FRICHTI veut devenir leader de la livraison de plats préparés. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 30/04/2016 à 7h | dimanche 1/05/2016 à 15h

Talk 1: AIRBORNE CONCEPT : unique au monde, le drop n’ drone arrive à l’automne 2016

Talk 2: FRICHTI : 12 millions € levés et 200 personnes d’ici fin 2016!

Talk 3: BEAM réalise sa 2ème levée de fonds pour accélérer  l’international

Talk 4 : Le rendez-vous du médiateur des entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2 : FRICHTI, avec Quentin Vacher, cofondateur

Pour écouter, réécouter et télécharger cette interview:

logo-frichti.pngAvec environ 500 repas livrés par jour, Frichti est en train de devenir le leader de la livraison de plats préparés en région parisienne. Créée en juin 2015 seulement, la startup emploie déjà 100 personnes et vient de lever 12 millions €. Pour l’instant, elle est présente à Paris uniquement. Son modèle économique repose sur l’intégration en interne de toute la chaîne de valeur, de la cuisine jusqu’à la livraison (après avoir eu recours à un prestataire pour ses livraisons, Frichti finalise actuellement le recrutement de ses livreurs, en CDI). « Nous sommes à la fois restaurant, e-commerçant, et logisticien. Nous intégrons toute la chaîne de valeur ce qui permet de mieux maîtriser les coûts et nos prix. Nous gérons tout de A à Z« 

Prix : entre 8 et 12€ (+1,5 à 3€ de livraison)

frichti2.jpgL’ACTUALITÉ DE FRICHTI

30 mars 2016: Levée de fonds 12 millions €
C’est une levée de fonds inédite par sa taille pour une société aussi jeune. Après seulement 7 mois d’activité, Frichti lève 12M€ auprès d’Idinvest Partners, Alven Capital (déjà présent au capital), Pierre Valade (ex-CEO de Sunrise vendu à Microsoft), Céline Lazorthes (CEO de Leetchi) et Céline Orjubin (co-fondatrice de My Little Paris). Cette levée de fonds qui fait suite à un démarrage sans précédent, va permettre d’accélérer le développement du service de Frichti pour le rendre accessible à plus de clients, à Paris et ailleurs (notamment les 14ème, 15ème et 16ème arrdt de Paris et la banlieue)

LU DANS LE JOURNAL DU NET – Sept mois seulement après avoir lancé son service de livraison de repas sains à Paris, la start-up française Frichti annonce avoir levé 12 millions d’euros auprès d’Idinvest Partners et d’Alven Capital, qui avait déjà injecté 1 million en novembre. Entrent également à son capital Céline Lazorthes (Leetchi), Céline Orjubin (My Little Paris) et Pierre Valade (Sunrise).

frichti.jpgLa spécificité de la jeune pousse : préparer elle-même les repas dans ses cuisines. De cette façon, les prix sont bien plus abordables que ceux des services de livraison de repas concoctés dans des restaurants, pour une qualité équivalente. D’autres start-up ont adapté à la France ce modèle créé par l’américain Munchery, comme FoodChéri, PopChef, Le Zeste et Nestor Paris. Mais avec cet apport de fonds considérable, Frichti espère pouvoir donner le coup d’accélérateur qui les laissera toutes sur place.

Un démarrage en trombe, porté uniquement par le bouche-à-oreille

Elle s’appuie pour cela sur une mécanique bien huilée. Tous les jours une nouvelle carte d’entrées, plats, desserts et boissons, livrés de 10 heures à minuit. En optimisant au maximum ses tournées de livraison, Frichti peut se permettre d’investir dans des produits frais et de qualité, sourcés directement auprès des producteurs pour réduire les coûts intermédiaires. Résultat, 10 euros en moyenne le repas complet, livraison comprise.

Une promesse alléchante qui a alimenté le démarrage en trombe du service, porté uniquement par le bouche-à-oreille, à l’inverse des lourds investissements publicitaires des Deliveroo, TakeEatEasy et Foodora financés à coup de levées de fonds.

Pour la deuxième étape de son hyper-croissance, Frichti compte développer son offre, étendre encore ses horaires de livraison et, bien entendu, les quartiers et les villes desservis. Employant déjà 100 personnes, la start-up prévoit d’en recruter 100 de plus dans les trois prochains mois. Parmi elles, de nombreux chefs venus de cuisines étoilées. La vitesse de développement du service ne se fera pas au détriment de la qualité des plats, garantit Frichti.

LU DANS LE JOURNAL DU NET – novembre 2015

(…) Notre but est que nos utilisateurs recourent à notre service très fréquemment et que l’on élargisse le marché : au-delà des Alloresto et consorts, nous voulons concurrencer le passage au supermarché du coin, le soir, quand le frigo est vide. »

Les concurrents les plus proches du modèles de Frichti, des jeunes pousses fraîchement créées qui livrent des repas cuisinés en interne, comme Le Zeste ou Popchef, n’appliquent pas tout à fait le même modèle. « Eux livrent plus rapidement mais pas toute la journée et proposent une moins grande variété de plats, décrit Julia Bijaoui. Ils estiment que le problème du marché réside aujourd’hui dans la durée de livraison, moi plus dans le rapport qualité/prix. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s