« C’est qui le patron ? » c’était au Business Club de France (podcast)

Publié le Mis à jour le

Logo-BFMBusiness-sans-contourAu sommaire dans le Business Club de France

Samedi 28 avril 2018 à 7h

Dimanche 29 avril 2018 à 15h

Uniquement sur BFM Business Radio

PREMIÈRE PARTIE 

Talks 1 et 2 : Nicolas Chabanne nous raconte la formidable histoire de la marque : « C’est qui le patron ? »

DEUXIÈME PARTIE
  • Premiers pas dans l’entrepreneuriat avec Benjamin Gaignault – Ornikar
  • Initiatives France avec Bernadette Sozet, déléguée générale

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


C’EST QUI LE PATRON ? AVEC NICOLAS CHABANNE

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Nicolas Chabanne est « l’homme qui chamboule la consommation et chatouille la grande distribution… Il est le créateur de la marque « C’est qui le patron ? »

« C’est qui le patron ? » vendait, à ses débuts, uniquement du lait en brique, dont le prix et la qualité sont fixés par les consommateurs via Internet.

downloadUn prix de départ est incompressible : 69 centimes d’euros. Et il augmente en fonction des exigences du consommateur : 7 centimes de plus pour assurer une rémunération convenable à l’éleveur, plus 6 centimes pour que la nourriture des vaches laitières soient sans OGM, plus 3 centimes supplémentaire pour un fourrage d’origine locale. Et ainsi de suite.

Au final le prix de vente de la brique de lait « C’est qui le patron ? » est de 0,99 € alors que le prix moyen affiché est de 0,70€ !

Le prix est élevé, mais il rémunère correctement les producteurs et il s’est très bien vendu : 47 millions de briques vendues en 2017, ils espéraient en vendre 7 millions. 

Les producteurs de lait

Nous accueillons dans cette émission Régis Mainguy, producteur à Languemont. Il avait « osé » témoigner à visage découvert dans l’émission « Envoyé Spécial » sur France 2, dénonçant les pratiques de Lactalis. Quelques mois après ce témoignage, le géant laitier décidait de ne plus collecter son lait, le mettant ainsi dans de très sérieuses difficultés.

À l’époque, il déclarait :

« On vend environ 308 euros les 1 000 litres de lait à Lactalis, quand notre coût de production est à 340 euros »

Donc, ventes à pertes, durant plusieurs années. Et plusieurs laiteries travaillant pour Lactalis n’ont pas souhaité collecter son lait. Jusqu’au jour où Nicolas Chabanne l’appelle, l’invite à travailler pour « C’est qui le patron ? ». Il entame alors les travaux nécessaires (Pas OGM – fourrage local – sorties des vaches…) et change ainsi de vie.

Repères

Dans ce témoignage, on apprend que le géant laitier achète aux producteur le litre de lait à 30,8 centimes le litre, alors que le cout de production est lui de 34 centimes. « C’est qui le patron ? » achète le lait aux producteurs entre 39 et 41 centimes.


Les ventes 

47 millions de litres vendus en 2017 (ils pensaient en vendre 7 millions)

« C’est le plus gros succès depuis 30 ans pour un produit lancé par une nouvelle marque »

41% de ré-achat, c’est l’innovation la plus ré-achetée en 2017.

Taux de recrutement (de nouveaux clients venant en magasin pour acheter ce produit) : 45% ! La moyenne étant de 5% pour un produit neuf.

Tout cela sans aucune publicité !


 

« C’est qui le patron ? » propose désormais d’autres produits, toujours sur le même concept que celui développé pour le lait : Pizza, Jus de Pommes, steak haché, les pâtes, la salade et le beurre bio… D’autres sont en cours d’évaluation : fruits, farine, yaourts, sardines… 

«Pour la première fois, c’est le consommateur qui décide et pas un industriel qui lui impose ce qu’il peut manger. Nous avons le pouvoir. C’est le début d’une nouvelle ère !»

La consommation responsable

Nicolas Chabanne, dans votre Vaucluse natal face au Mont Ventoux, se dit un soir de juin 2014, « si je rassemble 100 000 personnes, que je leur explique qu’en payant le lait 4 € de plus par an, cela permet à un agriculteur de vivre et que je leur demande s’ils achèteraient un lait équitable, 90 % d’entre eux diront oui ! Ils ont dit oui finalement et ce n’est pas un effet de mode, mais une lame de fonds »

Nicolas Chabanne dirige  « 3 couleurs » une Société coopérative d’intérêt général, « La Société du consommateur », dont l’actionnariat est ouvert à tous pour un euro, avec pas plus d’une action par personne. Elle décide des produits à lancer et contrôle leurs cahiers des charges, avec la garantie de ne pas être ainsi racheté par un grand groupe.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s