FLORAJET: 3 commandes par seconde pour la fête des mères! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 28/05/2016 à 7h | dimanche 29/05/2016 à 15h

TALK 1 :EVANEOS lève 18 millions pour s’envoler à l’international

TALK 2: DRIVY, une des plus grosses levées de fonds de 2016: 31 M€!

 TALK 3: FLORAJET, première chaîne française de fleuristes

Talk 4 : Le rendez-vous du médiateur des entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 3: FLORAJET, avec Philippe Lefrancq, PDG

Pour écouter, réécouter et télécharger cette interview:

logoflorajet.jpgFête des Mères 2016 : Florajet mobilise 7 500 fleuristes en France pour la plus grande fête florale de l’année. Avec 100 000 bouquets livrés en un seul week-end en 2015, l’entreprise compte battre son propre record ! Objectif: 120 000.

LES CHIFFRES CLÉS DE FLORAJET

  • Activité: première chaîne française de fleuristes
  • Lieu: Cabrières d’Aigues (84)
  • Date de création: 1992
  • CA: 33 millions d’euros
  • Effectif: 47
  • Fête des mères: dimanche 29 mai
  • 1 bouquet de fleurs livré toutes les 20 secondes
  • 7 500 partenaires
  • 16 millions de visiteurs uniques par an
  • Prix moyen bouquets fête des mères: 35€
  • En 2015: 100 000 bouquets livrés en un seul weekend (fête des mères) – Record à battre, objectif cette année: 120 000

Capture d’écran 2016-05-24 à 13.39.32.png

MARCHÉ DES FLEURS

Dans le monde: Avec un chiffre d’affaires annuel estimé à 30 milliards d’euros, le commerce des fleurs constitue un marché particulièrement dynamique. L’Europe reste le débouché le plus important, avec 50% de la consommation mondiale.

En France: environ 3 milliards de CA, dont la moitié environ chez les fleuristes

Les fleurs demeurent les cadeaux les plus offerts dans notre pays.

Et pour la fête des mères, sans surprise, ce sont les fleurs qui arrivent en tête de tous les classements. Avec un budget moyen de 40 euros, près de 70% de Français choisissent un beau bouquet, loin devant des produits de beauté ou des bijoux.

DANS LES ÉCHOS

florajetbouquet.jpgFlorajet s’allie à Téléfleurs pour être leader de la distribution florale

A quelques dizaines de fleuristes près, Florajet et Interflora se disputent depuis vingt ans le leadership tricolore de la transmission florale. L’écart vient de se creuser au profit du premier, qui a signé avec l’opérateur international Téléfleurs un accord pour joindre leurs magasins partenaires. L’entreprise, qui appartient à un fonds de pension suédois, est très présente en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, mais elle n’a jamais réussi à s’imposer en France ailleurs que dans les petites communes. Son réseau tricolore compte 2.000 fleuristes, qui compléteront le maillage de Florajet pour former un ensemble de 7.500 boutiques connectées.

L’opération a nécessité plus d’1 million d’euros d’investissement pour interconnecter les systèmes informatiques des deux sociétés, permettant la gestion de plus de 920.000 commandes annuelles concentrées parfois sur de petites périodes. Pour la fête des mères, par exemple, le back-office de Florajet absorbe 3 commandes par seconde qu’elle peut délivrer en moins de quatre heures. Deux tiers des opérations transitent par Internet. L’entreprise y propose un choix parmi 150 références de bouquets conçus par sa directrice artistique, meilleur ouvrier de France. Prix d’un bouquet : entre 23 et 250 euros. Chaque transaction donne lieu à une commission de 20 % versée par les fleuristes à Florajet. L’ensemble de ces commissions a représenté l’an passé un chiffre d’affaires de 33 millions d’euros, avec 47 collaborateurs.

Son accord avec Téléfleurs permet à l’entreprise vauclusienne de lancer un projet de centrale d’achats pour livrer les magasins de son réseau en fleurs. Environ 2 millions d’euros seront investis en plusieurs tranches, afin de réaliser une plate-forme logistique dans la région d’Amsterdam et de négocier des tarifs privilégiés pour ses adhérents de collections de lys, roses et autres tulipes qui constituent l’essentiel de leur catalogue.

Doudou et fleurs

Florajet développe également une activité de « bouquet d’objets ». « Les nouvelles générations n’ont pas la même culture du remerciement qui a porté l’industrie florale pendant des décennies, explique le président de l’entreprise, Philippe Lefrancq. Il nous faut donc inventer de nouvelles déclinaisons de produits. » Sa box florale est l’une d’elle : avec cinq employés, Florajet confectionne des assemblages de roses et de champagne pour les occasions sentimentales, d’olivier en pot et d’huile pour la fête des pères ou de doudou et de brassées colorées pour fêter une naissance. Lancée il y a peu, cette offre a déjà généré 80.000 commandes cette année.

L’HISTOIRE DE FLORAJET

philippe lefrancq.jpgPhilippe Lefrancq est un commerçant dans l’âme. Cet engouement pour la vente, il le perçoit dès son plus jeune âge quand à l’école, venait le temps des tombolas : « Contrairement à mes camarades qui rechignaient à la tâche, et ne prenaient qu’un carnet de billets à vendre, j’en réclamais trois ! C’était passionnant et motivant de faire du porte-à-porte pour vendre mes tickets !». 

 Plus tard, lorsqu’il poursuit ses études, ce n’est pas ce don pour la vente qu’il approfondira mais une autre de ses passions : l’électronique ! Après un passage chez EDF puis dans l’aérospatiale, Philippe Lefrancq se rend pourtant à l’évidence : il est fait pour le commerce ! Il se lance donc dans une belle aventure chez Havas Publicité où il deviendra Directeur Commercial. 

En 1988, le destin fait acheter à Philippe Lefrancq, le fondateur, une boutique de fleurs à Pertuis dans le Lubéron. Très vite, il se rend compte que les réseaux de télétransmission florale sont archaïques et les tâches chronophages pour les fleuristes. Mêlant son expérience de commercial à sa passion pour les nouvelles technologies, il conçoit et déploie un tout nouveau modèle de commandes et de ventes de fleurs : Florajet est né !

En 1992, Philippe Lefrancq part donc à la conquête des fleuristes, presque porte-à-porte, afin de tisser son réseau.  Celui-ci passera successivement de 0 à 200 partenaires en 1 an, pour atteindre 1800 fleuristes en 1998 et enfin 7500 aujourd’hui !  Florajet est aujourd’hui le 1er réseau de fleuristes en France en nombre de point de vente.

LES LOCAUX DANS LE LUBÉRON

Ils intègrent toute la chaîne de valeur Florajet : du centre d’appel, à l’atelier de création de bouquets, en passant par le studio photo ou encore l’imprimerie…Pour ce PDG, la raison première d’une implantation à la campagne est simple : une qualité de vie et de travail indéniable pour les employés de sa société.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s