Samboat: la location de bateaux entre particuliers en plein essor. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 9/04/2016 à 7h | dimanche 10/04/2016 à 15h

Talk 1: SAMBOAT: plus de 2000 bateaux à louer partout en France métropolitaine et Dom-Tom

Talk 2: WOOLLIP, succès éclair sur Kickstarter: 55 000 € en quelques jours!

Talk 3: WANDERCRAFT: l’exosquelette unique au monde va bouleverser la vie des personnes à mobilité réduite

Talk 4 : Le rendez-vous du médiateur des entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 1: SAMBOAT, avec Laurent Calando, cofondateur

Pour écouter, réécouter et télécharger cette interview:

logo samboatSaviez-vous qu’un bateau navige en moyenne seulement 10 jours par an? C’est sur ce constat qu’en 2014 Laurent Calando a créé SAMBOAT, plateforme de location de bateaux entre particuliers, pour rendre la plaisance accessible à tous. 

SAMBOAT EN CHIFFRES

  • CA: + 1500% en 2015
  • Effectif: 10
  • Plus de 2.000 bateaux partout en France
  • Plus de 12 000 demandes de location depuis la création
  • 250 000 utilisateurs
  • 98% de commentaires positifs après les locations
  • Tarif: 56€ à 4000€ la journée
  • Un bateau navigue en moyenne 10 jours par an
  • Coût moyen d’un bateau hors achat: 3 000 € par an
  • 54000 places de port manquantes
  • Levée de fonds 250 000 € en avril 2015

OBJECTIF: Multiplier par quatre leur chiffre d’affaires d’ici deux ans. Le covoiturage est entré dans les moeurs. Le nautisme va s’y mettre », explique Laurent Calando.

samboat.png

ACTIVITÉ

LU DANS SUD OUEST – La plaisance fait rêver, mais seuls quelques privilégiés peuvent s’y essayer. Pour y remédier, un jeune Bordelais a lancé il y a un an un site de location de bateaux entre particuliers.

Un bateau est utilisé en moyenne moins de dix jours par an par un particulier, alors qu’il coûte cher en entretien et en emplacement. En outre, les ports de plaisance sont saturés. » Partant de ce constat, Laurent Calando, 26 ans, ex-chef de marché dans le gaz à Total et Nicolas Cargou, 27 ans, diplômé en e-commerce, fondent en avril 2014 Samboat, une plateforme numérique mettant en relation des propriétaires de bateaux et des particuliers en Aquitaine, en Poitou-Charentes, et bien au-delà.

Démocratiser la plaisance

Les deux jeunes s’installent à l’Auberge numérique à Bordeaux, dans le quartier Bacalan et mettent 5 000 euros sur la table pour tester le concept et s’assurer qu’il y a un marché. La réponse n’a pas tardé. « Nous avons eu plus de 1 000 demandes de réservations à l’été 2014 », raconte Laurent Calando.

Au fil des mois, ils ont su multiplier les options pour générer davantage de business. Ainsi, le bateau peut aussi être loué avec un skipper, à partir de 140 euros, pour 6 à 8 personnes.

Samboat-1.jpeg

ACTUALITÉ

SUR OBJECTIF AQUITAINE – MARS 2016 – SamBoat, en plein développement, signe avec la Maif

Proposant une plateforme de location de bateaux entre particuliers, la startup bordelaise SamBoat annonce que la Maif sera désormais son assureur officiel. Un partenariat stratégique important, destiné à rassurer les clients et à permettre un développement rapide.

Référençant plus de 2.000 bateaux partout en France, SamBoat met en relation leurs propriétaires et des locataires. Comme beaucoup d’acteurs de la consommation collaborative, la startup doit s’efforcer de rassurer les uns et les autres, d’autant plus quand on connaît le prix d’un bateau… Le partenariat signé avec la Maif, qui devient assureur de SamBoat, prend donc un sens stratégique.

« La Maif a conçu une offre d’assurance sur mesure pour SamBoat qui permet de remplacer l’assurance du propriétaire pendant la période de location, précise la startup bordelaise. De ce fait, si le bateau est endommagé lors d’une location, le propriétaire est intégralement couvert et son bonus n’est pas impacté. Cette assurance permet également de couvrir le locataire en responsabilité civile mais inclut surtout une assistance 7 j/7 et 24 h/24. En cas de problème lors d’une navigation, l’assistance prend en charge le remorquage au port le plus proche, l’envoi de pièces détachées et le rapatriement du bateau et de l’équipage. De plus, ce contrat permet d’étendre la couverture des bateaux en France, dans les DOM-TOM mais aussi en Europe, afin d’assurer le futur développement géographique de l’activité. »

SamBoat, qui revendique 250.000 utilisateurs et une activité multipliée par 15 l’an passé, emploie 10 personnes. Elle prévoit de s’étendre en Europe cette année.

TRIBUNE DE LAURENT CALANDO DANS LIBÉRATION

L’économie collaborative est-elle l’avenir de l’économie libérale traditionnelle ?

L’économie collaborative a toujours été perçue comme une utopie de grand rêveur pour les dirigeants des pays développés. Sauf que depuis la percée de Napster en 2001, un des premiers logiciels peer to peer, nous assistons à une réelle apogée du modèle collaboratif. En l’espace de quelques années, nous avons vu naître et exploser de nouvelles plateformes dont la réputation n’est plus à faire: Airbnb, le leader mondial de la location d’appartement récemment valorisé à 24 milliards de dollars (2 fois plus que le groupe accord), Uber, la société qui a fait couler beaucoup d’encre avec ses chauffeurs particuliers valorisée a près de 50 milliards dollars. D’après l’agence PWC, le marché de l’économie collaborative devrait connaître une croissance annuelle de 63 % pour peser environ 335 milliards de dollars d’ici à 2025.

Mais en marge de ces success-stories qui concurrencent les plus grands groupes mondiaux, plusieurs plateformes sur d’autres secteurs n’arrivent pas à percer. Des start-up qui proposent aux particuliers de s’échanger des biens ou services entre voisins (une perceuse par exemple) semblent pourtant avoir un fort attrait social. Tout le monde adore l’idée d’emprunter un outil le temps d’une après-midi plutôt que de l’acheter alors qu’il ne servira sans doute que très peu. Mais dans les faits, le gain est souvent dérisoire par rapport au temps et à l’énergie perdus.

Le développement de l’économie collaborative semble donc possible uniquement sur des secteurs ou la valeur ajoutée est forte : louer son appartement lorsque l’on part en vacances permet de générer un revenu important, faire du covoiturage permet de palier au coût important des transports.

Depuis cette saison le marché du nautisme connait un fort engouement. Un bateau sort en mer moins de 10 jours par an alors qu’il coûte extrêmement cher à son propriétaire. D’un point de vue locataire, les agences de professionnelles sont très onéreuses et l’offre est limitée. Ainsi la location de bateaux entre particuliers présente une très forte valeur ajoutée, tout en créant un lien social profond à propos d’une passion commune. C’est pourquoi SamBoat.fr, un site opérant sur ce secteur, a multiplié par 12 son activité en l’espace d’un an.

La mutation est incontestablement en cours, nous connaissons actuellement une mixité des deux modes économiques, non sans perturbations. L’avenir verra probablement une augmentation du nombre de plateformes collaboratives avec leurs avantages incontestables de souplesse et de prix, mais les services traditionnels garantissant une disponibilité sans contrainte auront toujours une place prépondérante.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s