[Emission spéciale] – Prix des délais de paiement 2018. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France

Uniquement sur BFM Business Radio 

PLUS QUE 7 ÉMISSIONS ! 

delais paiement.jpg

Samedi 2 juin à 7h et Dimanche 3 juin 2018 à 15h

ÉMISSION SPÉCIALE
PRIX DES DÉLAIS DE PAIEMENT – 5ème édition

remis le 31 mai dernier au siège du Medef

(Ré)écoutez et téléchargez cette émission: https://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20180602_seq_BFMBA_2018_6_2_8_37_55.000.mp3?

NOS INVITÉS

  • Nelly Plu, présidente de Groupe Equity
  • Samuel Paquet, responsable comptabilité de Toulouse Métropole
  • Christophe Chauffour, sous-directeur des affaires économiques et financières du Ministère de la Culture
  • François-Xavier Tesson, responsable comptabilité et fiscalité, Crédit agricole Centre-est
  • Pierre Pelouzet, Médiateur des Entreprises

Les délais de paiement: un véritable fléau pour les entreprises françaises

Si les retards de paiement s’améliorent (11,3 jours en moyenne au 4ème trimestre 2016 – source Altarès), le montant du crédit interentreprises reste très élevé: 635 milliards € en France (source FIGEC). Aujourd’hui, 32% des entreprises subissent encore des retards de règlement. Or, ces retards sont à l’origine d’une défaillance d’entreprise sur quatre.

Groupe Equity // Prix PME – Nelly Plu, présidente 

groupe equity logoConseil en informatique, Groupe Equity est une société d’intermédiation RSE entre les clients grands comptes et les sociétés de prestations de services dans le domaine numérique et digital. Depuis sa création, la jeune PME ne cesse de réduire ses délais de paiement fournisseurs pour atteindre 5,25 jours de paiement avant échéance contractuelle.

« Au démarrage de l’activité du groupe Equity en 2015, le choix s’est naturellement porté vers des clients grands comptes labélisés RFAR (Relations fournisseur responsables) grâce auxquels nous avons pu enregistrer ces résultats en délais de paiement. Depuis 2017 nos clients paient majoritairement en moyenne 9,5 jours avant l’échéance contractuelle.

Il s’agit pour nous de partager la performance et les bienfaits sur la restauration de la trésorerie des petits fournisseurs grâce à un comportement responsable. »

Chiffres et pratiques en matière de délais de paiement :

  • Délai moyen de paiement en 2017 : 5,25 jours avant l’échéance contractuelle (pour un volume de paiement 10 fois supérieur au propre CA de Groupe Equity)
  • 100 % des factures payées à échéance
  • Objectif 2018 :
    • Délais de traitement 2 jours pour un volume de factures exponentiel
  • Des actions pour réduire les délais de paiement :
  • Suivi en temps réel de l’avancement du traitement des factures (ERP depuis janvier 2018)
  • Identification des interlocuteurs dédiés à chaque étape du processus chez les clients et les fournisseurs
  • Formation des équipes internes et externes aux bonnes pratiques
  • Prise en compte des périodes estivales pour anticiper les effectifs réduits
  • Questionnement satisfaction des fournisseurs sur les délais de paiement
  • Rencontre systématique des clients et des fournisseurs
  • Pratique de l’écoute active de la voix des fournisseurs
Toulouse Métropole // Prix territoire – Samuel Paquet, responsable comptabilité

toulouse metropole logoSous l’impulsion d’une charte des marchés publics, la métropole toulousaine a réduit de moitié ses délais de paiement (en deux ans) et propose 30 % d’avances aux fournisseurs entreprises du BTP.

« En facilitant l’accès à la commande publique, Toulouse Métropole peut bénéficier des meilleures offres au meilleur prix »

Chiffres et pratiques en matière de délais de paiement :

  • Délai moyen de paiement en 2017 : 18,76 jours
  • 85,80 % des factures payées à échéance
  • Objectif 2018 :
    • Entre 15 et 20 jours de délais de paiement
    • 90 % de factures payées à 30 jours maximum

Depuis la mise en place le 1er janvier 2017 par l’Etat du portail de dématérialisation des factures « Chorus Pro » (la date de dépôt des facture sur ce portail sert aussi de point de départ au calcul du délai global de paiement (DGP) :

  • Sensibilisation des principaux fournisseurs aux avantages du dépôt de facture sur Chorus Pro
  • Mise en place d’un service facturié pour répondre aux questions des fournisseurs
  • Délai de règlement du comptable public inférieur à 5 jours pour toute facture sur les marchés publics
  • 8 753 factures reçues sur Chorus Pro depuis le 1er janvier 2017 (soit 27 % de l’ensemble des factures jusqu’au 7 mars 2018)

Depuis 2015 dans le cadre de la charte des marchés publics (« small business act à la Toulousaine »), Toulouse Métropole propose des mesures assouplies de versements d’avances aux entreprises du BTP (30 % pour tout marché inférieur à 1 million d’euros HT).

  • En 2017, ces avances ont représenté 31 millions d’euros, dont 12,7 millions pour les PME/TPE
Ministère de la Culture // Prix organisme public – Christophe Chauffour, sous-directeur des affaires économiques et financières

ministere culture logoPour le ministère de la Culture, la réduction des délais de paiement est devenue un objectif prioritaire du Plan de modernisation de la chaîne de la dépense, adopté fin 2014. En deux ans, il a réduit les délais de paiement de 60 %, soit en 2017 une moyenne de 20,2 jours (contre 52 jours en 2014).

« Le ministère a fait le choix de concourir pour la première fois à ce prix, au regard des efforts importants réalisés par ses services et, au final, des bons résultats obtenus depuis deux ans. Les actions seront bien entendu poursuivies en 2018, notamment auprès des établissements publics nationaux culturels pour les associer à cette démarche  »

Chiffres et pratiques en matière de délais de paiement :

  • Délai moyen de paiement en 2017 : 20,2 jours
  • 86,14 % des factures payées à échéance
  • Depuis 2017, des contrôles aléatoires et a posteriori sont organisés par le comptable ministériel pour vérifier la fiabilité des délais de paiement
  • Objectif 2018 :
    • 19 jours de délais de paiement
    • 90 % de factures payées à échéance
  • Deux actions fortes pour réduire les délais de paiement :
    • Modernisation du processus de commande publique: au niveau de la passation (rationalisation du nombre de commandes, circuits de gestion plus courts, délais d’émission des bons de commande…), de la constatation du service fait et du traitement des factures (réception en un point unique, suivi informatisé du stock, relance hebdomadaire, augmentation significative de la dématérialisation, adresse mail générique dédiée aux fournisseurs…)
    • Mobilisation de chaque acteur de la chaîne: autour de la règle des 5 jours maximum pour les 4 étapes du processus, et de l’indicateur délai de paiement qui est devenu l’indicateur phare du tableau de bord mensuel transmis au secrétaire général du ministère.
Crédit agricole Centre-est // Prix ETI – grand groupe – François-Xavier Tesson, responsable comptabilité et fiscalité

 credit agricole logoCette banque coopérative et régionale (couverture Ain, Rhône, Saône-et-Loire et nord des départements de l’Ardèche, la Drôme et l’Isère) a réduit ses délais de paiement de 6 jours en deux ans en mettant en place un plan d’actions. La caisse régionale considère ses engagements auprès de ses quelque 1 800 fournisseurs au même titre que son engagement de financement et d’investissement dans le tissu économique local.

 « La problématique des délais de paiement et, plus généralement, de la relation avec les fournisseurs, fait partie intégrante du « Pacte coopératif et territorial » du Crédit agricole Centre-est sur son territoire et de la politique de responsabilité sociétale de l’entreprise. »

Chiffres et pratiques en matière de délais de paiement :

  • Délai moyen de paiement en 2017 : 26,9 jours
  • 93 % des factures payées avant les 60 jours
  • Objectif 2018 :
    • 25 jours de délai moyen de paiement
    • 97 % de factures payées avant les 60 jours
  • Des actions pour réduire les délais de paiement :
    • Mise en place d’une structure adaptée pour un traitement rapide des factures fournisseurs
    • De nouveaux dispositifs de dématérialisation : déploiement d’une solution de lecture automatique des factures, circuits de validation et de paiement, refonte des circuits internes de validation (nombre de délégataires réduit)
  • Indicateur de délais de paiement (remis dans le tableau de bord mensuel à la direction générale) prend en compte désormais l’écart entre la date émission facture et le règlement.
  • Mise en place d’un portail de dépose de factures digitales (déploiement au 2e trimestre 2018)
  • Formalisme des procédures d’achats avec les fournisseurs locaux dans le cadre du programme immobilier de rénovation des agences

 

 

Publicités

Le portage salarial : une façon de devenir indépendant, avant de créer son entreprise ? (podcast)

Publié le Mis à jour le

steven-lelham-342930_0Dans le prochain Business Club de France

PLUS QUE 8 ÉMISSIONS ! 

 

Samedi 26 mai à 7h et Dimanche 27 mai 2018 à 15h

Uniquement sur BFM Business Radio 

Au programme :

Talk 1 : IDEOL : son éolienne flottante s’exporte

Talk 2 : GYM LIB : l’appli pour aller faire du sport partout (ou presque)

Talk 3 DIDAXIS : Le portage salarial est-il une bonne solution pour commencer à travailler de manière indépendante ? 

Talk 4 : MEDIATION : Retards de paiement – une TPE face à ses clients grands groupes du secteur de la santé


DIDAXIS AVEC GUILLAUME CAIROU – PDG

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

didaxis-hauteur-ambitions

Didaxis

Créé en 2004, Didaxis est devenu en l’espace de quelques années seulement l’un des leaders français du portage salarial.

Didaxis est l’un des pionniers français du portage salarial : nous avons une parfaite connaissance des métiers portés et des évolutions du secteur. Didaxis et ses équipes ont réalisé plus de 50 000 missions en France et à l’international depuis la création de la société de portage salarial.

Le portage salarial ? 

Le portage salarial est une nouvelle forme d’emploi qui concilie les avantages du travail indépendant avec ceux du salariat. Il se caractérise par une relation triangulaire entre une société de portage, une personne, le porté, et une entreprise cliente. La personne portée se charge de la prospection des clients, de la négociation de la prestation et de son prix et de la fourniture desdites prestations à l’entreprise cliente.

Un contrat de prestation de services est conclu entre le client et la société de portage, laquelle encaisse les honoraires versés par le client puis reverse au professionnel une rémunération sous forme de salaire, après retenue des frais de gestion et de la totalité des cotisations sociales (part patronale et salariale). Le portage salarial s’articule donc autour d’une relation tripartite entre le salarié porté, l’entreprise de portage salarial et l’entreprise cliente.

Si vous souhaitez devenir indépendant… 

  1. Vous devenez un salarié d’une entreprise comme DIDAXIS
  2. Vous cherchez vos clients, négociez avec eux votre mission et le montant de la prestation
  3. DIDAXIS facture à votre client, votre prestation
  4. DIDAXIS vous reverse ensuite la somme ( moins les charges sociales et les frais de fonctionnement) sous forme de salaire, avec un bulletin de salaire (comme si vous étiez salarié)

Les avantages : 

  • Vous cotisez toujours et pouvez prétendre au bout d’un certains nombres d’heures à d’éventuelles indemnisation chômage (ce qui n’est pas possible pour un gérant d’entreprise)
  • Vous pouvez en faire un travail d’appoint et travailler comme bon vous semble sans avoir de compte à rendre à votre employeur
  • Vous pouvez vous roder à la vie d’un indépendant, à la recherche de clients, à la négociation tout en étant relativement protégé et sans être obligé de remplir une liasses de papiers administratifs
  • Vous êtes rodé à l’exercice ? Créez donc votre entreprise !

Guillaume Cairou est l’auteur du livre « Tous indépendants » au Cherche Midi

content.jpegLa France est l’un des pays du monde qui comptent le moins de travailleurs indépendants. Pourtant, plus de 50 % des Français veulent tenter l’aventure de l’indépendance. A la clef, ce sont 1,5 million d’emplois qui peuvent être créés à l’horizon 2025. Véritable eldorado ou miroir aux alouettes ? C’est ce portrait d’une France entreprenante, intrépide et talentueuse que l’auteur a choisi de dresser sans concession. Une France qui sait marier les paradoxes, refusant l’uberisation tout en surfant sur les vagues de la nouvelle économie. Son ambition ? Réenchanter le travail et encourager la création d’emplois sous de nouvelles formes, à la fois autonomes et protectrices.

GYMLIB booste le sport en entreprise, mais pas seulement. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

gym.jpgDans le prochain Business Club de France

PLUS QUE 8 ÉMISSIONS ! 

Samedi 26 mai à 7h et Dimanche 27 mai 2018 à 15h

Uniquement sur BFM Business Radio 

Au programme :

Talk 1 : IDEOL : son éolienne flottante s’exporte

Talk 2 : GYM LIB : l’appli pour aller faire du sport partout (ou presque)

Talk 3 DIDAXIS : Le portage salarial est-il une bonne solution pour commencer à travailler de manière indépendante ?

Talk 4 : MEDIATION : Retards de paiement – une TPE face à ses clients grands groupes du secteur de la santé


TALK 2 : GYMLIB – MOHAMED TAZI – COFONDATEUR 

1789-crossfit-gymlib-partenaires

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Plateforme de réservation de séances de sport, Gymlib a été créé en 2013.

Gymlib en quelques chiffres :

  • offre BtoB : 100 entreprises clientes / 30 000 salariés bénéficiaires
  • offre BtoC : 100 000 utilisateurs
  • 2000 salles de sports partenaires
  • 200 activités proposées
  • dans plus de 800 villes de France
  • depuis le lancement : 14 millions d’euros collectés
  • 45 salariés Gymlib
  • 2 co fondateurs
  • Dernières actus :
  • lancement offre BtoB il y a 10 mois
  • levée de fonds de 3 millions en juillet 2017
  • déploiement de l’offre BtoB au niveau national
  • levée de fonds de 10 millions en mai 2018
  • forte campagne de recrutement

 

SUR FRENCHWEB – Gymlib lève 10 millions d’euros pour faire entrer le sport dans les entreprises

La start-up française Gymlib, qui développe une plateforme permettant de réserver une séance dans une salle de sport dans toute la France, a bouclé un tour de table de 10 millions d’euros auprès de Sodexo, Alyan Group, Breega Capital et Fa Dièse. Des business angels, à l’image de Cyril Vermeulen, co-fondateur du groupe Aufeminin, et Laurent de la Clergerie, fondateur de LDLC.com, ont également participé à l’opération. Celle-ci survient neuf mois après une levée de fonds de 3 millions d’euros, en juillet 2017.

Le marché

Créée en 2013 par Sébastien Bequart et Mohamed Tazi, Gymlib proposait initialement un service grand public permettant de réserver une séance dans une salle de sport partout en France, sans engagement. La plateforme revendique plus de 2 000 salles partenaires, dont celles de CMG Sports Club, Neoness ou encore Club Moving. A ce jour, la société compte plus de 100 000 utilisateurs réguliers.

A partir de l’expérience engrangée auprès des particuliers, Gymlib a décidé d’étendre son offre l’an passé en s’ouvrant aux entreprises. Grâce au réseau de partenaires de la start-up, les entreprises peuvent ainsi proposer à leurs collaborateurs une carte avec un accès illimité à 200 activités sportives et à plus de 2 000 infrastructures sportives dans l’ensemble de l’Hexagone. «Les entreprises fournissent des tickets-restaurant pour les repas, des chèques-vacances pour les congés, des bons d’achat pour les loisirs… mais aucune solution pour le sport», relevait l’an passé Grégoire Véron, directeur commercial de Gymlib.

Aujourd’hui, la société affirme que 30 000 salariés dans une centaine d’entreprises, dont WeWork, Station F, Deliveroo, Criteo, Salesforce ou encore Accenture, bénéficient de l’offre proposée par Gymlib dans plus de 800 villes en France. En début d’année, la start-up française s’est lancée en Belgique pour entamer son expansion européenne.

Les objectifs

Avec ce tour de table, Gymlib prévoit de lancer son service dans de nouveaux pays d’ici fin 2018. Dans le cadre de cette accélération à l’international, la société va renforcer ses effectifs en recrutant 30 collaborateurs supplémentaires en France et à l’étranger. Gymlib vise la barre des 250 000 salariés bénéficiaires de son offre corporate et les 1 000 entreprises clientes à l’horizon 2020.

Une solution innovante

Essentiellement utilisée par les particuliers depuis leur ordinateur (il est vrai qu’on improvise rarement dans la rue d’aller faire du sport dans la salle à coté) la solution développée par GIYM LIB a un coté « disruptif » et en même temps fort utile pour les sportifs d’un jour, qui ne veulent plus s’abonner à à une salle de gym pour un trimestre, semestre ou un an, sans être sûr d’y aller régulièrement. Pour les salles de gym, c’est une manière intelligente de « remplir » ses cours et ses activités encadrées, et donc d’amortir plus facilement leur installation.

« IDEOL : l’idéale éolienne flottante » C’était dans le Business Club de France (podcast)

Publié le Mis à jour le

IDEOL-20121129v2-500x282Dans le prochain Business Club de France

PLUS QUE 8 ÉMISSIONS !

Samedi 26 mai à 7h et Dimanche 27 mai 2018 à 15h

Uniquement sur BFM Business Radio 

 

Au programme :

Talk 1 : IDEOL : son éolienne flottante s’exporte

Talk 2 : GYM LIB : l’appli pour aller faire du sport partout (ou presque)

Talk 3 DIDAXIS : Le portage salarial est-il une bonne solution pour commencer à travailler de manière indépendante ?

Talk 4 : MEDIATION : Retards de paiement – une TPE face à ses clients grands groupes du secteur de la santé


IDEOL AVEC PAUL DE LA GUÉRIVIÈRE – PDG

ideol-fondation

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Créée à La Ciotat, en 2010, l’entreprise IDEOL a mis au point une solution d’éolienne flottante, dont les deux démonstrateurs (installés en France t au Japon) ont prouvé leur efficacité et ont séduit des l’investisseurs. L’entreprise vient de lever 15 millions d’euros.

Comment ça marche ? 

visuel-eolienne-v5L’éolienne est posée sur une « barge » flottante. Elle est ancrée au sol marin (à l’image d’une ancre de bateau). Elle est enfin reliée à un câble électrique permettant de transporter sur au moins 20 km, l’électricité produite en mer.

 

 

Les avantages de l’éolienne flottante : 

  • S’adapte quelque soit la profondeur de la mer, contrairement à l’éolien posé sur les fonds marins
  • Permet d’être déplacé si nécessaire, de mieux s’adapter à la prise du vent
  • Peut-être plus facilement remorqué pour réparation ou démontage
  • Ne laisse aucun trace dans les fonds marins
  • Solution écologique, moins chère à l’installation et produit 20% d’électricité en plus par rapport aux autres éoliennes

→L’éolien flottant présente la même courbe de puissance qu’à terre. Mais à la différence des éoliennes terrestres et même des éoliennes en mer posées, les éoliennes flottantes permettent d’accéder à des sites où les vents sont plus forts et plus constants, et donc de produire 1 jour sur 2 quand les éoliennes posées produisent en moyenne un jour sur 3 et les éoliennes terrestres 1 jour sur 4.

IDEOL

  • Activité: conception et installation d’éoliennes flottantes
  • Date de création: 2010
  • Siège social: La Ciotat
  • CA 2017 : 3.5 M€
  • Effectifs : 60 personnes

L’actualité d’IDEOL 

→Une levée de fonds de 15 millions d’euros annoncée fin avril. Cela nous permet d’accélérer notre développement à l’international et confirme notre « bankabilité ». 

→La signature d’un partenariat avec Acacia Renewables pour le développement d’une ferme éolienne flottante de dimension commerciale (donc de plusieurs dizaines d’éoliennes) au Japon.

→L’installation de notre premier démonstrateur en mer au large du Croisic  qui est également la première éolienne en mer en France ! Un deuxième sera installé dans les tous prochains jours au Japon

Ce dernier investissement positionne Ideol comme l’un des leaders mondiaux en matière d’éolien en mer flottant. Créée en 2010, Ideol a développé une fondation flottante reconnue à l’international conçue pour devenir rapidement la solution principale sur le marché. Ideol bénéficie déjà de deux démonstrateurs, construits et installés en France et au Japon, deux marchés d’ailleurs tout à fait stratégiques. La technologie de fondation flottante développée par Ideol est conçue pour s’adapter à la fois aux éoliennes présentes sur le marché mais aussi aux éoliennes de plus grande dimension, et pour être la solution la plus compétitive du marché.

Le marché

Le marché de l’éolien en mer se situe aujourd’hui essentiellement en Europe, un continent qui concentre plus de 90 % de la capacité installée au niveau mondial.  En 2014, l’éolien en mer représentait, sur le continent, 8 GW, uniquement issu des technologies posées. Pourtant, ces technologies font face à des défis de plus en plus complexes. Plusieurs pays se tournent donc vers des solutions flottantes qui présentent l’intérêt de s’affranchir des contraintes de profondeur et de qualité des sols.

Au-delà du fait que l’éolien flottant permet de profiter des meilleures ressources venteuses au large, certains pays n’ont tout simplement pas le choix : l’éolien en mer posé est incompatible avec la forte profondeur de leurs littoraux. C’est par exemple le cas pour certaines régions d’Ecosse, pour le littoral méditerranéen dont les profondeurs dépassent rapidement 50 mètres, pour le Japon ou pour les Etats insulaires.

 

 

Les « Rebondisseurs » n’aiment pas l’échec. C’était dans le Business Club de France

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France

Diffusion : Samedi 19 mai 2018 à 7h et dimanche 20 mai 2018 à 15h

Uniquement sur  BFM Business Radio 

logo-les-rebondisseurs-francais-sv

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: DEVRED grandit en France et à l’international

TALK 2 : KAROS : 8% de croissance par semaine depuis 18 mois


⇒ DEUXIÈME PARTIE: 

LES « REBONDISSEURS FRANÇAIS » : Un (nouveau) mouvement destiné aux chef d’entreprise qui ont « planté » leur boite et qui ont décidé de rebondir, fort de leur expérience, pour mieux créer et développer une nouvelle entreprise. Ce mouvement est composé de chefs d’entreprise ayant vécu ce type d’aventure. Il a pour mission de changer les mentalités en France sur l’échec* 

Avec :

  • Isabelle Saladin : fondatrice des « Rebondisseurs Français »
  • Corentin Denoeud : ex-pdg de la compagnie aérienne Wijet
  • Pierre Pelouzet : médiateur national des entreprises
IMG_4818
P. Pelouzet – I. Saladin – M. Picot – C. Denoeud

Pour écouter ou réécouter cette émission :


ISABELLE SALADIN : LES REBONDISSEURS FRANÇAIS

L’échec est culturel marqué au fer rouge en France

→Les recruteurs français sont circonspects, voire carrément négatifs, sur des candidats dont le CV n’est pas linéaire ou cohérent. L’échec peut aussi être vu comme un signe d’incompétence professionnelle.

→A l’inverse, aux Etats-Unis, pays jeune bâti par des pionniers, l’échec est vu comme une évidence, une étape essentielle du processus d’apprentissage vers la réussite, une source d’inspiration, un « plus » sur un CV.

Changer les mentalités, c’est la principale mission des Rebondisseurs Français à travers de nombreuses actions et en créant une communauté de partages entre les chefs d’entreprises en position de rebond ou ayant rebondi avec succès.

La mascotte des « rebondisseurs français » : le kangourou ! 

image1

En savoir plus sur les « Rebondisseurs Français » : Cliquez ICI

CORENTIN DENOEUD : EX-PDG DE WIJET EN PLEIN REBOND !

Avril 2017

1h plus tôt j’étais attendu aux bureaux de Wijet, pour le C.A. le plus matinal de toute l’histoire de la boîte. Quand j’arrive, toutes les portes sont fermées, alors que d’habitude une grande lumière inonde les pièces. Dans la salle de réunion, je vois un huissier et une sténo ; ils se présentent froidement. L’ordre du jour est anodin : un point sur la situation financière au 1er trimestre 2017 ; propositions et décisions sur les orientations à court terme de la société ; ainsi que des “questions diverses”. Aucune mention de ma révocation. Au bout d’1/4 d’heure, Mr A., mon associé, déclare : “je vais mettre au vote et je suis désolé”. Il soumet au vote ma révocation de mes fonctions de président du C.A.-D.G. de Wijet.

Tout va ensuite très vite : je suis révoqué de mes fonctions ; Mr. A. est nommé président du C.A…

→Suivez les articles de Corentin Denoeud sur son blog ICI

logo-horizontal5 mois de traversée du désert. « Je mettais enfermer dans une bulle. Un jour, je décide d’évoquer cette histoire, pas banale, et je me rends compte que je ne suis pas seul à avoir vécu ce type d’aventure. Ces rencontres m’ont progressivement permis d’y voir plus clair… Mon histoire entrepreneuriale, elle non plus, n’est pas finie. J’ai l’entrepreneuriat dans le sang ; c’est ma passion et ce qui me pousse à aller de l’avant. Après Wijet, j’ai connu une traversée du désert pendant 6 mois. Moment nécessaire pour un nouveau départ. Je me suis ensuite lancé dans un nouveau projet fou : Blockchain Studio, dont je vous dirai quelques mots à l’heure venue.

PIERRE PELOUZET : MÉDIATEUR NATIONAL DES ENTREPRISES 

logo-mediateur-entreprises_1_0Il y a mille et une façon d’être victime d’une défaillance. Souvent une erreur, souvent un événement venu de l’extérieur comme les retards de paiement qui « détruisent » 40 entreprises chaque jour en France ! Fort de son expérience, la Médiation des entreprises s’intéresse aussi à ces entrepreneurs en « rebond » qui, fort de l’expérience vécue, sont certainement plus rodé, mais pas forcément à l’abri. La médiation des entreprises est là. les conseils de Pierre Pelouzet, sont à retrouver dans cette émission.

Plus d’info sur la Médiation des entreprises, cliquez ICI 


*Échec ? 

Faut-il parler d’échec ? Dans de nombreux pays, l’échec fait partie de l’expérience, on parlera donc d’expérience (en ces hauts et ses bas). En informatique, on utilise volontiers le terme de « pivot »… Et vous que diriez-vous ?

Karos veut devenir leader du court-voiturage. C’était dans le Business Club

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France

Diffusion : Samedi 19 mai 2018 à 7h et dimanche 20 mai 2018 à 15h

Uniquement sur  BFM Business Radio 

karos logo.png

 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: DEVRED grandit en France et à l’international

TALK 2 : KAROS : 8% de croissance par semaine depuis 18 mois

⇒ DEUXIÈME PARTIE: 

LES « REBONDISSEURS FRANÇAIS » : Un (nouveau) mouvement destiné aux chef d’entreprise qui ont « planté » leur boite et qui ont décidé de rebondir, fort de leur expérience, pour mieux créer et développer une nouvelle entreprise. Ce mouvement est composé de chefs d’entreprise ayant vécu ce type d’aventure. Il a pour mission de changer les mentalités en France sur l’échec* 

Avec :

  • Isabelle Saladin : fondatrice des « Rebondisseurs Français »
  • Corentin Denoeud : ex-pdg de la compagnie aérienne Wijet
  • Pierre Pelouzet : médiateur national des entreprises

TALK 2 : KAROS, avec Olivier Binet, cofondateur

Pour écouter ou réécouter cet entretien :

 

Créée en 2014 par Olivier Binet, spécialiste du financement et du développement d’entreprises de croissance, et Tristan Croiset, expert Big Data et Machine Learning, KAROS exploite des technologies d’intelligence artificielle pour transformer les véhicules individuels en réseaux de transport collectif. Fort d’une équipe de 22 personnes, KAROS a inventé le « court-voiturage® » et lancé son application mobile fin 2015. Le service a déjà convaincu plus de 110 000 utilisateurs et propose plus de 400 000 opportunités de covoiturage tous les jours. Soutenue par le Ministère de la Recherche et BPI France, ambassadrice de la French Tech à la COP 21, membre de la plateforme Ville-durable de Paris&Co et du consortium Européen EIT Digital, KAROS a été primée à 10 reprises pour ses innovations de rupture.

>> POURQUOI KAROS ?

CONSTAT

15 millions de trajets sont effectués chaque jour, 40 millions de sièges sont libres, et il n’existe aucune solution de covoiturage adaptée aux trajets du quotidien

> S’il fonctionne pour les vacances (Blablacar), le covoiturage est impossible à gérer pour le quotidien ! Fixer deux fois par jour (A/R) un lieu de rendez-vous pour covoiturer, c’est trop chronophage et pas assez rentable.

SOLUTION

Une application, automatisée et simplissime, capable de prédire et proposer en temps réel les trajets aux conducteurs et passagers

> Une fois l’application installée, Karos apprend automatiquement les besoins des conducteurs et passagers, anticipe les trajets et propose en temps réel des covoitureurs grâce à des algorithmes de prédiction des trajets

AMBITION

Faire de l’automobile un véritable transport en commun du quotidien

> Réduire les émissions de CO2

> Réduire les coûts liés à la congestion automobile.

> Diviser par 2 le prix d’un trajet domicile/travail

DANS LES ECHOS – AVRIL 2018 – Karos veut ancrer le covoiturage dans les usages quotidiens

La start-up vient de lever 4,2 millions d’euros notamment auprès de Xavier Niel et d’Aglaé Ventures. Elle profite des grèves pour engranger de nouveaux utilisateurs.

Décidément, ce premier trimestre est propice pour les start-up du covoiturage.  La grève de la SNCF , bien sûr, les aide beaucoup. Mais les investisseurs aussi. Deux mois après  la levée de Klaxit (3 millions d’euros), c’est Karos qui annonce un tour de table de 4,2 millions d’euros, réalisé auprès de plusieurs fonds d’investissement et de business angels,  dont Xavier Niel .

Fondée par Olivier Binet et Tristan Croiset il y a quatre ans, la jeune pousse enregistre une croissance (8 % par semaine depuis 18 mois) qui dépasse le cadre ponctuel de l’actualité. « C’est un mouvement de fonds, détaille Olivier Binet. Les jours de grève, l’activité double par rapport aux jours normaux, mais cela crée surtout une forme de palier. » A titre d’exemple, 50 % des nouveaux utilisateurs enregistrés la journée du 22 mars continuent de covoiturer. A la clef, selon la start-up, un gain de temps moyen de 24 minutes en moyenne par trajet et la promesse d’économiser 82 euros par mois s’ils sont assidus.

Un double modèle économique

Pour réaliser son ambition de s’imposer comme une nouvelle brique du réseau de transport collectif à part entière, Karos mise également sur les entreprises et les collectivités. Elle travaille déjà avec AccorHotels, HEC ou l’INRIA, dont les sièges sont situés dans des zones difficiles d’accès, et avec Bordeaux  ou La Réunion . Ceux typologies de clients lui permettent de varier les sources de revenus sans faire peser de pression publicitaire sur ses usagers, comme le fait Waze par exemple. Un choix en droite ligne avec quelques règles dont s’est dotée la jeune pousse pour démontrer son engagement dans la préservation des données qu’elle récolte auprès de ses usagers : « Dès la création de Karos, nous avons compris qu’il fallait aller plus loin que les exigences de la CNIL. Et lorsque RGPD est arrivé, nous étions déjà dans les clous depuis longtemps. »

Une compétition féroce

Reste désormais à convaincre les utilisateurs, du côté des conducteurs comme des usagers. La course est enclenchée, et l’environnement concurrentiel s’est densifié. Avec Klaxit, donc, mais aussi Blablacar qui a lancé sa solution de covoiturage petite distance, Ouihop ( meilleure note sur Android et AppStore), ou Less, qui se positionne davantage comme  une alternative aux VTC en centre urbain. Karos semble avoir pris la main pour le moment, avec 50 % de parts de marché en Ile-de-France,  selon la start-up . Elle lorgne aussi sur l’international avec un test qui devrait avoir lieu dans une grande capitale encore inconnue durant les 18 prochains mois. Et, en toile de fonds, elle réaffirme la ferme intention de continuer à surfer sur l’actualité pour inscrire le covoiturage courte distance de manière pérenne dans l’esprit des usagers.

Devred 1902, pépite du textile français. C’était dans le Business Club

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France

Diffusion : Samedi 19 mai 2018 à 7h et dimanche 20 mai 2018 à 15h

Uniquement sur  BFM Business Radio 

devred logo.png

 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: DEVRED grandit en France et à l’international

TALK 2 : KAROS : 8% de croissance par semaine depuis 18 mois

⇒ DEUXIÈME PARTIE: 

LES « REBONDISSEURS FRANÇAIS » : Un (nouveau) mouvement destiné aux chef d’entreprise qui ont « planté » leur boite et qui ont décidé de rebondir, fort de leur expérience, pour mieux créer et développer une nouvelle entreprise. Ce mouvement est composé de chefs d’entreprise ayant vécu ce type d’aventure. Il a pour mission de changer les mentalités en France sur l’échec* 

Avec :

  • Isabelle Saladin : fondatrice des « Rebondisseurs Français »
  • Corentin Denoeud : ex-pdg de la compagnie aérienne Wijet
  • Pierre Pelouzet : médiateur national des entreprises

 


TALK 1: DEVRED, Avec Philippe Barbry, PDG

Pour écouter ou réécouter l’émission :

325 magasins en France et à l’étranger, la marque plus que centenaire a réussi un spectaculaire redressement au cours des 7 dernières années : son CA 2016 atteint 227 M€ HT, en progression de 5,5% vs 2015. Une performance d’autant plus remarquable que le marché de l’habillement masculin est en récession de 1 à 2% par an, et que les autres acteurs de mode homme français moyen de gamme (Jules, Celio…) souffrent.

 

LES CHIFFRES CLÉS DE DEVRED

  • Activité: prêt à porter masculin
  • Date de création: 1902
  • Lieu: Longueau près d’Amiens
  • CA: 227 M€ HT, en progression de 5,5% vs 2015
  • Effectif: 1700

Forte de ses 1700 collaborateurs, l’enseigne poursuit son développement

  • Par une politique d’ouverture de nouveaux points de vente en France (12 à 15 magasins/an, les deux derniers sont des « flagships » à Lyon et à La Défense)
  • Par une politique de développement à l’international : Algérie, Maroc, Qatar, Iran, Guatemala, Belgique…
  • Par le lancement de nouveaux services pour séduire sa clientèle : notamment la personnalisation de l’offre. Depuis quelques mois, elle propose, à partir de modèles existants, de choisir parmi 30 tissus pour faire son vêtement. C’est une façon de revenir à ses racines, le métier de tailleur, et une tendance de fond du marché : l’homme veut s’habiller selon le style qui lui est propre et affirmer sa personnalité. D’une vingtaine de magasins, l’expérience va être étendue, avec à terme des ventes qui pourraient peser 4 % de l’activité.

DANS LES ECHOS – Devred 1902 se donne plus de visibilité

Si la marque n’a pas les moyens de faire de lourdes campagnes publicitaires, elle compense par un marketing dynamique, pour se faire mieux découvrir par les habitants des grandes villes. En septembre, afin de créer la surprise lors de l’inauguration du magasin aux Quatre Temps, à la Défense, un vrai mannequin s’exposait en vitrine. Tandis qu’à l’intérieur, un magicien faisait des tours incitant à se saisir des produits. « Nous voulons gagner en notoriété et visibilité », souligne Elisabeth Cabrera, directrice marketing et communication.

devred homme

Entretenir la proximité

L’enseigne, fondée à Amiens en 1902 et qui appartient aujourd’hui au groupe brestois Omnium, a vu son chiffre d’affaires progresser de 5,5 % en 2016, à 227 millions d’euros hors taxes. « Notre stratégie de proximité paie », estime Elisabeth Cabrera. L’une des clefs du succès repose en effet sur l’implantation locale dans des villes moyennes. Aujourd’hui, la marque a 325 magasins en France et à l’international, dont les deux tiers en propre.

Cherchant à encourager les communautés sur un plan local, Devred incite chaque boutique à avoir une page Facebook et son propre compte Instagram pour partager des informations avec ses clients, faire part de ses soirées privées… Au niveau global, pour asseoir son image, Devred investit aussi de plus en plus les réseaux sociaux. La marque a notamment mené une collaboration sur Instagram avec le trio Les Mauvais Garçons.

Un programme relationnel est en cours de test dans deux régions et une trentaine de points de vente, avant un déploiement plus large en 2018. Il s’agit d’ajouter des services comme la livraison à domicile, des retouches, ou la présentation des collections en avant-première plutôt que d’avoir une démarche de promotions. Deux niveaux de fidélisation sont disponibles, selon que le programme est gratuit ou payant. Avec l’objectif de personnaliser davantage la relation.

devred costumes

Mêler les codes

Si la marque se veut accessible, elle n’en a pas moins introduit des codes du luxe. Un travail autour de la vitrine est notamment mis en oeuvre. « Il faut être plus aspirationnel, plus théâtral. Nous cherchons à transmettre de l’émotion dans les points de vente « , indique la directrice marketing, venue justement du monde du luxe. Autre axe : les collections capsules pour se donner un autre ton. L’une des dernières en date, a été réalisée avec la griffe d’accessoires Le Flageolet autour de noeuds papillon réversibles. Pour mettre en lumière cette Capsule Saint-Germain, Devred avait choisi Baptiste Gourden, un jeune écrivain.

Devred a aussi initié une stratégie de marques complémentaires en magasin. Il propose ainsi dans une trentaine d’entre eux des lunettes de soleil et des montres de la griffe Kamono. L’instauration d’une stratégie similaire pour les cosmétiques est à l’étude. « Aujourd’hui, on voit partout l’influence des concept-stores « , relève Elisabeth Cabrera.

Jouer la personnalisation

La maison a en outre mis sur pied dans certains magasins un Atelier Costume Personnalisé. Avec 26 modèles de vestes, 36 matières et un choix large de finitions, les possibilités sont démultipliées – même si des mariages sont conseillés pour éviter les fautes de goût. Avec des fourchettes de prix s’étirant de 300 à 550 euros, la proposition se fait haut de gamme. A la fin de l’année, 20 points de vente seront équipés de cet espace, et il en est prévu 150 d’ici la fin de 2018. Il faut en effet avoir à la fois la clientèle adéquate et le personnel en mesure d’accompagner cette offre à part.