levée de fonds

Lundi Bonheur – 22 mai :)

Publié le Mis à jour le

Des bonnes nouvelles, en voulez-vous? En voilà !
FORMIDABLEMENT IMPROBABLE !

unicorn-money.jpgEt pourtant c’est vrai: la startup britannique Improbable, spécialiste de la réalité virtuelle vient de lever 500 millions de dollars ! Une nouvelle licorne est née. L’investisseur est le fonds japonais SoftBank, qui a racheté le Français Aldebaran, célèbre pour son robot Nao.

Plus d’infos


LES INVESTISSEMENTS DES ENTREPRISES REPARTENT À LA HAUSSE

startup-investissement.jpgEncouragées par une amélioration de leurs débouchés et de leur trésorerie, plus de deux sociétés sur trois prévoient de maintenir, voire d’augmenter, leurs dépenses d’investissement dans les prochains mois.

Plus d’infos sur Les Echos


LA FINANCE SOLIDAIRE DÉCOLLE

Selon le 15ème baromètre édité par Finansol / La Croix, l’épargne solidaire atteint cette année près de 10 milliards € d’encours. Soit une progression de 15,5 %. En 15 ans, le taux de croissance de cet encours est en moyenne de 27,28% chaque année.

be51c2df-604b-42fa-a05a-ad3bbda1ea45@augure.jpg


BRAVO! LES FRANÇAIS FONT PLUS DE SPORT L’ÉTÉ

femme-sport.jpgWithings a mené une étude auprès de ses utilisateurs pour connaître les variations d’activité des Français au fil des saisons. Le mois de mai marque une reprise conséquente de l’activité dans toutes les régions de France. Les champions régionaux sont la Bretagne et la Bourgogne-Franche-Comté!

Plus d’infos

xxxx

xxxx

xxx


DES ASTUCES POUR SE DÉFOULER APRÈS LE TRAVAIL

Changer, jouer avec son chien, relaxer avec son chat, faire une série d’abdos, taper dans un sac de frappe (les mauvais jours!) ou… faire le ménage! Autant d’exutoires cités par Monkey Tie sur son blog. Lequel vous plaît le plus?

Plus d’infos

Fit-punch-un-sport-qui-melange-fitness-et-boxe_exact441x300.jpg

ENTOMO FARM veut créer la plus grande usine d’élevage d’insectes en France. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

logo entomoLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

→ Diffusion : samedi 22/4/2017 à 7h | dimanche 23/4/2017 à 14h


TALK 1: ZOO DE BEAUVAL: un excellent bilan 2016 et un bébé panda à venir?

TALK 2: ENTOMO FARM cherche 500 000 € sur Sowefund

TALK 3 :MARCO VASCO lance Prestige Voyages 

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2: ENTOMO FARM, avec Grégory Louis, cofondateur

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

logo entomoUn an après un premier tour de table de 1,2 M€, Entomo Farm revient sur la plateforme d’investissement Sowefund.com pour financer l’aménagement d’un site industriel de 4000m2 à Libourne (33) dédié à l’élevage et à la transformation d’insectes.

En Mars 2016, Entomo Farm avait réussi à réunir plus de 900 000 euros sur le site d’investissement participatif Sowefund.com pour financer le développement de son système éco-industriel d’élevage d’insectes. Dans les mois qui ont suivi, la startup girondine a reçu plus de 4 000 tonnes de requêtes clients pour de la farine d’insectes. « Nous avons décidé de conserver notre technologie d’élevage et de devenir producteurs de farine d’insectes » explique Grégory Louis, PDG d’Entomo Farm.

Un marché européen d’1 million de tonnes prêt à s’ouvrir

En décembre 2016, la Commission Européenne a validé une proposition autorisant l’usage des farines d’insectes dans l’alimentation des poissons d’élevage à partir du 1er juillet 2017. L’ouverture du marché européen, qui consomme chaque année plus d’1M de tonnes de farines de poissons, pousse Entomo Farm à accélérer son déploiement industriel. « Pour nous, tout l’enjeu de 2017 est d’atteindre une capacité de production de plusieurs tonnes de farine d’insectes chaque mois » résume Clément Soulier, co-fondateur et directeur industriel d’Entomo Farm.

La farine d’insecte : une alternative à l’épuisement des océans

La pisciculture, qui connaît une croissance continue de 8% par an depuis les années 1970, repose paradoxalement sur la pêche en mer pour alimenter ses élevages en protéines. On estime ainsi qu’il faut pêcher 4 kg de poisson sauvage pour produire 1kg de poisson d’élevage. Dans un contexte d’épuisement des ressources maritimes, les pisciculteurs cherchent activement de nouvelles sources de protéines animales pour remplacer les farines de poissons. Avec une teneur en protéines supérieure à 70%, la farine d’insectes d’Entomo Farm représente une alternative durable et écologique pour l’alimentation des poissons d’élevage, mais aussi pour d’autres espèces naturellement insectivores, comme les volailles et les porcs.

 Le site de Libourne, la première pierre d’une grande coopérative agricole de l’insecte

Avec 3400m2 dédiés à la production, Entomo Farm disposera à Libourne (33) de la plus grande usine d’élevage et de transformation d’insectes en France. Cependant, ce premier site, qui produira 30 tonnes d’insecte par mois, ne permettra pas de répondre à la demande. « Pour produire des volumes significatifs rapidement, nous allons créer une coopérative agricole en Gironde » annonce Grégory Louis. « Nous proposons aux agriculteurs de prendre en charge la phase de maturation des insectes en s’appuyant sur nos outils et nos procédés d’élevage. Entomo Farm leur fournit les larves, transforme les insectes et commercialise les produits finis. Le modèle coopératif a fait ses preuves en agriculture. Nous commencerons cette phase dès 2017. »

 

A propos d’Entomo Farm

Créé il y a tout juste 3 ans, le 11 avril 2014, Entomo Farm est le premier producteur français de matières premières naturelles issues de l’insectes : farine de protéines, huile d’insecte et amendement organique. La société exploite un système de production éco-industriel propriétaire qui garantit des produits finis sans polluants et traçable à 100% pour la filière agro-alimentaire.

Mardi bonheur ! 18 avril :)

Publié le

happy_joie_mot.jpg

Un petit récap des bonnes nouvelles de la semaine passée! 

ACTILITY, FUTURE LICORNE FRANÇAISE?
AAEAAQAAAAAAAAyVAAAAJDRmZjJjYzg4LWQzODYtNGU2ZS04OWY5LTQ0MWYxMmFiOWZhNgActility accélère son développement dans les solutions Internet des Objets avec une levée de fonds de 75 millions de dollars
La croissance de la société est centrée sur des solutions d’internet industriel à destination de secteurs clés tels que la logistique, le bâtiment connecté ou l’énergie. Creadev, Bosch et Inmarsat ont rejoint les investisseurs historiques d’Actility, tels que idinvest, Bpifrance, Ginko Ventures, KPN, Orange Digital Ventures, Swisscom et Foxconn. De nouveaux investisseurs stratégiques s’ajouteront à cette levée de fonds sursouscrite ce mois-ci. La levée a été réalisée sans l’intervention de banques.

LE FMI PLUS OPTIMISTE SUR LA CROISSANCE MONDIALE EN 2017
croissance_trt_5L’économie mondiale se porte un peu mieux. , le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement revu à la hausse ses prévisions de croissance. Il prévoit une progression de 3,5% pour 2017 alors qu’il tablait sur 3,4% en janvier et octobre derniers.

LA POSTE RACHÈTE L’AGENCE DIGITALE AMETIX

CP-DOCAPOST-Ametix.pngAmetix compte 250 salariés dont un pool d’experts aux profils pointus et aux compétences variées – expertises en data, en webmarketing, en infrastructure, savoir-faire dans les frameworks de développement en vogues – qu’elle dépêche pour des missions ponctuelles. « Nous avons monté en parallèle une activité de conseil pour accompagner nos clients dans l’organisation RH et le recrutement 2.0 », complète Vincent Klingbeil, cofondateur d’Ametix.

Plus d’infos 


 

VENTE PRIVÉE RACHÈTE LE PETIT BALLON 

Le Petit Ballon, l’acteur disruptif du vin en ligne annonce une prise de participation majoritaire de vente-privee. Un rapprochement qui va positionner à terme Le Petit Ballon comme un des leader de la vente de vin sur internet… Voici le tout nouveau site dédié:

Capture d’écran 2017-04-18 à 17.46.57.png


ENTOMO FARM VEUT CRÉER LA PLUS GRANDE USINE D’ÉLEVAGE D’INSECTES DE FRANCE

AAEAAQAAAAAAAAaIAAAAJGYwODQ0OTdiLWI4NmQtNDcxZC1iOTRiLTk5Y2Y2YTMxNTkyZALa société girondine Entomo Farm, dédiée à la production de farines d’insectes, vient de lancer une campagne de crowdfunding sur la plateforme Sowefund. La société, qui prend possession à la fin du mois de son usine de Libourne, a complètement revu sa stratégie après la décision européenne qui s’appliquera en juillet et autorise l’usage des protéines d’insectes dans l’alimentation des poissons d’élevage.

Plus d’infos 

 

 

Le dériveur gonflable de TIWAL à l’abordage des Etats-Unis. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

téléchargement (1).jpegLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

→ Diffusion : samedi 8/4/2017 à 7h | dimanche 9/4/2017 à 14h


TALK 1: KLAXOON lève des fonds et part à la conquête des Etats-Unis…

TALK 2: …TIWAL aussi! 

TALK 3 : Accélérateur, comparateur, lab interne, recrutements: les 1001 activités du Bon Coin

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2 : TIWAL, avec Marion Excoffon, cofondatrice

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

téléchargement (1)TIWAL SAS conçoit et produit le TIWAL 3.2, le dériveur gonflable performant pour les loisirs nautiques. Cette innovation est une première mondiale. Le dériveur gonflable TIWAL 3.2 s’emporte partout dans un coffre de voiture. Rangé dans ses deux sacs, il est simple à stocker, à transporter et à assembler en moins de 20 minutes (record à la Tiwal’s Cup = 11 minutes de montage!).

C’est un bateau polyvalent qui peut accueillir à son bord un adulte pour une pratique sportive, ou un adulte et deux enfants pour la balade. Il est conçu pour le plaisir de naviguer en toute simplicité et pour procurer des sensations de glisse.

Le dériveur pneumatique TIWAL 3.2 ouvre un nouveau segment de marché pour la voile légère. Cette avancée a été rendue possible par une innovation technologique avec l’utilisation du textile double paroi pour la réalisation complète d’une coque. En pratique, l’utilisation de cette technologie permet d’obtenir une carène rigide et en forme, ce qui donne au TIWAL 3.2 un comportement marin. C’est d’abord un vrai bateau, avec en plus les avantages du pneumatique. Le prix TTC du TIWAL 3.2 est de 5 490€ à 6 480€.

téléchargement (2).jpeg

LES CHIFFRES CLÉS DE TIWAL
  • Activité: conception et production du premier dériveur gonflable au monde
  • Date de création: 2012 (M. Excoffon avait alors 26 ans)
  • Lieu: Vannes (56)
  • CA: 1 million € en 2016 – l’entreprise est rentable
  • Effectif: 7
  • 1 filiale aux Etats-Unis (dans le Massachusets)
  • Plus de 600 bateaux vendu dans plus de 40 Pays
  • 50% des fournisseurs sont en France 25% sont en Europe : 50 industriels en tout pour un bateau composé de 90 pièces.
  • En termes de vente  :
    • 30% export hors Europe
    • 30% export Europe
    • 40% France
  • Clients : 80% particulier – 15% yacht – 5% clubs sports et bientôt ressort

Quels sont les atouts techniques de Tiwal 3.2 ? Seulement une vingtaine de minutes sont nécessaires pour monter le voilier sans aucun outil, puisqu’il s’assemble comme un Lego. Deux sacs, d’une vingtaine de kilos chacun, sont nécessaires pour le transport du dériveur d’un peu plus de 3 mètres de long, qui peut accueillir à son bord deux adultes pour de la navigation uniquement côtière. « Nos clients, âgés en moyenne de 40 à 70 ans, sont des plaisanciers qui reviennent au plaisir de la voile grâce à notre modèle de bateau sans contrainte », précise le dirigeant. Le Tiwal 3.2 peut être stocké dans un coffre de voiture ou au fond d’un garage. En vitesse de croisière, la société table sur la vente annuelle de 500 bateaux, qui seront tous assemblés dans les locaux de son siège social, localisé à Vannes. (Les Echos)

L’ACTUALITÉ DE TIWAL
  • En février Tiwal a levé 800 k€ en 3 semaines auprès de Newfund (investisseur initial) et de la plate-forme de financement participatif Proximea, créée par la Banque Populaire Atlantique.
  • Tiwal part à la conquête des USA (Floride et Californie).

Le dériveur gonflable de Tiwal met les voiles vers les Etats-Unis

Le concepteur et fabricant du voilier gonflable Tiwal 3.2 vient de lever 800.000 euros auprès de Newfund et de la plate-forme de financement participatif Proximea, créée par la Banque Populaire Atlantique. Ces fonds vont permettre à Tiwal de s’installer outre-Atlantique au cours des prochains mois. « Nous prévoyons une implantation commerciale en Floride, il y fait beau toute l’année et l’eau y est chaude, C’est parfait pour la promotion de notre voilier », souligne Emmanuel Bertrand, président-fondateur de l’entreprise. (Les Echos)

  • Nous préparons la Tiwal’s Cup qui aura lieu début Juin. 33 bateaux rassemblés sur le 3ème édition de la TIWAL’s CUP (régate propriétaires dans le Golfe du Morbihan en Juin 2016)
  • Nous serons sur le salon de la Ciotat (Les Nauticales) du 25 mars au 2 avril. En partenariat avec la Société Nautique de la Ciotat, TIWAL proposera des mini-régates et animations au village glisse.

Le port de la Ciotat est un port prisé des yachts et superyachts. Le 1 avril à 15h, aura donc lieu le challenge TIWAL des équipages de superyachts, en partenariat avec Yachting Spirit. Le TIWAL sera par ailleurs disponible à l’essai tout au long du salon.

L’HISTOIRE DU TIWAL

Cette startup est partie d’un défi personnel : le père de Marion ne voulait pas lui prêter le bateau familial, elle a créé le sien.

Marion Excoffon a une formation de designer, obtenue à l’Ecole nationale supérieure de création industrielle. Elle a travaillé en agence, a enseigné les maquettes, les matériaux et les procédés. Mais elle a finalement préféré l’entrepreneuriat.

Elle fonde Tiwal avec Emmanuel Bertrand en 2012, à Vannes, en Bretagne. Elle s’occupe de la partie créative, lui de la partie business. C’est elle qui a conçu le dériveur gonflable Tiwal, de toutes pièces.

Lundi bonheur, 3 avril !

Publié le Mis à jour le

En ces temps mitigés, les fils d’actu semblent égrener des nouvelles si moroses qu’elles en éclipsent presque les bonnes! Pourtant, la France ne manque ni de dynamisme, ni de créativité, ni de joie de vivre. Parce que c’est en voyant le verre à moitié plein qu’on trouve souvent l’énergie du changement, nous avons décidé de vous offrir, chaque lundi sur ce blog, la newsletter des bonnes nouvelles! A partager sans modération!

levee-de-fonds.jpgLES STARTUPS ONT LEVÉ 245 MILLIONS € CE MOIS-CI et 94 millions du 27 au 31 mars

Maddyness annonce ce matin que : « la plus importante levée du mois mais aussi de la semaine est celle d’Oodrive, l’éditeur cloud français qui lève 65 millions d’euros pour asseoir sa position en France et en Europe. Globalement, en mars, c’est le secteur de la santé qui s’illustre particulièrement avec 10 levées, (Cardiawave, Hemarina, Imalink medical, BioenTech, Peptimimesis, KapCode, Vect-Horus, Advicenne, Nosopharm, Hellocare), dont 3 cette semaines, pour un montant total de 39 millions d’euros ».

Plus d’infos ici 


Lilo-c-660x365.jpg

VOUS CONNAISSEZ LILO? LE GOOGLE SOLIDAIRE FRANÇAIS, DÉPASSE LE 1/2 MILLIARD DE RECHERCHES !

Crée en 2015, LILO est le seul moteur de recherche solidaire qui finance des projets sociaux et environnementaux, et compense l’émission de carbone en allant au-delà de la neutralité carbone correspondant à son activité. Cette alternative réunit 700 000 utilisateurs par mois et comptabilise plus de 30 millions de recherches par mois. En reversant 50 % de ses revenus à des structures de l’économie sociale et solidaire, Lilo a déjà reversé plus de 220 000€ à 50 projets sociaux et environnementaux!


rse.pngRSE: LA FRANCE, BONNE ÉLÈVE  

La deuxième édition du baromètre EcoVadis-Médiateur des entreprises comparant la performance RSE des entreprises françaises avec celles des pays de l’OCDE et des BRICS est plutôt favorable aux sociétés hexagonales. Les PME et ETI notamment s’en sortent bien par rapport à leurs homologues des autres pays.

En savoir plus 

 


50%  DES FRANÇAIS CONCERNÉS PAR LA RECONVERSION PROFESSIONNELLE – étude OpinionWay pour A little Market

« J’ai envie de changer de vie », “si je pouvais, je changerai de métier”, « J’approche de la quarantaine, c’est maintenant ou jamais ». Qui n’a jamais entendu ces phrases ?

Si aujourd’hui 47% des Français sont convaincus qu’ils passent à côté de leurs vies, ils sont 50% à s’être déjà reconvertis, à y songer ou à y avoir pensé selon un sondage OpinionWay pour le site A little Market paru ce matin.

ALM-info_reconversion-.jpg


POUR TOUT COMPRENDRE SUR L’ÉCONOMIE COLLABORATIVE – Covoiturage, vente d’objets d’occasion: rien à déclarer! 

unnamed.jpg


[CLIN D’OEIL] – DE L’IMPORTANCE DE LA FLUIDITÉ DU PARCOURS CLIENT EN LIGNE Une vidéo amusante, qui reste d’actualité!

VESTIAIRE COLLECTIVE veut devenir le leader mondial du marché du luxe d’occasion. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

logo vestiaire collective.pngLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

→ Diffusion : samedi 1/4/2017 à 7h | dimanche 2/4/2017 à 14h


TALK 1: POPCHEF rachète son concurrent HappyMiam

TALK 2: VESTIAIRE COLLECTIVE : 58 millions € pour conquérir le monde

TALK 3 : STERN GRAVEUR remis au goût du jour par une jeune entrepreneure

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2: VESTIAIRE COLLECTIVE, avec Sébastien Fabre, fondateur et CEO

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

logo vestiaire collectiveLeader européen de la vente de vêtements et d’accessoires de luxe et de mode d’occasion en ligne, Vestiaire Collective est né en 2009 à Paris. L’entreprise réalise aujourd’hui 100 millions de volume d’affaires en 2016 (78 millions en 2015) – 60% de croissance en 4 ans – 65% de son chiffre d’affaires hors de France. Elle emploie 240 salariés et a des bureaux à Londres, New York, Milan et Berlin.

LES CHIFFRES CLÉS DE VESTIAIRE COLLECTIVE

  • Plus de 6 millions de membres, dans 48 pays
  • 30 000 nouveaux articles proposés chaque semaine
  • 3200 pièces chaque jour à la vente une sélection
  • Près des deux tiers des transactions de la plateforme s’effectuent de manière transfrontalière entre acheteurs et vendeurs de pays différents.
  • Panier moyen = 400€
  • Modèle économique: 25% de commission sur chaque vente

Capture d’écran 2017-03-28 à 18.23.00.png

L’ACTUALITÉ DE VESTIAIRE COLLECTIVE

  • 25 janvier 2017 – Vestiaire Collective lève 58 millions d’euros pour accélérer son expansion internationale

Ce tour de table a été mené par un nouvel investisseur, Vitruvian Partners, un fonds britannique qui réalise son premier investissement en France dans le cadre de son intérêt croissant pour les entreprises innovantes tricolores. Eurazeo et Idinvest Partners, actionnaires historiques, ont également participé à ce tour de table, réaffirmant ainsi leur soutien.

Depuis sa création en octobre 2009, Vestiaire Collective aura ainsi levé 116 millions d’euros (auprès de Zadig & Voltaire, Ventech, Balderton Capital, Condé Nast International, Idinvest Partners, Eurazeo and Vitruvian Partners).

Le succès de Vestiaire Collective repose sur un contrôle qualité qui la rend unique : elle est la seule plateforme CtoC sur laquelle 100% des articles vendus sont physiquement vérifiés par une équipe d’experts.

Vestiaire Collective a connu une croissance forte et continue sur les quatre dernières années. L’apport de nouveaux capitaux va permettre d’accélérer encore cette croissance, de renforcer la présence de l’entreprise aux Etats-Unis afin d’y construire une position de leader équivalente à celle acquise en Europe et de partir à la conquête de l’Asie-Pacifique, une zone géographique clairement identifiée comme à fort potentiel pour le modèle Vestiaire Collective.

L’internationalisation de Vestiaire Collective s’appuie sur le solide leadership établi en Europe. En effet, la plateforme est aujourd’hui numéro 1 de son secteur sur les cinq premiers marchés européens (la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie), et fortement présente dans les pays nordiques.

SUR L’INTERNATIONALISATION

Olivier Marcheteau : « Vestiaire Collective accélère aux Etats-Unis »

« On est leader dans chacun des grands pays européens où on est implanté, explique Olivier Marcheteau. On va désormais financer l’accélération de notre croissance aux Etats-Unis, où nous avons aujourd’hui pas loin d’un million de membres et une vingtaine de personnes sur place. On se développe très vite et on est les seuls à avoir un positionnement très mode et luxe sur ce marché américain du e-commerce qui est le plus gros et le plus concurrentiel»

Vestiaire Collective veut aussi mettre le cap vers l’Asie. « On se rend compte qu’on a une demande forte en Asie et on veut être les premiers à activer les trois géographies du luxe et de la mode que sont l’Europe, les Etats-Unis et l’Asie, reprend Olivier Marcheteau. En Asie Pacifique, on va se concentrer sur l’Australie, Hong Kong et Singapour au deuxième semestre 2017. On va installer une équipe probablement à Hong Kong pour démarrer sur ces pays qui sont culturellement les plus simples à appréhender et ensuite on s’étendra à d’autres pays dans la région»

L’Asie en ligne de mire

La Chine est une cible à long terme pour Vestiaire Collective. « A court terme, on pense que d’autres pays offrent des opportunités. Comme la Corée, qui est un gros pays en termes de consommation de luxe, ou le Japon avec sa culture du vintage qui le rend très pertinent sur le marché du luxe d’occasion. »

(…) Sur chaque transaction, Vestiaire Collective prélève une commission de l’ordre de 25 % auprès des vendeurs. « Le site Vestiaire Collective est très communautaire : on peut y suivre le vestiaire des gens dont on aime le style. Il génère environ 10 millions d’interactions sociales tous les mois », mentionne son directeur général.

L’an dernier, le site « a dépassé très largement les 100 millions de volume d’affaires au niveau mondial avec une croissance plus de + 60 % depuis quatre ans », déclare Olivier Marcheteau. Il est rentable en France (depuis 2015), mais pas globalement. « Nous sommes encore en phase d’investissement. Quand on se lance dans un pays, on a un travail d’adaptation de l’offre à faire et un travail de construction de notoriété. Donc on investit dans le marketing pour construire une base de clients. L’Europe sera rentable prochainement. Et c’est depuis cette forte position en Europe que l’on veut attaquer encore plus fort les Etats-Unis et prendre une position de leader en Asie. » (source: Les Echos)

Challenges. L’anglais Vitruvian Partners vient d’entrer à votre capital. Un signe que la France attire de plus en plus les fonds étrangers ?

Olivier Marcheteau. La perception sur la French Tech change. Le travail de fond mené par les pouvoirs publics, les fonds français et une génération d’entrepreneurs aux ambitions internationales porte ses fruits sur notre attractivité. Il y a aussi eu des success stories très visibles, comme Meetic, Criteo ou Talend. (source: Challenges)

Chez POPCHEF, c’est vacances illimitées! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

logo popchefLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

→ Diffusion : samedi 1/4/2017 à 7h | dimanche 2/4/2017 à 14h


TALK 1: POPCHEF rachète son concurrent HappyMiam

TALK 2: VESTIAIRE COLLECTIVE : 58 millions € pour conquérir le monde

TALK 3 : STERN GRAVEUR remis au goût du jour par une jeune entrepreneure

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 1: POP CHEF, avec Briac Lescure, cofondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

logo popchef

Lancé en janvier 2015, PopChef livre pour le déjeuner des plats ayant la particularité d’être pensés et préparés par ses soins, avec les meilleurs produits locaux. Avec le Chef Benjamin Mathieu, Chef du restaurant Le Germain, à la conception de nouvelles recettes, PopChef mise sur le goût et la qualité pour confirmer sa place d’acteur principal de la FoodTech française.

« PopChef c’est un repas maison, livré chaud en moins de 30 minutes et pour une dizaine d’euros. Nous voulons disrupter le sandwich de la boulangerie, et devenir le réflexe déjeuner de tous les actifs parisiens qui cherchent des produits frais, des plats variés et tendances pour un rapport qualité prix imbattable. », déclarent Briac Lescure et François Raynaud de Fitte, fondateurs de PopChef.

PopChef se différencie sur le marché de le FoodTech par sa maîtrise complète de la chaîne de valeur, du sourcing des matières premières à la livraison des plats au client final.

« L’actualité récente nous a rappelé la dure réalité économique des services de livraison à la demande et nous conforte dans l’idée que notre modèle de cuisine internalisée (modèle « full- stack »), qui permet de mieux maîtriser la qualité de nos produits et nos marges, est le bon. » affirment les deux fondateurs de PopChef.

LES CHIFFRES CLÉS

  • Activité: spécialiste de la livraison de déjeuners
  • Date de création: janvier 2015
  • Siège social: Paris 17
  • Effectif: 25
  • En deux ans, PopChef a vu son nombre de commandes passer de 10 à plus de 1000 par jour et dispose aujourd’hui d’un catalogue de plus de 90 recettes.

  • Chiffre d’affaires en augmentation de 10 % chaque semaine, plus de 100 nouveaux clients par jour, et avec un taux de récurrence considérable (80 %).

  • Début 2015, les toutes premières livraisons de plats PopChef étaient effectuées par les fondateurs eux-mêmes : Briac Lescure et François Raynaud de Fitte. Forte de son succès croissant, la startup emploie aujourd’hui 25 personnes dans plusieurs domaines différents (technologies, communication, marketing…) et fait appel à 500 livreurs.

L’HISTOIRE DE POP CHEF

PopChef est né d’une révolte. Amis depuis l’enfance, férus de sport et de nature, Briac et François aiment les choses simples et les choses vraies. Comme traverser les Alpes à vélo, pour Briac, ou respirer l’air pur des Pyrénées avec un sac sur le dos pour François.

De retour à Paris, pourtant, ils constatent qu’il est normal de mal manger. Ils ne comprennent pas pourquoi déjeuner sainement est si difficile, cher, réservé à une élite ou aux connaisseurs. Pourquoi les travailleurs, plus pressés que les autres, sont condamnés au sandwich ou au fast-food. C’est alors qu’ils rencontrent Pierrick, passionné de gastronomie et de technologie.

Ensemble, ils décident de changer les choses. « Nous avons voulu créer quelque chose de simple, de vrai, qui rende les gens heureux. »

popchef.png

L’ACTUALITÉ DE POPCHEF

  • Mars 2016 – Popchef fait l’acquisition de la startup Happy Miam

Happy Miam, service de livraison de plats sains et équilibrés sur Paris, propose à sa carte des plats pour les trois principaux repas de la journée : petit-déjeuner, déjeuner, dîner. Lancée il y a près de deux ans, la startup livrait environ 90 plats par jour et comptait une base de 1000 clients.

« Cette acquisition permettra à Popchef de consolider son activité et sa base de clients en région parisienne. La cession d’activité de Happy Miam à Popchef s’est faite naturellement, puisque nous avions en commun le désir de proposer à nos clients des recettes saines et équilibrées », explique Briac Lescure, co-fondateur de Popchef.

  • Novembre 2016 – PopChef lève 2 millions d’euros

Le spécialiste de la livraison de déjeuners annonce une deuxième levée de fonds avec comme ambition de devenir le plus grand restaurant d’île-de-France

Les investisseurs Elior Group, Gilles Queru et Marc Simoncini entendent aider PopChef à étendre son périmètre de livraison à l’ensemble de la région Île-de-France. En parallèle, ces capitaux vont permettre à PopChef de consolider sa position sur le marché de la livraison de déjeuners et de proposer les meilleures recettes et les meilleurs produits sur le marché.

Capture d’écran 2017-03-28 à 18.04.14.png

LE MARCHÉ DE LA RESTAURATION LIVRÉE

Restauration livrée: hausse de 70% depuis 2009

Les commandes de restauration passées par téléphone, internet ou via une application sont en hausse de 70% en volume depuis 2009, et ont représenté 290 millions de commandes en 2016, selon une étude du cabinet NPD Group. (source: Le Figaro)

Outre-Atlantique, les start-ups mêlant nouvelles technologies et secteur alimentaire ont levé plus de 5 milliards de dollars en 2015. En Europe, d’après une récente étude du site Tech.eu, le marché de la foodtech représentait 1,1 milliard d’euros d’investissements en 2015, soit une augmentation de 42 % par rapport à 2014 ! Parmi les leaders du secteur, l’Anglais Delivery Hero, l’Allemand HelloFresh et le Français La Fourchette, vendu depuis à l’Américain TripAdvisor. Pays de la bonne bouffe, la France fait partie du top 5 des pays concernant les acteurs-acquéreurs ou les start-ups rachetées, après l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie. (source: Les Jeudis)

LES PROJETS DE POPCHEF

  • Avec comme objectif de doubler de taille dans les six prochains mois (donc d’ici la rentrée de septembre), l’année 2017 sera placée sous le signe du recrutement pour PopChef (une cinquantaine de personnes en 2017 dans tous les domaines : développement web, opérations, marketing, cuisine, business développement etc.), avant d’envisager un emménagement dans de nouveaux locaux.
  • Etendre la livraison à toute l’Ile de France

SUR LES VACANCES ILLIMITÉES

actu_3866_image.jpgHoraires libres et vacances en illimité : la startup PopChef a-t-elle perdu la tête ?

Des vacances en illimité, ça sonne presque faux. C’est vraiment le cas chez PopChef ?

Juridiquement c’est encore compliqué en France de proposer plus de 5 semaines de congés payés mais oui, nous sommes réellement en train de voir comment est-ce qu’on peut mettre ça en place. En attendant, nos salariés sont libres de poser leurs vacances quand ils le souhaitent, s’ils veulent poser 3 semaines du jour au lendemain et qu’ils se sont organisés dans leur travail pour le faire, ils le font.

C’est pas contre-productif pour une entreprise d’avoir des employés aussi libres ?

Non, au contraire ! Un salarié fatigué ça c’est contre-productif. Avec François mon associé, on a toujours été d’accord sur le fait qu’un salarié heureux c’est un salarié libre. On n’a pas non plus de culture de l’horaire comme il existe dans la plupart des entreprises françaises. Chacun travaille quand il veut. On préfère voir un salarié 4h par jour à fond dans son travail et qui a du temps pour d’autres loisirs l’après-midi plutôt qu’un salarié qui traîne à la tâche et s’implique moins. Je trouve ça aberrant quand j’entends que certaines personnes restent au bureau jusqu’à 19h parce que c’est stipulé dans leur contrat alors qu’elles n’ont plus grand chose à faire depuis 17h…

Donc, la liberté que vous leur octroyez, c’est ce qui rend vos salariés heureux.

Oui à l’évidence mais il n’y a pas que ça. En tant que CEO, j’ai toujours choisi la voie de la transparence. On communique tous les jours les chiffres. Quand ça ne va pas, on le dit. C’est comme ça que les choses fonctionnent et que nos employés ont confiance en nous.

Vous êtes un peu « gentil patron »?

Je ne sais pas ce qu’est un « gentil patron », mais je pense être un CEO respecté grâce à tout cela. Le modèle du patron qui a son bureau au dernier étage c’est dépassé. On ne s’octroie pas non plus de privilèges. On distribue des tracts avec eux, une fois par mois on effectue une livraison, c’est ce qui fait qu’ils ont confiance en nous et aiment travailler pour nous je pense.

Vos salariés c’est une chose, mais vos livreurs c’en est une autre. On a pu lire dans la presse que certains livreurs de vos concurrents n’étaient pas très bien traités. Chez vous, comment ça se passe, sans langue de bois ?

De part notre modèle qui est complètement différent de nos concurrents, nos livreurs n’abordent pas du tout leur travail de la même manière que les autres. Chez PopChef on est spécialisé dans le déjeuner des entreprises donc par définition, nos livreurs ne sont actifs que 2h par jour. Ce sont majoritairement des étudiants pour qui le statut d’autoentrepreneur est parfait car il est beaucoup plus flexible qu’un CDD. En moyenne, ils gagnent 20€ de l’heure. Tout ça réuni fait que nos livreurs sont très heureux, vous pouvez aller vérifier !

« Un salarié heureux, c’est un salarié libre »

Vous me parliez de votre stratégie très différente de celle de Foodora ou Deliveroo. C’est grâce à ça que vous allez réussir à ne pas vous planter ?

(…) On a vraiment fait le choix de se positionner sur la livraison de déjeuners dans les quartiers d’affaires ce qui veut dire que notre panier moyen est très important. On a également internalisé nos cuisines, donc quand les plats arrivent, ils sont chauds et de meilleure qualité. C’est grâce à ça qu’on grandit. (source: Widoobiz)