AIRBORNE CONCEPT invente le drone largable depuis un avion. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 30/04/2016 à 7h | dimanche 1/05/2016 à 15h

Talk 1: AIRBORNE CONCEPT : unique au monde, le drop n’drone arrive à l’automne 2016

Talk 2: FRICHTI : 12 millions € levés et 200 personnes d’ici fin 2016!

Talk 3: BEAM réalise sa 2ème levée de fonds pour accélérer  l’international

Talk 4 : Le rendez-vous du médiateur des entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 1 : AIRBORNE CONCEPT, avec Alexandre Ricard et Arnaud Le Maout, cofondateurs

Pour écouter, réécouter et télécharger cette interview:

Airborne-One-Airborne-630x0.jpgCréée en 2014, Airborne Concept a mis au point un produit unique au monde: le drone aérolargable. Une invention particulièrement utile en milieu hostile ou difficile d’accès. En pleine évolution, la startup est en train de lever des fonds et souhaite recruter 13 personnes d’ici la fin de l’année.

CHIFFRES CLÉS D’AIRBORNE CONCEPT

  • CA: 300 000 € en 2015 (prévision: 1,8 million d’euros pour 2016)
  • Effectif: 12

L’ACTUALITÉ

  • Levée de fonds 2 millions € en cours (1er trimestre), puis 4 millions à l’automne. « Nous continuons de rencontrer actuellement différents fonds d’investissement et autres acteurs industriels ».
  • Recrutement de 13 personnes pour atteindre 25 salariés en décembre 2016
  • Commercialisation: e drop’n drone sera pré commercialisé au moment du salon Euro Satory. Il est aujourd’hui en phase de finalisation de test et certification. AIRBORNE CONCEPT compte le commercialiser à l’automne 2016.

LU SUR LA TRIBUNE – La startup toulousaine Airborne concept invente le drone à larguer depuis un avion

C’est tout simplement du jamais-vu. Au mois de juillet, la startup toulousaine Airborne Concept est parvenue à faire décoller un drone depuis une montgolfière. Une grande première alors que jusqu’à présent, la mise en œuvre des drones se fait depuis la terre ferme. Ce drone à voilure fixe est capable de supporter l’aérolargage depuis un aéronef – avion ou hélicoptère – en vol et d’effectuer sa mission de façon autonome.

« Au cours du largage, l’aile effectue une rotation automatique et une fois la zone de turbulence passée, un parachute se déploie« , explique Arnaud Le Maout, Président d’Airborne Concept, qui a déposé un brevet pour cette innovation.

Le démarrage des moteurs se fait instantanément et l’engin peut ensuite naviguer de manière automatique ou être téléguidé depuis un avion ou une position au sol. Au moment de l’atterrissage, un deuxième parachute se déploie. Ce concept de drone aérolargable, baptisé Drop n’Drone, avait été présenté une première fois à l’occasion du dernier salon du Bourget.

Un usage militaire et civil

La startup souhaite commercialiser les premiers engins d’ici le printemps 2016. Le drone pourrait être utilisé à la fois sur le marché civil et militaire.

« Le drone intéresse le secteur de la défense car il est très discret. Nous utilisons une pile à combustible électrique (d’une autonomie de 6 à 10 heures) et l’engin est totalement inaudible contrairement aux drones actuels qui utilisent des procédés thermiques », détaille Arnaud Le Maout.

Autre atout, le drone peut naviguer en milieu hostile. « L’engin permet d’accéder à zones de catastrophes naturelles quand l’état des routes est impraticable. ERDF s’est dit intéressé pour vérifier l’état des antennes (en cas de tempête par exemple, NDLR) », relève le PDG.

D’autres grands comptes à l’image d’Orange ou Météo France ont approché la startup :

« Lors de l’éruption du volcan Eyjafjöll en Islande, Météo France avait envoyé un Airbus pour mesure de la densité de cendres sur la zone. Avec un drone, il est possible de réaliser la même mission sans pour autant mettre des vies en danger ».

LU SUR L’USINE NOUVELLE – 15 janvier 2016

Airborne Concept prépare une levée de fonds pour accélérer l’industrialisation de son Drop’n drone

Créée en janvier 2014, la société Airborne Concept n’a pas perdu son temps. En à peine deux ans, cette jeune société toulousaine s’est affirmée sur le marché de la professionnalisation des formations au pilotage de drones et s’est dotée d’un bureau d’études pour développer des activités de développement et de production d’équipements embarqués sur drones mais également dans la conception de nouvelles générations de drones. Pour accompagner l’industrialisation de ses innovations et le déploiement de ses écoles de formation, la société s’apprête à boucler une importante levée de fonds.

« Notre objectif est d’opérer cette levée de fonds en deux temps, dont une première phase sera bouclée dès ce premier trimestre 2016, pour 2 millions d’euros », précise Alexandre Ricard, directeur financier et co-fondateur d’Airborne Concept, aux côtés de Arnaud Le Maout, pilote et ancien commandant des Forces spéciales de l’Armée de l’Air et de Vincent Croze, ingénieur électronicien, ancien spécialiste des essais en vol chez Airbus. « Nous ambitionnons de lever dans la foulée 4 millions d’euros à l’automne 2016 », ajoute Alexandre Ricard.(…)

Airborne Concept a également développé, en partenariat avec Egis la miniaturisation et son intégration sur un mini-drone à voilure tournante d’un transpondeur ADS-B. Là encore, un brevet a été déposé. L’objectif est d’identifier en temps réel la position du drone, pour exercer une surveillance et permettre ainsi une circulation sécurisée des drones, compatible avec les systèmes de contrôle de la navigation aérienne.

Autre innovation : la mise au point d’un nouveau drone à huit moteurs, baptisé Octo Push. L’idée est de sécuriser un peu plus les drones, avec une duplication des moteurs et du système de pilotage.

La jeune société a également dans ses cartons, un projet ambitieux de développement d’un drone ULM, capable de supporter des charges allant jusqu’à 200 kilos. « Outre l’industrialisation des nouveaux produits, la levée de fonds devrait nous permettre de poursuivre nos travaux de R&D sur ces nouveaux projets », explique Alexandre Ricard.

UN RÉSEAU DE 15 ÉCOLES DE PILOTAGE À L’HORIZON 2020

En parallèle, Airborne Concept qui a ouvert dès 2014 sur le site de l’ancienne base aérienne militaire de Francazal, à Cugnaux, dans l’agglomération toulousaine, sa première école de formation au pilotage de drones, avec salle d’instruction, zone de vol indoor et zone de vol en extérieur, dispose à ce jour de deux autres centres d’instruction et d’entrainement au télépilotage (C.I.E.T.), l’un sur la base aérienne de Dijon-Longvic (Côte-d’Or) et le second à Mérignac (Gironde).

Deux nouvelles implantations sont en cours en Allemagne et en Andorre. « Notre ambition est de développer notre réseau de centres d’instruction très rapidement dans le monde entier, aux USA, en Amérique Latine, en Russie et en Chine, insiste Alexandre Ricard. Nous comptons disposer d’au moins 15 écoles de pilotage dans un délai de 4 à 5 ans ». Le directeur financier n’écarte pas la possibilité d’acquisitions pour accélérer le déploiement de l’entreprise à l’international.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s