Dayuse loue les chambres d’hôtel en journée. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 16/04/2016 à 7h | dimanche 17/04/2016 à 15h

Talk 1: DAYUSE : 15 M€ levés pour conquérir la planète

Talk 2: U’RSELF: sa plateforme de supports de communication a séduit Darty, la Fnac et La Poste

Talk 3: MANOMANO en plein boom lève 13 M€ pour poursuivre son internationalisation

Talk 4 : Le rendez-vous du médiateur des entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 1: DAYUSE, avec David Lebée, président

Ecouter, réécouter et télécharger cette interview:

LOGO-DAYUSE-baseline.jpgCréée en 2010, DAYUSE est une plateforme de location de chambres d’hôtel en journée. Pour David Lebée, son président, c’est un moyen pour les hôteliers de compenser les pertes dues à l’économie collaborative (Air Bnb, etc) – soit environ 10% de CA en plus.

L’entreprise a réalisé la plus importante levée de fonds de 2015 en Europe: 15 millions €auprès des fonds d’investissement Idinvest Partners et Partech Ventures avec la participation des business angels historiques : Paul Dubrule (Co-fondateur du groupe Accor), Charles Petruccelli (Ancien président d’American Express Travel), Cédric Barbier (Fondateur Lesjeudis.com) et Christophe Chausson (Chausson Finance).

L’objectif: financer, entre autres, son expansion internationale (Asie -Hong Kong, Singapour-, l’Australie, l’Argentine et Dubaï). Dayuse souhaiterait donc recruter 35 talents en 2016, que ce soit des fonctions commerciales, ou plus stratégiques comme une direction de la communication.

DAYUSE EN VIDÉO (anglais)

Pour le moment très BtoC -l’offre sert aussi bien pour une pause lors d’un voyage d’affaires, un moment de détente en couple que pour une virée shopping- Dayuse vise aussi une clientèle BtoB et étudie des partenariats avec des compagnies aériennes, des grandes marques ou encore des conciergeries, à l’instar d’American Express Travel.

Capture d’écran 2016-04-12 à 11.06.15.png

DAYUSE EN CHIFFRES

  • CA: 10 millions € (la moitié à l’international)
  • Effectif: 40
  • Dayuse.com compte 3 bureaux (Paris, New York, Sao Paulo)
  • 2000 hôtels partenaires, à travers 14 pays et plus de 100 villes
  • Plus de  320 000 réservations ont déjà été faites depuis la création en 2010.
  • David Lebée est l’ancien gérant de l’hôtel Amour, à Paris.

David Lebée a été convié à faire partie de la délégation officielle qui accompagnait François Hollande au cours de son voyage présidentiel en Amérique Latine du 23 au 26 février dernier. Le Président de la République, avait invité une trentaine de chefs d’entreprise à l’accompagner dans une tournée qui visait à renforcer les échanges avec l’Amérique Latine.

dayuse.jpg

LU DANS LES ECHOS – JANVIER 2016 – Sur Dayuse on peut louer une chambre d’hôtel quelques heures en journée

La plate-forme de réservation en ligne aide l’hôtellerie traditionnelle à compenser la perte d’activité liée à l’essor des sites collaboratifs. Elle vient de lever 15 millions d’euros pour financer son expansion internationale.

Les Bains Paris - France.jpg
Hôtel Les Bains – Paris

Améliorer le taux d’occupation des chambres est devenu la priorité de l’hôtellerie traditionnelle qui voit son activité concurrencée par l’essor de l’économie collaborative, les sites AirBnb et Homeaway. La plate-forme de réservation Dayuse les y aide en proposant de louer, pour quelques heures, des chambres d’hôtels souvent inoccupées dans la journée. La formule a déjà séduit 2.000 professionnels de l’hôtellerie installés dans les grandes capitales européennes et à New York. Homme d’affaires entre deux rendez-vous ou deux avions, collègues désireux de préparer au calme une réunion ou point de chute après une virée shopping entre copines et aussi bien-sûr rendez vous galants… Les occasions comme les besoins sont multiples. Et comme le dit le fondateur de Dayuse, David Lebée, « une belle chambre d’hôtel, c’est mieux qu’un café Starbucks, une salle d’attente ou le lobby d’un immeuble ». L’entrepreneur sait de quoi il parle puisqu’il s’est lancé après dix années passées dans l’hôtellerie chez Accor, Starwood, et les frères Costes. « Or 70 % des chambres sont vides dans la journée », constate-t-il.

Alexander House & Utopia SPA - Royaume Uni.jpg
Hôtel Alexander House & Utopia Spa – Royaume-Uni

Dayuse, qui se rémunère, comme les autres plates-formes de réservation, grâce à une commission, a grandi vite puisqu’elle a déjà loué plus de 320.000 chambres dans les grandes villes où elle s’est implantée (Paris, Londres, New York …). Le principe est simple : une chambre à 300 euros la nuit se loue en moyenne moitié moins (entre 100 à 150 euros) pour une occupation de cinq à six heures. « On se cale sur l’heure de départ des femmes de chambres, en général à 18 heures, ce qui permet d’avoir à sa disposition la chambre sur des plages horaires comprises entre 11 heures-midi et 16 heures-17 heures », explique David Lebée.

Hotel Actual - Espagne.jpg
Hôtel Actual – Espagne

La plus importante levée de fonds de 2015 en Europe

Bénéficiaire, la start up affiche un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros pour 35 salariés. Elle s’apprête à passer à la vitesse supérieure grâce à sa première levée de fonds (Série A) bouclée fin 2015. D’un montant de 15 millions d’euros, l’opération est la plus importante réalisée l’an dernier en Europe, selon le cabinet Chausson Finance, qui compte d’ailleurs parmi les soutiens « historiques » de la jeune pousse avec Paul Dubrule, le cofondateur d’Accor. Dayuse qui s’est implanté à New York et au Brésil grâce à un fonds d’amorçage de moins de 1 million d’euros fin 2014, va pouvoir étendre son réseau à l’Asie (Hong Kong, Singapour), l’Australie, l’Argentine et Dubaï. La société prévoit de doubler son effectif à partir de ses deux bureaux de Paris et New York. Les fonds permettront aussi à Dayuse de communiquer « largement auprès du grand public afin que ce type de pratique se démocratise », fait valoir David Lebée qui estime à 10 % de chiffre d’affaires additionnel représenté par cette nouvelle activité (pour les hôteliers). De quoi compenser partiellement le manque à gagner représenté par les sites collaboratif qu’il évalue « entre 15 % et 20 % ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s