affacturage

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas dans l’entrepreneuriat de Sandra Legrand / Les conseils de Thierry Garot, de Meilleur Taux. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 13/1/18 à 7h – Dimanche 14/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise.jpg      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: X-TEND, la valise extensible et connectée révolutionne le monde du voyage

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Heart Never Lies (HNL):  les battements du coeur au service d’une meilleure expérience client

TALK 2 : SENDOBOX, pour envoyer des produits frais dans le monde entier

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Sandra Legrand
  • Les conseils de  l’expert, avec Thierry Garot, Responsable de l’activité financement professionnel de Meilleurtaux.com

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

___________________________________________________________________________

ENTREPRENDRE

⇒ LES PREMIERS PAS de SANDRA LEGRAND, fondatrice de Kalidea, Yapuka.org, marraine de 100 000 Entrepreneurs, mentor d’entrepreneurs, membre des conseils d’administration de Surys, Hi-Media, Axa France. 

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

sandra legrand.jpegSi Sandra devait élaborer la recette de son succès, la liste des ingrédients commencerait par l’envie, la passion. « Créer et développer une entreprise demande en effet quelques sacrifices, des prises de décisions qui parfois nous pèsent. Cela impacte une large part de la vie : sans passion, c’est donc très difficile. » Deuxième ingrédient clé ?

Le pragmatisme. «Certains chefs d’entreprise foncent tête baissée, et se démènent tellement qu’au bout de deux ans, ils n’ont plus aucune énergie. Il faut savoir être pragmatique, déléguer. » Sandra Le Grand a en effet très vite su déléguer des responsabilités au sein de Canal CE, qui a connu  une croissance rapide pas évidente à gérer. Elle avoue toutefois avoir besoin de garder le contrôle, en consultant ainsi plus de 250 mails par jour, dont une centaine liée à la vie de son entreprise.

Troisième ingrédient : le réseau. Non pas le réseau des biens-nés, mais celui que l’on se forge au fil des ans. Sandra avoue consacrer à ce réseau environ 20 % de son temps. « Savoir s’entourer est capital, confie la chef d’entreprise. Avoir le bon partenaire, le bon conseiller, le bon banquier permet d’aller plus vite. Il faut savoir se faire aider sur ses lacunes. Par exemple, j’étais davantage spécialisée en marketing et moins en gestion, et j’ai donc recruté très vite les personnes qui pouvaient compenser mes points faibles. » (Les Echos)

⇒ LES CONSEILS DE L’EXPERT: THIERRY GAROT, Responsable de l’activité financement professionnel de Meilleurtaux.com

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

thierry garot.jpgThierry Garot nous éclaire sur les formes de financement des entreprises. Pourrait-on se passer d’une banque en cas de besoin de trésorerie?

Il existe effectivement des solutions aux retards de paiement: se financer soi-même avec ses propres factures. Plus précisément, explique T. Garrot, « J’ai besoin de 20 000 €, correspondant aux encours des clients qui n’ont pas payé. Je peux être mis en contact avec un partenaire financeur ». C’est le rôle intermédiaire de Meilleur Taux, 1er comparateur de solutions de financement. Le partenaire financeur finance l’encours avec un taux d’intérêt de 2,5% environ (versus 13% pour un découvert bancaire). « Ca permet d’avoir du cash tout de suite. On va ainsi améliorer la cotation de l’entreprise auprès de la Banque de France et aussi auprès de son banquier, on redevient bankable ». Le tout en 72h! Il n’y a pas de montant minimum. 

Publicités