Gazelle Tech invente la voiture poids plume. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 23/01/2016 à 7h | dimanche 24/01/2016 à 15h

Talk 1 : GAZELLE TECH: 1 litre/100 km et une carrosserie assemblée en 1h!

Talk 2 : Julien Parrou, fondateur de CONCOURSMANIA, lance l’accélérateur Héméra à Bordeaux

Talk 3 : Respect, travail en équipe et reconnaissance: voilà les aspirations des salariés français, selon le BAROMÈTRE KEA&PARTNERS

Talk 4: Le rendez-vous du médiateur des entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 1 : GAZELLE TECH, avec Gaël Lavaud, président

Ecouter, réécouter, télécharger cette interview:

Capture d’écran 2016-01-19 à 15.28.07Après avoir travaillé près de 12 ans chez Renault, Gaël Lavaud, réalise un jour « qu’il était absurde d’utiliser un véhicule de 1300 kg pour transporter une personne qui en faisait 80 ! ». Il décide donc de mettre au point une voiture ultra-légère, faite de matériaux composites. Le premier prototype de cette « AeroCell » va sortir dans les prochains mois, et la commercialisation est envisagée pour 2017, à un prix inférieur à 20 000€.

LES CARACTÉRISTIQUES DE L’AEROCELL

  • réduction de 50% de la consommation (1 litre/100km)
  • carrosserie en 10 pièces, assemblable en 1h sans outils
  • transferts de technologies issues de l’aérospatiale et du nautisme
  • isolations thermique et acoustique renforcées

LE SAVIEZ-VOUS?

Le poids moyen des automobiles grande série a doublé depuis les années 60 pour gagner en confort et sécurité, mais au détriment de la consommation de carburant. En 1949, un véhicule pesait 500kg et consommait 4,5 l/100km. En 2013, une voiture citadine pèse 1221kg et consomme 5,5 l/100 km, soit 130 g de CO2/km.

DANS LA PRESSE – juillet 2015 – C’est l’histoire d’un jeune entrepreneur, Gaël Lavaud. Après avoir travaillé près de 12 ans dans le secteur de l’automobile chez Renault et Goupil Industrie, il décide un jour de monter une start-up pour révolutionner le monde de l’automobile. “J’ai réalisé un jour, qu’il était absurde d’utiliser un véhicule de 1300 kg pour transporter une personne qui en faisait 80 ! Je me suis dit qu’on pouvait faire beaucoup d’économie en allégeant le poids des véhicules.” explique-t-il.

Capture d’écran 2016-01-19 à 15.28.00C’est ce qui a amené ce passionné d’automobile a faire un choix assez radical, en lançant sa propre entreprise en janvier 2014 : “en travaillant au sein des grands groupes, j’ai appris énormément. Mais les grosses structures font souvent preuve d’inertie. Je pense qu’on a besoin de structures plus agiles qui proposent des concepts en rupture avec ce que l’on fait aujourd’hui. C’est pour cela que j’ai lancé Gazelle Tech.”

Pourtant, les défis n’ont pas manqué. Le premier d’entre eux était de constituer une équipe fiable. “Et surtout, ajoute Gaël Lavaud, de les faire adhérer à un projet un peu fou !” Ils seront finalement 3 à se lancer à temps plein dans l’aventure.

En parallèle, il a fallu résoudre la question du financement. Une étape compliquée : “Quand on est une jeune start-up qui débute, qu’on n’a pas encore de chiffre d’affaire, l’amorçage est toujours compliqué”, raconte-t-il. “Chacun des associés a investi de l’argent dans le projet, et nous vivons encore aujourd’hui sur cette base.” Le projet commence tout juste à recevoir des subventions de la part d’institutions publiques, après quand même un an et demi d’existence.

Ces difficultés au démarrage n’ont toutefois pas découragées Gaël Lavaud : “Nous sommes sûr de notre business model à long terme”, explique-t-il avec assurance. Il faut dire que leur objectif fait rêver : l’allégement des véhicules devrait permettre de gagner jusqu’à 20 % d’énergie, soit 1 litre au 100 km ! Sans compter que ses matériaux simplifieront le véhicule : au lieu d’utiliser 150 couches pour un châssis, Gazelle Tech n’en aura besoin que de 8.

Après une phase de développement en numérique, Gazelle Tech a trouvé il y a peu son premier client, ce qui va lui permettre de lancer la construction de son tout premier prototype de châssis. (…)

Et ensuite ? La stratégie de marché de Gazelle Tech est déjà bien définie: “A court terme, nous avons décidé de mettre notre technologie au service des constructeurs, en nous orientant dans un premier temps vers le marché du quadricycle”, explique son fondateur. Et, pour cet ancien de chez Renault, d’ajouter en clin d’oeil : “Peut-être que d’ici quelques années, la Twizzy sera équipée avec nos châssis ! Qui sait ?”. (Lire l’article intégral sur Mobilité Durable.org)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s