Voter par internet, c’est possible et c’est français! Election Europe est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

logoee-4-retina
Logo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France
Uniquement sur BFM Radio! 

→ Diffusion : samedi 4/3/2017 à 7h | dimanche 5/3/2017 à 14h


TALK 1: MON ANIMAL PRIVÉ.com, 1er site de ventes privées pour animaux de compagnie, accélère son développement

TALK 2: AGOPLY, la place de marché B to B devance l’arrivée d’Amazon Business en France

TALK 3:Le vote électronique: pourquoi, comment, est-ce fiable? Tout savoir avec ÉLECTION EUROPE 

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 3: ELECTION EUROPE, avec Régis Jamin, directeur général

Ecouter, réécouter et télécharger cette interview: 

logoee-4-retinaInventeur du vote par internet sécurisé en 1999, Election Europe est leader européen de l’organisation de scrutins dans tous les environnements : organismes publics et privés, associations, ordres professionnels, partis politiques, élections publiques nationales.

L’entreprise compte plus de 500 clients réguliers dans tous les secteurs, parmi lesquels la moitié du CAC 40, de nombreux ordres professionnels, des entreprises de toutes tailles, des mutuelles, des associations (Natixis, CMA-CGM, Canal +, Ordre des avocats de Paris)

Election Europe est aussi présent en Belgique, Luxembourg, Suisse

QU’EST-CE-QUE LE VOTE ÉLECTRONIQUE?

Le vote électronique est un système de vote dématérialisé, à comptage automatisé des bulletins à l’aide de systèmes informatiques.

Ce terme générique couvre en fait divers moyens de vote :

  • le vote par internet
  • le vote par « machine à voter » tel que pratiqué par certaines communes,
  • le vote par téléphone avec serveur vocal interactif,
  • le vote par SMS,
  • le vote par boitier tel qu’on peut le voir dans les jeux télévisés, les assemblées d’actionnaires ou de parlementaires.

Le vote électronique recouvre par ailleurs soit un mode de vote à bulletin secret comme pour les élections politiques, soit un mode de vote non-secret  où le votant est identifié avec son choix de vote comme c’est le cas des votes en assemblées générales d’actionnaires hérités du vote « à main levée ».

Dans tous les cas, que le vote soit secret ou non, il est évident que la sincérité du scrutin doit être garantie ainsi que l’accessibilité au vote pour tout type de votant, qu’il soit vieux ou jeune, instruit ou non, handicapé ou non, etc… la qualité des systèmes informatiques utilisés et du prestataire qui les met en œuvre sera donc primordiale.

En ce qui concerne les scrutins relevant de notre Code Electoral, la Constitution Française précise que « le suffrage est toujours universel, égal et secret. » La gestion d’un vote secret est complexe car à aucun moment le système de vote électronique ne doit permettre le rapprochement entre les choix du votant et son identité.

Cette gestion de l’anonymat est donc le véritable challenge relevé par Election-Europe avec sa solution Election Central qui assure à la fois le total anonymat du vote et sa vérifiabilité avec son module exclusif V² SECURE.

2546.jpgLES AVANTAGES DU VOTE ÉLECTRONIQUE

  • Des élections plus légitimes, grâce à la réduction des erreurs liées au support papier (et donc des contentieux inhérents à ce support) et á l’augmentation de la participation (+50% en moyenne par rapport aux scrutins classiques).
  • Des résultats quasi immédiats dès la clôture du vote
  • Plus de confort pour les électeurs : plus d’obligation de se déplacer jusqu’aux urnes, l’électeur dispose en permanence d’un véritable bureau de vote virtuel accessible. Une simple connexion Internet suffit ! Le votant accède à un espace dédié grâce à ses codes d’accès personnels. Il effectue ensuite ses choix en toute sécurité et confidentialité.
  • Confidentialité et secret du vote sont mieux assurés
  • Absence de vote nul
  • Une baisse significative des coûts : un vote traditionnel papier coûte en moyenne 5 € par votant alors qu’un système dématérialisé permet de réduire ce coût à moins de 1 € par votant en moyenne
  • Une logique de développement durable par la réduction ou suppression du support papier (abattage des arbres, coût du transport, coût humains…)

DANS INDUSTRIE MAG – décembre 2015

1338624287_mgpic_final.jpgElection-Europe lance Election Central® 2016 avec V2 Secure®

Si le vote par internet s’est largement développé ces dernières années dans les organismes publics et privés, les associations, les ordres professionnels, les partis politiques et même pour certaines élections publiques nationales, la confiance dans sa sécurité est restée un point sensible pour beaucoup de nos concitoyens. C’est pour répondre à cette demande de confiance et de sécurité accrues qu’Election Europe, inventeur précurseur du vote par internet dès 1999, lance aujourd’hui Election Central® 2016 avec V2 Secure® – pour « Verifiable Vote Secure » ou « Vote Vérifiable Sécurisé » -.

Ce dispositif à la pointe de l’innovation, basé sur une nouvelle technologie brevetée, permet à chaque votant de vérifier par lui-même que c’est bien son bulletin de vote qui est enregistré sans aucune modification dans l’urne électronique, comme dans le monde réel quand il peut suivre des yeux son enveloppe de vote jusqu’à ce qu’elle tombe dans l’urne transparente. Cette technologie répond aux exigences de la CNIL et de l’ANSSI, ainsi qu’à celles de certains pays à la pointe dans le vote par Internet, comme la Suisse.

« Cette technologie était attendue dans tous les pays utilisateurs du vote par internet, car la vérifiabilité est devenue un élément essentiel pour la généralisation du vote électronique » explique Régis Jamin, fondateur d’Election-Europe. « Notre solution rend impossible le piratage d’un bulletin en l’état actuel des choses. » En Suisse, le Conseil Fédéral a exigé que toutes les solutions de vote par internet utilisées par les cantons intègrent la vérifiabilité du vote par internet, allant jusqu’à interdire à plusieurs cantons l’usage de solutions de vote par internet non conformes lors des élections fédérales de ce mois-ci.

(…) Le bulletin de vote est chiffré par un algorithme public réputé fort dès son émission sur le navigateur du votant et est stocké dans l’urne, en vue du dépouillement, sans avoir été déchiffré à aucun moment, même de manière transitoire.

V2 Secure® permet à l’électeur de voter depuis n’importe quel navigateur (ordinateur, tablette, smartphone …) en se connectant simplement au site de vote.

Alors que certaines solutions de vote assurent que le bulletin est vérifiable simplement parce qu’il a été signé électroniquement, rien ne garantit en fait que le contenu de ce bulletin n’ait pas été modifié avant d’être signé par un piratage de type « man in the browser » ou « man in the middle » (interception des communications en ligne).

De ce fait, ces solutions permettent seulement de vérifier le contenant du vote, c’est-à-dire l’équivalent de l’enveloppe de vote, mais pas le contenu de son bulletin de vote.

Pour sa part, le dispositif V2 Secure® est un dispositif de miroir transactionnel, qui s’appuie sur la sécurité du serveur de vote, crée une boucle de vérifiabilité du contenu du bulletin de vote, et renvoie un reflet éphémère du bulletin visible uniquement sur le navigateur du votant.

Alors que son bulletin de vote est en attente de confirmation dans l’urne électronique, l’électeur vérifie que le reflet éphémère correspond bien à son choix de vote. Si c’est bien son choix original qui apparaît sur son écran, le votant peut être certain que le bulletin de vote crypté en attente de confirmation correspond bien à son choix de vote et n’a pas été modifié à son insu par un pirate.

Ainsi, après avoir vérifié son bulletin, le votant peut confirmer en toute confiance son choix. Il déclenche alors sans autre transfert d’information l’enregistrement définitif de son bulletin de vote crypté.

LES ECHOS – 18 novembre 2016

Encouragé par la loi Travail, le vote électronique a conquis de nombreux DRH, attirés par l’optimisation des coûts et la flexibilité de l’organisation. Un argument qui a également séduit la droite dans le cadre de la primaire.

Pour la première fois, les Français de l’étranger pourront participer à la primaire de la droite par l’intermédiaire du vote électronique. Une première qui ne s’est pas faite sans mal, car le bureau politique des Républicains souhaitait privilégier le vote papier pour les tours du 20 et 27 novembre. « Les partis politiques suivent la voie ouverte par les entreprises. Au printemps, l’élection des Républicains pour la Fédération des Alpes-Maritimes a été digitalisée », cite Henri Ibgui, directeur des projets de Neovote. Ce scrutin, sensible, après une précédente élection invalidée, exigeait que chacun des 12.600 votants soient authentifiés via un accès personnel reçu par SMS.

« La garantie de sécurité constitue le premier argument décisif aux yeux des organisations syndicales en faveur du vote électronique, le second argument étant le gagnant-gagnant en termes de dialogue social dans une relation parfois empreinte de méfiance », témoigne Pierre-Marie Maurin, DRH de Veolia pour la région Nord. Le dirigeant a en effet choisi cette solution dès 2015 pour organiser des élections professionnelles au terme de l’intégration de 200 nouveaux salariés. Mise en ligne des professions de foi des syndicats et du détail des procédures, accès aux listes d’émargement, résultats certifiés, accès au vote durant plusieurs jours, Veolia n’a vu que des avantages à ce process que les salariés ont pu valider depuis leur propre smartphone. « D’autant que le prestataire accompagne juridiquement la mise en place du vote. » A l’arrivée, le taux de participation (89 %) a battu un score jamais atteint ! Depuis, le test a d’ailleurs essaimé : le vote électronique a été étendu aux 12.500 salariés de l’UES Veolia Eau afin d’élire ainsi leurs représentants.

Des usages multiples

Election des délégués et des représentants du personnel au comité d’entreprise, choix des administrateurs salariés, approbation des accords d’entreprise, baromètres sociaux, assemblées générales, les usages du vote électronique sont multiples pour un coût faible, puisque les procédures, dématérialisées, évitent la location d’une salle et la mobilisation d’équipes pour animer le bureau de vote et assurer le dépouillement.

Depuis la loi travail, les entreprises sont d’autant plus intéressées par le vote électronique que l’article 27 leur donne désormais la possibilité, en l’absence d’instance représentative du personnel, d’y recourir, quand bien même la procédure n’est pas prévue par un accord d’entreprise ou de groupe. Quant aux petites structures qui ne disposent d’aucun responsable RH, c’est l’organisation d’un scrutin clefs en main et le service « après-vente » proposé auprès des salariés qui optimise considérablement leur temps.(…)

La fracture numérique constitue néanmoins le principal obstacle à la généralisation de cet usage. Sur les sites de production, tous les salariés ne disposent pas d’un ordinateur en libre accès, et encore moins d’un smartphone personnel. Chez Michelin, le faible taux de participation enregistré au premier tour des élections professionnelles la semaine dernière (44 %) a été attribué par SUD au vote électronique. Le syndicat a souligné « l’attachement des salariés au vote physique ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s