Programmes

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas d’Arthur Lepage, d’Excelrise / Les conseils d’expert de Jean-David Chamboredon

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/2/18 à 7h – Dimanche 25/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1 & 2 : DOSSIER SPÉCIAL SALON DE L’AGRICULTURE, avec AGRICONOMIE, l' »Amazon des agriculteurs » et WEENAT, qui connecte les champs. 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat d’Arthur Lepage, d’Excelrise
  • Les conseils d’expert de Jean-David Chamboredon, entrepreneur et investisseur (ISAI), président de France Digitale, et à l’origine du mouvement Les Pigeons

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


LES PREMIERS PAS D’ARTHUR LEPAGE, président cofondateur d’Excelrise

Reprendre des entreprises en difficulté, c’est le défi dans lequel s’est lancé Arthur Lepage, cofondateur du groupe ExcelRise. Un pari réussi, couronné par le Prix Ulysse remis par l’Association pour le retournement d’Entreprise (ARE) en février 2017.

Après une dizaine d’années en tant que trader, Arthur Lepage est touché par le virus de la reprise d’entreprise, qui présente selon lui l’avantage « de pouvoir s’appuyer un actif de départ, et de ne pas partir de zéro. » Dans les années 90, il reprend avec un ami une entreprise du secteur internet, qu’il revend en 2002 après plusieurs levées de fonds. Avec deux autres associés, ils reprennent ensuite en 2003 et 2004 deux PME françaises industrielles en difficulté, qui ont des activités complémentaires : Ceisa Packaging (emballages boisson) et Semoflex (emballages pour le secteur de l’hygiène et de l’industrie). C’est ainsi que les 4 associés constituent le groupe ExcelRise, spécialisé dans les films plastiques.

LES CONSEILS D’EXPERT de JEAN-DAVID CHAMBOREDON, entrepreneur et investisseur, président du fonds ISAI, président de France Digitale.

SES 10 CONSEILS POUR CRÉER SA STARTUP

  • Se méfier de l’avis des proches
  • Savoir réseauter
  • Etre à l’écoute des « feedbacks »
  • Commencer avec peu de moyens pour se lancer rapidement
  • Bien réfléchir avant de se lancer dans le crowdfunding
  • Etre réaliste dans sa quête de financement
  • Ne pas confondre investisseur et banquier
  • Ne pas vouloir être trop original
  • Recruter une équipe aux compétences diversifiées
  • Soigner son storytelling

Source: Challenges

Publicités

[SALON DE L’AGRICULTURE] – 2 pépites de l’agritech: Weenat et Agriconomie. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/2/18 à 7h – Dimanche 25/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

salon-international-de-lagriculture-2014_0.png
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1 & 2 : DOSSIER SPÉCIAL SALON DE L’AGRICULTURE, avec AGRICONOMIE, l' »Amazon des agriculteurs » et WEENAT, qui connecte les champs. 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1 & 2 : AGRICONOMIE, avec Paolin Pascot, cofondateur / WEENAT, avec Jérôme Le Roy, cofondateur 

SALON DE L’AGRICULTURE
du 24 février au 4 mars
Porte de Versailles

LES CHIFFRES DE L’AGRITECH

Près de 3,3 milliards de dollars ont été investis dans le secteur de l’AgriTech en 2016.

Le secteur marketplace/e-commerce spécialisés dans l’agroalimentaire a levé le plus d’argent (1,285 milliard de dollars), suivi du secteur de la biotechnologie (719 millions de dollars). Les objets connectés pour les agriculteurs arrivent en 3eme position, avec 363 millions de dollars levés.

Selon le rapport agriculture-innovation 2025 du ministère de l’Agriculture, 79 % des agriculteurs utilisent internet, ce qui est plus que la moyenne française, et 70 % d’entre eux installent des applications professionnelles sur leur téléphone. (Forbes)

AGRICONOMIE

Avec Paolin Pascot,  président cofondateur

Agriconomie est le premier site E-commerce français spécialisé dans les approvisionnements agricoles (semences, pièces, équipements, engrais…).

LES CHIFFRES CLÉS D’AGRICONOMIE

  • Date de création: 2014
  • Siège social:
  • CA: Volume d’affaires juillet 2016 / juin 2017 : 18 millions d’euros
  • Effectif: 50
  • Plus de 12 000 clients
  • Passée de 3 à 50 collaborateurs en 3 ans
  • Panier moyen 1.800 euros.
  • Lauréate du concours d’innovation numérique initié par Axelle Lemaire et la French Tech, de Mercure HEC, ou encore de la Palme d’or du e-commerce.
  • Elu meilleur site e-commerce dans la catégorie Espoir par la FEVAD
  • Prix spécial des « Scale Up Awards » en 2017
  • Prix de l’innovation digitale par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris

ACTIVITÉ

Dans Challenges:  » Très peu d’agriculteurs connaissent leur coût de revient, explique Paolin Pascot. Passer une commande prend souvent de longues heures et la facture finale réserve souvent des surprises.  » Sur leur plateforme d’e-commerce, ils peuvent connaître instantanément les délais de livraison et le prix net de leur achat. « Nous avons entré 2,3 milliards de pré-calculs. Il suffit d’indiquer son code postal.  » Leur modèle ? Amazon, pour la qualité de service. Comme le groupe de Jeff Bezos, la start-up a créé un abonnement, à 500 euros la première année, puis 250 euros, au Club by Agrico, qui donne accès à des promotions et des ventes flash. La dernière concernait des pièces d’usure pour charrue avec des remises jusqu’à 40%.  » Nous en avons vendu 200 en 3 jours « , raconte l’entrepreneur pas encore trentenaire.

LES ACTUALITÉS D’AGRICONOMIE

  • Agriconomie poursuit son expansion en dehors de France, notamment en Belgique. Aujourd’hui,  le marché belge représente un pourcentage significatif du CA de l’entreprise : 5 % du volume de ventes de l’entreprise provient de Belgique. Avec un objectif de 10 % pour la fin d’année, Agriconomie continue de conquérir ce marché stratégique.
  • Agriconomie a élargi son offre récemment avec la plateforme logistique propre à l’entreprise pour optimiser le service rendu aux agriculteurs et adopter les réflexes des professionnels du e-commerce B2C. Grâce à leur propre espace de stockage dans les locaux d’Agriconomie, l’entreprise garantit l’expédition sous 24 heures pour certains produits agricoles (pièces, semences, etc).
  • La jeune entreprise s’apprête à embaucher 30 % de nouveaux collaborateurs en proposant 15 postes en CDI.
WEENAT

Avec Jérôme Le Roy, président fondateur

Weenat développe des capteurs connectés pour l’agriculture.

Jérôme Le Roy: « L’enjeu majeur pour les prochaines décennies est de produire mieux, de manière durable et rentable. Dans un contexte de changement climatique, les rendements agricoles sont mis à mal par un manque d’informations météorologiques et agronomiques, en temps réel sur la parcelle.

LES CHIFFRES CLÉS DE WEENAT

  • Date de création: 2014
  • Siège social: Nantes
  • CA: 500 000€
  • Effectif: 15
  • Bureaux aussi à Lille
  • Plus de 2200 capteurs installés en France et dans le monde
  • Plus de 1000 clients
  • 98% de réabonnements
  • 8 types de capteurs

Comment la start-up Weenat a dépassé le seul champ des capteurs connectés

Dans l’Usine NouvelleLancée en 2014, la start-up Weenat a dépassé le champ du hardware pour coupler ses capteurs connectés destinés aux agriculteurs à une plateforme Web de services agronomiques, une application et des alertes.

Créée en 2014, la start-up nantaise Weenat avait défriché le marché des objets connectés dans l’agriculture. Sur un marché de plus en plus concurrentiel, l’entreprise a étendu son offre au software, explique son fondateur et dirigeant, Jérôme Le Roy : « En plus des capteurs autonomes lancés il y a trois ans, Weenat propose des solutions globales d’agronomie connectée. On a inventé les capteurs connectés, maintenant on fait surtout des solutions d’agronomie de précision. L’agriculteur achète ses capteurs et s’abonne à une plateforme sur laquelle on développe des services : observation des données de la parcelle, géolocalisation, optimisation des décisions d’irrigation, météo et calcul des sommes de température selon les stades de cultures ». 20% du chiffre d’affaires sont investis chaque année en recherche et développement.

Des clients fidèles

Pluviométrie, tensiométrie, anénométrie, hygrométrie (humidité de l’air), mesures de température de l’air et du sol : les capteurs de Weenat sont devenus, au fil des années, multifonctions, moyennant un investissement initial de 498 euros et un abonnement annuel de 119 euros. Ces sommes ne semblent pas décourager les agriculteurs, qui se réabonnent à hauteur de 98%. C’est ce taux qui a convaincu Jérôme Le Roy d’amplifier ses efforts en la matière. « Les agriculteurs gagnent en efficacité économique, technique et environnementale. Ils peuvent enregistrer des photos ou incidents pour les retrouver, consigner la vie de l’exploitation, télécharger des graphiques et accéder à une météo qui mélange des modèles de prévisions météo et nos datas », s’enthousiasme l’entrepreneur. La start-up s’appuie sur les données des capteurs, en copropriété, qu’elle complète avec des informations externes et des outils comme Ekylibre, un logiciel de gestion parcellaire en open-source. (…)

La plateforme est déjà disponible en trois langues, pour aborder un développement en Europe de l’Est et aux Pays-Bas.

LES CLIENTS: Des groupements d’agriculteurs mais aussi des grands groupes (une dizaine) comme Bonduelle ou McCain qui recommandent les produits Weenat aux agriculteurs avec lesquels ils travaillent.

QU’EST-CE-QUE LA FERME DIGITALE?

Cofondée en 2016 par Paolin Pascot et Jérôme Le Roy, la Ferme Digitale est une association de startups du monde agricole, dont l’objectif commun est de permettre aux agriculteurs de gagner en performance grâce à des solutions digitales innovantes et d’être relié à 360° avec leur environnement : parcelle, fournisseurs, matériel, clients.

Une vingtaine de startups de l’Agtech, parmi lesquelles:

  • Entomo Farm
  • Mon Potager
  • La ruche qui dit oui
  • Naio technologies

« L’idée est d’acculturer la profession au numérique », explique Florian Breton

On l’oublie souvent, mais les agriculteurs sont la catégorie socioprofessionnelle la plus connectée. Chefs d’entreprise aux multiples casquettes, ils doivent accomplir de nombreuses tâches administratives en ligne ainsi que collecter les informations sur les facteurs extérieurs dont dépend leur activité, afin de prendre les bonnes décisions: météo, géopolitique, marchés. Seuls les plus âgés ont parfois du mal à se convertir au numérique, d’autant plus que quelques gros distributeurs ne les y encouragent pas, craignant l’indépendance et la transparence que cela implique. (La Tribune)