Click and Boat : louer un bateau entre particulier, même en été ! C’est dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

download-1INÉDIT Dans le Business Club de France 

Samedi 22/7/2017 à 7h

Dimanche 23/7/2017 à 14h

UNIQUEMENT SUR BFM BUSINESS RADIO

Au sommaire :


CLICK AND BOAT AVEC JÉMÉRY BISMUTH COFONDATEUR

Pour écouter ou réécouter cet entretien :

Click and Boat est une plate-forme de location de bateaux entre particuliers. Le site propose une offre de 10 000 bateaux disponibles un peu partout en Europe et récemment à Miami. Les dirigeants et leur équipe de 35 personnes ont souhaité avant tout simplifier la démarche de trouver et louer un bateau. La location de bateau entre particuliers n’a jamais été aussi simple ! Choisissez votre bateau dès aujourd’hui, Click&Boat se charge du reste. En effet, que vous soyez propriétaire ou locataire, toutes vos démarches sont désormais simplifiées. Il est tout d’abord possible de souscrire à une assurance plaisance à la journée directement depuis le site internet. Un capitaine peut aussi vous accompagner !

60uyhkyndtmx30uiy7icrnqvsuhbchdf.big

LE SAVIEZ-VOUS  ? 

En moyenne un propriétaire utilise son bateau seulement 10 jours par an. Le reste du temps, il est à quai et coute cher à entretenir. C’est ce qui a d’ailleurs donné l’idée à Edouard Gorioux et Jérémy Bismuth, deux anciens consultants et passionnés de bateaux, de lancer cette plate forme.

Les prix de location sont fixés par le propriétaire. ils sont de manière générale inférieures aux prix pratiqués par les professionnels. Jusqu’à – 40% ! Et il est toujours possible, même en plein de coeur de l’été, de louer un bateau ! Et il y en a pour tous les gouts ! 

oj1ksoswtgw7wahbc6l3nc7uiub8a22p.big

DANS L’ACTU 

Il y a 6 mois, Click and Boat a levé 1 million d’euros pour son développement. Aujourd’hui les équipes ont été renforcé, le bureau de Miami est ouvert  où plus de 100 bateaux sont déjà disponibles à la location. « Depuis notre lancement en 2013, nous croyons beaucoup au marché américain, qui est dix fois plus profond que le marché français avec de nombreux bateaux à moteur, catégorie qui se prête très bien à la location entre particuliers. Nous avons débuté en Floride, mais observons également un vrai potentiel en Californie et dans les Etats de la région des Grands Lacs, comme le Minnesota ou le Michigan. Notre ambition est de devenir une référence internationale », explique Jérémy Bismuth.

En trois ans, la petite start-up parisienne est devenue la plus grande plateforme de location de bateaux entre particuliers en Europe. Elle rassemble désormais une communauté de 100 000 utilisateurs. « Au-delà du cap symbolique des dix mille bateaux à louer, ce qui importe le plus est de voir que notre communauté grandit de plus en plus vite et que les marchés accueillent très bien Click & Boat. En Italie, on observe par exemple une forte appétence des plaisanciers, qui attendaient une application de location de bateaux innovante depuis longtemps. Notre modèle séduit, et nous sommes convaincus de pouvoir devenir une marketplace globale comme Blablacar ou Drivy d’ici deux ans », déclare Edouard Gorioux, l’autre co-fondateur.

Click & Boat, qui compte 35 collaborateurs, est désormais présent dans plus 22 pays et couvre 363 destinations.  Elle va bientôt s’ouvrir aux professionnels.


POUR ALLER PLUS LOIN …

Le 28 avril dernier, Jérémy, co-fondateur de Click & Boat, le site de location de bateaux entre particuliers, était reçu sur le plateau de BFM Business dans l’émission « Intégrale Placements » présentée par Guillaume Sommerer !

Message in A Window : « les vitrines sont devenues un média à part entière. » C’est dans le Business Club de France (podcast)

Publié le Mis à jour le

MIAW_icone_couleurINÉDIT Dans le Business Club de France 

Samedi 22/7/2017 à 7h et Dimanche 23/7/2017 à 14h

UNIQUEMENT SUR BFM BUSINESS RADIO

 

Au sommaire :


MESSAGE IN A WINDOW AVEC CHRISTIAN DE MONTLIVAULT 

Pour écouter ou réécouter cet entretien :

« Message in A Window » est une agence de publicité qui imagine, conçoit, crée des campagnes originales en utilisant comme support : les vitrines ! Les vitrines de magasins, bars, restaurants et autres…. deviennent un média.  Près de 600 000 commerces et plus d’1,5 millions de vitrines en France. Les possibilités sont immenses. C’est 10 fois plus que tous les panneaux d’affichages du territoire rassemblés

Message in A Window revendique, sur son site, 20 000 vitrines bien placées dans toute la France. 

Pourquoi la vitrine ? 

Une vitrine classique peut générer 8 000 vues/jour et peut aller pour les emplacements exceptionnels jusqu’à 80 000. Une campagne de 100 vitrines, pendant une semaine peut générer 6M vues.

Message In A Window est capable de mesurer l’audience piétonne d’une campagne (en disposant des capteurs de radiofréquences Wifi dans les vitrines concernées); les ventes (sell in et sell out) si pertinent; et l’appréciation des commerçants (en 10 questions)


→Ils louent la vitrine au commerçant (tarif en fonction de la surface et la visibilité de la vitrine,  ainsi que sur le nombre de passants) 

→Ils utilisent ensuite ces vitrines comme média et vendent ces espaces à leurs clients à partir de 400 euros HT

→Les décorations des vitrines sont réalisées par Message in window

 

 

2 types de campagnes sont proposées : 

→TRADE

Je souhaite faire campagne dans des vitrines de commerces qui vendent mes produits ou qui sont susceptibles de les vendre, certes pour être visible au plus grand nombre, mais surtout pour accélérer mes ventes…

ex: Essilor dans des magasins d’optique; Haribo dans des boulangeries; Heinz dans des brasseries; Taittinger chez des cavistes en décembre…

→MEDIA

Je souhaite faire campagne dans des vitrines de commerces qui n’ont pas de raison particulière de me vendre, pour être vu du plus grand nombre, ou d’une audience particulière

ex: Meetic dans des magasins de fleurs ; Mini dans des magasins de meubles design; Perrier dans des magasins de sport pendant Roland Garros…


Dans l’actu… 

 

Lancée en mars 2015, Message In A Window permet aux marques de réserver d’une à plusieurs centaines de vitrines de magasins partout en France pour y communiquer de quelques jours à quelques semaines, de gérer toute la production et l’installation physique des habillages, et d’apporter l’ensemble des indicateurs de performance permettant d’évaluer précisément l’impact de l’investissement. La jeune entreprise, dont le siège est toujours à Bidart, a levé 800 000 euros qui vont lui permettre  d’organiser la scalabilité de son modèle tout en poursuivant sa croissance, et de confirmer la puissance de sa solution.

equipe message in the window

Le « PC du futur » est français. En fait c’est un PC sans PC. À découvrir dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

 downloadINÉDIT Dans le Business Club de France 

Samedi 22/7/2017 à 7h et Dimanche 23/7/2017 à 14h

UNIQUEMENT SUR BFM BUSINESS RADIO

Au sommaire :


BLADE AVEC EMMANUEL FREUND – CEO

Pour écouter ou réécouter cet entretien :

La start-up Blade a mis au point le premier PC sans PC ! Appelé « Shadow » cette solution d’ordinateur se déploie dans le cloud. Chez vous, leur boitier, un écran, un clavier, une souris et une bonne connexion Internet suffisent ! Ce « PC du futur » a séduit les investisseurs puisque l’entreprise a levé récemment 51 millions d’euros et vise très rapidement les 100 000 utilisateurs.

Comment ça marche ? 

Capture d_écran 2017-07-19 à 12.54.23

→À partir de 29,95 €/mois

→Une levée de fonds de 51 millions d’euros

Sur la levée de fonds il y a de toute façon peu à dire. Blade n’évoque pas le détail de son pacte d’actionnaires, ni sa valorisation. « Ce serait possible, mais la société ne veut pas passer pour l’une de celles qui cherche avant tout à se vendre » nous confie un proche du dossier. Un point pas si anodin donc, qui doit prouver que cette équipe de 47 personnes (contre 13 en fin d’année dernière) est là pour durer.

Les trois fondateurs, Emmanuel Freund, Acher Criou et Stéphane Hélio sont encore majoritaires. La levée a été menée principalement auprès de ceux qui avaient déjà investi 13 millions d’euros dans les deux tours précédents. On y retrouve notamment Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur de PriceMinister, Michaël Benabou, cofondateur de Vente-Privée.com et Nopporn Suppipat, fondateur de Wind Energy Holding. Ce dernier devient également membre du comité stratégique.

[…]

Presque un record pour cette année dans l’Hexagone (Oodrive ayant levé 65 millions d’euros en mars). C’est aussi 1,5 jour des bénéfices attendus par Intel pour 2017. C’est tout de même énorme pour un projet lancé en 2015, que certains jugeaient mort-né au regard des expériences précédentes, ou par sa dépendance au besoin de disposer d’une bonne connexion Internet.

Source NextInPact

« Nolim » la liseuse du français Bookeen : un livre, mais en mieux ! C’est dans le Business Club (Podcast Inédit)

Publié le Mis à jour le

bookeen-nolim-a-plat-webINÉDIT Dans le Business Club de France 

Samedi 22/7/2017 à 7h et Dimanche 23/7/2017 à 14h

UNIQUEMENT SUR BFM BUSINESS RADIO 

 

Au sommaire :


BOOKEEN : MICKAEL DAHAN – PRÉSIDENT FONDATEUR

Pour écouter ou réécouter l’émission :

Bookeen est le fabricant français de liseuses Cybook. La PME, qui résiste face aux géants Kobo et Kindle,  vient de lancer pour Carrefour « Nolim ». Exclusivement vendue dans les magasins de l’enseigne, cette liseuse est proposée avec différents étuis de couleurs (vert d’eau, bordeaux, orange, gris anthracite et gris clair) dont la couverture permet d’allumer ou d’éteindre l’écran juste en la soulevant. (129,90 €)

bookeen-nolim-ambiance_1-web

Après avoir participé à l’élaboration du Cybook et des services ad hoc chez Cytale dès 1998, Laurent Picard et Michaël Dahan créent Bookeen en 2003 et deviennent les nouveaux fournisseurs de systèmes de lecture numériques. Après 15 ans sur le marché de la lecture numérique, Bookeen offre aujourd’hui des solutions pour les consommateurs lecteurs via ces liseuses Cybook,  et sa librairie Bookeenstore (250 000 titres) mais fournit aussi des solutions de librairies numériques en marque blanche pour de grands partenaires distributeurs et ce dans le monde entier (Nolim pour Carrefour)  Bookeen a distribue ses liseuses dans  près de 50 pays. (site Bookeen)

LE MARCHÉ DU LIVRE

Le Syndicat national de l’Edition (SNE) a dévoilé en juin denier, son rapport annuel sur le marché du livre papier et numérique en France et les perspectives pour 2017.  (Le rapport complet est ICI)

→Le livre numérique en hausse ! 

→Les ventes de livres numériques représentent 4% des ventes des éditeurs en littérature en constante augmentation.

Concernant le livre numérique, le SNE a amélioré son outil statistique distinguant de façon plus claire les différents segments : manuels scolaires numériques, ebooks universitaires et pro, ebook grand public hors littérature, et littérature.

En 2016, le marché de l’édition numérique, tous supports et toutes catégories éditoriales confondus, a généré un chiffre d’affaires de 234 M€, en progression de +29,7% par rapport à 2015.

Cette forte hausse est principalement portée par l’édition universitaire et professionnelle – dont notamment l’édition juridique, dynamisée par la réforme du droit des obligations.

La réforme des programmes scolaires de l’année 2016 a eu un effet significatif sur la croissance de l’édition numérique scolaire.

L’édition numérique de littérature, quant à elle, a connu une progression de +6,3% en 2016 versus 2015.

En 2016, le chiffre d’affaires des ventes de livres numériques (234 M€) représente 8,65% du chiffre d’affaires total des ventes de livres des éditeurs (2 705 M€).

Le segment universitaire et professionnel est à 188 M€. Cela représente 41% du chiffre d’affaires des ventes de livres totales.

Les ventes de livres numériques représentent 4% des ventes des éditeurs en littérature en constante augmentation.

Le scolaire représente 1.52% du CA et les ventes et les ventes grand public hors littérature pèsent pour 1,26% des ventes totales des éditeurs.

chiffres-ebooks-2016

 

 

 

« Elaia Partners » et « TMW » sont dans le Business Club (Podcasts)

Publié le Mis à jour le

INÉDIT – Dans le prochain Business Club de France 11406921_1068322426528688_1868247783250530757_n

Talk 1 & 2Logo-BFMBusiness-sans-contour

Frichti  met les bouchées doubles 

Doctolib va très bien ! 

                                    Talks 3 et 4 

→Elaia Patners : Comment séduire un investisseur ?

→TMW Technologies : ils fabriquent des nuages pour filtrer l’eau


ELAIA PARTNERS AVEC MARC ROUGIER (PARTNER)

Pour écouter ou réécouter cet entretien :


ELAIA PARTNERS AVEC MARC ROUGIER (PARTNER)

elaia-partners_logo-1Comment séduire et conclure un accord avec un investisseur ? Quel entrepreneurs devez-vous être pour mettre toutes les chances de votre coté ? Et puis au delà, comment fonctionne comment un fonds d’investissement et  quels sont leurs objectifs ? Autant de questions que nous posons cette semaine à Marc Rougier qui dirige Elaia Delta, un fonds 

Elaia Delta,  devrait atteindre une taille cible de 120 millions d’euros. Celui-ci a vocation à investir en seed et en série A dans des start-up technologiques, avec des tickets de l’ordre de 500 000 à 1 million d’euros en amorçage et jusqu’à 10 millions sur ses meilleures lignes. «L’idée n’est pas d’avoir un échantillon très large (…) sur un éventail qui joue la masse, mais de se focaliser sur relativement peu d’entreprises – entre 20 et 30 – pour pouvoir les suivre dans la longueur», poursuit Marc Rougier.

En savoir + sur Frenchweb

Créé en 2002, Elaia Partners est un fonds de Venture Capital indépendant focalisé sur l’Economie Numérique.

Elaia Partners gère aujourd’hui plus de 250M€ et investit dès les stades de l’amorçage dans des sociétés à fort potentiel et centrées sur l’économie de rupture, dès les premiers tours de financement et jusqu’à l’émergence de leaders internationaux. 48 sociétés financées et 13 sorties.

Elaia n’est, de fait, pas un fonds tout à fait comme les autres. Il s’est illustré sur les débuts de la plupart des grands succès de la scène tech française, de Criteo (licorne), à Teads, Scoop.it ou Sigfox (future licorne)… 


À DÉCOUVRIR AUSSI DANS CETTE ÉMISSION 

TMW TECHNOLOGIES AVEC  THIERRY SATGE

Pour écouter ou réécouter cette émission :


 

Après plus de 10 ans de recherche et d’investissements pour reproduire le cycle naturel de l’eau dans un module à évapo concentration autonome et peu énergivore (l’Ecostill), les années 2013 et 2014 auront permis de valider techniquement les solutions proposées par la PME angevine.

Comment ça marche ? 

AQUASTILL pour le dessalement de l’eau de mer

La machine

Le module AQUASTILL est composé d’une unité d’évaporation et d’une unité de condensation, d’un ventilateur simple pour la circulation de l’air et d’un dispositif de surchauffe du liquide à purifier. Le tout est recouvert d’une isolation thermique en PPE (polypropylène expansé).

 

ECOSTILL : filtrer l’eau en fabricant des nuages… 

La machine

Le module ECOSTILL™ est composé d’une unité d’évaporation et d’une unité de condensation, d’un ventilateur simple pour la circulation de l’air et d’un dispositif de surchauffe du liquide à traiter. Le tout est recouvert d’une isolation thermique en PPE (polypropylène expansé). Il concentre les effluents tout en rejetant de l’eau pure.

Le liquide est concentré de la façon suivante : quand une partie de l’eau s’évapore de l’effluent non traité, les polluants (métaux, matière organique, etc.) ne s’évaporent pas et par conséquent se concentrent. La vapeur se condense, et c’est ainsi que l’eau pure est produite.

 

L’accélération du développement commercial au cours de ces derniers mois porté par les importantes perspectives de marché tant en France qu’à l’étranger a conduit le Groupe EREN, fondé par Monsieur Paris Mouratoglou, à poursuivre son implication active dans TMW, aux côtés des actionnaires historiques amenés par Philippe Bertin, PDG de la société.

EREN Groupe est devenu l’actionnaire de référence de TMW en souscrivant dans le courant du mois d’octobre 2014 à une augmentation de capital de 1.5 million d’euros.

Les moyens financiers apportés par EREN permettront à TMW de poursuivre son développement commercial en France et à l’étranger et de proposer à ses clients industriels une offre locative totalement intégrée et parfaitement adaptée au marché actuel par sa flexibilité et son adaptabilité rapide aux nouvelles normes.


 

« Frichti » et « Doctolib » sont dans le Business Club (Podcasts)

Publié le Mis à jour le

INÉDIT – Dans le prochain Business Club de France 11406921_1068322426528688_1868247783250530757_n

Talks 1 & 2Logo-BFMBusiness-sans-contour

→Frichti  met les bouchées doubles 

       →Doctolib va très bien ! 

                                    Talks 3 et 4 

Elaia Patners : Comment séduire un investisseur ? 

TMW Technologies : ils fabriquent des nuages pour filtrer l’eau 

 


FRICHTI AVEC QUENTIN VACHER

Pour écouter ou réécouter cet entretien :


 

Quentin Vacher et Julia Bijaoui FrichtiJulia Bijaoui et Quentin Vacher ont imaginé Frichti autour d’un triptyque unique «­bon, pratique et abordable­» : une nourriture de saison de qualité, adaptée à tous les moments de la journée, livrée chez vous, avec un rapport qualité prix unique (entrée-plat-dessert entre 8 et 12 euros). Pari réussi ! Les parisiens plébiscitent Frichti pour leurs repas du quotidien.

La première chose qui différencie Frichti de ses concurrents concerne ses coursiers, officiellement salariés de la firme. Elle compte aujourd’hui plus de 300 employés et peut se targuer d’être passée de 500 repas livrés chaque jour en novembre 2015 à plusieurs milliers en ce moment.

En savoir plus sur le Monde.fr 

logo-frichti

Pour s’imposer sur ce marché de la livraison de repas à domicile ou au bureau, marché où la concurrence est féroce, il faut aller vite et frapper fort, et c’est ce que vient de faire juste avant l’été, Frichti, créée il y a 2 ans seulement qui a levé en un premier temps 12 millions et qui vient, en mai dernier, lever 30 millions d’euros !

Frichti se donne ainsi les moyens de s’imposer sur ce marché avec son concept 2 ans après sa création. Ses effectifs devraient franchir le cap 400 salariés d’idi la fin de l’année 2017 ! Une grande majorité des livreurs sont des salariés. « Le livreur est le point de contact physique avec nos clients, car l’échange se fait avec lui. Sa formation est clé pour transmettre nos engagements. » souligne Quentin Vacher.

Exclusivement disponible à Paris, Frichti devrait ouvrir dans d’autres villes en France et à l’international. 

La livraison de repas suscite l’appétit des investisseurs

L’entrée de Naspers au capital de Delivery Hero, officialisée quatre jours plus tôt, illustre cette tendance. Le groupe sud-africain, présent dans les médias et Internet, n’a pas hésité à débourser 387 millions d’euros pour devenir actionnaire de la société allemande. Basée à Berlin, Delivery Hero s’est développée dans une quarantaine de pays avec l’appui de Rocket Internet. Ce fonds d’investissement allemand, qui s’est donné comme ambition d’« industrialiser » la création de start-up, a d’abord porté sur les fonts baptismaux Foodora. Puis il a investi près de 500 millions d’euros dans Delivery Hero, avant de fusionner les deux entités en 2015. Foodora, devenue filiale de Delivery Hero, opère en France.

Au Royaume-Uni, le grand rival de Foodora, Deliveroo, a, lui, levé 275 millions de dollars (245 millions d’euros) en août 2016. Il avait déjà engrangé 200 millions de dollars depuis sa création en 2013, avec en tête de file le fonds d’investissement russe DST Global.

Un autre acteur britannique, Just Eat (qui a repris en France Resto In) a choisi, pour sa part, de se financer à la Bourse de Londres. Il revendique, pour 2016, un chiffre d’affaires de 375 millions de livres (434 millions d’euros), en progression de 53 %, et un bénéfice de 71 millions de livres. 


DANS LA MÊME ÉMISSION 

DOCTOLIB AVEC  STANISLAS NIOX-CHATEAU

Pour écouter ou réécouter cet entretien : 


 

S. Niox ChateauPrenez rendez-vous avec votre médecin, spécialiste ou autre professionnel de la santé par internet ! 

Doctolib revendique 19 500 professionnels de santé, 540 établissements et 8,2 millions de visites par mois sur sa plateforme, en France et en Allemagne.

Quand je parlais de « modernité » c’est qu’avant il fallait téléphoner, avoir un rendez-vous à plus ou moins long terme, sans parler des standards de ces médecins, souvent sous-traités et j’ai vu qu’une étude de l’Ifop montrait, en novembre 2014, que les délais d’attente pour l’obtention d’un rendez-vous étaient le principal facteur (64%) de renonciation aux soins, avec le sentiment d’une dégradation continue au cours des dernières années.  Et pourtant cette gestion des appels coutent aux médecins généralistes entre 500 et  1000 euros par mois… Pour un résultat pas toujours à la hauteur… Et chez vous ça coute combien ? 109 euros HT/mois 

Au delà du prix  : 

En accédant à l’agenda du professionnel de santé, le patient peut souvent obtenir un rendez-vous plus rapidement. Des relances SMS permettent d’éviter les oublis. En cas d’annulation en ligne, le taux de reprise des créneaux libérés frôle en effet les 100% !

Doctolib logo

 

Partenariat avec l’AP-HP : 

Dans le cadre de cet accord, les patients auront la possibilité de prendre un rendez-vous en ligne avec l’un des 9 000 médecins de l’AP-HP d’ici juin 2018.

En s’alliant avec Doctolib, l’AP-HP vise 1,2 million de rendez-vous pris en ligne chaque année, sur 4 millions de consultations. Le coût du déploiement de ce dispositif est évalué «entre 1 et 2 millions d’euros sur la durée du marché (quatre ans)» par l’AP-HP.

L’entreprise compte aujourd’hui 300 salariés, 5 ans après sa création.  

À noter : 

Les performance de ZocDoc, lancé aux États-Unis en 2007, plus de 6 millions d’utilisateurs mensuels et 45 000 docteurs abonnés et valorisée près de 2 milliards de dollars !


 

Lundi Bonheur : 10 juillet 2017 :)

Publié le Mis à jour le

Dernier rendez-vous de Lundi Bonheur avant les vacances…  Prenez une dose d’infos positives… avant de tout débrancher ou presque… car nous avons de belles  émissions inédites en juillet du Business Club de France sur BFM Business Radio !


VACANCES : LE PETIT DEJEUNER : OUI ! LE WIFI : BOF…

martine en vacancesWaynabox, la start-up spécialisée dans les week-ends surprises en Europe, a dévoilé les résultats de son enquête sur les habitudes et les attentes des voyageurs français. 

Pour près de 50% des sondés, les séjours en amoureux sont privilégiés. Mais pas question de perdre son temps. Ils cherchent à profiter pleinement de leur weekend avec une préférence pour les visites culturelles (72%) et la pratique du sport (61%),plutôt que d’opter pour des vacances farniente (47%), gastro (41%) ou encore fiesta (33%) !

Habitués à voyager au moins 3 fois par an pour 64% d’entre eux, les français ont des exigences parfois… étonnantes. Il est essentiel pour 40% des sondés d’inclure dans l’offre un petit-déjeuner alors que la connexion wifi ne l’est qu’à hauteur de 27% ! 
Et la combinaison gagnante pour rendre un voyageur français heureux se résume à un petit-déjeuner, une belle vue, une baignoire et un spa !


AINSI FONDS, FONDS, FONDS

Pas moins de 61 levées de fonds recensées pour un total de 278,2 millions d’€ en juin dernier! Un montant qui a quasiment doublé depuis le mois dernier (195,39 millions d’€). Chapeau ! 

En savoir +

top-levée-de-fonds-juin-2017_v2.png

 


MESSIEURS : SPARTAN LÈVE 500 000 EUROS POUR PROTÉGER VOS…

Spartan.jpg

La start-up Spartan, qui a conçu un boxer pour se protéger des ondes dégagées par les téléphones et le WiFi, a bouclé un premier tour de table de 500 000 euros auprès de Scientipôle Initiative. (NDLR : pas encore dans l’infographie ci-dessus qui prend en compte uniquement le mois de juin)

Fondée l’an passé par Arthur Menard, Thomas Calichiama et Pierre-Louis Boyer, Spartan a mis au point un boxer qui permet de bloquer «plus de 99,9% des ondes des téléphones portables et Wi-Fi». Avec ce produit, la société entend protéger la fertilité et la santé des hommes.

En savoir +


LES FEMMES SONT L’AVENIR DES HOMMES ! 

rub_14506Un meilleur accès des femmes au monde du travail permettrait d’accroître nettement le PIB mondial. Une nouvelle étude de l’OIT, Organisation internationale du travail, estime que réduire de 25% l’écart du taux d’activité entre les hommes et des femmes d’ici 2025 permettrait d’injecter 5 800 milliards de dollars dans l’économie mondiale. Cet objectif a été fixé par le G20 en 2014. Cela passe par la création de 189 millions de postes sur huit ans. Ce qui permettrait une hausse du PIB mondial de 3,9%.

Les recettes fiscales augmenteraient de plus de 1 500 milliards de dollars si les femmes travaillaient davantage.

Le chemin à parcourir est encore long : le taux d’activité mondial n’est que de 49,4% chez les femmes, 27 points de moins que celui des hommes !

Quant à la France, si l’écart de 9,1 points du taux d’activité entre les sexes était éliminé, le pays bénéficierait  d’une retombée de 44,3 milliards d’euros. Déjà en 2016, France Stratégie avait tenté d’évaluer le coût économique des discriminations. Il estimait que si le taux d’emploi des femmes, ainsi que leur rémunération, étaient égal à celles des hommes, le PIB de la France bondirait de 6,9%.

(NDLR : C’est un homme qui écrit ce post et qu’est-ce qu’on est c… On n’a toujours rien compris…)

En savoir +


LES TEMPS CHANGENT… LA COM AUSSI ? 

Nous travaillons actuellement sur de nombreux concours destinés à récompenser les TPE/PME les plus audacieuses, innovantes et … imaginatives. À vous de juger ces slogans et publicité …

Un slogan pour une société de ramonage… « Pour votre sécurité, faites vous ramoner ! »

ramonetou

Ou encore, cette publicité pour une boucherie… 

IMG_20170707_174416


AVANT DE SE QUITTER…

Le Business Club de France vous propose des émissions inédites tout le mois de juillet, Lundi Bonheur part en vacances et revient à la rentrée… En attendant, une joyeuse chanson qui devrait vous coller à la peau toute la journée…