OENEO, n°2 mondial du bouchon de liège. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 26/03/2016 à 7h | dimanche 27/03/2016 à 15h

Talk 1: BIRD OFFICE : « presqu’aucune société du CAC 40 ne nous utilise pas! »

Talk 2: OENEO, inventeur du bouchon de liège sans « goût de bouchon », rachète son concurrent portugais

Talk 3: KOLIBREE lève 4 millions de dollars et signe un partenariat avec Ubisoft

Talk 4 : Le rendez-vous du médiateur des entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 2: OENEO, avec François Morinière, directeur général

Ecouter, réécouter et télécharger cette interview:

Capture d’écran 2016-03-22 à 12.19.32.pngOENEO est le numéro 2 mondial de la fabrication de bouchons de liège. L’entreprise est aussi spécialisée dans la fabrication de tonneaux et le conseil pour les exploitations viticoles. 

CHIFFRES CLÉS

  • CA: 171 M€ en 2014/2015 (67% à l’international) (80% du CA est représenté par le bouchon Diam)
  • Effectif: + de 720
  • 15 implantations dans le monde
  • Ventes dans plus de 60 pays
  • Oeneo vend plus de 70 000 fûts dans le monde et près de 1,3 milliards de bouchons par an (sur les 9 milliards fabriqués dans le monde)
  • Plus de 5000 clients

France: Groupe Crédit Agricole Grands Crus (Château Meyney, Château Grand Puy Ducasse, Château de Rayne Vigneau, etc.), Château Mouton Rothschild, Château Latour, Baron Philippe de Rothschild, Moët, Mumm, Perrier-Jouët – et de nombreux clients prestigieux aux USA, en Espagne, en Italie et en Argentine.

Oeneo est un groupe qui repose sur 3 marques :

oeneo-83712>> Seguin Moreau, première marque mondiale de tonnellerie haut de gamme et offrant également une gamme de bois pour l’œnologie.

Le groupe propose notamment une sélection approfondie des bois (grumes et merrains), la conception et fabrication de fûts haut de gamme, la gestion et l’installation des chais à barriques, des solutions technologiques pour l’élevage en cuve inox.

>> Diam (numéro 2 mondial des bouchons en liège) et Piedade pour le bouchage

172-Produits.jpgLe groupe propose une gamme complète de bouchons en liège et notamment des bouchons technologiques à forte valeur ajoutée, dont le bouchon Diam, une innovation sans équivalent sur le marché permettant d’éliminer tout risque de « goût de bouchon » et d’optimiser le vieillissement en bouteilles. (Inventé en 2005)

Issu d’un partenariat de sept ans de recherches avec le CEA, le procédé consiste à « purifier » le liège au CO2 supercritique pour en extraire le trichloroanisol, la molécule responsable du « goût de bouchon » (brevets jusqu’en 2021). Les bouchons Diam sont totalement neutres sensoriellement.

Ils offrent ainsi tous les bénéfices du liège sans les inconvénients et garantissent une parfaite régularité sur la chaîne d’embouteillage, ainsi qu’au cours de la garde du vin.

« Dès 2000, la PME a constitué un portefeuille de 7 brevets pour protéger le procédé, soit un investissement de plusieurs centaines de milliers d’euros, même en se concentrant sur la quarantaine de pays qui comptent dans le vin. Les dépenses de surveillance et de défense, pour se garder des tentatives de copie, sont considérables. « La concurrence a tout tenté pour nous bloquer ! », se souvient le directeur général, Dominique Tourneix. (source: Les Echos)

>> Vivelys (racheté en 2014) pour le conseil et l’innovation

Accompagnement stratégique, une aide au pilotage des récoltes, à la maturation du raisin, l’assistance à la biologie du vin (levain actif et sélection des levures), le pilotage des fermentations, le conseil des choix d’élevage (interaction du vin avec le bois et micro-oxygénation), avec notamment sa solution « Boisé » pour le profilage des vins: sélection des bois grâce à l’outil Kit Bois, assemblage réalisé sur mesure et adapté au processus et à l’objectif visé. Intégration des autres paramètres de l’élevage tels que la maîtrise de l’oxygène et des lies (levures mortes qui sédimentent au fond du contenant à l’issue de la fermentation). Mise en place de méthodes de contrôle qualité afin de sécuriser chaque étape de la chaîne.

Oeneo-10001384.jpgACTUALITÉ

>> JUILLET 2015 – Avec l’acquisition en juillet 2015 du groupe portugais Piedade, producteur de référence de bouchons en liège, Oeneo renforce sa position de numéro 2 mondial des bouchons de liège, avec une part de marché mondial estimée à près de 20%.

>> Nouvelle usine – Diam Bouchage Diam Bouchage a ouvert en juin 2015 sa nouvelle usine, Diamant III, en France. Cette nouvelle unité de traitement du liège par le procédé « Diamant® » à Céret dans les Pyrénées-Orientales, complète le site existant de 5 ha qui accueille le siège de Diam Bouchage.

Cette extension de 2000 m2 va permettre à Diam Bouchage de purifier plus de 3 600 tonnes supplémentaires de farine de liège. Cela lui permettra d’augmenter sa production de 700 millions de bouchons et d’atteindre une capacité totale de 2 milliards de bouchons par an.

D’un montant de 30 millions d’euros, ce projet industriel a créé 25 emplois, sur le site qui en compte actuellement 150.

LU SUR LES ECHOS – Oeneo passe à la vitesse supérieure dans le liège

Oeneo s’offre son concurrent portugais Grupo Piedade. (…) Le groupe étoffe ainsi son appareil industriel, en ajoutant trois sites de production au Portugal aux côtés de son site de San Vicente (Espagne) et de sa nouvelle usine de Céret (Pyrénées-Orientales). Selon François Morinière, les « portefeuilles-produits sont très largement complémentaires ». En prenant pied au Portugal, Oeneo pourra bénéficier en outre de synergies de coûts, notamment à l’achat : 60 % des forêts de chênes-lièges se situent dans la péninsule ibérique. (…)

Nommé fin 2014 par la famille Hériard Dubreuil, également propriétaire de Remy Cointreau, François Morinière avait alors déclaré : « chez Oeneo, j’ai un double mandat : faire de la croissance et valoriser le cours de Bourse ». Il semble en passe de réussir son pari. Grâce au succès commercial de DIAM, le groupe est désormais loin de sa situation financière catastrophique d’il y a dix ans. Le cours de Bourse a été multiplié par 6. Et Oeneo peut dès lors se préparer sereinement à l’après-DIAM, quand le brevet tombera dans le domaine public en 2020.

VIGNE.jpg

LU SUR LES ECHOS – François Morinière (Oeneo) : « Je cherche l’équilibre entre exigence et bienveillance »

Aujourd’hui DG d’Oeneo, le leader des bouchons de liège et des barriques, François Morinière, avait dirigé « L’Equipe ». Son management a dû s’adapter à son nouveau secteur.

François Morinière, quelle est la différence entre la direction d’une PME industrielle et celle d’un média sportif ? La principale, c’est le rapport au temps. A « L’Equipe », l’unité pertinente est devenue la minute ; chez Oeneo, c’est la saison. Quand je présente un nouveau produit à un client, il me répond : “On verra ça à la prochaine vendange.” Cela donne plus de sérénité.

L’adaptation s’est révélée difficile ? Non, malgré les spécificités de chaque secteur. Par rapport à la presse, il y a moins de stress artificiel – dans lequel dirigeants et collaborateurs se complaisent souvent – et peut-être moins d’adrénaline. Il y a aussi un contexte économique différent : la presse est en difficulté, alors qu’Oeneo croît de 10 % par an. Autre différence : les journalistes posent beaucoup plus de questions à leurs dirigeants. Normal, c’est leur métier ! Il faut donc adopter un management plus tourné vers la raison que vers le cœur. Argumenter sans cesse, et faire très attention aux mots que l’on emploie. Là aussi, la langue est leur métier ! Un contresens peut faire des ravages. A l’inverse, chez Oeneo, l’aspect affectif est très fort. Le manager doit avant tout embarquer les collaborateurs dans un projet.

Et les points communs ? A « L’Equipe », hier, comme chez Oeneo, aujourd’hui, l’écosystème est composé de passionnés. Il se trouve que j’aime le vin, comme j’aime le sport. Lorsque je reçois un client qui me parle de ses vignes, cela me rappelle les jours où nous recevions au journal Rafael Nadal ou Tony Parker, qui nous parlaient de leurs exploits et de leurs échecs.

Pas évident d’exercer son leadership lorsqu’on travaille « entre passionnés »… C’est un point intéressant ! Je dirais qu’il faut pour cela de l’humilité. Il faut installer une coopération fondée sur le respect d’une performance exceptionnelle. Pour ma part, je suis porté par l’admiration. Je jubile quand le niveau de jeu est élevé.

Quels sont les principes de management qui vous guident ? Je recherche en permanence l’équilibre entre exigence et bienveillance. Je m’explique : plus vous êtes exigeant, plus vous risquez d’être considéré comme cassant et déstabilisant ; plus vous êtes bienveillant, plus vous risquez une baisse de la qualité d’exécution. Cette recherche d’équilibre, je la gère individuellement avec mes principaux managers. J’ai appris ça d’un de mes anciens boss, chez Monsanto, qui individualisait son management dans les 15 pays qu’il dirigeait.

VIN.jpgHISTORIQUE D’OENEO

1838 : Création de la Tonnellerie MOREAU en Charente.

1870 : Création par la famille SEGUIN de la tonnellerie du même nom.

1939 : Création par Modeste SABATE (prononcer sabaté) de la société de bouchage SABATE en Roussillon.

1958 : Prise de participation majoritaire du producteur de cognac REMY MARTIN dans la Tonnellerie MOREAU.

1970 : REMY MARTIN rachète la marque SEGUIN afin de créer une entité unique : SEGUIN MOREAU.

1999 : Rapprochement des sociétés RADOUX et SEGUIN MOREAU, qui donne naissance à DIOSOS, leader mondial des fûts en chêne destinés à l’élevage des vins de qualité.

2001 : Rapprochement amical de SABATE avec DIOSOS et création du nouvel ensemble SABATE DIOSOS, partenaire global des marques mondiales du vin.

2003 : Afin d’illustrer son recentrage sur son cœur de métier et de se doter d’une image forte et internationale, SABATE DIOSOS change de nom et devient OENEO le 18 juin 2003.

2004 : OENEO annonce un plan de réorientation stratégique fondé :

– pour sa division Bouchage sur la focalisation de ses activités autour des produits de bouchage « technologique », notamment son produit DIAM (Trophée d’Or International de l’Innovation au salon VINITECH 2004) ;

– pour sa division Tonnellerie sur le développement de nouveaux produits, une mise en œuvre de synergies de back office, et une accélération des économies de coûts ;

2005 :

Mise en service de l’usine Diamant d’une capacité de production de 2.500 tonnes de farine de liège traitée Diamant au CO2 supercritique.

2008 : OENEO acquiert 49% des titres de BOISE FRANCE et construit la nouvelle Tonnellerie SEGUIN MOREAU de Chagny

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s