaille. C’est ce sujet dont devrait s’emparer Nicolas Sarkozy. La révolution numérique, la mondialisation ont fait exploser les modèles entrepreneuriaux. Le régime de l’auto-entrepreneur a l’énorme mérite d’offrir aux Français la possibilité de s’adapter et de profiter des opportunités qu’offre le monde qui nous entoure. Ne sacrifions pas cet atout.

SUR LA LOI TRAVAIL

La loi El Khomri, remède inefficace contre le chômage

S’il reconnaît que dans sa version initiale la loi El Khomri faisait « quelques petits pas en faveurs des entreprises « , Hervé Novelli est aujourd’hui fermement opposé au texte. Adepte d’une réforme du travail plus radicale, il estime que ce texte pénalisera les PME. « Au final c’est une loi qui va modifier peu de choses et qui ne créera pas d’emplois. « 

OLIVIER MATHIOT, PDG de PRICE MINISTER – PRÉSIDENT DE FRANCE DIGITALE

5071bb51d9623bba532ec77fe16d7cedBio d’Olivier Mathiot

  • 1996-2000 : publicitaire, directeur de marque puis directeur commercial au sein des agences CLM/BBDO et DDB.
  • 2000 : création de PriceMinister aux côtés de Pierre Kosciusko-Morizet.
  • 2001-2014 : directeur du marketing et de la communication de Priceminister.
  • 2013 : président de France Digitale.
  • Depuis  2014 : président-directeur général de PriceMinister.

PRICE MINISTER EN 2008 (source E-commerce Mag)

CA 2008: 38,10 M€

La société est née d’un constat simple. «J’étais frustré par le système de revente des livres scolaires d’occasion, raconte Pierre Kosciusko-Morizet. En règle générale, je trouvais que le marché de la seconde main était mal organisé.» Lancée en 2000, son entreprise se positionne comme tiers de confiance entre vendeurs et acheteurs de biens d’occasion dans des domaines variés. La formule fonctionne puisqu’en 2002, elle atteint la rentabilité. 2007 a été l’année de l’expansion. En avril, PriceMinister rachète Mixad/321 auto. En juillet, c’est au tour du portail immobilier Avendrealouer de passer sous son giron. Le secteur du tourisme est ensuite investi avec le rachat de la newsletter Planetanoo et du comparateur Voyagermoinscher. PriceMinister compte devenir le leader du marché de l’intermédiation sur Internet. Après s’être exporté fin 2006 en Espagne, PriceMinister envisage d’investir le marché anglais en fin d’année. Son p-dg dit réfléchir à l’Allemagne et à l’Italie à court terme, sans exclure des zones plus lointaines dans le futur.

2010 Rachat par Rakuten, le plus grand site de commerce électronique au Japon, pour un prix estimé entre 180 et 200 millions d’euros.

LES CHIFFRES CLÉS DE PRICE MINISTER

  • Environ 250 salariés
  • Sur l’année 2015, Rakuten affiche un chiffre d’affaires équivalent à 5,5 milliards d’euros (+19%) – le CA de PriceMinister n’est pas connu
  • PriceMinister a perdu environ 130 millions d’euros de sa valeur depuis son rachat pour 200 millions d’euros par le groupe Rakuten en 2010. « Face à nous, il y a Amazon, la Fnac, Carrefour, ou encore Darty. Tous possèdent une place de marché et, pour certains, ne cessent de rattraper leur retard dans le digital. Nous devions réagir », explique Olivier Mathiot, président et cofondateur de PriceMinister-Rakuten
  • 1 million de clients
  • 40 € de panier moyen
  • Entre 30 000 et 50 000 transactions par jour

A PROPOS de FRANCE DIGITALE

Fondée en 2012, France Digitale a pour mission de transformer la France en territoire propice au développement des startups. Elle déploie son action autour de deux axes : d’abord, la montée en puissance de l’écosystème (construction de la communauté, sentiment d’appartenance, networking, transfert de connaissances, échanges de bonnes pratiques) et ensuite, le lobbying auprès des institutions publiques françaises et européennes et des grands acteurs économiques. Olivier Mathiot, co-fondateur et président de PriceMinister et business angel, en est le co-président aux côtés de Marie Ekeland, fondatrice du fonds de capital-risque Daphni.

Le board de France Digitale est composé d’entrepreneurs et d’investisseurs du monde du numérique : Eric Carreel (Withings), Nicolas Célier (Alven Capital Partners), Jean-David Chamboredon (Vice-Président de France Digitale et Président ISAI), Charles Christory (Adictiz), Nicolas Cohen (Vice-Président et co-Fondateur A Little Market – ETSY FRANCE SAS), Jean-Daniel Guyot (Capitaine Train), Xavier Lazarus (Elaia Partners), Céline Lazorthes (Leetchi), Patrick Robin (Avolta Partners), entre autres.

Il faut un contrat d’embauche spécial startups selon les co-fondateurs de France Digitale

Conséquence, la France doit disposer d’un contrat d’embauche taillé pour ce genre de montées et de descentes brutales qui se succèdent dans la vie d’une startup. C’est ce pour quoi plaide Olivier Mathiot. Il faut pouvoir alléger les équipes puis réembaucher rapidement.

“Les startupers ne sont pas des méchants patrons qui veulent préserver leurs marges en virant du monde. Ils sont fiers des emplois qu’ils créent. La France ne doit plus être un pays où les investisseurs étrangers pensent que l’on ne peut pas licencier les gens,” ajoute-t-il.

DANS DÉCISIONS DURABLES

Pour la 5ème année consécutive, EY et France Digitale ont rendu leur baromètre des performances économiques et sociales des startups numériques françaises. Décryptage.

Si tous les indicateurs ne sont pas au beau fixe, la majorité témoigne tout de même d’une croissance continue du secteur, en France comme à l’étranger. En témoigne :

  • un chiffre d’affaire en hausse de 39% en moyenne par rapport à 2014,
  • +27% de créations d’emplois, soit environ 13 embauches par startup et par an,
  • et 92% CDI.

Autre point positif, les startups exportent leur produit et leur savoir-faire à l’étranger sans pour autant délocaliser. Elles réalisent en moyenne la moitié de leur chiffre d’affaire hors de nos frontières tout en créant des emplois sur notre territoire. Ainsi, pour un emploi crée à l’étranger, deux le sont en France.

Parmi les dirigeants des 224 startups étudiées, 94% souhaitent embaucher l’année prochaine. Une bonne nouvelle qui doit cependant être tempérée. Parmi les freins à leur développement, les entrepreneurs ont identifié :

– le financement,

– les charges salariales,

– et la difficulté à dénicher les talents.

En somme, ils demandent plus de flexibilité pour s’adapter aux fluctuations du marché. Une remarque qui rejoint la proposition des fondateurs du Digital Day, Olivier Mathiot et Jean-David Chambordeon, à savoir : la création d’un contrat spécial startup. Mais encore faut-il qu’ils trouvent les profils adaptés. 65% des dirigeants peinent à trouver des développeurs IT.

MARC MÉNASÉ – Président MENLOOK (Groupe Meninvest)

menlookLE PARCOURS DE MARC MÉNASÉ

Entrepreneur trentenaire, diplômé d’une maîtrise de science et gestion, Marc a développé l’intégralité de ses projets dans le monde de l’internet ce qui lui a sans doute donné le goût de l’aventure et de l’exploit. D’abord passé par le conseil, il a rejoint Kelkoo à 21 ans (société vendue à Yahoo en 2004) pour  ensuite co-fonder Nextedia, 1er Groupe de Marketing Digital, vendu au groupe Lagardère en 2007. 

  • Activité : 1er groupe digital français sur le marché de la mode masculine
  • Date de création : 2010 (le Groupe Men-Invest a été fondé en 2009).
  • Lieu : Paris
  • CA : croissance de plus de 80% en 201530 millions € en 201420 millions en 2013 (dont 60% à l’international – porté par Oki-ni, concurrent anglais racheté en 2013)
  • Effectif : 150 collaborateurs à Paris, Singapour, Londres
  • Présent en Allemagne, Hollande, Italie, Espagne, Etats-Unis 
  • 40 millions € levés depuis la création
  • Objectif : 100 millions € de volume d’affaires cette année

Menlook.com a lancé son propre magazine The Menlook Tribune dédié aux hommes et s’articulant autour de la mode, de la culture et du lifestyle avec des séries mode et interviews réalisées en exclusivité.Imprimé en français et anglais, distribué à plus de 100 000 exemplaires, vous pourrez retrouver The Menlook Tribune dans plus de 200 points de distribution dont les lounges Air France, British Airways, les Eurostar, Thalys ou encore les palaces tels que le Mandarin Oriental, le Four Seasons ou sur le web.

PASCAL VEILLAT – Président GROUPE ARELIS – THOMSON BROADCAST
  • arelisActivité : électronique d’hyperfréquence de très longue distance / déploiement de systèmes de transmission pour la radio et la télévision numériques
  • Date de création : 2010 (date de la fusion de Meusonic et Sericad, devenues Arelis en juillet 2012) – 4 sites Anjou, Normandie, Sud Ouest, Lorraine
  • Lieu: Conflans-Sainte-Honorine
  • CA: 60 millions € – 40% à l’export – 15% en R & D
  • Effectif: 300

Avec plus de 50000 systèmes de transmissions déployés dans le monde et un service d’assistance international, l’entreprise Thomson Broadcast se positionne comme l’un des leaders mondiaux en matière de déploiement de systèmes complets  et de diffusion pour la radio et la télévision numériques sur les 5 continents.

Historique du Groupe Arelis

arelisemetteurLe groupe français issu du rapprochement de deux entreprises innovantes MEUSONIC et SERICAD en 2010 est devenu en moins de deux ans un partenaire industriel majeur et stratégique en hyperfréquence et en conversion d’énergie. Membre du Gifas, de NAE (Normandie AeroEspace) et de la communauté Oséo Excellence, le groupe a repris en 2010 l’activité LNA (Low Noise Amplifier) de ZODIAC Data Systems (In Snec), fabrique depuis 2011 des modules de puissance de radar pour une filiale de Thales au Brésil et a acquis une unité de production d’AsteelFlash en Anjou. En décembre 2012, ARELIS reprend Thomson Broadcast et l’ensemble de ses activités de transmission. Un rachat qui fait suite à la levée de fonds en mai 2012 de 6,5 M€ auprès de ACE MANAGEMENT pour accélérer son développement et sa croissance externe.

  • 1978 – création de Meusonic – microélectronique
  • 1991 – création de Sericad – ingéniérie électronique
  • 2010 – fusion de Meusonic et Sericad
  • 2012 – création du groupe Arelis – rachat de Thomson Broadcast

Dernières installations: Cap Vert, Indonésie, Côte d’Ivoire, Maroc, Russie, Israël

On fête la 400ème émission du Business Club de France! 1ère partie: Hervé Novelli, Olivier Mathiot (PriceMinister), Marc Ménasé (Menlook), Pascal Veillat (Arelis). A ne manquer sous aucun prétexte! (podcast)

Publié le Mis à jour le

400 celebration monumentLogo-BFMBusiness-sans-contour
EMISSION SPÉCIALE
Uniquement sur BFM Radio!

→ Diffusion : samedi 29/10/2016 à 7h | dimanche 30/10/2016 à 16h

x

xx

x

1ère PARTIE – Nos invités:

  • Hervé Novelli, président cofondateur de WikiPME / Maire de Richelieu (Indre et Loire)
  • Olivier Mathiot, cofondateur et PDG de Price Minister France, président de France Digitale
  • Marc Ménasé, président de Menlook
  • Pascal Veillat, PDG d’Arelis

Pour écouter ou réécouter l’émission  :

⇒ Retrouvez ici le programme de la 2ème partie

LE BILAN de 8 ans de BUSINESS CLUB de FRANCE

Plus de 1600 invités depuis 2008, dont environ 70 rendez-vous du médiateur

Des délocalisations:

  • Le Salon des Entrepreneurs Paris
  • Planète PME
  • Les Inédits des Neiges (CCI Savoie)
  • Les Assises du Produire en France
  • Le congrès de l’APM (Lille en 2015)
  • Toulouse – La tournée des commerces (Bougeons-Nous)
  • Dans les startups parisiennes

Des thématiques:

  • Le cloud computing
  • Les EPV (lors des journées du Patrimoine)
  • La silver economy
  • Les ETI / ETM
  • Les entreprises familiales
  • Le marché du jouet (Noël)
  • L’innovation
  • La sécurité informatique
  • Le commerce coopératif
  • Entreprendre au féminin
  • La reprise d’entreprise
  • La finance islamique
  • Les MOOC
  • S’organiser à la rentrée / Savoir décrocher pendant les vacances / L’entreprise collaborative / Le personal branding / Le stress des dirigeants

Des événements:

  • Le CES de Las Vegas
  • Les prix Moovjee
  • Les Big Boss du e-commerce
  • 100 000 entrepreneurs
  • Les Trophées Chef d’entreprise
  • Le défi H de Sogeti
  • Le G20YEA
  • Le salon Made in France
  • Les prix du Moci
HERVÉ NOVELLI

herve-novelliHervé Novelli est né à Paris le 6 mars 1949.

Titulaire d’une maîtrise en économie et d’un CAP en micromécanique, il fait ses débuts en politique du côté de l’extrême droite. Il participe, dans les années 1970 et 1980, à la création d’Occident, du GUD, d’Ordre nouveau, ou encore du Front national.

Après avoir créé Institut Euro 92, en 1988, avec Alain Madelin, il se rapproche d’une droite plus traditionnelle. Il est député européen de 1999 à 2002. Nommé au gouvernement de Nicolas Sarkozy, il est notamment à l’origine de la création du statut d’auto-entrepreneur (il était alors  secrétaire d’État chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes entreprises, du Tourisme, des Services et de la Consommation dans le gouvernement François Fillon II). Candidat aux élections législatives 2012, il perd son poste de député de la 4e circonscription de l’Indre-et-Loire. Il est actuellement maire LR de Richelieu, en Indre-et-Loire

Il est auteur de:  « Entreprendre et réussir. 3 guides pratiques – Créateur – Auto-entrepreneur – Franchisé » et  « L’auto-entrepreneur. Les clés du succès » (2009)

70b75c9a-6510-4567-a56a-052fa8785894QU’EST CE QUE WIKIPME?

Créé en 2015, c’est « Le Bon Coin des entrepreneurs »

15 juin 2016 – WikiPME lève 1,4 million d’euros pour fédérer les entrepreneurs (source: Alliancy)

Un an et demi après sa création, la plateforme solidaire pour entrepreneurs WikiPME lève 1,4 million d’euros auprès de la Caisse des Dépôts et d’investisseurs privés. Ce premier tour de table va permettre à la start-up de développer des technologies pour augmenter l’expérience utilisateur et accélérer le recrutement de ses membres. L’équipe de WikiPME, qui revendique près de 23 000 entreprises actives sur sa plateforme, vise la barre des 100 000 avant la fin de l’année 2016. Ce financement permettra aussi de recruter un community manager et un CTO.

Fondée début 2015 par Hervé Novelli, ancien secrétaire d’Etat chargé des PME et créateur du statut de l’auto-entrepreneur, et trois entrepreneurs, Thibault Leclerc, Eric Dadian, Aubry Hanrion, WikiPME propose des services d’entraide aux entreprises et futurs entrepreneurs comme le partage d’informations, d’expériences ou de ressources, ainsi qu’une plateforme géolocalisée d’annonces BtoB. « Dans un contexte d’incertitude lié aux enjeux électoraux et aux mouvements sociaux, que traversent notre pays, les entrepreneurs ont plus que jamais besoin de sortir de leur isolement, de faire preuve de solidarité mais aussi de faire entendre leur voix », déclare Hervé Novelli dans un communiqué.

La jeune pousse, qui met à disposition gratuitement la plateforme pour les membres, tire ses revenus de ses partenaires financiers (EDF, La Poste, BNPParibas…) et de vente d’espace publicitaire sur le site. Elle lancera prochainement un service sous forme d’abonnement qui permettra aux entreprises d’augmenter leur référencement.

Composée de cinq salariés, la start-up annoncera en septembre 2016 un partenariat avec un grand groupe américain.

Comment est née l’idée de WikiPME ?

Hervé Novelli raconte la genèse de WikiPME, la plateforme numérique à destination des entrepreneurs. Son but vise à rapprocher les PME par une fonction de géolocalisation en vue de dialoguer, voire de leur permettre de tisser des liens de partenariat. Ce faisant, la plateforme communautaire WikiPME veut s’imposer comme une force de proposition dans la sphère publique.

Ancien ministre, pourquoi vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale ?

Hervé Novelli a toujours évolué entre carrière politique et entrepreneuriat. A la tête de deux PME familiales, son expérience lui a été profitable lors de son parcours ministériel. Pour résorber la crise économique actuelle et s’adapter à la révolution numérique, Hervé Novelli entend placer l’entrepreneur au cœur de la société.

Comment voyez-vous l’évolution des PME dans les années à venir ?

Pour Hervé Novelli, l’économie actuelle connaît une révolution qui va au-delà de la seule technologie numérique. Selon lui, la véritable révolution porte sur la réhabilitation de l’initiative individuelle sur laquelle repose l’activité économique. C’est pourquoi Hervé Novelli estime que l’entreprise du futur va s’appuyer sur l’addition d’initiatives individuelles, indépendantes les unes des autres, et travaillant néanmoins de concert.

Les structures administratives, fiscales et culturelles en France sont-elles adaptées à l’évolution des PME ?

La montée du travail indépendant, quel que soit le secteur d’activité, correspond à la structure d’une société de services selon Hervé Novelli. Or, notre législation et notre culture fiscale, ainsi que le code du travail, ont été élaborés pour une société industrielle, bâtie sur un modèle tayloriste. C’est pourquoi on assiste aujourd’hui à des conflits qui opposent ces deux mondes.

SUR LE STATUT D’AUTO ENTREPRENEUR (source: Les Echos)

Cette concurrence déloyale entre les auto-entrepreneurs et les artisans est-elle réellement un mythe ?

La première version du dispositif avait quelques défauts qui ont été ensuite corrigés. Les auto-entrepreneurs doivent désormais des obligations administratives et légales qui empêchent toute concurrence déloyale. On peut citer l’obligation de s’immatriculer au registre des métiers, la nécessité de participer à des stages et d’être formé professionnellement. Ce n’est pas l’anarchie !

Le régime de l’auto-entrepreneur peut-il être encore amélioré ?

Je le pense. Il faudrait que les différentes structures de l’entreprise individuelle puissent bénéficier des mêmes avantages que l’auto-entrepreneur, notamment dans le domaine de la simplification administrative. C’est le seul sujet qui vaille. C’est ce sujet dont devrait s’emparer Nicolas Sarkozy. La révolution numérique, la mondialisation ont fait exploser les modèles entrepreneuriaux. Le régime de l’auto-entrepreneur a l’énorme mérite d’offrir aux Français la possibilité de s’adapter et de profiter des opportunités qu’offre le monde qui nous entoure. Ne sacrifions pas cet atout.

SUR LA LOI TRAVAIL

La loi El Khomri, remède inefficace contre le chômage

S’il reconnaît que dans sa version initiale la loi El Khomri faisait « quelques petits pas en faveurs des entreprises « , Hervé Novelli est aujourd’hui fermement opposé au texte. Adepte d’une réforme du travail plus radicale, il estime que ce texte pénalisera les PME. « Au final c’est une loi qui va modifier peu de choses et qui ne créera pas d’emplois. « 

OLIVIER MATHIOT, PDG de PRICE MINISTER – PRÉSIDENT DE FRANCE DIGITALE

5071bb51d9623bba532ec77fe16d7cedBio d’Olivier Mathiot

  • 1996-2000 : publicitaire, directeur de marque puis directeur commercial au sein des agences CLM/BBDO et DDB.
  • 2000 : création de PriceMinister aux côtés de Pierre Kosciusko-Morizet.
  • 2001-2014 : directeur du marketing et de la communication de Priceminister.
  • 2013 : président de France Digitale.
  • Depuis  2014 : président-directeur général de PriceMinister.

PRICE MINISTER EN 2008 (source E-commerce Mag)

CA 2008: 38,10 M€

La société est née d’un constat simple. «J’étais frustré par le système de revente des livres scolaires d’occasion, raconte Pierre Kosciusko-Morizet. En règle générale, je trouvais que le marché de la seconde main était mal organisé.» Lancée en 2000, son entreprise se positionne comme tiers de confiance entre vendeurs et acheteurs de biens d’occasion dans des domaines variés. La formule fonctionne puisqu’en 2002, elle atteint la rentabilité. 2007 a été l’année de l’expansion. En avril, PriceMinister rachète Mixad/321 auto. En juillet, c’est au tour du portail immobilier Avendrealouer de passer sous son giron. Le secteur du tourisme est ensuite investi avec le rachat de la newsletter Planetanoo et du comparateur Voyagermoinscher. PriceMinister compte devenir le leader du marché de l’intermédiation sur Internet. Après s’être exporté fin 2006 en Espagne, PriceMinister envisage d’investir le marché anglais en fin d’année. Son p-dg dit réfléchir à l’Allemagne et à l’Italie à court terme, sans exclure des zones plus lointaines dans le futur.

2010 Rachat par Rakuten, le plus grand site de commerce électronique au Japon, pour un prix estimé entre 180 et 200 millions d’euros.

LES CHIFFRES CLÉS DE PRICE MINISTER

  • Environ 250 salariés
  • Sur l’année 2015, Rakuten affiche un chiffre d’affaires équivalent à 5,5 milliards d’euros (+19%) – le CA de PriceMinister n’est pas connu
  • PriceMinister a perdu environ 130 millions d’euros de sa valeur depuis son rachat pour 200 millions d’euros par le groupe Rakuten en 2010. « Face à nous, il y a Amazon, la Fnac, Carrefour, ou encore Darty. Tous possèdent une place de marché et, pour certains, ne cessent de rattraper leur retard dans le digital. Nous devions réagir », explique Olivier Mathiot, président et cofondateur de PriceMinister-Rakuten
  • 1 million de clients
  • 40 € de panier moyen
  • Entre 30 000 et 50 000 transactions par jour

A PROPOS de FRANCE DIGITALE

Fondée en 2012, France Digitale a pour mission de transformer la France en territoire propice au développement des startups. Elle déploie son action autour de deux axes : d’abord, la montée en puissance de l’écosystème (construction de la communauté, sentiment d’appartenance, networking, transfert de connaissances, échanges de bonnes pratiques) et ensuite, le lobbying auprès des institutions publiques françaises et européennes et des grands acteurs économiques. Olivier Mathiot, co-fondateur et président de PriceMinister et business angel, en est le co-président aux côtés de Marie Ekeland, fondatrice du fonds de capital-risque Daphni.

Le board de France Digitale est composé d’entrepreneurs et d’investisseurs du monde du numérique : Eric Carreel (Withings), Nicolas Célier (Alven Capital Partners), Jean-David Chamboredon (Vice-Président de France Digitale et Président ISAI), Charles Christory (Adictiz), Nicolas Cohen (Vice-Président et co-Fondateur A Little Market – ETSY FRANCE SAS), Jean-Daniel Guyot (Capitaine Train), Xavier Lazarus (Elaia Partners), Céline Lazorthes (Leetchi), Patrick Robin (Avolta Partners), entre autres.

Il faut un contrat d’embauche spécial startups selon les co-fondateurs de France Digitale

Conséquence, la France doit disposer d’un contrat d’embauche taillé pour ce genre de montées et de descentes brutales qui se succèdent dans la vie d’une startup. C’est ce pour quoi plaide Olivier Mathiot. Il faut pouvoir alléger les équipes puis réembaucher rapidement.

“Les startupers ne sont pas des méchants patrons qui veulent préserver leurs marges en virant du monde. Ils sont fiers des emplois qu’ils créent. La France ne doit plus être un pays où les investisseurs étrangers pensent que l’on ne peut pas licencier les gens,” ajoute-t-il.

DANS DÉCISIONS DURABLES

Pour la 5ème année consécutive, EY et France Digitale ont rendu leur baromètre des performances économiques et sociales des startups numériques françaises. Décryptage.

Si tous les indicateurs ne sont pas au beau fixe, la majorité témoigne tout de même d’une croissance continue du secteur, en France comme à l’étranger. En témoigne :

  • un chiffre d’affaire en hausse de 39% en moyenne par rapport à 2014,
  • +27% de créations d’emplois, soit environ 13 embauches par startup et par an,
  • et 92% CDI.

Autre point positif, les startups exportent leur produit et leur savoir-faire à l’étranger sans pour autant délocaliser. Elles réalisent en moyenne la moitié de leur chiffre d’affaire hors de nos frontières tout en créant des emplois sur notre territoire. Ainsi, pour un emploi crée à l’étranger, deux le sont en France.

Parmi les dirigeants des 224 startups étudiées, 94% souhaitent embaucher l’année prochaine. Une bonne nouvelle qui doit cependant être tempérée. Parmi les freins à leur développement, les entrepreneurs ont identifié :

– le financement,

– les charges salariales,

– et la difficulté à dénicher les talents.

En somme, ils demandent plus de flexibilité pour s’adapter aux fluctuations du marché. Une remarque qui rejoint la proposition des fondateurs du Digital Day, Olivier Mathiot et Jean-David Chambordeon, à savoir : la création d’un contrat spécial startup. Mais encore faut-il qu’ils trouvent les profils adaptés. 65% des dirigeants peinent à trouver des développeurs IT.

MARC MÉNASÉ – Président MENLOOK (Groupe Meninvest)

menlookLE PARCOURS DE MARC MÉNASÉ

Entrepreneur trentenaire, diplômé d’une maîtrise de science et gestion, Marc a développé l’intégralité de ses projets dans le monde de l’internet ce qui lui a sans doute donné le goût de l’aventure et de l’exploit. D’abord passé par le conseil, il a rejoint Kelkoo à 21 ans (société vendue à Yahoo en 2004) pour  ensuite co-fonder Nextedia, 1er Groupe de Marketing Digital, vendu au groupe Lagardère en 2007. 

  • Activité : 1er groupe digital français sur le marché de la mode masculine
  • Date de création : 2010 (le Groupe Men-Invest a été fondé en 2009).
  • Lieu : Paris
  • CA : croissance de plus de 80% en 201530 millions € en 201420 millions en 2013 (dont 60% à l’international – porté par Oki-ni, concurrent anglais racheté en 2013)
  • Effectif : 150 collaborateurs à Paris, Singapour, Londres
  • Présent en Allemagne, Hollande, Italie, Espagne, Etats-Unis 
  • 40 millions € levés depuis la création
  • Objectif : 100 millions € de volume d’affaires cette année

Menlook.com a lancé son propre magazine The Menlook Tribune dédié aux hommes et s’articulant autour de la mode, de la culture et du lifestyle avec des séries mode et interviews réalisées en exclusivité.Imprimé en français et anglais, distribué à plus de 100 000 exemplaires, vous pourrez retrouver The Menlook Tribune dans plus de 200 points de distribution dont les lounges Air France, British Airways, les Eurostar, Thalys ou encore les palaces tels que le Mandarin Oriental, le Four Seasons ou sur le web.

PASCAL VEILLAT – Président GROUPE ARELIS – THOMSON BROADCAST
  • arelisActivité : électronique d’hyperfréquence de très longue distance / déploiement de systèmes de transmission pour la radio et la télévision numériques
  • Date de création : 2010 (date de la fusion de Meusonic et Sericad, devenues Arelis en juillet 2012) – 4 sites Anjou, Normandie, Sud Ouest, Lorraine
  • Lieu: Conflans-Sainte-Honorine
  • CA: 60 millions € – 40% à l’export – 15% en R & D
  • Effectif: 300

Avec plus de 50000 systèmes de transmissions déployés dans le monde et un service d’assistance international, l’entreprise Thomson Broadcast se positionne comme l’un des leaders mondiaux en matière de déploiement de systèmes complets  et de diffusion pour la radio et la télévision numériques sur les 5 continents.

Historique du Groupe Arelis

arelisemetteurLe groupe français issu du rapprochement de deux entreprises innovantes MEUSONIC et SERICAD en 2010 est devenu en moins de deux ans un partenaire industriel majeur et stratégique en hyperfréquence et en conversion d’énergie. Membre du Gifas, de NAE (Normandie AeroEspace) et de la communauté Oséo Excellence, le groupe a repris en 2010 l’activité LNA (Low Noise Amplifier) de ZODIAC Data Systems (In Snec), fabrique depuis 2011 des modules de puissance de radar pour une filiale de Thales au Brésil et a acquis une unité de production d’AsteelFlash en Anjou. En décembre 2012, ARELIS reprend Thomson Broadcast et l’ensemble de ses activités de transmission. Un rachat qui fait suite à la levée de fonds en mai 2012 de 6,5 M€ auprès de ACE MANAGEMENT pour accélérer son développement et sa croissance externe.

  • 1978 – création de Meusonic – microélectronique
  • 1991 – création de Sericad – ingéniérie électronique
  • 2010 – fusion de Meusonic et Sericad
  • 2012 – création du groupe Arelis – rachat de Thomson Broadcast

Dernières installations: Cap Vert, Indonésie, Côte d’Ivoire, Maroc, Russie, Israël

H-20 avant la 400ème du Business Club de France!

Publié le Mis à jour le

On a enregistré mercredi la 400ème du Business Club de France. Au programme: de très belles success stories à la française, et l’analyse d’Hervé Novelli, qui était présent au lancement de l’émission en 2008.

⇒ Ne manquez pas le rendez-vous demain samedi 29/11 à 7h – rediffusion dimanche 30/11 à 16h

1ère PARTIE – Nos invités:

  • Hervé Novelli, président cofondateur de WikiPME / Maire de Richelieu (Indre et Loire)
  • Olivier Mathiot, cofondateur et PDG de Price Minister France, président de France Digitale
  • Marc Ménasé, président de Menlook
  • Pascal Veillat, PDG d’Arelis

Retrouver ici le programme de cette 1ère partie

2ème PARTIE – NOS INVITÉS:

  • Farid Lahlou, cofondateur de Des Bras de Plus
  • Gianbeppi Fortis, PDG de Solutions 30
  • Franck Levy, président de Woollip
  • Paul Morlet, président fondateur de Lunettes pour tous
  • Pierre Pelouzet, Médiateur des entreprises

Retrouvez ici le programme de la 2ème partie

 

img_1544img_9721

Menlook rachète l’allemand FrontlineShop

Publié le Mis à jour le

menlookParis, 1er juin – MENLOOK, le leader européen de la mode masculine en ligne, acquiert Frontline Shop GMBH (www.frontlineshop.de), un acteur incontournable de la mode masculine en Allemagne.

Leader européen de la mode masculine en ligne avec 2,7 millions de visiteurs uniques par mois sur l’ensemble de ses sites, MENLOOK combine une large sélection de prêt-à-porter, chaussures et accessoires à un contenu éditorial dédié au lifestyle masculin.

Après avoir finalisé une levée de fonds de 23M€ fin 2014, le groupe accélère son déploiement à l’international en acquérant Frontlineshop (www.frontlineshop.de), un acteur incontournable de la mode masculine en Allemagne.

menlookvisuelCréé en 1986, Frontlineshop, alors spécialisé dans le secteur de la musique, se diversifie et prend le virage de la mode dans les années 90 à travers la vente par catalogue. Le site bénéficie d’un trafic et d’une notoriété significative sur le marché allemand. Le siège de la société, basé à Hambourg, emploie 70 personnes et représente plus d’un million de visiteurs uniques par mois. Frontlineshop.de collabore actuellement avec plus de 300 marques.

Menlook Group peut grâce à cette acquisition compter sur une base solide pour accélérer l’expansion de son offre premium sur les marchés d’Europe de l’Est. Cette opération permet également au groupe de multiplier par 10 sa présence sur le territoire allemand cette année avec un objectif de doubler de taille en Allemagne d’ici 2017-18.

Cette acquisition permet également au groupe de multiplier par 10 sa présence sur le territoire allemand cette année. L’Allemagne étant un marché plus gros que la France, Menlook envisage de doubler de taille en Allemagne d’ici 2017-18.

QUELQUES CHIFFRES DU NOUVEL ENSEMBLE

Plus de 3,7 millions de visiteurs uniques par mois

800 000 clients

Une croissance de plus de 40% sur les 5 premiers mois 2015

Plus de 700 marques partenaires

3 marques propres

Un panier moyen de 170€

Menlook emploie plus de 150 personnes à Paris, Londres, Hambourg et Singapour

Menlook veut devenir le plus grand magasin pour homme au monde. Dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Business Club de France | BFM Business Radio

Diffusé samedi 24/01/2015 à 7h et dimanche 25/01/2015 à 15h

Talk 1 : MENLOOK – mode, média, pub: un groupe diversifié et international 

Talk 2 : WEEZEVENT : croissance foudroyante!

Talk 3 : ARMOR conquiert 3 nouveaux pays et se lance dans le photovoltaïque

Talk 4 : Le rendez-vous avec le Médiateur Inter-Entreprises

_______________________________________

TALK 1 : MENLOOK, avec Marc Ménasé, président fondateur

Pour écouter, réécouter ou télécharger cet entretien :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20150124_club_0.mp3]

menlook

Menlook offre une expérience unique à 360° autour des média et de l’e-commerce. Le groupe est organisé autour de 3 pôles : e-commerce, édition et régie.

4 novembre 2014: Le site de prêt-à-porter masculin Menlook lève 23 millions d’euros auprès d’Idinvest Partners, de Marc et Laurent Grosman (fondateurs du groupe Celio), du fonds Ambition Numérique (géré par Bpifrance). Participent également au tour les actionnaires historiques de la société: les fonds Partech International, Orkos Capital et 123venture.

L’objectif affiché de ce tour de table est de renforcer sa présence sur le marché international, de lancer une marketplace ainsi que le nouveau service de stylisme Georges.

menlook2 

5,6 millions déjà levés en 2012: Il s’agit de la troisième levée de fonds du groupe, après 4,5 millions levés en 2011 auprès de Partech International et Axa Private Equity; et 5,6 millions levés en 2012 auprès d’Orkos Capital et de 123 Venture. Menlook a absorbé en mai 2013 son homologue britannique oki-ni.com. (Source: Frenchweb)

NOUVELLE PUB MENLOOK
Après l’homme nu de 2013, voici un des nouvelles pubs 2014!!

MENLOOK EN CHIFFRES

Activité : 1er groupe digital français sur le marché de la mode masculine

Date de création : 2010 (le Groupe Men-Invest a été fondé en 2009).

Lieu : Paris

CA : 30 millions € en 2014 – 20 millions en 2013 (dont 60% à l’international – porté par Oki-ni, concurrent anglais racheté en 2013)

Effectif : 90 personnes à Paris, Singapour et Londres

Présent en Allemagne, Hollande, Italie, Espagne, Etats-Unis 

2,5M de Visites par mois

Plus de 400 marques partenaires (Lacoste, Fred Perry, Nike, Boss, Barbour, Ralph Lauren) sur 8 sites

Distribution dans plus de 50 pays

près de 130 000 fans Facebook

OBJECTIF: Menlook vise pour 2017 une activité d’au moins 100 millions d’euros, à égalité entre son offre et celle des partenaires de la place de marché.

menlookgeorgesMENLOOK LANCE GEORGES, SON STYLISTE PRIVÉ…

ChicTypes et Sefairelamalle vont devoir faire face à plus gros qu’eux : le site de mode masculine Menlook se lance dans les malles d’articles à essayer, sélectionnés par un styliste. Face à l’apparition de sites de mode masculine envoyant à leurs abonnés des malles d’articles à essayer, sélectionnés par des stylistes briefés sur leurs goûts (comme, en France, ChicTypes et Sefairelamalle), Menlook n’est pas resté les bras croisés. L’e-commerçant lance aujourd’hui Georges, son propre service de styliste personnalisé.

L’utilisateur crée son profil sur Georgesprive.com et prend un rendez-vous téléphonique avec un styliste, qui cerne ses goûts, ses besoins et son budget. Il reçoit une malle de 10 à 15 articles qui correspondent à ses envies, dispose de dix jours pour les essayer et retourner ce qu’il ne veut pas. Il paie les articles qu’il conserve, mais ni la prestation du styliste, ni la livraison ni le retour.

Les malles contiennent de 1000 à 2000 euros de produits, piochés parmi 10 000 références des 350 marques présentes sur Menlook (Tommy Hilfiger, APC, Paul Smith, Hugo Boss, Ralph Lauren, Lanvin, Kenzo, Nike…). Ce qui permet, selon l’e-marchand, d’allier les atouts de l’achat en magasin – essayage et conseils personnalisés – à ceux du Web –large choix, livraison et enlèvement à domicile ou au bureau.

Lancé en 2010 par le groupe Meninvest de Marc Menasé, Menlook proposait déjà une hotline téléphonique permettant aux internautes de poser des questions de style, ainsi que la livraison par coursier en 4 heures en région parisienne. Son nouveau service devrait lui permettre de renforcer son positionnement auprès des hommes attentifs à leur style mais peu adeptes de l’achat en magasin. Georges n’est accessible que sur invitation, mais il est possible d’en demander une sur le site. (Source: Journal du Net)

menlook… ET SA MARKETPLACE 

Menlook a aussi lancé une place de marché «premium et sélective dédiée à l’univers de l’homme», ouverte aux marques et aux distributeurs. Objectif: porter à 50.000 les références disponibles et élargir son offre à des segments plus pointus de la mode et à l’art de vivre. Différence de taille par rapport aux autres places de marché: le comité de sélection Menlook devra valider l’offre proposée par ses partenaires sur la place de marché, afin de ne pas altérer l’image de Menlook et d’en faire «le plus grand magasin pour homme du monde». (Source: Le Figaro)