Résumés Business Club de France

G20 YEA 2017 : les jeunes entrepreneurs français sont Heureux ! C’est dans le prochain Business Club de France

Publié le

G20_YEAS_2017_Logo_WortBild-uai-258x331Dans le Business Club de France : 

Logo-BFMBusiness-sans-contour

Diffusion :

samedi 24 juin à 7h et dimanche 25 juin 2017 à 14h

UNIQUEMENT SUR BFM BUSINESS RADIO 

 

Émission spéciale, avec : 

  • Grégoire Sentilhes, Président de NextStage et de l’association Citizen Entrepreneurs
  • Mathieu Férel, directeur associé d’ESV DIGITAL
  • Thomas Bourgeois, co-fondateur de DHATIM
  • Yoann Hébert, président de NETAPSYS

Le G20 YEA 

450 jeunes entrepreneurs (moins de 45 ans) ont participé les 15 et 16 juin dernier au G20 YEA. Parmi eux, 34 dirigeants français.

Depuis 2010, le G20 des Jeunes Entrepreneurs est un événement unique qui rassemble des centaines de chefs d’entreprise, en marge du G20 politique, pour exercer un impact sur l’entrepreneuriat en remettant des recommandations concrètes aux Chefs d’Etats du G20.

La Young Entrepreneurs’ Alliance (G20 YEA) est un réseau mondial d’associations dont l’objectif est de mettre en avant le rôle de l’entrepreneur comme moteur de croissance, d’innovation, de création d’emploi et de prospérité économique et sociale. Le G20YEA réunit aujourd’hui 500 000 entrepreneurs en tout.

En France, le G20 YEA est représenté par Citizen Entrepreneurs.


Ils ont la patate ! (et ce n’est pas la poudre de perlimpinpin !) 

sourrireQue s’est-il passé depuis l’élection d’Emmanuel Macron ? Les jeunes entrepreneurs, à peine rentrés de Berlin, ils ont pu apprécier « le retour de la France sur la scène internationale » nous ont-ils dit. Un climat de confiance semble se réinstaller :  « fini le french bashing » nous ont-ils confié. Il se trouve qu’au moment du G20 YEA à Berlin, Emmanuel Macron a prononcé un discours en faveur des entrepreneurs : (extraits)

→Je ne veux plus qu’entreprendre, en France, soit trop souvent seulement intéressant emmanuel-macron-viva-technology-2017quand on ne gagne pas encore d’argent. J’ai vu trop de start-ups me dire « c’était formidable, nous avons lancé des choses, et puis quand il s’agissait de développer l’innovation, on a quitté le pays ». Alors oui, en baissant l’impôt sur les sociétés, en réduisant les charges salariales et patronales, en simplifiant les dispositifs d’incitation à l’innovation, en supprimant le RSI, nous créerons un contexte plus attractif pour les entrepreneurs et qui leur permettra de réussir davantage, plus vite, plus fort, à l’échelle du pays puis du continent et à l’échelle mondiale.

→Je veux un Etat qui va davantage tester, apprendre, innover.

→La France est un pays d’entrepreneurs, c’est un pays de start-ups mais je veux que ça devienne aussi un pays de licornes, de grands groupes nouveaux, le pays des géants de demain. Alors pour ce faire nous devons sortir d’une fascination française, le « small is beautiful ». Vous savez, en France, et je sors d’une campagne présidentielle, on aime les entrepreneurs à condition qu’ils ne réussissent pas trop bien. Quand un entrepreneur commence à réussir trop bien on le jalouse, on dit qu’il y a quelque chose de louche, on le stigmatise et généralement on le fiscalise. Et c’est terminé.

→Et enfin un fonds pour l’innovation sera doté de 10 milliards d’euros pour investir aux étapes clés de la croissance.

(L’intégralité du discours est ICI)

Ces déclarations ont redonné confiance aux jeunes entrepreneurs qui, dans le cadre du G20 YEA, ont réfléchi et rédigé une série de recommandations qu’ils remettront au gouvernement le 20 novembre prochain. Ces recommandations portent sur l’importance de la stabilité réglementaire et fiscale, sur la formation continue ou encore sur la mise en place d’un « passeport entrepreneur » dans les pays du G20. 


Quelques uns des participants… invités dans le Business Club de France

Mathieu Férel, directeur associé de l’agence conseil en performance digitale ESV Digital  spécialisée dans la collecte, l’analyse, le traitement de données et le conseil stratégique  pour améliorer la performance marketing de ses clients.

Effectif: 180

Présent dans 8 pays, ESV Digital gère 300 millions d’Euros d’achats média et sert plus de 200 clients dont Conforama, BNP Paribas, Alain Afflelou, Uriage, Groupama ou Toys ‘R’Us

ESV Digital (anciennement eSearchvision) est une agence conseil en performance digitale, structurée autour de 4 pôles d’expertise complémentaires : Média, Branding, Data Analytics et Conseil en Stratégie.

Son expertise dans l’analyse de données permet de proposer à ses clients des offres pointues dans la web analyse, l’achat média à la performance, la stratégie de marque et le conseil en stratégie digitale.

Une « Carioca » pour mieux connaitre et comprendre ESV DIgital ?

 

Thomas Bourgeois, co-fondateur de Dhatim, Créateur d’une technologie permettant d’automatiser l’analyse des factures et des données sociales des entreprises.

  • Activité: Solution de gestion de factures
  • Date de création: 2008
  • Lieu: Paris
  • CA: 5 millions d’euros en 2015.
  • Effectif: 40
  • SOLUTIONS

Deux applications ont déjà été mises au point par Dhatim.

  • La première, en venant se greffer sur l’ERP de son client, analyse les factures et détecte les anomalies. Le logiciel permet également d’optimiser la gestion de ces factures en détectant par exemple les achats non utilisés. A la clé, des économies de 5 à 30 % sur le traitement des factures, selon Dhatim.
  • La deuxième, à destination des services de ressources humaines, vise à vérifier les données déclarées, pour chaque salarié, aux organismes sociaux dans la Déclaration sociale nominative (DSN).

Réduire les factures des entreprises jusqu’à 30 % en fonction de la nature des coûts sur deux postes clefs : achats et ressources humaines. C’est la promesse de Dhatim qui a mis au point une solution unique de gestion automatisée des dépenses en mode SaaS. A titre d’exemple, un opérateur de télécoms européen, dont le volume des factures de liaisons réseau représente un coût annuel de 500 millions d’euros, va pouvoir économiser 25 millions.

Yoann Hébert, fondateur de Netapsys une entreprise d’ingénierie informatique.

  • Activité: SSII
  • Date de création : 2004
  • CA: plus de 100M€
  • Effectif: plus de 1300 collaborateurs

La croissance, le nerf de la guerre ? Yoann Hébert, fondateur de Netapsys va même plus loin. « J’ai toujours considéré que la croissance organique était le socle de la croissance d’une société. C’est le moteur principal du développement d’une entreprise et ça permet ensuite de faire de la croissance externe », assure-t-il.

En 2009, Netapsys réalisait 3M€ de chiffre d’affaires. 6 ans plus tard, Yoann Hébert est à la tête d’un groupe de plus de 1300 collaborateurs qui affiche un CA de plus de 100M€ grâce à son rapprochement majeur avec Sodifrance.

« À partir d’une certaine taille, la croissance externe est forcément un accélérateur important, en particulier sur le marché du service informatique qui est extrêmement atomisé. En 2015 on faisait 30M€ de CA et Sodifrance 70M. On a donc décidé de se réunir », raconte l’entrepreneur. Le nouveau nom de l’entreprise est Alkeris.

 

Lundi Bonheur | 19 juin 2017

Publié le Mis à jour le

Comme chaque lundi, retrouvez en clin d’oeil l’info positive et qui fait du bien … 

LA START-UP FRANÇAISE « BLADE » LÈVE 51 MILLIONS D’EUROS

Blade a imaginé Shadow, un PC haute performance qui a la particularité d’être dématérialisé dans le cloud. Grâce à une connexion Internet très haut débit, les utilisateurs accèdent à leur ordinateur simplement via un boîtier ou une application. Accessible à partir de n’importe quel relais (ordinateur portable, tablette, smartphone ou même TV connectée), Shadow peut être utilisé en mobilité et avec l’avantage de bénéficier de mises à jour régulières et gratuites, pour permettre aux technophiles et gamers d’éviter l’obsolescence de la technologie. + sur Maddyness.com


DES DIRIGEANTS EUPHORIQUES POUR L’ÉCONOMIE FRANÇAISE !

sourrireLa Banque Palatine a présenté les résultats de son 68e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI réalisé par OpinionWay et Challenges auprès de 300 dirigeants d’entreprises (CA de 15 à 500 millions d’€) du 18 mai au 2 juin 2017.

A retenir de ce 68e Observatoire

 – La confiance des dirigeants en l’économie française à un niveau jamais atteint,

– Nouveau record pour l’investissement,

– Un solde d’emploi nettement positif, à son plus haut niveau historique

La prise de fonction du Président Emmanuel Macron ainsi que la présentation du Gouvernement ont été très favorablement accueillis par les patrons. Cela a permis aux niveaux de confiance en l’économie française et mondiale de connaitre des progressions jamais vues, qui leur permettent de battre des records historiques.

 A 85 %, l’indicateur de confiance pour l’économie française poursuit sa hausse spectaculaire. Il gagne 26 points en un mois. C’est sans précédent depuis la création de l’étude. 


LEMAHIEU RECRUTE 20 COUTURIÈRES POUR SA NOUVELLE MARQUE « DESSUS-DESSOUS »

Fondé en 1947 par Henri Lemahieu, la société textile du même nom accompagne son actuel développement par le recrutement de 20 personnes.

coton-1 lemahieuFabricant de sous-vêtements, l’entreprise industrielle Lemahieu recrute 20 personnes. Il s’agit de 15 postes de « couturières industrielles » à pourvoir tout de suite, et 20 à plus long terme, dans le cadre du lancement de sa première gamme de produits sous la marque Lemahieu « Dessus-dessous ». Il s’agit d’une collection de lingerie haut de gamme (en laine, soie, microfibre…) pouvant se porter aussi bien dessus que dessous.

→Une croissance de 15 % attendue en 2017 

Suite : Journal des entreprises.com


TÉLÉPHONE MOINS CHER EN EUROPE

sourireSi vous possédez un forfait appel et SMS illimités en France, c’est la bonne nouvelle : vous n’aurez plus aucun surcoût à payer pour ces utilisations de votre mobile en Allemagne, en Espagne ou dans n’importe quel Etat membre. Selon la Commission européenne, les Français épargneront en moyenne 100 euros par an grâce à cette nouvelle réglementation.

ATTENTION : il existe des limites à cette fin du roaming. L’une est évidente : un forfait limité (appel, voix, internet mobile) en France restera limité à l’étranger. En cas de dépassement, l’opérateur sera en droit de facturer une prestation supplémentaire.

Les données mobiles. Cette limite est moins connue : si vous possédez un forfait Internet « illimité » en France, vous ne pourrez pas forcément consommer autant de Gigaoctets (Go) que vous voulez une fois la frontière franchie. La consommation (gratuite) de données mobiles pourra dépendre du prix de votre forfait.

Source : 20mn


MANOLO VALDÉS : UNE EXPOSITION ROYALE 

On aime, on vous en parle. L’artiste espagnol expose, jusqu’au 2 juillet 2017 à Opera Gallery Paris (62 rue du faubourg saint honoré). Manolo Valdés, très inspiré par le bleu présente au public (entrée gratuite) sculptures et peintures dont 90% sont inédites. Le maestro qui fête ses 75 ans nous régale avec  ses nouvelles créations… exceptionnelles.

En savoir plus ICI


COCORICO !

LE FRANÇAIS DEZEER EST LE &ER ACTEUR EUROPÉEN DU STREAMING MUSICAL 

Soyons du français Dezeer !

  • 400 collaborateurs
  • 10 millions d’abonnés Diffusion  dans 180 pays du monde
  • 43 millions de titres sont disponibles


CLIN D’OEIL : LA BONNE RÉSOLUTION DU LUNDI 

FB_IMG_1490994652206

 

Ils l’ont fait ! La voiture volante Vaylon a traversé la Manche.

Publié le

Pégase, un véhicule mi-buggy mi-ULM, a rallié l’Angleterre par les airs en 45 minutes mercredi 14 juin. Une avancée technologique qui pourrait, à terme, permettre de rejoindre des zones inaccessibles aux véhicules traditionnels.

Le figaro.fr (extraits)


Vaylon 1Jérôme Dauffy, concepteur de cette voiture volante était l’invité du Business Club de France l’été dernier.

Écouter, voir ICI

 


Traverser la Manche en voiture… par la voie des airs. C’est le défi un peu fou qu’a relevé Pégase, le buggy convertible en ULM de la société française Vaylon. Parti lundi 12 juin des Champs-Elysées pour rejoindre l’aérodrome d’Ambleteuse, sur la côte d’Opale, par la route et à une vitesse de 90Km/h, Pégase s’est ensuite envolé à 8h03 mercredi 14 juin au matin.

Objectif: traverser les 35km qui la séparait de Douvres, dans le Kent, avant de reprendre la route pour atteindre le Musée du design de Kensington, à Londres.

Jérôme Dauffy, patron de Vaylon, a finalement été accueilli par son équipe – Vaylon, Grant Thorton, Cartier… – à son atterrissage vers 8h45.

Reportage France Hauts de France 

«Je suis extrêmement content, c’est une joie énorme d’avoir réussi ce pari fou», a confié l’entrepreneur au Figaro. «Quand j’ai créé la société les gens me prenaient pour un fou», se souvient Jerôme Dauffy avec émotion. Dans les airs, son véhicule tout terrain peut progresser à une vitesse maximale inférieure à 70km/h et à une altitude de 3000 mètres.

[…]

La finalité de Pégase est de devenir un véhicule d’appoint conçu pour des missions de reconnaissance et de sauvetage. Son intérêt réside dans sa capacité à atteindre des zones que les véhicules traditionnels ne peuvent atteindre. Si l’armée, la police et la sécurité civile sont des clients potentiels, l’engin volant se destine également au tourisme. «Cette semaine on sera présent au salon du Bourget où l’on espère engranger les premières commandes», dévoile le président de Vaylon.

JULIE DESK : une levée de fonds de 2,5 M€ pour séduire les grands patrons. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

juliedeskAu Business Club de FranceLogo-BFMBusiness-sans-contour

Uniquement sur BFM Radio

 

→ Diffusion : samedi 10/6/2017 à 7h | dimanche 11/6/2017 à 14h


TALK 1: MILIBOO, entreprise de mobilier « très technologique »

TALK 2: AB TASTY veut devenir la « colonne vertébrale » de l’optimisation en ligne

TALK 3 : JULIE DESK : 300 patrons d’ETI l’ont déjà adoptée!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 3 : JULIE DESK, avec Julien Hobeika, président cofondateur

(Ré)écouter et télécharger cette interview: [audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20170610_club_2.mp3]

juliedeskUn dirigeant d’entreprise passe en moyenne 1/2 journée par semaine à organiser son agenda. Le meilleur moyen de résoudre le problème est de recruter un assistant. Mais tout le monde ne peut pas se permettre cette dépense. Julie Desk est une assistante personnelle abordable et haut de gamme qui s’occupe de vos rendez-vous et de l’organisation de votre agenda.

 


ReunionsÀ propos des réunions, les salariés passent en moyenne 3 semaines par an en réunion…

Voir article ICI

 

 


Julie Desk, l’assistante virtuelle à Intelligence Artificielle.

Julie est un nouveau genre d’employé à Intelligence Artificielle qui gère automatiquement l’agenda professionnel de son utilisateur : Julie planifie, organise, annule, crée des événements professionnels, envoie des invitations… Grâce à un algorithme d’apprentissage, Julie s’adapte aux préférences et habitudes de l’utilisateur.

Pour déléguer une tâche à Julie, il suffit de la mettre en copie des emails. Julie échange ensuite avec le ou les interlocuteur(s) en question et planifie les rendez-vous en se basant sur le calendrier et les préférences de l’utilisateur. Ce dernier est toujours en copie, pour rester informé des possibles changements. Julie remplit automatiquement son agenda.

« Le service est aujourd’hui automatisé à 95%, même si nous conservons un pool de superviseurs humains pour les cas les plus complexes », confie Julien Hobeika. Cette supervision humaine est pour lui une force et un gain de confiance auprès des clients, pour lesquels la valeur ajoutée se situe en grande partie dans l’assurance qu’ils vont gagner du temps et pas en perdre (avec des échanges à rallonge ou des rendez-vous mal pris).

Disponible en français et en anglais

PRIX: abonnement à la licence coûtant entre 100 et 200 euros par personne et par mois.

14486860-je-suis-julie-desk-votre-assistante-personnelle-et-virtuelle.jpg

CLIENTS

300 patrons d’ETI et de grands groupes dans l’assurance, la banque, le retail, les spiritueux, notamment Mazars…« Nous menons actuellement une expérimentation avec une équipe parisienne de la Société Générale », révèle Julien Hobeika.

LES CHIFFRES CLÉS DE JULIE DESK

  • Activité: conception d’une assistante personnelle virtuelle
  • Date de création: 7 mai 2013
  • Siège social: Paris (75)

L’HISTOIRE DE JULIE DESK

Créé par 3 diplômés de Polytechnique

Ils avaient développé au départ une application permettant d’organiser des sorties entre amis, en 2013, avant de pivoter l’année suivante vers l’idée d’une assistante personnelle dédiée au monde professionnel. « Nous étions convaincus qu’il fallait enlever le plus de frictions possibles pour l’utilisateur, pour reproduire l’expérience d’une véritable assistante », explique Julien Hobeika, CEO de l’entreprise.

La première année, les fondateurs testent le concept et fournissent eux-mêmes le service en répondant aux emails. « Nous avons rapidement intéressé des clients à l’international, détaille le dirigeant. Comme nous étions trois, nous pouvions faire les trois-huit pour garantir la continuité du service. » Une fois l’intérêt du marché confirmé, ils se lancent dans l’automatisation du service et finalisent une première levée de fonds de 200 000 euros à l’été 2015. Elle est complétée en mars 2016 par 600 000 euros supplémentaires.

Julie-Desk-3.jpg

L’ACTUALITÉ DE JULIE DESK

Julie Desk, l’assistante à Intelligence Artificielle, lève 2,5 millions d’euros auprès de SIDE Capital, Entrepreneur Ventures et SaaS Lab

Grâce à cette levée de fonds, Julie Desk va poursuivre ses investissements dans l’Intelligence Artificielle, avec pour but de doubler la performance et la qualité de ses algorithmes dans les 12 prochains mois. L’objectif principal consiste à intensifier son appropriation au sein d’entreprises de taille intermédiaire et de grands comptes.

La start-up travaille déjà avec des grands groupes de l’assurance, de la banque, du retail, des spiritueux.

Avec les fonds levés, la start-up, qui n’a pas de concurrent direct en France, va accélérer son déploiement, d’abord au Royaume-Uni puis, d’ici à deux ans, aux Etats-Unis face à des concurrents comme X.ai et Clara Labs.

Sur le plan technologique, « on va se concentrer en priorité sur l’intégration de notre assistante virtuelle, qui est pour l’instant uniquement utilisable sur Exchange/Outlook, avec Skype for Business et de nouveaux systèmes de salle de réunion », précise le président de Julie Desk. « On va aussi se focaliser sur les exigences de sécurité des grands comptes. L’obtention de la certification ISO 27001 nous permettra de montrer patte blanche à nos interlocuteurs des directions IT », estime-t-il… (Les Echos)

PAS PEUR DE GOOGLE

Questionné sur l’hypothétique concurrence de géants comme Google ou Microsoft, qui cherchent à imposer leurs propres assistants personnels complètement autonomes, Julien Hobeika se montre confiant. « Notre force est d’être spécialisé sur un segment de marché bien défini. Google ou Facebook visent beaucoup plus loin avec leurs ‘moonshots’, mais cela veut aussi dire qu’il leur faudra 10 ans avant d’avoir un produit. » Il veut aussi croire que cette expertise les rendra intéressants auprès des géants en question.

La problématique du besoin grandissant en ressources humaines qu’entraînera le succès du service ne l’effraie pas non plus. « Même aujourd’hui, pour des besoins ponctuels, nous pouvons faire appel à des entreprises spécialisées dans ce type de missions, sans avoir à recruter nous-mêmes. De plus, même les grands éditeurs comme Google utilisent une supervision humaine pour leurs services, il n’y a pas de recette miracle ». (L’Usine Digitale)

AB Tasty lève 17 M$ pour se développer aux Etats-Unis. C’était au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

abtasty-logoAu Business Club de FranceLogo-BFMBusiness-sans-contour

Uniquement sur BFM Radio

 

→ Diffusion : samedi 10/6/2017 à 7h | dimanche 11/6/2017 à 14h


TALK 1: MILIBOO, entreprise de mobilier « très technologique »

TALK 2: AB TASTY veut devenir la « colonne vertébrale » de l’optimisation en ligne

TALK 3 : JULIE DESK : 300 patrons d’ETI l’ont déjà adoptée!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2 : AB TASTY, avec Rémi Aubert, président cofondateur

(Ré)écouter et télécharger cette interview: [audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20170610_club_1.mp3]

abtasty-logo

L’ACTIVITÉ D’AB TASTY

Améliorer leur taux de conversion en ligne, un enjeu crucial pour les entreprises

En quelques années, AB Tasty a su s’imposer comme leader européen sur le marché de l’optimisation des conversions, devenue un enjeu majeur pour les acteurs web et mobile.

AB Tasty aide les équipes marketing à accroître leurs ventes en ligne en leur donnant accès à une plateforme all-in-one pour comprendre les parcours utilisateurs et agir directement sur leur expérience de navigation via l’A/B testing et la personnalisation.

Cette plateforme agile et facile d’utilisation permet d’améliorer en continu l’expérience utilisateur sans faire appel aux services techniques pour tout développement sur les sites web, mobile et apps.

abtasty-for-app_testing

« Notre plateforme permet très simplement de rentabiliser les coûts d’acquisition : chaque internaute devient source de revenu. En premier lieu, grâce à sa technologie qui analyse des milliers de parcours clients, AB Tasty permet de comprendre les comportements des internautes, les points de frictions, les abandonnistes…. pour en tirer des axes d’amélioration du site internet. Dans un second temps, la technologie de testing et de personnalisation permet de travailler en temps réel sur les comportements pour mener à plus d’achats.

La philosophie de notre outil se résume à « soit je gagne, soit j’apprends » : soit l’internaute convertit, soit il est source d’information » explique Alix de Sagazan, co-fondatrice d’AB Tasty.

AB Tasty ne cesse d’innover grâce à une équipe R&D performante

Depuis sa création, AB Tasty dédie plus de 30% de ses effectifs à l’équipe R&D constituée en partie de Data Scientists.

abtasty-for-app_update« Notre vision est de faciliter au maximum la réflexion de nos clients en leur mettant à disposition un « bouton magique » qui optimise en continu le site internet, sans intervention humaine : l’outil comprend en temps-réel les parcours utilisateurs, propose des versions alternatives et identifie les segments d’internautes à qui il faut les adresser, tout cela de manière automatique. Nous y travaillons depuis longtemps et nous savons que le marché n’attend que ça. » précise Rémi Aubert, CEO et co-fondateur d’AB Tasty.

Le futur du marketing s’appuiera certainement sur des processus automatisés qui permettront aux marques de fournir des expériences utilisateurs pertinentes et engageantes, sans pour autant en sacrifier l’authenticité », dit Reza Malekzadeh, General Partner chez Partech Ventures.

L’ACTUALITÉ D’AB TASTY

  • 31 mai 2017 – AB Tasty confirme son succès sur le marché US et lève 17 millions de dollars pour devenir la « colonne vertébrale » de l’optimisation en ligne.

AB Tasty, leader européen du testing et de la personnalisation, annonce une nouvelle levée de fonds de 17 millions de dollars auprès de Korelya Capital et Partech Ventures, ainsi qu’auprès de ses fonds historiques : Xange Private Equity (Siparex) et Omnes Capital. Cela vient s’ajouter aux 7 millions de dollars levés en 2014 et 2016 avec ces deux acteurs.

  • INTERNATIONAL

AB Tasty confirme son succès aux Etats-Unis

AB Tasty s’est installé fin 2016 sur le continent américain. Cette nouvelle levée de fonds va lui permettre d’accélérer son développement commercial sur ce marché : l’équipe de New York compte d’ores et déjà 4 collaborateurs et va bientôt s’étoffer, grâce au recrutement d’une quinzaine de personnes courant 2017. AB Tasty a déjà séduit une vingtaine de clients dont Ashley Furniture, Competitor group, Exclusive Concept, Pierre Fabre, et ambitionne de signer 80 nouveaux contrats courant 2017 !

LES CHIFFRES CLÉS D’AB TASTY

  • Activité: leader européen sur le marché de l’optimisation des conversions
  • Date de création: 2011
  • Siège social: Paris
  • CA: NC – Croissance supérieure à 100% par an
  • Depuis 2013, AB Tasty a réalisé une croissance de 929% de son chiffre d’affaires.
  • Effectif: 120
  • 6 bureaux :Paris, Londres, Cologne, Madrid, Sydney et New York.
  • Plus de 450 CLIENTS en France et à l’international, comme Voyages-SNCF, Cdiscount, La Poste, Carrefour, PSA, Sephora, La Redoute, Mercedes, Jaguar, Leroy-Merlin, McDonald’s, ShowroomPrivé, La Maif, Center Parcs, Thomas Cook… réparties dans environ 50 pays.
  • 8 milliards de visiteurs testés
  • AB Tasty a reçu en 2016 le prix Technology Fast50 et Deloitte / In Extenso qui récompense les entreprises technologiques affichant la plus forte croissance au cours des quatre dernières années.
  • En 2017, la startup prend la 4ème place du classement Great Place to Work des entreprises de moins de 500 salariés.

L’HISTOIRE D’AB TASTY RACONTÉE PAR ALIX DE SAGAZAN

« En 2009, je travaillais avec mon associé dans une agence d’acquisition de trafic sur le web. On était très frustrés de voir que nos campagnes ne transformaient pas à cause de sites mal optimisés ou de mauvais parcours clients…On a donc décidé de lancer une entreprise de conseil, Liwio, spécialisée dans la conversion web. Peu à peu, l’idée d’un outil simple de testing et d’optimisation nous est venue, discipline qui était vue comme technique, complexe et longue – on avait envie de simplifier la vie à nos clients e-marketeurs ! Ce qui est génial, c’est que notre activité de conseil nous a permis de faire une étude de marché, de comprendre les besoins et de construire notre outil avec nos clients. Après quelques mois de bêta et un accueil très favorable du marché, AB Tasty est né ». (Frenchweb)

Miliboo s’envole à l’international. C’était prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

 

Capture d’écran 2017-06-06 à 15.21.35.pngAu Business Club de FranceLogo-BFMBusiness-sans-contour

Uniquement sur BFM Radio

xxx

xxxx

→ Diffusion : samedi 10/6/2017 à 7h | dimanche 11/6/2017 à 14h


TALK 1: MILIBOO, entreprise de mobilier « très technologique »

TALK 2: AB TASTY veut devenir la « colonne vertébrale » de l’optimisation en ligne

TALK 3 : JULIE DESK : 300 patrons d’ETI l’ont déjà adoptée!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2: MILIBOO, avec Guillaume Lachenal, président fondateur

(Ré)écouter et télécharger cette interview : [audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20170610_club_0.mp3]

Capture d_écran 2017-06-06 à 15.21.35Depuis son origine, Miliboo maitrise l’ensemble de la chaîne de valeur, du design à la vente en passant par la fabrication et le stockage. C’est l’une des rares enseignes à n’avoir aucun intermédiaire, ni de distributeur.

Avec sa Milibootik ouverte en 2014 au plein cœur de Paris, Miliboo révolutionne les tendances d’achats avec sa première boutique de mobilier connecté au monde. La Milibootik invite ses clients à imaginer leur intérieur en 3D notamment grâce à son partenariat avec HomeByMe qui lui permet de s’immerger complétement dans la création pour consulter son espace sur sa tablette et la partager sur ses réseaux sociaux.

« Miliboo est avant tout une entreprise très technologique », Guillaume Lachenal, CEO

Pour ne pas se laisser manger par ses concurrents (des pure players et des mastodontes du meuble), l’e-marchand mise sur la technologie. Dernière initiative en date : un partenariat avec Dassault Systèmes pour proposer à ses clients une expérience en réalité virtuelle.

Guillaume Lachenal : Lorsque nous avonss lancé Miliboo il y a dix ans, il n’y avait que deux ou trois petits acteurs, des microsociétés comme nous. Tous les grands mastodontes du meuble ne croyaient pas au e-commerce.

LES CHIFFRES CLÉS DE MILIBOO

  • Activité: pure-player du mobilier contemporain
  • Date de création: 2007
  • Lieu: Chavanod (74) avec un entrepôt de stockage à Fos-sur-Mer (13)
  • CA: 15,4 M€ – En 2016: 14,2 M€, en hausse de 38% sur un an: Miliboo double son chiffre d’affaires tous les deux ans
  • Effectif: 50
  • Plus de 2 500 références commercialisées en marque propre. Les meubles sont conçus en France et fabriqués en Asie ou en Europe de l’Est.

  • Plus de 101 000 produits livrés

Capture d’écran 2017-06-06 à 15.23.49.png

COMMENT VOUS DIFFÉRENCIEZ-VOUS ?

G. L. : L’immense différence, c’est que nous avons fait le choix de stocker tous nos produits (environ 2300 références, ndlr). C’est très lourd au niveau logistique mais cela nous permet d’expédier une commande le jour-même, si le produit est acheté avant 15h. Nous avons dû réinventer la façon dont les meubles étaient fabriqués et nous sommes allés jusqu’à fabriquer nos propres machines de production. (L’Usine Digitale)

CLIENTS

  • Miliboo compte plus de 190 000 clients
  • 6,1 millions de visiteurs uniques en 2016


CROISSANCE

  • Miliboo a doublé son chiffre d’affaires tous les 2 ans sur les 5 dernières années, uniquement par croissance organique.
  • L’essentiel du chiffre d’affaires (85%) est réalisé par le biais du site Internet décliné en plusieurs langues.

INTERNATIONAL

  • 85% de son activité dans l’Hexagone et couvre déjà 7 autres pays européens (Espagne, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Suisse, Belgique et Luxembourg).

DISTRIBUTION

  • Miliboo, utilise aussi de manière sélective des places de marché (comme La Redoute ou Rue du Commerce), essentiellement dans le but d’accroître sa notoriété (les produits étant commercialisés exclusivement sous marque Miliboo).

ACTUALITÉ

  • Miliboo fête ses 10 ans
  • Miliboo a lancé EKKO, le premier miroir connecté, conçu comme une plateforme multimédia interactive. Ce produit a reçu le prix « Innovation Award » au CES de Las Vegas. Désormais, Miliboo s’associe à Boulanger pour distribuer EKKO.

Le miroir connecté doit permettre de remplacer l’utilisation de notre smartphone qui n’a rien à faire dans une salle de bains. L’utilisateur peut accéder à de l’information, se connecter à son compte Facebook, écouter la radio ou encore visualiser des tutos de maquillage.

Pour ça, pas besoin de cliquer avec ses doigts plein de savon. Des capteurs disposés sur les côtés servent de télécommande. “C’était un challenge parce qu’on voulait un objet beau et surtout accessible, or il y a un paquet impressionnant de technologie à l’intérieur“, reconnaît Guillaume Lachenal qui annonce un prix de vente à 399 dollars.

Le miroir connecté sera commercialisé à partir de mai. Nous ne nous attendions pas à rencontrer un tel succès. Je ne peux pas vous dévoiler le nombre de précommandes mais nous en avons enregistrées suffisamment pour devoir repenser notre capacité de production afin d’apporter plus d’agilité dans le circuit d’approvisionnement. Les sous-ensembles seront fabriqués à l’étranger mais l’intégration se fera en France pour que nous puissions être agiles et travailler avec des niveaux de stocks bas.

  • Nous travaillons aussi sur un canapé dont l’accoudoir est entièrement tactile pour pouvoir contrôler la télévision, la musique. Nous avons déployé une démonstration dans notre boutique parisienne pour recueillir les avis de nos clients.
  • La marque emblématique de l’ameublement s’exporte aujourd’hui à l’international et ouvrira une deuxième boutique connectée à Lyon au mois de Juin.

Miliboo réalise la majeure partie de son activité dans l’Hexagone et couvre déjà plusieurs pays en Europe qui représentent plus de 15% de son activité.

Aujourd’hui la marque poursuit activement son développement à l’international annonçant son lancement commercial en Allemagne pour faire découvrir sa gamme de produit et son expérience shopping connecté.

La marque compte poursuivre un développement rapide dans les pays d’Europe où ils sont déjà présents, avec notamment le maintien d’une pression marketing en France et un renforcement de la présence en Espagne et en Italie. Miliboo veut démarrer ses ventes au Royaume-Unis, le plus vaste marché européen, mais aussi lancer en « test » son aventure au Etats-Unis via des places de marché afin de limiter les investissements.

Pourtant, reconnaît G. Lachenal, pour s’implanter aux Etats-Unis, il faut arriver armé. “La concurrence en ligne est très importante, les prix sont cassés et le rôle du service client est bien plus important qu’en France. Ici, les clients peuvent commander plusieurs meubles et les renvoyer sans frais, sans aucune raison. Ce ne sont pas du tout les mêmes habitudes de consommation“.

Lu dans la presse mais ne figure pas dans le DP??? — > Pari tenu: depuis septembre dernier, Miliboo Corp est installé à New York, et dispose d’un entrepôt à Atlanta. “Pour le moment, c’est un petit investissement pour mesurer l’appétence du marché“, explique Guillaume Lachenal.

L’entreprise a déjà passé des accords de distribution avec des plateformes de vente incontournables: Amazon, Etsy et Hayneedle. Les meubles sont les mêmes qu’en Europe et n’ont subi aucune transformation pour le marché américain: “Nos produits sont originaux, on ne les trouve nulle part ailleurs“, précise Guillaume Lachenal. (Frenchmorning)

  • 31 mai 2017 – Miliboo s’envolait de plus de 30% mercredi après-midi (+32,2% à 3,45 euros à 15h15) dans des volumes historiquement élevés, avec déjà 145 000 titres échangés, soit 3% du capital du spécialiste du mobilier contemporain sur Internet. (Tradingsat)

MARCHÉ ET OBJECTIFS

Sur un marché de vente de meubles sur Internet de 1,7 milliard d’euros en 2014 en France, Miliboo fait figure encore de petit acteur face à Delamaison (45 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2013), Made in Design (20 millions d’euros en 2013), Vente-unique (57 millions d’euros en 2014), Made (60 millions en 2014) ou Home 24 (160 millions d’euros en 2014). Mais l’ambition de Guillaume Lachenal est de devenir le leader européen dans 5 à 10 ans.

 

Du synopsis à la diffusion: les coulisses du cinéma. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

image.pngLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio

xxx

→ Diffusion : samedi 3/6/2017 à 7h | dimanche 4/6/2017 à 14h


TALK 1: LES 2 MARMOTTES inventent la tisane prête à boire

TALK 2: CRYO PUR reçoit la visite de Nicolas Hulot et Edouard Philippe

TALK 3 : Production, distribution, financement: le cinéma pour les nuls!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2: CONNECTIC STUDIOS, avec Guillaume Tobo, producteur et comédien

image

Quelques jours après la clôture du Festival de Cannes, et à l’occasion de la sortie du film Departure, de Guillaume Tobo, penchons-nous sur la production de cinéma.

  • Qui finance, qui produit?
  • Comment trouver un distributeur?
  • Tournage, montage: comment ça se passe?

Le comédien et producteur Guillaume Tobo reviendra avec nous sur ces points clés des coulisses du cinéma.

image.jpgGuillaume Tobo a démarré sa carrière comme acteur en France et en Grande-Bretagne. Au cinéma et à la télévision, il a travaillé avec Jean Rouch, Laurent de Bartillat, Pascale Dallet, Rafael Lewandowski, Jérémie Leloup, Richard Curtis (UK), Ben Hopkins (UK), Mehreen Saigol (UK) et au théâtre avec le Ballatum Théâtre, Christian Rist, L’Attroupement 2, Marc Feld, Martin Charnin (UK), John Wright (UK), Declan Donnellan (UK) (…).

Entretemps il a l’opportunité de travailler avec Humbert Balsan et d’être en charge pour la TV du festival de Cannes de la production d’un magazine quotidien sur le Marché du film. De retour en France, il crée un laboratoire de recherche théâtrale hébergé au Théâtre National de l’Odéon. Il se dirige ensuite vers la mise scène et fonde la compagnie BordCadre au sein de laquelle il produit une douzaine de spectacles avec le soutien des institutions françaises et britanniques.

Fin 2010, il se tourne vers la production cinématographique et crée Connectic Studio pour y développer ses projets audiovisuels ou ceux des artistes dont il se sent proche. A l’été 2012, il signe le premier long-métrage d’un jeune réalisateur britannique tourné intégralement en France en 2014. Le film est achevé depuis le 15 juin 2015 et est actuellement présenté dans les festivals.