Le compost « haute-couture » de MOULINOT. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 27/1/18 à 7h – Dimanche 28/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

recyclage aliments.jpeg

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Chaque jour, MOULINOT collecte l’équivalent de 100 000 repas en déchets alimentaires

LE FOCUS DE LA SEMAINE : G20 YEA : 400 jeunes entrepreneurs font entendre leur voix aux gouvernements

TALK 2 : ALLO MEDIA : Quand l’Intelligence Artificielle décrypte les appels téléphoniques

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1 : MOULINOT, avec Stéphan Martinez, président fondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Vous vous souvenez des fameux « vers de terre de chez Moulinot » de Coluche? Eh bien c’est d’après ce sketch que Stéphan Martinez à baptisé son entreprise de collecte et de recyclage de déchets alimentaires. Entre autres par lombricompostage, donc (d’où la référence aux vers de terre… vous suivez?)

 

Mais trêve de plaisanterie: l’initiative de Stéphan Martinez est des plus sérieuses et des plus efficaces. Son idée: sortir les déchets alimentaires des incinérateurs et des décharges, pour les valoriser en biogaz ou en compost à grande échelle.

Dans Télérama: « Que faire des parures de viande, des arrêtes du poisson, des pelures des fruits et légumes ? Le restaurateur parisien a créé une société pour valoriser tous ces restes : ils permettent de produire du biogaz et de l’engrais. Malin !

moulinot camion

Troisième génération d’une famille de restaurateurs, Stephan Martinez avait sa propre affaire dans le 15ème arrondissement de Paris, mais culpabilisait de produire 5 tonnes de déchets alimentaires par an. « En 2007, je me suis lancé dans le lombricompostage dans ma cave et grâce à 10 kilos de vers de terre, j’ai réussi à produire 50 kg de compost par an« , explique le Géo Trouvetou. Pendant plusieurs années, il tâte le terrain. D’abord en réalisant un mini-composteur éducatif pour les enfants avec une boîte à gâteaux et un filtre d’ordinateur: 3 500 Moulinobox ont été vendus. Puis, dès 2013, il sonde ses confrères restaurateurs intéressés, mais effrayés par la logistique et les complications réglementaires.

“Après avoir pensé à bien acheter, les pros de la restauration doivent réfléchir à bien jeter”

moulinot parcoursLe voilà donc à la tête de Moulinot qui aligne déjà quatre cents clients (Mc Donald’s, Hédiard, le Ritz, Elior, Accor, Sodexo, Mariott, Galeries Lafayette, mais aussi des hôpitaux et cantines). Moulinot valorise les restes d’assiettes, pelures de fruits, parures de viande ou de poisson, produits périmés, collectés à bord de 17 camions roulant… au biogaz, qu’il produit. Ça s’appelle l’économie circulaire !

« Le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas : les pros de la restauration, après avoir pensé à bien acheter, doivent réfléchir à bien jeter, en réduisant les pertes. On donne des outils pour retrouver le bon sens, comme des sacs en plastique transparent qui permettent de prendre conscience de ce que l’on jette. » Remplacer les économes par des rasoirs à légumes permet de gagner 2 kilos sur 15 de légumes à éplucher : c’est autant qui finit dans l’assiette… et pas dans la poubelle ! (Télérama)

> Depuis 2012, la réglementation impose aux gros producteurs de biodéchets de mettre en place le tri à la source en vue de leur valorisation organique. La peine encourue est une amende de 75 000 € et une peine de deux années de prison.

LES CHIFFRES CLÉS DE MOULINOT

  • Quantité collectés depuis le démarrage : 7500 tonnes
  • Actuellement : 400 points de collecte en IDF – l’équivalent de 100 000 repas collecté chaque jour

moulinot dechetsLES ACTUALITÉS

  • Stéphan Martinez: « Dans un premier temps, nous avons déployé des partenariats avec des usines de méthanisation, permettant la production de biogaz ou d’électricité.
  • Depuis fin septembre, ouverture de notre propre plateforme de compostage et lombricompostage de déchets alimentaires (site unique en France) à Vert-le-Grand dans l’Essonne (on peut faire le jeu de mot « ver »/« vert »!). Partenariat avec le groupe Semardel
  • Février 2018 : lancement de notre gamme de compost « haute couture »

OBJECTIFS

• Stéphan Martinez « Ouvrir un second site, vitrine de la valorisation des déchets organiques en Île-de-France, regroupant sur un même espace un site de compostage, des maraîchers, des espaces pédagogiques, un   laboratoire de recherche, …

• Initier notre développement sur de nouvelles zones géographiques »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s