Actu – Le fil

4 femmes entrepreneures sur 5 ont confiance en l’avenir

Publié le

bnp paribas.jpegSelon les résultats de l’Observatoire BNP Paribas de l’Entrepreneuriat Féminin par Occurrence publiés aujourd’hui 13 septembre, 4 femmes entrepreneures sur 5 ont confiance en l’avenir et 40% des dirigeantes donnent comme seul et unique conseil de franchir le pas de la création.

  • La recherche d’autonomie constitue le principal objectif des créatrices d’entreprises et plus de la moitié des femmes entrepreneures sont titulaires d’un diplôme de 2nd ou de 3ème cycle universitaire.

  • L’Observatoire de l’Entrepreneuriat Féminin indique également que le principal frein à la création d’entreprise chez les femmes est la peur de ne pas dégager assez de revenu, et que 4 femmes entrepreneures sur 10 sont des auto-entrepreneures.

Paribas a créé, avec le cabinet d’études Occurrence, l’Observatoire annuel national de l’Entrepreneuriat Féminin afin de détailler le profil des femmes entrepreneurs, d’évaluer la progression des données du secteur et, d’analyser les grandes tendances en France. 

BNP Paribas, engagé sur le long terme en faveur de l’entrepreneuriat féminin

BNP Paribas est aux côtés des femmes entrepreneures pour les encourager à “voir grand“ et accompagner leur entreprise, bien au-delà du simple financement. Depuis 2014, BNP Paribas a mobilisé de nombreux moyens humains et financiers pour encourager l’entrepreneuriat féminin. Début 2017, BNP Paribas a rassemblé et enrichi toutes ses initiatives en lançant le programme #ConnectHers. En 1 an, un réseau de 100 référentes a été lancé, plus de 15 000 connexions  ont été réalisées au sein des écosystèmes locaux.

A l’occasion de l’édition 2018 de la Semaine de l’Entrepreneuriat Féminin, BNP Paribas a annoncé quatre nouveaux engagements pour soutenir le développement de l’entrepreneuriat féminin en France.

Ces 4 nouveaux engagements s’inscrivent dans le cadre de l’accord-cadre en faveur de l’entrepreneuriat féminin signé le 6 octobre 2017 avec le Secrétariat d’État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes :

  • Mobiliser une enveloppe de crédit de 2 Mds d’euros pour financer les projets (création, développement…) des femmes entrepreneures.
  • Initier les signatures de Plans d’Actions Régionaux lors d’un tour de France des 13 régions associant nos partenaires pour mettre en place différents types d’actions :
  • La mise en synergie des différents acteurs et actrices de cet écosystème ;
  • L’accompagnement des entrepreneures avec un effort particulier sur la post-création ;
  • La mobilisation des financements en faveur des projets portés par des femmes ;
  • La formation des acteurs et actrices de l’entrepreneuriat et du réseau bancaire ;
  • La mise en place de couveuses, incubateurs et lab ;
  • La connaissance statistique de l’entrepreneuriat féminin et la réalisation d’enquêtes ou études régionales.
  • Augmenter de 25% les opportunités de connexions des entrepreneures grâce au programme #ConnectHers pour permettre aux femmes de développer leur réseau professionnel. Au travers d’une centaine d’événements dédiés en 2017 (ateliers, séminaires, conférences, soirées de networking, etc.), BNP Paribas a permis plus de 15 000 mises en relation entre les différents acteurs de l’entrepreneuriat féminin. Son objectif est de contribuer à plus de 18 000 mises en relation en 2018.
  • Créer un observatoire annuel nationalde l’Entrepreneuriat féminin pour en suivre la progression, détailler le profil des femmes entrepreneures (type d’entreprises, secteurs, régions…)  et analyser les grandes tendances en France. Grâce à cet observatoire, BNP Paribas pourra mieux appréhender les besoins des femmes entrepreneures et ainsi anticiper et organiser les initiatives à mettre en œuvre pour les accompagner.

#ConnectHers est le programme de BNP Paribas conçu pour accélérer le développement des femmes entrepreneures. Son ambition est de connecter les femmes avec l’écosystème de l’entrepreneuriat en général, et féminin plus spécifiquement. Son objectif est de créer un cadre optimal en leur faisant bénéficier de conseils, d’expertises, de financements adaptés et de mise en relation avec les bons acteurs au bon moment. Avec #ConnectHers, les entrepreneures peuvent développer leur réseau et leur entreprise au travers des rencontres avec les associations partenaires du réseau BNP Paribas, de l’écosystème entrepreneurial et des incubateurs concernés.

Publicités

3/4 des Français prêts à payer plus cher le « Made in France »

Publié le Mis à jour le

made in france.jpgÀ l’occasion des Assises du Produire en France qui ont lieu ce 13 septembre, ProFrance dévoile une nouvelle étude sur les habitudes de consommation des Français face au made in France. 
Cette étude commanditée par ProFrance, association qui porte la certification « Origine France Garantie », montre que 59 % des Français interrogés estiment qu’au moment de l’achat d’un produit ou service, le pays de fabrication est un critère de choix important. Un chiffre en constante évolution depuis 2011.
Le dynamisme de la fabrication française se lit chez les Français par leur motivation d’achat.
• Pour 93 % des Français, acheter un produit made in France, c’est participer au maintien de l’emploi en France
• Pour 93 % des Français, c’est une façon de soutenir les entreprises françaises.
• Pour 92% d’entre eux, acheter local est synonyme de la préservation des savoir-faire.
La consommation de produits français est désormais une tendance de fond en évolution depuis 2011 (+ 2 points). Près de trois quarts des Français déclarent être prêts à payer plus cher un produit made in France, soit 74%. 16 % affirment que le pays de fabrication est un critère de choix déterminant pris systématiquement en compte et 43% affirment qu’ils prennent souvent en compte ce critère lors de leur achat. C’est pourquoi les Assises donneront également le coup d’envoi de la boutique Vive La France. Pendant 4 mois, du 13 septembre au 31 décembre, les visiteurs du centre commercial Italie Deux pourront découvrir des marques certifiées Origine France Garantie au sein d’un espace de 450 m2 situé sur la mezzanine, sous la verrière d’Italie Deux. Parmi elles, des fleurons de la production française tels que Brandt, Pyrex, Lafuma ou encore Toyota pour sa gamme Yaris, mais aussi des marques plus récentes ou moins connues du grand public, comme Le Slip Français, Blanc Bonnet, Laulhere, Maison FT, Archiduchesse ou 1083 pour la mode, ou encore la toute nouvelle marque de montres Routine.

La pépite ekWateur lève des fonds sur Sowefund

Publié le Mis à jour le

ekwateur.png5e fournisseur d’énergie français, ekWateur propose, par le biais d’une plate-forme digitale, des énergies 100% renouvelables (électricité, gaz et bois) aux entreprises comme aux particuliers. Créée il y a seulement 2 ans, ekWateur alimente déjà plus de 65 000 compteurs pour un chiffre d’affaires prévisionnel de 52 millions d’euros en 2018. Pour se donner les moyens de ses fortes ambitions, ekWateur a l’objectif de réaliser la plus importante levée de fonds jamais observée en France sur le marché de l’Equity, soit 15 millions d’euros, dont 1 million via la plate-forme de financement de l’innovation, Sowefund

Un modèle agile et innovant pour une énergie renouvelable moins chère, choisie et collaborative

Conséquent par sa taille – plus de 40 milliards d’euros –, le marché auquel s’adresse ekWateur présente de fortes opportunités de conquête. Ainsi, le rejet de plus en plus important du nucléaire par une frange de la population explique en partie l’abandon, certes progressif, mais néanmoins engagé, des acteurs historiques. Le taux de « switch », c’est-à-dire la part de clients changeant de fournisseur d’énergie, est révélateur de ce changement, puisqu’il a atteint 2% en 2017, soit 2 fois plus qu’en 2016.

Pour en savoir plus 

Prix Moovjee 2018 : les trophées de l’Audace. Dans le Business Club de France

Publié le Mis à jour le

 

Logo-BFMBusiness-sans-contourÉmission spéciale du Business Club de France 

Uniquement sur BFM Business Radio

Samedi 21 avril à 7h et dimanche 22 avril 2018 à 15h

 

SPÉCIAL PRIX MOOVJEE 2018 (vous allez être surpris !)

Pour écouter ou réécouter l’émission :

Nos invités : 

→GRAND PRIX MOOVJEE 2018 : ALEXANDRE HANNEBELLE – DG de AVA 

AVAAva est une application pour smartphoine qui permet de retranscrire (et donc sous titrer) en temps réel une conversation. Basée sur l’intelligence artificielle, elle est destinée à accompagner le quotidien des personnes sourdes ou malentendantes. 

 

 

→PRIX « ENGAGEMENT CITOYEN » : CASSANDRA DELAGE – FONDATRICE DE PLAST’IF

plast'ifLa machine Plast’if analyse, broie et trie tous les déchets plastiques des employés et permet à ceux-ci d’imprimer de nouveaux objets grâce à l’imprimante 3D intégrée dans la machine. Les employés peuvent choisir l’objet qu’ils souhaitent imprimer grâce au catalogue affiché par notre écran tactile.

 

 

→PRIX : INNOVATION TECHNOLOGIQUE : VIKTOR TOLDOV – Cofondateur de LITUUS

Lituus est un collier intelligent connecté est posé sur le cou de la vache et surveille des paramètres liés au comportement, à la santé et au bien-être de chaque animal. L’éleveur reçoit des alarmes et des notifications pour bien réagir en cas d’urgence. 

→PRIX MOOVJEE 2017 : ALEXANDRE UCKO – Cofondateur de PERCKO

percko-lyne-up

Développé pendant un an avec des chercheurs sur le système musculo-squelettique, Percko est un sous-vêtement intelligent qui redonne l’habitude de se tenir droit aux individus souffrant de maux de dos.

 

 

→POUR LE MOOVJEE : ANNIE PAULE ABIHSSIRA

Mentor en entreprise, chef d’entreprise et associée à Booster Acamdemy


Le Moovjee, Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs, association loi 1901, a été créé en 2009 et a pour mission d’amener les jeunes à considérer la création et la reprise d’entreprise pendant ou à la sortie de leur formation (du CAP au Bac+5) comme une véritable option de vie professionnelle. Chaque année, le Moovjee décerne ses Prix. À la clé, 25.000€ à partager entre les différents lauréats, et pour chacun un accompagnement par l’association (programme de mentorat, accès à des experts métier et des opportunités business).


GRAND PRIX MOVJEE 2018 : ALEXANDRE HANNEBELLE – DG de AVA

Ava permet à 400 millions de personnes sourdes & malentendantes une autonomie 24h/24 dans leur vie sociale et professionnelle. Via leur smartphone, le système de transcription instantanée basé sur l’intelligence artificielle sous-titre les conversations autour d’eux, instantanément, dans toute situation.

AVAThibaut Duchemin (fondateur) est le seul de sa famille à être entendant. Il a donc dû apprendre la langue des signes et servait de traducteur à ses parents et sa sœur. C’est à Berkeley où il fait ses études en double cursus que Thibault rencontre ceux qui deviendront ses associés : Pieter Doevendans (néerlandais) et surtout Skinner Cheng, étudiant taiwanais, sourd depuis ses 2 ans. Ensemble, ils décident de créer la solution. L’aventure démarre en avril 2014. Les rejoignent ensuite dans l’aventure Alexandre Hannebelle et Sacha Becourt. Alexandre est rentré en France à l’été 2017 pour assurer le développement d’Ava en France et en Europe.

Les perspectives :

  • CA 2017 : 78 119
  • Prévision de CA 2018 : 392 779 €
  • Prévision de CA 2019 : 1 725 054 €
  • Nombre de collaborateurs en 2017 : 6
  • Prévision collaborateurs en 2018 : 17
  • Prévision collaborateurs en 2019 : 17

Prix abonnement : 0 € > Sous-titre une conversation en face-à-face ou à plusieurs jusqu’à 5 heures par mois

Prix abonnement 29,99 €/mois >  Sous-titre 24h/24 , toutes les  sans sans limite d’heures


PRIX « ENGAGEMENT CITOYEN » : CASSANDRA DELAGE – FONDATRICE DE PLAST’IF

La machine Plast’if analyse, broie et trie tous les déchets plastiques des employés et permet à ceux-ci d’imprimer de nouveaux objets grâce à l’imprimante 3D intégrée dans la machine. Les employés peuvent choisir l’objet qu’ils souhaitent imprimer grâce au catalogue affiché par notre écran tactile.

plast'if

Pourquoi cette machine dans les entreprises ? 

Le but de Plast’if est d’avoir le plus grand impact positif sur l’environnement. Nous nous sommes donc tournés vers les entreprises puisque nous pouvons (1) y toucher le plus de gens avec une même machine et (2) créer un changement de mentalité autour du recyclage. Plast’if est mis en place en entreprise plutôt que dans les espaces publics puisque nous voulons inciter les gens à recycler de manière récurrente. C’est en recyclant un peu, tous les jours, que nous pourrons avoir un impact important sur le long terme.

Le saviez-vous ? 

Puisqu’on parle des entreprises : 4,7 milliards de gobelets sont utilisés par an en France. 150 gobelets sont jetés chaque seconde. 1% des gobelets sont recyclés.

Création le 30 novembre 2017, basée à Paris

  • Pas de CA en 2017
  • Prévision de CA 2018 : 75 600 €
  • Prévision de CA 2018 : 480 000 €
  • Prévision collaborateurs en 2018 : 4
  • Prévision collaborateurs en 2019 : 8

PRIX « INNOVATION TECHNOLOGIQUE » : VIKTOR TOLDOV – Cofondateur de LITUUS

Lituus est un collier intelligent connecté est posé sur le cou de la vache et surveille des paramètres liés au comportement, à la santé et au bien-être de chaque animal. L’éleveur reçoit des alarmes et des notifications pour bien réagir en cas d’urgence.

Lituus vise à démocratiser l’élevage de précision. Ils proposent une solution d’aide à la décision dans un élevage bovin via une technologie de l’Internet des Objets pour faciliter le travail des éleveurs, améliorer le bien-être des animaux et augmenter le rendement de l’exploitation.

Perspectives :

  • Création de l’entreprise dans les prochains jours
  • Début de la commercialisation : fin 2018
  • Prévision de CA 2018 : 11 320 €
  • Prévision de CA 2019 : 487 160 €
  • Prévision collaborateurs en 2018 : 4
  • Prévision collaborateurs en 2019 : 7

PRIX MOOVJEE 2017 : ALEXANDRE UCKO – Cofondateur de PERCKO

Conception du tee-shirt contre le mal de dos… 

Ses créateurs, Quentin Perraudeau et Alexis Ucko, tous deux ingénieurs, mettent en tout cas en avant le fait que ce produit, qui a été développé avec chercheurs spécialistes du système musculosquelettique, a fait l’objet d’un brevet international et validé cliniquement. Ils expliquent que le tee-shirt est conçu pour ramener le bloc thoracique au-dessus du bassin, que l’on soit debout ou assis. Il crée ainsi une inclinaison vers l’avant du bassin entraînant par là même une augmentation de la lordose lombaire, communément appelée aussi chute de reins, et une diminution de la cyphose thoracique. Bref, un maintien de mannequin, un équilibre amélioré et une fatigue musculaire diminuée. «Si les individus adoptaient une posture idéale, 80% de leurs problèmes seraient alors résolus.» concluent-ils

Afin de financer sa première production, Percko avait lancé, en septembre 2015, une campagne sur Kickstarter avec pour objectif de recueillir 30 000 euros en un mois. L’objectif a été atteint en 7 heures… 

Prix : 129 euros

Lu dans le Figaro

Alors, quand on passe un Percko, on a l’impression d’enfiler un tee-shirt trop petit. Il faut s’employer pour passer d’abord la tête, un bras puis l’autre, tirer plusieurs fois dessus pour le faire descendre sur les hanches. Une fois en place, il vous mettra ou non à votre avantage tellement il est ajusté. On a l’impression d’être gainé. Heureusement, au bout de quelques minutes, il se fait oublier même s’il a tendance à remonter au fil de la journée…

Repères : 

  • CA: 5 millions d’euros en 2018
  • Nombre de collaborateurs: 17
  • PERCKO = les noms des deux fondateurs associés : PERraudeau et uCKO
  • Nom du produit : Lyne Up

 Développé pendant un an avec des chercheurs sur le système musculo-squelettique, Percko est un sous-vêtement intelligent qui redonne l’habitude de se tenir droit aux individus souffrant de maux de dos.

Projets :

  • Développement de nos produits en Europe, nous avons désormais des distributeurs en Allemagne, en Suisse, en Belgique, aux Pays-Bas, au UK, au Danemark et en Espagne.
  • Sortie d’un nouveau produit pour le B2B, Lyne Pro. Ce produit est désormais en test à la SNCF
  • Lancement d’un nouveau produit par Kickstarter (campagne de pré-vente) le 24 Mai. Ce produit s’appellera Wavii et est un objet connecté qui est un coach pour sa posture. »

 

LUNDI BONHEUR – 16 avril

Publié le

Cette semaine, des bonnes nouvelles et du soleil
LES FRANÇAIS PRÉFÈRENT L’EAU À L’ALCOOL, ET VOUS? 

Castalie, société française d’eau microfiltrée, nous en apprend de belles! Figurez-vous que: 

  • Seulement 3% des Français sont attirés par les personnes buvant de l’alcool
  • 36% de femmes et 48% d’hommes se disent séduits par les buveurs d’eau pétillante
  • 66% des hommes boivent de l’alcool à un RDV amoureux contre 43% des femmes
  • 74% de femmes et 83% d’hommes boivent après avoir fait l’amour… et de l’eau plate à 92%
  • Les régions où les Français sont les plus (ou moins) assoiffés après l’amour : Top : Provence-Alpes-Côte-D’azur avec 12% et Flop : Bretagne avec 5%

Vivons d’amour et d’eau fraîche…

eau fraiche.gif

67 MILLIONS € POUR SYMPHONY

cybercriminalité.jpgFondée par un Français aux Etats-Unis, la jeune entreprise Symphony est à l’origine d’un super système de messagerie cryptée. Déjà presque licorne, on comprend qu’elle séduise les investisseurs à l’heure de la menace grandissante de la cybercriminalité.

Plus d’infos

XXXXXX

XXXXXX

CROISSANCE EN VUE DANS L’HEXAGONE

france.jpgBFM nous apprend que « alors que toutes les grandes économies devraient voir leur croissance ralentir en 2019, celle de la France va continuer de progresser, selon les estimations de l’OFCE. L’économie tricolore ne tourne pas encore à 100% de ses capacités, contrairement à d’autres de ses partenaires ». Restons positifs!

Plus d’infos 

1600 EMPLOIS CRÉÉS SUR ULULE

Ulule_logoEn l’espace de 8 ans, 1600 emplois durables et 1000 entreprises ont été créés grâce aux 20 000 projets financés sur Ulule. La plateforme porte depuis son origine un engagement sociétal fort. 22 000 projets ont été financés par une communauté de 2 millions d’Ululeurs à travers le monde.

  • 50% des projets Ulule sont portés par des femmes (contre 40% de moyenne dans la création d’entreprise en France).
  • 46% des porteurs de projets ont moins de 30 ans (contre 37% pour les créateurs d’entreprises en France).
  • 88% des contributeurs estiment que grâce à Ulule ils ont pu soutenir des projets qui ne sont pas suffisamment représentés ailleurs.
UN LAVE-GLACE D’EAU DE PLUIE

Un jeu d’enfant! Deux ados allemands ont eu l’idée de recycler l’eau de pluie en lave-glace. Voyant leur père, après une averse, essayant de nettoyer son pare-brise sali alors que le lave-glace était épuisé, frère et soeur se sont dit que cette eau de pluie aurait pu alimenter le lave-glace. Leur invention a même été repérée par Ford qui l’a testé sur un de ses modèles. La valeur n’attend pas le nombre des années!

Plus d’infos

[LUNDI BONHEUR] – 9 avril

Publié le Mis à jour le

C’est lundi, on sourit! 
GAGNER DES MILLIONS A FLASHBREAK?

nl1747-flashbreak.png

Flashbreak est une appli de quiz lancée en 2018, animée par Alexandre Molitor. Chaque soir à 19h, un quiz comprenant 11 questions de de culture générale est proposé aux participants. Selon le nombre de participants, le prix peut aller jusqu’à 1000€! Plus de 10 000 joueurs sont au rendez-vous chaque soir! Devant un tel succès, les créateurs viennent de lever 1 million € auprès d’Alven et de Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel. Anne Méaux, fondatrice de l’agence Image7, a également participé à l’opération.

Téléchargement: IOS / Android

63 CENTRALES SOLAIRES

Arkolia, spécialiste des énergies renouvelables, vient de lever 7,5 millions € de financement obligataire avec Eiffel Investment Group pour construire 63 centrales solaires en toiture. Selon Actu Environnement, « cette opération devrait permettre à Arkolia Energies (…) de contribuer à la mise en service de près de 50 MWc de centrales photovoltaïques en 2018 ».

Plus d’infos 

36 MILLIARDS $ POUR LA RÉALITÉ VIRTUELLE 

La réalité augmentée et virtuelle va bientôt métamorphoser notre quotidien. La preuve: 36 milliards € ont été levés au cours des 12 derniers mois! Selon Frenchweb, « par secteur d’investissement, l’AR/VR tech et les smart glasses ont respectivement capté un tiers des investissements. Les domaines des jeux en AR/VR, de la navigation, du médical, du social, de la photo / vidéo et des périphériques ont aussi eu un poids significatif ». On n’a encore rien vu…

Plus d’infos 

8 MILLIONS € POUR THE COLLECTIONIST

C’est bientôt l’été ! Vous rêvez d’un cadre paradisiaque? The Collectionist se propose de réaliser vos rêves avec ses locations de propriétés de luxe (2 000 en tout, pour l’instant). Cette nouvelle levée de fonds porte à 10 M€ la somme totale levée depuis la création de la startup, en 2013. Dans Capital, Max Aniort, DG, explique « nos locataires ne sont pas en relation avec le propriétaire et, grâce à nos implantations locales, nous gérons nous-mêmes l’accueil et le suivi de la clientèle. Nous travaillons avec des indépendants payés à la commission et qui connaissent bien la région. (…) Ils s’occupent de trouver les propriétés puis de gérer la relation avec les clients.”

Plus d’infos 

LE TINDER DU TENNIS

Pas toujours facile de trouver un partenaire pour la petite partie de tennis du dimanche matin. Mais maintenant, vous n’avez plus d’excuse pour vous défiler:  Tie Break est une application mobile permettant de trouver / rechercher des partenaires de tennis et d’organiser / proposer des parties / matchs de tennis. C’est gratuit et c’est ici: iOS / Android

LE SPORT CONTRE LE BURN OUT ET LA DÉPRIME

75% des salariés considèrent le sport comme un moyen de déconnexion et de bien-être. C’est ce que nous apprend une étude menée par la startup Gymlib.

Cette plateforme de sport en entreprise a observé que le fitness et la musculation étaient l’activité de prédilection de 42% de leurs bénéficiaires. Plus atypique, la startup constate aussi que les salariés français sont plutôt ouverts aux découvertes et notamment via des activités insolites comme la pole dance, le sabre laser ou même le surf en salle !

Et halte aux clichés, les plus sportifs sont des sportives ! Elles représentent une large majorité : 63% de l’ensemble des utilisateurs de Gymlib.

30% des salariés déclarent que le sport leur permet de se déconnecter et de se détendre. Mais leur motivation première reste la santé et le bien-être, à 45%.

Gymlib-infographie-avril-2018

Génération Z : « Les entreprises doivent s’adapter »

Publié le Mis à jour le

Souvent caricaturée sous les traits d’ados nonchalants, accros aux smartphones, aux selfies, aux réseaux sociaux et aux applications en tout genre, la génération Z fait l’objet de nombreux fantasmes et d’une littérature abondante de la part de managers, responsables des Ressources Humaines, déroutés par cette jeunesse qui impose ses codes en entreprise et qui représentera 50% de la workforce d’ici à 2020.

Pour répondre aux idées reçues, Junior Consulting, la Junior-Entreprise de Sciences Po Paris, a administré un sondage auprès de 1000 étudiants issus de grandes écoles en France et à l’international pour connaître les valeurs et le rapport aux organisations des futurs leaders de demain.

Cette étude dément le cliché d’une génération inconséquente et égocentrée. Elle dresse au contraire le portrait d’une jeunesse qui a une conscience accrue des responsabilités qui pèsent sur ses épaules et qui aspire à plus d’autonomie et d’humanité au travail. Cette étude démontre également que pour « attirer et retenir des talents », les entreprises devront montrer patte blanche et afficher des standards de responsabilité et de bien-être au travail élevés.

 Un embargo sur les entreprises non-responsables ?

 La génération Z n’a connu que le chômage de masse et a été sensibilisée depuis son enfance à l’urgence environnementale propre à notre époque. Cette conjoncture semble avoir impacté les futurs décideurs de demain et leurs exigences vis-à-vis des organisations au sein desquelles ils candidateront et évolueront. Ils sont ainsi 63% à estimer que l’engagement de l’organisation pour des causes d’intérêt général a une incidence certaine sur leur choix de candidater ou non à un emploi. Les engagements écologiques ont un impact considérable sur les choix des futurs cadres et dirigeants de la génération Z : ils sont 95% à considérer que la responsabilité écologique de l’organisation sera un critère important dans leur recherche d’emploi et 35% estiment que c’est déterminant dans leur décision de candidater ou non à une entreprise. La politique des organisations en matière de droit à la déconnexion et de protection des données a également un impact majeur : ils sont 93% à considérer que c’est un critère important et 53% d’entre eux estiment que c’est déterminant dans leur choix de candidater.

Une génération autonome…mais attachée au salariat !

Cette étude contredit les commentateurs qui estiment que toute l’économie sera ubérisée et que le salariat serait d’ores-et-déjà mort. Parmi nos répondants français (833 répondants) étudiants en grande école, 19% souhaitent devenir des indépendants. 25% d’entre eux aspirent à la fonction publique et 56% envisagent être salariés du privé. Néanmoins, la majorité des futurs leaders de la génération Z semble très attachée à une autonomie accrue au travail : 83% des répondants estiment que l’autonomie intellectuelle et d’actions aura un impact décisif dans leur choix de candidater.

 Un véritable renversement de paradigme

 82% des répondants estiment que l’ambiance au travail présupposée sera un critère impactant dans leur recherche d’emploi. Pour 98% d’entre eux, l’attention portée par l’organisation au bien-être au travail est un élément important dans le choix de candidater ou non à un poste ; 66% considèrent même que c’est un critère déterminant. De même, 95 % des sondés déclarent être sensibles au fait que l’organisation soit engagée dans une démarche permettant une meilleure représentativité des salariés et des parties prenantes au sein des organes de décision. Dans la même veine, 79% des sondés souhaiteraient que leur entreprise propose des afterworks informels entre collègues, 89% souhaiteraient un espace dédié pour les pauses, 71% expriment une préférence pour des horaires à la carte et 62% apprécieraient pouvoir exercer leur métier dans une entreprise permettant le télétravail. Preuves s’il en faut que la génération Z incarne un véritable renversement de paradigme dans le rapport qu’entretiennent les salariés avec le travail. Ils aspirent à plus d’horizontalité, de convivialité et de flexibilité. Les organisations qui ne s’adapteront pas à cette nouvelle approche s’exposent à des difficultés croissantes dans leur quête de « talents ».