Alkemics digitalise la distribution et séduit Walmart. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Logo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France – Uniquement sur BFM Radio! 

→ Diffusion : samedi 1/10/2016 à 7h | dimanche 2/10/2016 à 15h

TALK 1 : ADENTS : 20 millions € levés en 18 mois pour devenir leader mondial de la traçabilité des médicaments

TALK 2: ULULE, 1er site de crowdfunding en Europe, s’ouvre aux entrepreneurs et lance une boutique éphémère

TALK 3ALKEMICS, ou comment la data révolutionne le commerce à l’échelle mondiale

TALK 4: Le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, avec Pierre Pelouzet

________________________

TALK 3: ALKEMICS, avec Antoine Durieux, président fondateur

Ecouter, réécouter ou télécharger cette interview:

alkemics_socialshareimage«Chaque année, plus de 400.000 nouveaux produits sont mis sur le marché par des industriels français», lance Antoine Durieux, fondateur et CEO d’Alkemics. Un véritable casse tête pour les producteurs et les distributeurs. Alkemics a développé une solution destinée à fluidifier les relations entre les industriels et les distributeurs. «Notre solution a séduit 2500 industriels sur les quelques 10.000 présents en France et dans la distribution nos clients représentent 78% du marché du e-commerce alimentaire en France», souligne Antoine Durieux, dont l’entreprise vient d’accrocher un précieux client, l’Américain Walmart, qui rejoint notamment Auchan et Casino. L’heure est venue de passer à la vitesse supérieure.

La start-up propose aux industriels de mettre en ligne des catalogues de produits, comprenant les spécificités des dits produits, leurs références… toutes les informations dont un distributeur peut avoir besoin pour les commercialiser. Chaque industriel choisit le type d’informations et les produits qu’il propose à quel distributeur. Il peut y ajouter des photos, des vidéos.Parmi les nouveaux services qu’Alkemics développe figure un système d’alerte qui informe les distributeurs du lancement d’une campagne publicitaire par l’industriel, ce qui permet d’affiner la gestion des stocks.

La start-up commercialise sa solution en mode SaaS (software as a service) «ce qui explique le taux d’adoption rapide de nos clients», glisse Antoine Durieux. (source: Le Figaro)

LES CHIFFRES CLÉS D’ALKEMICS

  • Activité: plateforme collaborative des entreprises de la grande consommation
  • Date de création: 2011
  • Siège social: Paris
  • Effectif: 55 salariés (35 en R&D) – (15 en janvier 2015)
  • Nombre de marques sur la plateforme: plus de 2500 marques (seulement 800 en janvier 2015), et de nombreux distributeurs tels que Auchan et Casino, représentant 78% des parts de marché du e-commerce alimentaire français.
  • Références : Unilever, Mars, Groupe La Martiniquaise Bardinet, Auchan, Walmart
  • Croissance de 250% en nombre de produits et 1,4 million d’informations échangés sur un an avec les distributeurs.

000000044310
L’ACTUALITÉ D’ALKEMICS

7 septembre 2016 – Alkemics lève 20m€ auprès de Cathay Innovation, Serena Capital et ses investisseurs historiques pour digitaliser la collaboration entre les marques et les distributeurs.

Cette levée est menée par Cathay Innovation et Serena Capital, en collaboration avec Index ventures, Partech Ventures et SEB Alliance, investisseurs qui ont renouvelé leur confiance en Alkemics après une première levée de 5 millions d’euros début 2015. Cette levée est l’une des 10 levées les plus importantes dans le secteur IT, en France, de l’année 2016.

Depuis la précédente levée de fonds, le nombre de marques collaborant avec les distributeurs à travers Alkemics a plus que triplé. Aujourd’hui la communauté réunit plus de 2500 marques, et de nombreux distributeurs tels que Auchan et Casino, représentant 78% des parts de marché du e-commerce alimentaire français.

Depuis 2015, Alkemics a connu des avancées majeures. L’obtention de la qualification au standard GDSN 3.1 permet désormais aux marques présentes sur Alkemics de publier leurs données dans le monde entier. La certification au programme de référencement de Walmart ouvre la voie à de nouvelles opportunités d’export pour les producteurs européens. Enfin Gartner, principal bureau d’études indépendant aux USA sur les solutions technologiques innovantes, a nommé Alkemics parmi les « Cool Vendor 2016 for information innovation and governance.»

Cette nouvelle levée de fonds permettra à Alkemics d’accélérer le déploiement de sa plateforme en Europe et plus largement à l’international, et de renforcer ses équipes commerciales, marketing et techniques afin de continuer à accompagner les entreprises de la grande consommation dans leur transformation digitale.

Selon Alkemics, la collaboration par le numérique est au cœur du futur de la grande consommation. Avec de plus en plus de produits sur le marché, plus de canaux et d’informations à gérer, les marques et les distributeurs ont besoin de partager des données précises, complètes et à jour en tout temps dans leur écosystème. Les silos organisationnels et les outils obsolètes en place freinent cette évolution, et impactent directement leur efficacité commerciale et opérationnelle, et la qualité de l’expérience consommateur.

DANS LA PRESSE – FRENCHWEB

Alkemics, 20 millions d’euros pour faire collaborer PME et grands distributeurs sur sa plateforme

(…) «Nos concurrents sont d’abord ceux qui utilisent les anciennes pratiques», affirme à Frenchweb Antoine Durieux, le cofondateur. «Avant, pour référencer les 10 000 fournisseurs d’un Auchan, tout se faisait par email ou sur un fichier excel. Le numérique permet d’accélèrer la mise sur le marché des produits», ajoute la société qui commercialise sa solution en abonnement annuel ou en freemium. Pour les solutions concurrentes, Alkemics veille mais aucune, selon elle, ne propose l’ensemble des processus; «elles restent centrées sur une tâche».

Alkemics revendique 2 500 marques, une croissance de 250% en nombre de produits et 1,4 million d’informations échangés sur un an avec les distributeurs.

Alkemics veut désormais étendre son portefeuille de clients aux PME et TPE en France. Après avoir séduit les grandes marques de l’alimentaire, produits beauté, maison, la start-up se dit qu’elle a un boulevard du côté des petites entreprises qui ont les mêmes besoins que les grands comptes en terme de référencement produit et de mise en vente. Elle compte fournir rapidement une offre adaptée avec un nouveau réseau de distribution qui permettront à ces PME d’être référencées.

Elle compte aussi poursuivre la piste ouverte avec le géant américain Walmart ou encore le recrutement dans son équipe d’un ancien de Coca Cola pour attaquer le marché outre-Atlantique. «En 2017, sur la côte Est où se trouvent les grands centres de distribution», détaille Antoine Durieux. En Europe, l’Espagne devrait être le premier marché cible.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s