Programmes

The Metrics Factory: tout savoir sur le social data. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

bfm-bu-radioINÉDIT CET ÉTÉ ! 

Dans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 27/08/2016 à 7h et 20h (nouvel horaire grille d’été) | dimanche 28/08/2016 à 15h

gootenberg-enquete-usage-reseaux-sociaux-journalistes-twitter-wikipediaCette année encore, on termine l’été en beauté en rendant visite à de jeunes entreprises parisiennes, hyper dynamiques et innovantes, dans leurs locaux! 

TALK 1 : Les boxers de Spartan protègent votre fertilité ! 

TALK 2 : Bientôt la rentrée ! Jam, l’appli au service des étudiants

TALK 3 : Rythm lève 10 millions d’euros pour fonder la première entreprise de neurotechnologie

TALK 4 : The Metrics Factory, l’expert du social data

TALK 4: The Metrics Factory, avec Rémi Douine, président 

oggThe Metrics Factory, fondée en 2010, c’est 12 consultants experts de l’impact, de la stratégie et de l’analyse des réseaux sociaux pour les marques. C’est aussi la première agence française à avoir nouer un partenariat avec Facebook Topic Data en Juillet 2015.

Rémi Douine: « aujourd’hui on aide les marques à appréhender les mécaniques d’engagement des audiences. 10 ans après l’apparition de Facebook, Twitter, Linkedin, on s’est aperçu que les métiers du marketing et de la communication, qui étaient d’apporter un message à une cible, font face à un nouveau challenge: celui de provoquer une réaction par les audiences: le like, le commentaire, le share, le tweet, les hashtags qui sont une marque de l’engagement des audiences auprès du message que la marque veut envoyer à sa cible.

Douine-Remi
Rémi Douine

Nos recommandations sont du type: quels sont les formats et les contenus que vous devez utiliser pour engager vos audiences? Savez-vous qui sont vos influenceurs, les personnes à même d’engager vos audiences. Aujourd’hui certaines marques font appel à des vlogueurs (blogueurs vidéo), qui ont déjà une audience, qui savent donc déjà engager, et auxquels ils vont donner des produits. Ces vlogueurs vont créer un contenu autour de ces produits pour le partager.

Il y a aussi une mutation de l’espace social media. Aujourd’hui Facebook, Twitter et Youtube sont des endroits où on paie pour avoir de la visibilité . On va donc donner des conseils sur l’achat média sur ces plateformes.

LA RÉVOLUTION DU MOBILE

Aujourd’hui une marque ne peut pas se passer d’une présence sur les réseaux sociaux. Car une mutation subtile s’opère depuis 2015: celle du mobile. Et sur nos téléphones, on consulte Facebook, Twitter, Youtube, on fait peu de recherches web classiques. A minima, pour faire passer un message, il faut donc être présent sur ce support.

QUELLE EST LA TENDANCE EN MATIÈRE DE CONTENU?

Cette année c’est le live. Mais aussi le gif animé, le « unboxing » chez les vlogueurs, qui est devenu un nouveau format pour les marques.

L’OFFRE DE THE METRICS FACTORY

audit actionnable |

Quelle est la performance de nos marques à travers le monde ? Ma marque est–elle proche de ses fans sur Instagram ? Quel est l’impact d’une crise sur la perception de notre marque ? sont les questions où nous mobilisons nos analystes et nos méthodologies afin de générer des insights actionnables pour améliorer vos actions de marketing-com.

|conseils stratégiques et opérationnels|

Quelle stratégie pour la présence de mes magasins ? Quelle plan d’action au day to day pour rendre mon événement sportif plus influent ? Quel plan media tactique pour maximiser la visibilité de ma communication corporate ? Quelle stratégie data pour valoriser mes actions digitales ?  sont les questions où nous mobilisons nos consultants pour vous proposer des plans d’actions stratégiques et opérationnels à implémenter pour votre marque.

| agile reporting |

Pouvez-vous construire un dashboard temps réel de ma campagne ? Je veux connaître en temps réel les ventes de mon site d’eCommerce ? Je veux fournir des rapports réguliers à l’ensemble de mes responsables digitaux locaux ? sont les questions où nos experts dashboarding se mobilisent pour vous apporter des solutions agiles et adaptés à vos interlocuteurs internes et externes

Avec Dreem, Rythm vous promet de mieux dormir. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

bfm-bu-radioINÉDIT CET ÉTÉ ! 

Dans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 27/08/2016 à 7h et 20h (nouvel horaire grille d’été) | dimanche 28/08/2016 à 15h

gootenberg-enquete-usage-reseaux-sociaux-journalistes-twitter-wikipedia.jpgCette année encore, on termine l’été en beauté en rendant visite à de jeunes entreprises parisiennes, hyper dynamiques et innovantes, dans leurs locaux! 

TALK 1 : Les boxers de Spartan protègent votre fertilité! 

TALK 2 : Bientôt la rentrée! Jam, l’appli au service des étudiants

TALK 3 : Rythm, pépite de la neurotechnologie, lève 10 millions d’euros 

TALK 4 : The Metrics Factory, l’expert du social data

TALK 3: RYTHM, avec Hugo Mercier, fondateur

Bandeau-connecte-Dreem-de-la-startup-Rythm-pour-ameliorer-le-sommeil.jpgRythm est une société de neurotechnologie. Réunissant les meilleurs experts dans les domaines de l’ingénierie, du design et des neurosciences, Rythm développe une technologie qui stimule l’activité cérébrale pour améliorer les performances au quotidien. Le premier produit, Dreem, premier objet connecté actif améliorant la qualité du sommeil, a été lancé en 2016 via le programme Dreem First en édition limitée. Basé à Paris et San Francisco, Rythm a levé des fonds importants provenant d’investisseurs, de concours et de subventions publiques pour former une équipe de niveau international de 50 personnes. Pour en savoir plus, rendez-vous sur rythm.co.

LES CHIFFRES CLÉS DE RYTHM

  • Date de création: 2014
  • Lieu: Paris et San Francisco
  • Effectif: plus de 50
  • Prix du bandeau Dreem: 349 €

SUR CAPDIGITAL – 29 mars

Rythm lève 10 millions d’euros pour fonder la première entreprise de neurotechnologie

hugo mercier
Hugo Mercier

Rythm a annoncé aujourd’hui avoir levé plus de 10 millions d’euros afin de développer des objets connectés qui s’appuient sur la compréhension du cerveau et dont le but est d’améliorer le potentiel humain, en commençant par le sommeil. L’annonce intervient juste après le lancement de Dreem, premier produit de Rythm; Dreem est un bandeau conçu pour améliorer la qualité du sommeil. Il est désormais disponible via le programme Dreem First, une édition limitée à laquelle on peut s’inscrire ici: https://rythm.co/fr/dreem-first.html

Le financement provient d’éminents entrepreneurs français, le Dr. Laurent Alexandre, investisseur renommé  dans le secteur des biotechnologies, et Xavier Niel, magnat des télécommunications; ainsi que de subventions publiques. Dreem représente une nouvelle catégorie de produits : les neurotechnologies individualisées. Ce financement a permis à Rythm de construire une équipe talentueuse de plus 50 salariés, spécialisée dans les domaines de l’ingénierie, des mathématiques et des neurosciences afin d’innover, de mieux comprendre le cerveau humain et de créer de nouveaux produits pour améliorer notre quotidien.

“Ce financement nous permet de croître rapidement et dans de meilleures conditions que la plupart des entreprises sur le marché. En seulement quelques années, Rythm se positionne pour devenir la plus grande entreprise de neurotechnologie au monde », déclare Hugo Mercier, PDG et co-fondateur de Rythm. « Au-delà de Dreem, nous travaillons avec des doctorants experts et notre équipe d’ingénieurs et de scientifiques afin de trouver diverses solutions répondant aux problèmes du quotidien tels que la qualité du sommeil, l’apprentissage, le divertissement et bien d’autres secteurs qui n’ont pas encore été explorés. Pour nous, ce n’est que le début. »

rythm-dreem_-1500x844.jpg

S’il est vrai que nous dormons tous, la plupart d’entre nous souhaiteraient pouvoir bénéficier d’un sommeil plus réparateur. Dreem est le premier objet connecté actif conçu pour améliorer la qualité du sommeil. Le bandeau bénéficie d’une technologie avancée de capteurs, réservée jusqu’ici aux laboratoires et instituts du sommeil, qui permet de suivre et d’analyser l’activité cérébrale, ou électroencéphalogramme (EEG), en temps réel. Des stimulations sonores sont transmises à certains moments précis de vos cycles de sommeil, en vue d’accroître la qualité de l’une des phases clés du sommeil : le sommeil profond. Globalement, le bandeau améliore la qualité du sommeil et permet un réveil optimal, grâce à une fonction de réveil intelligent.

« Ce que Rythm a mis au point avec Dreem offre un immense potentiel, particulièrement lorsque l’on considère l’importance du sommeil,”  déclare Laurent Alexandre. “Leurs travaux, qui visent à mieux comprendre et influer positivement sur le cerveau humain, en commençant par le sommeil, sont passionnants. Je souhaitais faire partie de leur ambition d’associer les neurosciences aux technologies avancées. »

En parallèle de cette levée de fonds, Rythm a annoncé qu’ils allaient mener des tests cliniques en collaboration avec l’Institut de Recherche Biomédicale des Armées (IRBA) et une équipe de recherche académique (EA 7330, Hotel-Dieu, Université Paris Descartes), afin d’évaluer le bandeau Dreem sur des personnes ayant des habitudes de sommeil anormales. Cela permettra de démontrer l’impact du bandeau Dreem sur l’amélioration de la qualité du sommeil à la fois pendant des nuits dites “normales” que pendant des périodes de manque de sommeil. Rythm espère qu’en améliorant la qualité du sommeil, même dans le cadre de quelques d’heures de sommeil, le bandeau Dreem limitera la dégradation des performances physiques et améliorera la récupération.

« Dreem va non seulement aider ces personnes à mieux dormir, mais en menant ces tests cliniques en collaboration avec Rythm, nous allons améliorer nos connaissances sur l’impact du sommeil sur les performances physiques et la récupération. » explique le Docteur Mounir Chennaoui, Chef de l’Unité Fatigue et Vigilance de l’IRBA.

Dreem constitue la première vague d’innovation de Rythm. Il offre un aperçu de l’immense potentiel du domaine des neurotechnologies pour le développement de produits grand public. Avec le programme Dreem First, Dreem est aujourd’hui disponible au prix de 349 euros sur rythm.co et son application mobile est disponible pour les smartphones fonctionnant sous iOS.

SUR ARUCO.COM

Rythm Dreem : l’objet connecté qui agit sur la qualité de sommeil

(…) Si la startup rappelle qu’on passe en moyenne un tiers de notre vie à dormir, Rythm rappelle que nous sommes une majorité à juger le sommeil peu réparateur. C’est souvent car nous négligeons la qualité de ces moments de repos au profit de la quantité ou que le niveau de stress nous empêche de bien dormir.

S’il existe déjà de nombreux objets connectés qui s’attaquent à ce problème (on pense aux bracelets connectés, aux ampoules intelligentes ou aux capteurs de matelas) ils sont souvent passifs et visent principalement à mesurer la qualité de sommeil, sans l’améliorer.

Ces objets connectés proposent souvent un ensemble de conseils et recommandations pour se placer en conditions de trouver le sommeil, mais ça s’arrête là. Pas avec le casque Dreem, qui se présente sous la forme d’un accessoire actif.

Les différents capteurs intégrés à l’objet connecté Dreem sont capable d’analyser votre activité cérébrale en temps-réel pour réaliser un véritable électro-encéphalogramme (EEG).

Connecté à une application mobile, Dreem est ainsi en capacité d’analyser les ondes cérébrales de votre cerveau lorsque vous dormez pour améliorer la qualité et la durée du sommeil.

En pratique, et lorsque vous serez dans un état de sommeil profond, le bandeau connecté de Rythme va diffuser par conduction osseuse de petits sons ayant la faculté d’allonger la durée du sommeil profond et donc d’améliorer la qualité globale du repos.

Rythm s’appuie sur un ensemble d’études cliniques et universitaires qui ont montré que le sommeil profond (aussi appelé sommeil lent) contribue à améliorer la performance physique et cognitive pendant toute la durée de la journée.

Jam, le service de « conciergerie » et qui a réponse à tout (ou presque) destiné aux étudiants. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

bfm-bu-radioINÉDIT CET ÉTÉ ! 

Dans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 27/08/2016 à 7h et 20h (nouvel horaire grille d’été) | dimanche 28/08/2016 à 15h

gootenberg-enquete-usage-reseaux-sociaux-journalistes-twitter-wikipediaCette année encore, on termine l’été en beauté en rendant visite à de jeunes entreprises parisiennes, hyper dynamiques et innovantes, dans leurs locaux! 

TALK 1 : Les boxers de Spartan protègent votre fertilité ! 

TALK 2 : Bientôt la rentrée ! Jam, l’appli au service des étudiants

TALK 3 : Rythm lève 10 millions d’euros pour fonder la première entreprise de neurotechnologie

TALK 4 : The Metrics Factory, l’expert du social data

TALK 2: JAM, avec Marjolaine Grondin,  présidente cofondatrice

marjolaine grondin
Marjolaine Grondin

Jam est un service basé sur de l’intelligence artificielle supervisée par des humains, qui conseille et aide les étudiants à trouver tout ce dont ils ont besoin. La prochaine séance pour voir le dernier James Bond près de chez soi ? Un logement sur Paris à moins de 600€ ? Que faire ce soir à Shanghai ou Angoulême ? Autant de problématiques qui rythment la vie des étudiants au quotidien : Jam répond à tous les types de requêtes, 7j/7 et de 7h à 2h du matin, par simple échange de SMS, message Facebook ,Twitter et bientôt Whatsapp.

 

Jam est le premier bot français à proposer ses services sur Facebook Messenger.

jam-appli-numero-texto-message-conseils-bons.jpg

SUR FRENCHWEB – janvier 2016

Jam, 1 million d’euros pour l’intelligence artificielle au service des étudiants

Jam, qui développe un service de réponse aux questions des étudiants, vient de lever 1 million d’euros via le fonds de capital-risque d’Isai (Seed Club). Plus d’une dizaine d’investisseurs ont été mobilisés pour cette opération. Par le passé, 330 000 euros avait déjà été levés.

Fondée en 2012 par Marjolaine Grondin, Jam a développé une technologie qui repose sur l’intelligence artificielle dont la finalité est de répondre aux questions des étudiants. Ces derniers formulent leurs requêtes à Jam par SMS, Facebook Messenger ou, prochainement, par WhatsApp. Ils obtiennent une réponse dans les minutes qui suivent et au fil des échanges, la solution va tenter de leur trouver une réponse qu’il s’agisse de la recherche d’un appartement, de trouver un lieu pour sortir ou encore… de dénicher un emploi étudiant ou un stage.

C’est en effet sur ce dernier créneau que se rémunère la société. Jam commercialise des offres de visibilité aux entreprises qui recrutent des étudiants ou proposent des offres de stage. Environ 40% des demandes des étudiants sur Jam concernent l’emploi, expliquait à Frenchweb Marjolaine Grondin en octobre.

«Grâce à cette levée de fonds, nous allons pouvoir accélérer notre développement et ainsi augmenter la réactivité de notre service en traitant jusqu’à 80% des requêtes via l’intelligence artificielle. Cela nous positionne pour une croissance exponentielle où l’augmentation du nombre de données traitées affine chaque jour la qualité du service d’intelligence artificielle», déclare Marjolaine Grondin.

jam-peut-repondre-a-un-tas-de-questions.jpg

DANS DECIDEO – 18 avril 2016

Qu’est-ce que Jam ?

Jam est un service basé sur de l’intelligence artificielle supervisée par des humains, qui conseille et aide les étudiants à trouver tout ce dont ils ont besoin. Un logement sur Paris à moins de 600€ ? Un bon restaurant à Sidney à moins de 10 $ ? Un service de covoiturage à Boston ? Jam répond à tous les types de problématiques qui rythment la vie des étudiants au quotidien, 7j/7 et de 7h à 2h du matin, par simple échange de SMS, message Facebook ou DM (direct messages) Twitter (et bientôt Whatsapp).

La conciergerie qui cartonne chez les étudiants

Jam a été lancé officiellement auprès des étudiants français en septembre 2015, et est passé de 3 000 à 50 000 utilisateurs en à peine 6 mois, et fêtera bientôt son million de messages échangés. La start-up est actuellement présente dans plus d’un millier d’établissements français et connaît une croissance de près d’1% par jour.

Jam offre à ses partenaires agrégateurs un canal d’acquisition extrêmement ciblé et à ses utilisateurs un service pertinent. Actuellement, une centaine de services enrichissent le service et bénéficient de ce nouveau canal privilégié, tels que Blablacar, Airbnb ou encore Uber.

Comment ça marche ?

L’étudiant envoie un SMS avec son prénom et sa requête au 06 44 63 04 04 ou un message Facebook Messenger/DM Twitter. Jam développe le traitement Automatique du Langage et l’Intelligence Artificielle pour effectuer une recherche efficace et transmettre des réponses automatiques adéquates. A chaque demande envoyée par l’étudiant, est générée une réponse semi-automatisée qui est ensuite affinée et validée par les membres de l’équipe afin de répondre parfaitement et le plus rapidement possible. Avec l’acquisition de nombreux utilisateurs et l’augmentation des requêtes à gérer, l’équipe Jam fait aussi appel à des backers, étudiants eux aussi, qui sont recrutés pour répondre aux requêtes. Et finalement, qui mieux que des étudiants pour aider des étudiants ?

SUR ATELIER.NET

L’IA est, elle, composée d’agrégateurs et de bases de données enrichies au quotidien, avec des messages ou des critères pré-établis pour échanger avec le jeune « Le message passe d’abord par l’IA et si elle ne peut gérer la requête, on intervient. Mais l’humain est aidé par la machine dans 80 % des cas. Il génère des algorithmes, extraits des métas-données, retrouve les messages similaires et les réponses données, etc » précise la CEO.

L’idée disruptive ?

« L’absence d’interface » affirme Marjolaine Grondin. L’idée de la start-up est de supprimer les interfaces entre les hommes et les services. Pas besoin de télécharger une application, de rentrer ses paramètres, d’apprendre à la manipuler et de retourner dessus à chaque requête. Car selon l’entrepreneuse, ça n’est pas à l’utilisateur de s’adapter et c’est pour cette raison que Jam est aussi disponible sur Facebook Messenger ou via DMs sur Twitter, et bientôt un peu partout : what’s app, Skype, mails… « On veut que Jam soit là où l’utilisateur est, qu’il n’ait pas à venir le chercher ».

L’innovation est aussi dans la relation entre l’utilisateur et le chatbot « Jam est sympa, humain et drôle. Il te relance et prend soin de toi. À la différence de Siri, il y a une conversation. » En effet, Jam reprend une demande si la réponse ne convient pas, tandis que Siri répond à une question à la fois, sans pouvoir affiner en fonction d’éléments ajoutés.

Et l’avenir ?

Pour Jam, l’objectif est de passer à 80 % d’intelligence artificielle à la fin de l’année, puis 90-95 % à terme. L’ambition est de devenir un outil de référence pour les étudiants français « avec quelques briques à l’étranger », avant de s’ouvrir à une cible plus large. La startupeuse assure ne pas encore chercher à être rentable, mais d’abord à développer le service à travers la communication, la personnalité de Jam et l’intelligence artificielle. Et surtout, « montrer qu’il y a un usage ». De nouvelles fonctionnalités sont également prévues : le remboursement entre amis avec l’application Lydia, ainsi que la possibilité plus générale d’acheter, commander ou réserver via Jam. Un accès à DropBox est envisagé pour envoyer des documents facilement et pourquoi pas, un jour, solliciter Jam par la voix.

Quant à l’entrepreneuse, elle rêve d’un Jam « à la Airbnb, avec des bureaux partout dans le monde, une culture d’entreprise hyper forte, des équipes motivées. Et qui contribue à changer l’industrie dans laquelle elle évolue. »

Spartan invente le boxer anti-ondes! C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

bfm-bu-radioINÉDIT CET ÉTÉ ! 

Dans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 27/08/2016 à 7h et 20h (nouvel horaire grille d’été) | dimanche 28/08/2016 à 15h

gootenberg-enquete-usage-reseaux-sociaux-journalistes-twitter-wikipediaCette année encore, on termine l’été en beauté en rendant visite à de jeunes entreprises parisiennes, hyper dynamiques et innovantes, dans leurs locaux! 

TALK 1 : Les boxers de Spartan protègent votre fertilité! 

TALK 2 : Bientôt la rentrée! Jam, l’appli au service des étudiants

TALK 3 : Rythm lève 10 millions d’euros pour fonder la première entreprise de neurotechnologie

TALK 4 : The Metrics Factory, l’expert du social data

TALK 1: SPARTAN, avec Arthur Ménard, cofondateur

SPARTAN est un élégant boxer anti-ondes répondant au danger des ondes des téléphones portables. Les boxers SPARTAN bloquent 99% des ondes. De nombreuses études montrent que les hommes gardant leur téléphone dans la poche voient leur fertilité fortement diminuée.

Ces études récentes montrent que les ondes électromagnétiques haute fréquence comme celles des téléphones portables ont des effets négatifs sur la santé. Les résultats sont inquiétants: les hommes qui gardent leur téléphone portable dans la poche plus de 4h par jour voient leur production de spermatozoïdes divisée par 2. Et sur les 50% restants, leur qualité et ADN sont fortement impactés. L’OMS a par ailleurs classé les ondes électromagnétiques dans la catégorie « cancérogènes possibles pour l’Homme ».

arthur menard
Arthur Ménard

« Au sein de l’équipe SPARTAN, nous voulions protéger notre santé sans avoir à changer nos habitudes. C’est pour cela que nous avons créé le boxer SPARTAN, qui bloque plus de 99% des ondes du WiFi et des téléphones portables. Nous avons fait cela en incorporant des fibres d’argent pur au sein du coton de notre boxer. Ce maillage de fibre d’argent agit comme un bouclier électromagnétique qui empêche les ondes d’atteindre vos parties génitales. Le tissu de nos boxers SPARTAN a été testé et certifié à l’Institut Langevin, laboratoire spécialisé dans la physique des ondes. Avec SPARTAN, nous ouvrons le marché des boxers anti-ondes ».

Boxer-Spartan-ban.jpgLa cible privilégiée reste les hommes en âge d’avoir des enfants, de 20 à 40 ans: 8,4 millions, et en particulier les cadres qui travaillent toute la journée avec des ordinateurs et des téléphones portables.

L’ACTUALITÉ DE SPARTAN

Nous avons conclu avec succès une campagne de crowdfunding début 2016 en faisant le double de notre objectif : environ 18 000€.

Avec SPARTAN, nous sommes convaincus que les sous-vêtements anti-ondes vont devenir la norme d’ici quelques années et nous avons l’ambition d’en devenir la marque N°1 du secteur.

Nous allons progressivement ouvrir notre gamme de boxers pour proposer différents modèles et couleurs, pour ensuite ouvrir une gamme de caleçons et enfin de sous-vêtements féminins.

Nous avons choisi de prendre l’approche Tesla afin commencer avec un produit haut de gamme qui va au-delà de l’aspect technique anti-ondes pour proposer un boxer confortable et stylisé. L’élégance à la Française au service du bien-être.

LE PRIX? environ 45-50€

SUR MADDYNESS – décembre 2015

Qui se cache derrière Spartan ?

Nos fondateurs sont des entrepreneurs passionnés de technologie et de santé et bien-être. Arthur Menard, diplômé HEC Paris & AgroParisTech, s’occupe de toute la partie business – il passe beaucoup de temps au téléphone – tandis que Pierre-Louis Boyer, diplômé AgroParisTech & ESCPI, est notre ingénieur à la Géo Trouvetout – donnez lui un frigo et il en fera une voiture volante.

Quel a été votre constat de départ ?

Ces dernières années, nous entendons de plus en plus que les ondes des téléphones portables sont nocives pour la santé. Intrigués, nous avons cherché à en savoir plus il y a un an, et nous avons été choqué par ce que nous avons appris.

Plus d’une centaine d’études menées dans les meilleures institutions scientifiques du monde entier, telle que la clinique de Cleveland (leader aux Etats-Unis sur les questions de fertilité), ont montrées que les hommes qui gardent leur téléphone dans la poche plus de 4h par jour voyaient leur production de spermatozoïdes divisée par 2. Et sur les 50% restant, la qualité du sperme ainsi que son ADN sont fortement impactés.

Le plus inquiétant, sachant que les smartphones se sont popularisés il y a moins de  sept ans, c’est qu’il ne s’agit que des effets à court-termes. Nous n’avons, aujourd’hui, aucune idée sur l’impact à long terme des ondes et nous pourrions faire face à un véritable problème de société d’ici quelques années. Mais même en étant conscient des effets néfastes des ondes, la majorité des hommes continuent à garder leur téléphone portable dans la poche, simplement parce que c’est ce qui reste de plus pratique.

Nous ne voulions pas avoir à changer nos habitudes ou à cesser d’utiliser téléphone, tablettes ou ordinateurs. Nous avons donc développé Spartan, un boxer high-tech qui bloque 99% des ondes des téléphones portables et du wifi.

Comment Spartan fonctionne-t-il ?

Afin de pouvoir bloquer les ondes émises par les téléphones portables et bornes Wi-Fi, nous avons du développer un tissu high-tech unique. Nous avons fait cela en incorporant des fibres d’argent pur au sein du coton de notre boxer. Ce maillage de fibre d’argent agit comme un bouclier électromagnétique qui empêche les ondes d’atteindre vos parties génitales.  Et nous avons choisi de faire un produit plus que fonctionnel, en travaillant énormément le design de celui-ci afin qu’il n’ait rien a envier à des boxers de marques haut-de-gamme et qu’il ait sa touche d’élégance à la Française.

Spécial Moovjee dans la prochain Business Club (rediffusion)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIOREDIFFUSION (la seule de l’été ! )

QUUUOOIIIIII ? VOUS AVEZ MANQUÉ L’ÉMISSION SPÉCIALE MOOVJEE ?

Dans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 13/8/2016 à 7h et 20h | dimanche 14/8/2016 à 15h | lundi 15/8 à 15h

ÉMISSION SPÉCIALE LAURÉATS MOOVJEE 2016
avec EBS Isolation, La Box à planter, Mina Storm et Modalist

Pour écouter, réécouter ou télécharger cette émission qui sera rediffusée ce week-end ! 

IMG_8172.JPG
De gauche à droite: Edouard Barthès de EBS Isolation / Alexis Alban de Modalist / Dominique Restino, président du Moovjee / Julie Spolmayeur de La box à planter / Samantha Montalban de Mina Storm

logoprixmoovjeeLe MoovJee, Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs, a pour mission d’amener les jeunes à considérer la création et la reprise d’entreprise pendant ou à la sortie de leur formation (du CAP au Bac+5, toutes disciplines confondues) comme une véritable option de vie professionnelle. Chaque année, le prix Moovjee récompense les entrepreneurs de moins de 26 ans.

L’édition 2016 des prix MOOVJEE en chiffres

Sur 1 000 demandes d’accès aux dossiers de candidatures, 269 candidatures ont été validées, dont une centaine dans la catégorie « Entrepreneur » et plus de 170 dans la catégorie « Porteur de projet ou auto-entrepreneur ».

  • Grand Prix Moovjee :EBS ISOLATION, avec Edouard Barthès, fondateur

Créé en Mai 2014, basé à Castres (81)

DANS LA DEPECHE – EBS, la petite boîte qui n’en finit plus de monter

Un an et demi seulement après avoir créé son entreprise spécialisée dans l’économie d’énergie, Édouard Barthès n’en finit plus d’innover. Et il tient largement ses objectifs annoncés de doubler ses effectifs pour passer de 50 à 100 salariés d’ici la fin de l’année et son chiffre d’affaires de 12 millions d’€ en 2015 à 20 millions d’€ espérés en 2016 (voir notre édition du 20 octobre dernier). Car le jeune patron a du flair et toujours un coup d’avance. En s’engouffrant dans la niche des certificats d’économie d’énergie qui obligent les fournisseurs et distributeurs d’énergie à financer des travaux de rénovation énergétique, il a trouvé le bon filon. «On a commencé à 5 personnes en août 2014 et très vite on a dû faire face à plusieurs contrats. On a dû se structurer et recruter pour passer à 30 personnes en un mois et demi», explique Édouard Barthes qui capte les contributions obligatoires versées par les fournisseurs d’énergies afin de faire à leur place des diagnostics et des travaux d’isolation, de chauffage et d’éclairage pour réduire la consommation d’énergie dans des bâtiments industriels et tertiaires gratuitement selon le principe du «pollueur-payeur». EBS a, par exemple, isolé plus d’un millier d’établissements de santé partout en France, près de 200 hôtels du groupe Accord, de nombreuses industries…

Isoler son logement gratuitement

Mais Edouard Barthes va encore développer ses activités. Car depuis le 1er janvier, la loi étend ce dispositif aux particuliers en fonction de leur niveau de revenus imposable. Et les foyers éligibles sont très nombreux et ne se limitent pas aux inactifs ou retraités puisqu’un ménage de 4 personnes par exemple qui déclare jusqu’à 30 000 € de revenu imposable annuel est aussi concerné. «Cela représente 40 % de la population française qui peut bénéficier de travaux d’isolation des combles, des planchers, de changement d’éclairage, de pommeau de douche, de VMC… financés à 100 % ou presque, explique le chef d’entreprise qui va lancer une grosse campagne de communication et du porte-à-porte dans le département pour faire connaître ce dispositif. Et on ne concurrence pas les artisans puisque les gens éligibles n’auraient pas fait faire ses travaux de toute façon. On crée un besoin». Des travaux qui permettent de faire jusqu’à 30 % d’économies d’énergie et donc de réduire sa facture de gaz et d’électricité. Sans parler évidemment de l’impact positif sur l’environnement. Après EBS Énergie qui fait les diagnostics, EBS Isolation qui fait les travaux, il lance donc EBS Solidarité. Un site internet a d’ailleurs été créé spécifiquement avec la possibilité de faire une simulation d’éligibilité. «On projette d’isoler 10 000 maisons en 2016», indique Édouard Barthès qui vient déjà de signer un contrat avec un bailleur social du Lot qui va isoler 400 logements pour 1 € en passant par EBS ! La success story continue.

Grâce aux travaux d’isolation réalisés par EBS partout en France en un an et demi, 6 TWh (térawatt-heure) d’économies d’énergie ont été réalisés. Le térawatt est une unité de puissance équivalente à 1000 milliards de watts, ou 1000 gigawatts

Déménagement cet été dans l’ancienne banque de France

Forcément en passant de 50 à 100 collaborateurs d’ici la fin de l’année, EBS va être à l’étroit dans ses locaux de la zone de Chartreuse, rue Henri-Regnault. C’est pourquoi Édouard Barthès, profitant d’une opportunité, a racheté les anciens locaux de la banque de France sur les Lices à Castres pour y installer le siège de sa société (voir notre édition du 20 octobre dernier). S’offrant ainsi avec ce magnifique bâtiment de 1 600 m2, une vitrine et une crédibilité pour ses partenaires et clients. Les travaux d’aménagement et de rénovation sont en cours et devraient être terminés en mai. Mais même s’il souhaite à tout prix ancrer sa société à Castres et dans le sud du Tarn qui l’a vu naître, Édouard Barthès a besoin d’être présent partout en France. Il a donc ouvert un dépôt à Lille et un autre est en cours à Lyon. Des bureaux à Paris vont également ouvrir prochainement.

  • Prix Innovons Ensemble :LA BOX A PLANTER, avec Julie Spolmayeur, Cofondatrice.

SUR OOLUTION.COM – Son concept ? rendre le jardinage accessible et ludique pour tous en proposant aux particuliers de recevoir chez eux à chaque saison une box regroupant l’essentiel pour jardiner simplement.

BoxAPlanter-02.jpg« Je suis passionnée de web et d’entrepreneuriat depuis de nombreuses années. Une fois mon diplôme d’école de commerce en poche, j’ai décidé de me lancer et de créer ma propre entreprise ! Fervente écolo, j’ai toujours été sensible aux problématiques environnementales. Je souhaitais donc créer un concept qui soit cohérent avec mes valeurs et qui offre une alternative positive et amusante pour avoir un impact positif sur l’environnement. C’est ainsi que La Box à Planter est née : un concept qui fait naître des centaines de potager partout en France !

Qu’est ce que la box à planter ?

La Box à Planter est la solution pour jardiner sans se prendre le chou ! Le principe est simple, chaque saison vous recevez cinq sachets de graines – issues de l’agriculture biologique et cultivées en France – de légumes et d’aromates à faire pousser sur son balcon ou dans son jardin. Un livret accompagne ces graines bio pour vous aider à les cultiver, et une surprise différente vous attend à chaque fois !

Pourquoi l’avoir créé sous forme de « box » ?

Le concept de La Box à Planter a été créé sous forme de « box » car il permet aux abonnés de cultiver leur potager toute l’année. Chaque saison, ils reçoivent dans leur boîte aux lettres leur box jardinage qui contient des graines à semer à ce moment de l’année : cela permet donc une régularité des cultures et des récoltes !

À qui s’adresse la box à planter ?

Je dirais que cette box n’est pas destinée à un type de personnes en particulier. Elle séduira aussi bien des personnes qui veulent se mettre au jardinage, que celles qui souhaitent découvrir des variétés de graines anciennes, ou originales ! Cela fait aussi un chouette cadeau éthique et Made in France à offrir à des amis, à ses parents ou même à des enfants.

Le seul pré-requis est d’avoir un balcon ou un jardin sur lequel cultiver ses légumes chaque saison. Le reste est bête comme chou : le livret qui accompagne la box explique vraiment tout de la graine à l’assiette, avec de délicieuses recettes de cuisine pour sublimer ses récoltes, ce qui permet même aux débutants de se lancer !

Ce rapport aux graines peut-il nous aider à reprendre le pouvoir sur notre alimentation?

Tout à fait ! Un des objectifs de La Box à Planter est de nous rapprocher de la nature. En observant et accompagnant les légumes et aromates de la graine jusqu’à notre estomac, les jardiniers en herbe prennent conscience que notre alimentation est vivante. Le rapport à l’aliment est complètement différent du simple fait d’acheter un plat préparé et de le réchauffer !

  • Prix spécial du Jury : MINA STORM, avec Samantha Montalban, cofondatrice

Mina Storm est la première marque spécialiste sur le marché des sous-vêtements pour préadolescentes et adolescentes.

aigle-mina-storm-marque-createur

SUR HELLOCOTON – MINA STORM UNE MARQUE POUR LES AVENTURIERES

1 – Pouvez vous vous présenter en quelques mots ?

Samantha : Yes ! J’ai un parcours assez classique : licence et master à l’Université Paris-Dauphine, spécialisation en Marketing et Business Development. Puis de nombreux stages dans la mode (Hermès, Séraphine, LemonCurve.com, Gat Rimon) et des échanges universitaires à l’étranger (New dehli, Londres, Copenhague).

Chloé : Mon parcours commence aussi à l’Université Paris-Dauphine (c’est d’ailleurs là-bas que Samantha et moi on s’est rencontrés !) mais spécialisation Finance. Puis je me suis vite rendue compte que j’étais bien plus attirée par le monde des starts-ups que de la finance… Alors j’ai décidé de poursuivre mes études à l’Essec afin d’élargir mes compétences mais aussi de voyager…

2 – Parlez moi de la création de votre marque ?

Samantha : Créer ma propre entreprise a toujours été mon rêve. Je n’étais jamais satisfaite de ce que je trouvais dans les magasins alors je modifiais ou créais moi-même mes vêtements, mes bijoux, etc…
Quand j’ai voulu acheter mon premier soutien-gorge pour ma petite soeur, je n’ai rien trouvé qui lui plaisait et je lui ai promis qu’à la fin de mes études je créerai la marque idéale de sous-vêtements pour jeunes filles !
C’est injuste à quel point les sous-vêtements qui ne rentrent pas dans la case séduction sont délaissés par les grandes marques !
La première expérience lingerie pour fille est vraiment nulle : tout est trop sexy ou trop bébé.
Avec Mina Storm on veut révolutionner la lingerie : laisser le temps aux jeunes filles de grandir sans qu’elles se tournent par défaut vers des produits de « femmes » qui ne leur correspondent pas encore.

3- Mina storm est le nom de votre marque, qu’est ce que cela signifie et comment l’idée vous est venu ?
Chloé : Le « Storm » est issu des expériences shopping tempétueuses de Samantha avec sa soeur pour trouver ses premiers soutiens-gorge ! Et nous pensons que cela résume assez bien les expériences des mamans avec leurs filles lorsqu’il faut trouver LE soutien-gorge qui leur convient.
Mina c’est le prénom d’une jeune fille, c’est un très joli prénom et cela contraste assez bien avec le « Storm ».
Pour nous ce nom signifie beaucoup de choses : Mina est la jeune fille qui sort de l’enfance et entre dans la tempête de l’adolescence.
C’est l’aventurière qui est au fond de chacune d’entre nous. Elle ne montre pas le bout de son nez tous les jours, mais elle est là, nous soutient et nous encourage à rêver. On voulait personnifier la marque dans un personnage fort, délicat et inspirant.

4 – Quelles matières préférez-vous travailler et pourquoi ?

Chloé : Nous développons un tissu d’une très grande qualité, nos mots d’ordre sont : naturel, douceur, maintien et confort. Notre tissu est bi-stretch (assez rare!) ce qui permet à nos modèles d’accompagner parfaitement les mouvements (voir même les activités sportives si peu d’impacts) mais aussi et surtout la croissance des jeunes filles.
Nous avons deux gammes : une en coton naturel et une en coton bio !

mina-storm-renard_xuc7ed

  • Mention « Innovation technologique » : MODALIST, avec Alexis Alban, cofondateur

Modalist est le premier service pour vider sa garde-robe sans contrainte et en touchant le gain de ses ventes sous deux semaines.

SUR FASHIONUNITED.FR – Encore un Vide Dressing en ligne ? Eh oui, et qui plus est, fondé par deux jeunes hommes, fraichement diplômés d’HEC. Alexis Alban est le marketeur, Tayfun Akaltun se charge du développement. Le site, fondé en 2014, se nomme MyModalist , un vide dressing « Zéro contrainte » avec une spécificité majeure : le rachat cash pour les pièces tendances. « Les vendeuses n’auront donc plus à attendre plusieurs semaines avant d’être payées. Plus besoin d’attendre que les vêtements soient vendus pour toucher ses gains, garantissent les deux fondateurs. Les vendeuses n’ont qu’à attendre leur virement pour rafraîchir leur garde-robe ! »

Le déclic qui a donné envie aux deux entrepreneurs de concurrencer Vestiaire Collective, Vide dressing et autre Instant Luxe (sans même parler de Ebay, ou Leboncoin), c’est une année passée à HEC entrepreneur. « Nous avons rencontré et travaillé avec certains des entrepreneurs les plus connus de France et nous avons compris qu’entreprendre maintenant était la meilleure des choses que nous pouvions faire. »

Le moteur de leur aventure a donc été l’envie de changer le quotidien des gens. Tout simplement. Une énergie et une soif du défi qui n’oublient pas la force de l’analyse et de la réflexion. « MyModalist, c’est une marketplace qui se caractérisent par deux valeurs innovantes : l’élimination des contraintes pour les vendeuses et l’expérience du neuf au prix de l’occasion pour les acheteuses » explique Alexis Alban pour le site Entreprendre C Grandir (édité par le Crédit Mutuel ARKEA).

« Un algorithme pour définir le bon prix »

Le site (qui s’adressera bientôt aux hommes également) a été finement pensé. Deux algorithmes permettent de définir le bon prix pour chaque vêtement en quelques secondes afin qu’il soit vendu en quelques jours, indiquent les deux fondateurs. Trois logiciels se greffent à notre site pour mettre en ligne nos produits en quelques minutes (automatisation de la retouche photo, logiciels de saisie pour la description, simulateur de prix) ».

Les deux jeunes entrepreneurs ont intégré depuis quelques mois un incubateur HEC qui leur a fait bénéficier d’un mentoring de qualité. Un plus apprécié qui les aider à avancer dans leur business en rencontrant d’autres entrepreneurs « des personnes qui ont de l’expérience et qui sont à l’écoute de nos problématiques ». De quoi employer à leur avantage cet adage bien connu de la célèbre école de commerce : apprendre à oser ! Une vertu fondamentale quand on souhaite révolutionner une industrie déjà très compétitive.

Jeunes, créez votre entreprise !

jeunes créez votre entrepriseDominique Restino, Bénédicte Sanson et Vincent Redrado ont écrit récemment ce guide pour « bien démarrer et pour durer ». Entreprendre est une très belle aventure professionnelle. Mais ce n’est pas facile non plus ! Vous en avez envie ? Préparez-vous :

  • C’est quoi être un entrepreneur ?
  • Comment vous tester avec de vous lancer ?
  • Comment trouver la bonne idée et la bonne équipe ?
  • Qui peut vous soutenir dans l’aventure ?
  • Qu’est-ce qui vous attend, un fois lancé ?

Autant de questions et de réponses que vous trouverez dans ce guide !

ADMO.TV : la solution qui mesure l’impact de la publicité en temps réel. C’est dans leBusiness Club – INÉDIT EN ÉTÉ – PODCAST

Publié le Mis à jour le

bfm-bu-radioDans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio 

Diffusion samedi 6 aout 2016 à 7h et 20h et dimanche 7 aout à 15h

INÉDIT

TALK 1 : PÉGASE : la voiture qui vole

TALK2 : SEVENHUGS : les objets connectés pour notre bien-être

TALK 3 : BIBÉLIB : la valise devient connectée et ne se perdu plus (ou presque)

TALK 4 : ADMO.TV ou comment mesurer en temps réel l’impact d’une publicité


TALK 4 : ADMO.TV avec PIERRE FIGEAT cofondateur

Pour écouter ou réécouter l’émission :


logo_admo

Admo.tv permet d’optimiser les investissements TV & Radio des annonceurs d’en moyenne 30%, de vague en vague. A l’heure du digital où chaque KPI est mesurable très précisément, la plateforme apporte des mesures très fines aux annonceurs TV qui ne bénéficiaient auparavant que de très peu de données de rentabilité. L’optimisation se fait autant par le choix des chaînes que des spots, horaires ou formats les plus rentables pour l’annonceur.

Lancée il y a 14 mois par Pierre Figeat et Baptiste Brunin, la plateforme Admo.tv permet aux annonceurs de mesurer l’impact de leurs investissements TV & Radio sur leur business online, évaluant tant l’apport de trafic sur l’environnement digital de la marque que la conversion attribuable aux publicités.

screen_3

D’où vient l’idée et quel a été le constat de départ?

Les campagnes TV sont hautement stratégiques pour les annonceurs et coutent très cher. Pourtant, il n’existe aujourd’hui aucun outil, utilisable au jour-le-jour, permettant d’analyser concrètement les effets des campagnes TV sur le trafic Online d’un annonceur et de piloter ces campagnes en temps réel. Ce constat est d’autant plus marquant que la TV est pourtant le media permettant de générer de manière directe la plus grosse masse de visiteurs sur un site internet.

Pouvez-vous nous présenter votre outil?

Admo est une plateforme d’analytics permettant d’étudier l’impact des spots TV d’un annonceur sur son trafic Online. L’objectif est d’augmenter fortement le ROI des investissements TV. La technologie Admo analyse en temps réel les points clés des campagnes TV d’un annonceur et ses effets sur le trafic de son site web afin de maximiser l’impact de ses prochaines vagues TV. La plateforme utilise une technologie de fingerprinting* vidéo propriétaire et breveté pour détecter les spots TV diffusés en télévision, sur plus de 40 chaînes. Grâce à un script implémenté sur le site de l’annonceur, Admo.tv permet de mesurer le trafic incrémental généré par la diffusion des spots, mesurer le coût d’acquisition et de conversion des utilisateurs issus de la TV, et monitorer en temps réel la campagne. 

Lu sur CNET

Bibelib : la housse connectée et branchée pour votre valise ! C’est dans le Business Club – INÉDIT EN ÉTÉ – PODCAST

Publié le Mis à jour le

bfm-bu-radioDans le prochain Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio 

Diffusion samedi 6 aout 2016 à 7h et 20h et dimanche 7 aout à 15h

INÉDIT

TALK 1 : PÉGASE : la voiture qui vole

TALK2 : SEVENHUGS : les objets connectés pour notre bien-être

TALK 3 : BIBÉLIB : la valise devient connectée et ne se perdu plus (ou presque)

TALK 4 : ADMO.TV ou comment mesurer en temps réel l’impact d’une publicité


TALK 3 : BIBÉLIB avec  William Tala, fondateur

Pour écouter ou réécouter cet entretien :


logo_website_smallChaque année plus de 30 millions de bagages sont perdus dans les aéroports ! C’est parti de ce constat que William a donné naissance à une housse innovante intégrée à un QR Code et une application. Ce système innovant permet à tout propriétaire ayant égaré son bagage de le retrouver plus facilement.

Après une bonne année de R&D, ce système a vu le jour en Septembre 2015. Les enjeux sont nombreux et le marché est grand. Pour l’aider dans cette aventure, il est accompagné d’une équipe de 6 personnes employées à temps plein.

 

Concrètement, il s’agit de housses identifiables et connectées, équipées d’un QR Code. Une fois activées, toute personne retrouvant la valise peut en informer son propriétaire, par le biais de BibeliB. L’identification se fait de manière anonyme, les données du propriétaire restent confidentielles grâce à notre intermédiaire. Aucune possibilité d’avoir accès à l’adresse du domicile du propriétaire du bagage !

sowefub2_45319

Comment ça marche ?

Avant son départ, chaque voyageur doit activer sa housse en se rendant sur le site Bibelib.com ou en scannant à l’aide son smartphone le QR Code situé en bas de la housse. Il suffit par la suite de remplir en quelques secondes le formulaire d’activation très simple.

Une fois ces informations validées, la housse devient fonctionnelle, la valise du voyageur est identifiable et peut être déposée en toute sérénité au comptoir de la compagnie aérienne.

Si arrivé à destination, le bagage n’est pas présent, le voyageur devra simplement se rendre au comptoir de la compagnie aérienne et signaler la perte. Grâce à son visuel et à son code d’activation, la demande est traitée

en priorité. Une fois la valise retrouvée, le porteur de la valise en est informé par mail et celle-ci lui sera restituée.

Enfin, pour rassurer le(s) voyageur(s), chaque housse est dotée d’une assurance de 500€. En cas de perte définitive, de destruction ou de vol, le(s) voyageur(s) pourront bénéficier de cette assurance perte de bagage après activation de leur housse.

BIBÉLIB

  • Activité: conception d’une housse à bagage connectée
  • Date de création: septembre 2015
  • Lieu: Paris
  • CA: prévisionnel 2016: 400 000 €
  • Effectif: 6

En 2012, après quatre ans passés au service bagages de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, William Tala a l’idée de lancer des housses de bagage équipées d’un système de traçabilité. Pour lever des fonds et accélérer son développement, le fondateur de la start-up Bibelib ne s’est pas trop posé de questions. « Nous avons un produit grand public. Il était cohérent que nos premiers investisseurs soient issus de la foule, explique William Tala. Ces particuliers vont aussi nous aider à promouvoir la marque autour d’eux. » 543.000 euros sont finalement levés sur Sowefund, plus que les 350.000 euros prévus !

Au final, l’opération a attiré une cinquantaine d’actionnaires regroupés dans un holding géré par la plate-forme. Le résultat d’une campagne de communication intense. « J’ai participé par exemple au tour de France du financement participatif. Il est indispensable de créer une caisse de résonance autour de l’opération dès le début. » Bingo ! Plusieurs co-investisseurs se sont joints au tour de table en cours de route, tels les réseaux de business angels Coalescence et Val’Angels (partenaire investisseur de Sowefund). Des capitaux qui vont servir à recruter, à renforcer les stocks et à développer la communication autour de la marque, déjà presque plus connue au Japon qu’en France.

En savoir plus sur Business Les Echos