Les 2 marmottes réveillent la tisane! C’était dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

2marmottes-peacememe-768x488.jpgLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio

xxx

→ Diffusion : samedi 3/6/2017 à 7h | dimanche 4/6/2017 à 14h


TALK 1: LES 2 MARMOTTES inventent la tisane prête à boire

TALK 2: CRYO PUR reçoit la visite de Nicolas Hulot et Edouard Philippe

TALK 3 : Production, distribution, financement: le cinéma pour les nuls!

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 1: LES DEUX MARMOTTES, avec Jean Marc Stezycki, président

2marmottes-peacememe-768x488LES DEUX MARMOTTES produisent des tisanes 100 % nature. L’entreprise utilise une centaine d’espèces, du monde entier, cultivée en plein champs par une douzaine d’agriculteurs dûment sélectionnés.

Les 2 Marmottes lancent des bouteilles de tisane prêtes à boire ! 

Pour écouter ou réécouter l’émission : 

Avec sa gamme de tisanes, l’entreprise souffrait de son image désuète. Les 2 marmottes se sont réveillées… Elles s’attaquent aux magasins de snacking et aux épiceries fines.

« J’ai tout changé pour que rien ne change », rit Jean-Marc Stezycki, le président-directeur général des 2 Marmottes. Le producteur de tisanes, immortalisé par l’humoriste Laurent Gerra lorsqu’il met en scène Lionel Jospin, a réussi à réveiller l’entreprise fondée par ses parents. « Même si nous nous étions adaptés aux goûts actuels, nous gardions une image vieillotte. Il y a trois ou quatre ans, j’ai eu l’idée de changer la boîte, d’y imprimer des petits poèmes ou des maximes comme Peace Mémé sur l’emballage de notre tisane Détox », explique le dirigeant.

2080855_les-2-marmottes-lancent-la-tisane-prete-a-boire-web-tete-0211988784187Les trois premiers mois qui ont suivi ce changement ont été « compliqués », admet Jean-Marc Stezycki. Puis le message est passé et le coeur de clientèle de la firme de Bons-en-Chablais (Haute-Savoie) se situe maintenant dans la tranche d’âge des 18-40 ans. « J’ai déringardisé la marque », ose le dirigeant. Sur le fond, les recettes de l’entreprise sont toujours les mêmes. Passionné de plantes, Jean-Marc Stezycki arpente les campagnes de Savoie et du monde pour nouer des accords pluriannuels avec des cultivateurs qui disposent de parcelles correspondant au milieu naturel des variétés choisies. « C’est le secret pour obtenir la qualité que nous exigeons et pour que les producteurs en vivent décemment », affirme-t-il.

Développer l’export et le prêt à boire

visu_1482769986En cinq ans, l’entreprise est passée de 130 à 250 tonnes de plantes traitées par an, avec un chiffre d’affaires de 12,5 millions à 20 millions d’euros, selon les années. Les effectifs ont suivi, avec une trentaine d’embauches, pour atteindre 53 salariés, et l’outil a été perfectionné. Des machines analysent les plantes, les coupent, les mettent en sachet, puis en boîte. Deux machines de plus arrivent d’Italie et un bâtiment logistique supplémentaire va sortir de terre. Jean-Marc Stezycki, qui investit de 1 à 2 millions d’euros par an, a aussi recruté un directeur export pour doper les ventes en Belgique, en Suède, en Norvège, aux Etats-Unis et bientôt en Italie.

La prochaine étape commence ces jours-ci. Jean-Marc Stezycki lance quatre tisanes liquides prêtes à boire (lancement fin juin début juillet) dans des magasins de snacking et des épiceries fines. Pour cet essai, la production, en bouteille de verre de 50 centilitres, est sous-traitée. « Si ça marche, je fais une usine », promet le dirigeant. (Les Echos)

LES CHIFFRES CLÉS DES DEUX MARMOTTES

  • Activité: fabrication de tisanes
  • Date de création: 1976 par les parents de JM Stezycki
  • Siège social: Bons-en-Chablais (Haute-Savoie)
  • CA: 16 millions € (+25% par an)
  • Effectif: 53
  • 4 millions de boîtes de tisane par an, soit 120 millions de sachets
  • 35 sortes

L’HISTOIRE DES DEUX MARMOTTES

beau-parcours-que-celui-du-pdg-jean-marc-stezycki-qui-commence-comme-livreur-puis-commercial-et-a-repris-les-2-marmottes-basee-dans-le-chablais-en-1999-1448888619
Jean-Marc Stezycki, président des Deux Marmottes

«Dans les années 60, ma mère et son compagnon, que je considère comme mon père, ont mis au point une petite gamme de parfum de montagne vendues dans les boutiques locales de souvenirs.

Lorsqu’en 1976 l’herboriste Maurice Mességué obtient que les herbes médicinales soit vendues en hors des pharmacies, mes parents se lancent dans l’aventure et ajoutent à leur catalogue une infusion des montagnes composée des 7 plantes autorisées». À base de tilleul, verveine odorante, menthe poivrée, fleur d’hibiscus, camomille matricaire, cynorrhodon et pétale d’oranger, cette infusion révolutionnaire marque le début d’un succès qui n’est pas démenti depuis.

Au fil des années, la PME de Bonne-sur-Ménoge se développe, notamment sous la houlette de Jean-Marc Stezycki qui a gravi tous les échelons (de livreur à responsable commercial) et insufflé une nouvelle dynamique. (et son épouse qui était préparatrice en pharmacie spécialisée en tisanes)

Sous son impulsion, les infusions des 2 Marmottes, qui se vendent alors uniquement dans les boutiques de souvenirs, sortent de leur Haute-Savoie natale pour s’imposer d’abord dans les supermarchés indépendants limitrophes à leur région d’origine, puis aux quatre coins de l’Hexagone, dans les rayons de grandes enseignes comme Monoprix et Auchan, mais aussi dans les très chics magasins parisiens, notamment les Lafayette gourmet et Le Bon Marché.

Un positionnement qui se fait de manière atypique. «Nous ne fonctionnons avec aucune centrale d’achat, les négociations se font en direct grâce à l’appui de nos 16 commerciaux».

«Auparavant, tout était sous-traité. Certes, la qualité était correcte, mais nous souhaitions monter en gamme. Pour cela, une seule option : choisir nos plantes nous-mêmes», explique le montagnard. Depuis, l’entreprise savoyarde tient ses promesses, veillant à utiliser uniquement des plantes de grande qualité. «Notre cahier des charges stipule ainsi que seules sont utilisées les plantes récoltées dans l’année et cultivées en plein champs».

Pour dénicher ces lieux rares, le P-DG et son ingénieur Qualité parcourent d’ailleurs le globe à la recherche des meilleures matières premières. En effet, seules 20% des plantes utilisées sont produites en France (fenouil, menthe poivrée, mélisse…).

Les autres proviennent des pays où elles poussent naturellement, notamment Madagascar, l’Égypte, le Maroc, le Paraguay, la Bulgarie, l’Inde, la Chine ou l’Espagne. (source: Entreprendre)

LA FABRICATION

« A ce jour, nous n’avons pas encore trouvé de réglisse répondant à nos exigences », poursuit le responsable commercial. « Pour les mêmes raisons, nous avons arrêté les infusions à base de queues de cerises ».

Des sachets en fibre d’abaca

« Nous utilisons des racines, des graines, des pétales, des feuilles », raconte Denis Desplanches. Les procédés de coupe sont artisanaux. L’aseptisation à la vapeur, la plus douce possible, préserve le maximum des huiles essentielles. La mise en sachets (en fibre d’abaca, biodégradable, des Philippines et de l’Equateur) s’effectue dans une salle blanche de 344 mètres carrés au sein de l’usine toute neuve de 4500 mètres carrés édifiée en 2013. (source: Acteurs de l’économie)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s