OXFORD digitalise la rentrée! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Logo-BFMBusiness-sans-contour
UNIQUEMENT À LA RADIO

Dans le Business Club de France | Uniquement sur
BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 10/09/2016 à 7h | dimanche 11/09/2016 à 15h

TALK 1: OXFORD lance le premier agenda scolaire connecté

TALK 2: La France manque-t-elle de vision ? François Nemo, de ifBranding, dénonce l’inertie de l’écosystème entrepreneurial

TALK 3: Economies de carburant, détection de pannes: avec Akolyt, le boîter de DRUST, la voiture devient connectée

TALK 4: Le rendez-vous du médiateur, avec Pierre Pelouzet

TALK 1: OXFORD, avec Eric Joan, PDG du Groupe Hamelin

Ecouter, réécouter et télécharger cette interview:

FRA: Fournitures scolaires chez Leclerc

Pour la rentrée, OXFORD digitalise les fournitures! 

Oxford lance pour la rentrée 2016 :

  • Le premier agenda scolaire connecté
  • Une gamme de produits de classement « intelligent »
  • Un agenda du professeur connecté
  • Une gamme de produits connectés pour les professionnels

L’agenda connecté avec l’application Daypop

L’application Oxford est la 1ère du top des téléchargements sur l’Apple Store en ce moment.

Le partage de notes de réunion manuscrites, PowerChart

Née vers 1916, la marque française OXFORD pour la papeterie rejoint le groupe Hamelin en 1982. Dès lors, la diffusion des produits OXFORD progresse fortement et la marque conquiert l’Europe pour atteindre la première place du marché dans les années 2000. La gamme OXFORD compte des milliers de produits destinés aux 2 grands segments de marché que sont les fournitures scolaires et de bureau. Chaque année, plus de 50 millions de cahiers, blocs et agendas OXFORD sont commercialisés en Europe et produits localement dans les usines du groupe Hamelin implantées dans les principaux pays européens. Elle prône également une démarche responsable et devient la première marque en 2016 en France et en Europe à obtenir l’Ecolabel Européen pour les produits de papeterie, sur une part croissante des produits Oxford.

logo_hamelin_oxford1OXFORD fait partie du GROUPE HAMELIN, entreprise familiale française spécialisée dans les articles de classement, les cahiers et les arts graphiques.

Le groupe Hamelin a été constitué autour des Papeteries Hamelin, fondées à Caen, cité Gardin, en 1864, par Ernest Hamelin, pour la fabrication de registres comptables. Il s’est développé en rachetant des papeteries en France et à l’étranger.

Initialement spécialisée dans l’édition de lithographies puis la production de livres de comptes, l’entreprise s’est réorientée dans les années 1960 vers la fourniture scolaire, pour en devenir le premier acteur européen, leader en Grande-Bretagne, Espagne et Italie. Elle devient également numéro un européen des articles de papeterie pour le dessin et les beaux-arts en reprenant les activités grand public et fabrication de papier de Canson en 2006 (chiffre d’affaires de 90 millions d’euros, effectif de 415 personnes dans le monde).

Les marques du groupe Hamelin: Oxford, Elba, Super Conquérant (le Groupe Hamelin était à l’origine situé boulevard Guillaume Le Conquérant à Caen), Canson.

LES CHIFFRES CLÉS DU GROUPE HAMELIN

  • Date de création: 1864
  • Lieu: Caen (14)
  • CA: 500 millions d’euros
  • Effectif: 3000

unnamed.pngL’ÉCRITURE : UN GAGE D’AVENIR POUR LA JEUNESSE !

Oxford a mené une étude avec l’IFOP sur les jeunes de 12 à 25 ans et leur relation à l’écriture. Cette étude aborde notamment les enjeux liés au numérique, l’attachement des jeunes à l’écriture manuscrite et leurs usages.

Contrairement aux idées reçues, les interviewés estiment que la qualité de l’écriture en général est importante pour l’avenir, qu’il s’agisse de maîtriser l’orthographe (95%), de savoir bien prendre des notes à l’écrit (92%) ou de savoir bien s’exprimer à l’écrit (95%). Ils sont également largement

convaincus qu’avoir une écriture lisible (94%) et soignée (88%) compte, et cela au même niveau que de savoir taper rapidement au clavier (88%). Par ailleurs, près de 50% des jeunes interrogés pensent que la mémorisation est meilleure avec l’écriture manuscrite (47%).

« L’étude Ifop / Oxford nous enseigne que les jeunes Français sont sans doute plus attachés à l’écriture manuscrite que nous le pensions. Il est intéressant de constater à quel point cette génération choisit finalement le meilleur des deux mondes : la simplicité, la créativité, le plaisir que nous procure l’écriture avec un simple papier et un stylo; le confort d’utilisation avec le stockage, la sauvegarde et le partage de nos documents grâce aux nouvelles possibilités offertes par la technologie. Je retiens également que 47 % des interviewés nous disent que l’écriture manuscrite fait partie de leur personnalité. C’est dire à quel point elle est au centre de nos vies » déclare Eric Joan CEO Groupe Hamelin.

LES FOURNITURES SE DIGITALISENT

Oxford veut créer des passerelles entre le numérique et le manuscrit

La rentrée scolaire approche ! L’Usine Nouvelle vous propose un tour d’horizon des entreprises françaises produisant des fournitures scolaires. Zoom sur Oxford, leader européen de la papeterie, qui ne craint pas le développement des nouvelles technologies. Cette année encore, avec son agenda connecté, Oxford confirme que le numérique ouvre des possibilités incroyables d’innovation.

« Le numérique ouvre des possibilités incroyables », s’exclame Eric Joan, PDG du groupe Hamelin qui détient les marques Oxford, Elba et Canson. Il ne craint pas l’arrivée des nouvelles technologies, mais les voit comme « une opportunité d’innovation ».

Le PDG d’Hamelin ne croit pas que le numérique remplacera le manuscrit : « Ces deux mondes sont complémentaires, et le numérique peut apporter une valeur ajoutée au produit papier ». Partant du constat que de nombreux élèves sont équipés de smartphone, Oxford a réfléchit à créer une passerelle entre ces deux univers.

Les cahiers connectés sont « le plus grand succès d’Oxford »

La société a donc développé une gamme de cahiers connectés ces dernières années. Il suffit de télécharger l’application gratuite SOS Notes et de scanner « le code » en bas des pages. Ainsi, il est possible de numériser, classer et partager ses notes sur les réseaux sociaux. En 2014, la première gamme de cahiers connectés lancée pour les étudiants a été « le plus grand succès d’Oxford », selon Eric Joan. L’application a été téléchargée plus de 200 000 fois.

Oxford a choisi de continuer dans cette voie. Cette année la nouveauté est l’agenda connecté avec son application gratuite Daypop. Le système est le même que pour les cahiers : il suffit de numériser les pages pour les sauvegarder sur son téléphone, créer des rappels, et pouvoir partager ses notes sur les réseaux sociaux. Une gamme de six articles de classement intelligents est aussi mise en vente cette année. Le prochain objectif d’Oxford ? Créer une application unique pour tous ses produits.

« Le secteur du papier se porte bien, surtout au niveau scolaire »

Eric Joan l’affirme : « Le secteur du papier se porte bien, surtout au niveau scolaire car il est dépendant économiquement du nombre d’élèves qui est encore en croissance cette année ». La période essentielle des ventes est concentrée fin août, début septembre. Alors les chiffres mitigés de vente du mois de juillet ne l’inquiètent pas, il prédit même que « cette année encore, le secteur sera sans doute en croissance ».

Les tendances de la rentrée ? Les produits présentés en rayon restent relativement traditionnels, et ceux qui se vendent le plus sont les incontournables de l’univers scolaire.

Dans l’Usine Digitale – 13 juillet 2016

Les cahiers Oxford et le numérique : on efface tout et on recommence

Il faut parfois échouer pour comprendre comment aborder un nouveau marché. La marque Oxford, entité du groupe Hamelin, le leader européen des fournitures scolaires et de bureau (500 millions d’euros de chiffre d’affaires) est passée par là pour bâtir sa politique d’innovation numérique.

LA TENTATIVE ANOTO

Le numérique, c’est l’un des premiers dossiers qu’a trouvé le PDG Eric Joan sur son bureau en arrivant dans le groupe. « C’était le 2 janvier 2001, mon premier jour dans l’entreprise : il y avait ce document concernant une start-up suédoise qui avait inventé un stylo numérisant l’écriture grâce à un papier spécial. Cette invention nous a fait réfléchir sur les nouveaux usages qui peuvent naître de la transcription de notes papier dans le monde numérique. Tout est parti de là ». Oxford flaire rapidement la bonne idée et prend une participation dans la start-up, Anoto. « La technologie était très perfectionnée, avec une mini caméra dans le stylo, un papier à micro-points… » Oxford co-développe le produit avec la start-up, et tout se présente bien… jusqu’à la commercialisation, en 2003. « Le produit était formidable, il fonctionnait très bien. Mais ça a été un échec cuisant », reconnaît le PDG. La vente a été stoppée en 2008.

Pourquoi cette déconvenue, alors que la technologie était prometteuse (pour preuve, d’autres start-up retentent leur chance comme le français Orée ou le géant Moleskine) ? « C’était une mauvaise idée d’aborder le problème sous l’angle technologique, et non par les besoins et usages, confie le patron. Le ticket d’entrée était trop élevé pour le consommateur par rapport au service rendu (150 à 200 euros par stylo, et quelques euros par feuille supplémentaire). Mais nous avons aussi compris que la proposition de valeur correspondant à un vrai besoin des consommateurs. Il fallait juste re-travailler le produit et le service avec une expérience plus naturelle, plus simple et intuitive. »

NOUVEAU DÉPART

Oxford a donc pris sa gomme et est reparti d’une feuille blanche, ou presque. Les équipes marketing, en interne, ont notamment collaboré avec des scientifiques pour comprendre les nouvelles interfaces nées de l’alliance du papier et de l’écran. Avec l’ambition de « révolutionner l’univers du cahier et de l’agenda en offrant le meilleur des deux mondes, manuscrit et numérique ». Oxford a pris son temps pour ne pas refaire les mêmes erreurs. « Au lieu de créer un device spécifique, nous sommes partis d’un objet que tous nos utilisateurs ont dans leur poche : le smartphone, en exploitant les possibilités de sa caméra et de son processeur », explique le dirigeant. Sa proposition est beaucoup plus low-tech : imprimer un tag unique sur chacune des pages de ses agendas et cahiers (les traits bleus au milieu en bas sur l’exemple ci-dessous) pour permettre aux utilisateurs de numériser, classer et partager leurs notes, en photographiant ces pages via une application mobile spécifique.

SUCCÈS SURPRISE

L’innovation est intégrée à un agenda pour étudiants à la rentrée 2014. « Après l’échec cuisant du stylo nous étions très prudents et modestes. Nous voulions tester la techno sur une cible particulière – et a priori réceptive : les étudiants », explique le PDG. Le résultat est inattendu. « Le succès a dépassé nos attentes. Nous avons vendu plus d’un million de produits supplémentaires la première année, c’est le meilleur lancement de marque que nous ayons réalisé ». Il faut dire qu’Oxford a en quelque sorte offert ce plus numérique, puisque le cahier connecté a été commercialisé au même prix que son équivalent classique, et l’application mobile était accessible gratuitement.

Le système est décliné sur un agenda pour professeurs en 2015 et d’autres références pour collégiens, lycéens et professionnels en 2016. Oxford compte bien rendre progressivement toute sa gamme communicante. « Notre ambition pour 2017 est que 20 millions de produits portent le tag, puis 10 millions de produits supplémentaires en 2018 ». Pour l’heure, le connecté reste marginal dans la gamme de la marque française, une cinquantaine de produits environ sur 2300 références. « Mais c’est le début d’une vraie révolution pour nous », affirme Eric Joan.

CONNAITRE LES UTILISATEURS

« Nous pouvons réellement appréhender les usages réels de nos produits grâce à la data (anonymisée) remontée par nos applications », explique-t-il. Nous apprenons énormément de cette masse de données. Cela agrandit le champ des possibles pour nos équipes produits. » Oxford va maintenant s’atteler à la création d’une application unique pour tous ses cahiers, alors que jusqu’ici chaque produit avait son application dédiée.

L’entreprise reste persuadée que papier et écrans vont cohabiter à « moyen et même long terme. L’écriture manuscrite reste irremplaçable pour structurer sa pensée, mémoriser des notes, s’organiser… », veut croire Eric Joan. Aux acteurs du papier de s’adapter pour écrire une nouvelle histoire.

DANS OUEST-FRANCE 

CANSON (marque du groupe Hamelin) va être racheté par une entreprise italienne

L’entreprise Canson est issue d’une tradition familiale de plusieurs siècles. Jean Montgolfier, fait prisonnier lors des croisades à Damas, aurait, au xiie siècle, appris à fabriquer du papier. Après son évasion, il aurait rapporté le secret en Europe, se serait installé dans la production de papier, afin de remplacer le parchemin.

Au revoir Hamelin

Une page de l’histoire de Canson est pourtant sur le point de se tourner. Hamelin, en restructuration, souhaite s’en séparer. « Ce projet est en ligne avec notre plan stratégique de se concentrer sur notre cœur de métier de fournitures scolaires et de bureau et de consacrer nos ressources sur le développement de nos deux marques mondiales d’Oxford et Elba. Nous avons été convaincus par le projet ambitieux de Fila de créer un leader mondial Art & Craft. Ce projet offre une occasion fantastique de croissance pour Canson en France et dans le reste du monde», a indiqué Eric Joan, PDG de Hamelin, dans un communiqué. Début janvier, un plan de départ volontaire avait été mis en place. Avec le rachat, l’ensemble des 261 salariés devrait être gardé. Fila espère parvenir à un accord avant d’ici octobre.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s