PIVERT : premier centre européen de transformation de la biomasse. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

Diffusion samedi 5/12/2015 à 7h | dimanche 6/12/2015 à 15h

————————————————————–

Talk 1 : PIVERT développe la filière française de la chimie du végétal

Talk 2:  VULLI fête les 40 ans de l’arbre magique et 70 ans de jouets cultes

Talk 3 : HOLYPOP, la nouvelle boisson énergétique à la mode 

Talk 4 : Le rendez-vous du médiateur interentreprises. Avec Pierre Pelouzet

TALK 1 :  PIVERT, avec Gilles Ravot, directeur général

Pour écouter, réécouter et télécharger cette interview:

ite-logo-pivert1Pour accélérer le développement de la chimie du végétal à base oléagineuse, la SAS PIVERT(Picardie innovations végétales enseignements et recherches technologiques):

  • Élabore des produits nouveaux pour diverses applications afin d’offrir de nouvelles opportunités de valorisation de la biomasse ;
  • Développe de nouveaux procédés de fractionnement et de transformation de la biomasse afin d’améliorer l’économie des procédés et de tenir compte de l’impact environnemental ;
  • Met à l’échelle industrielle les procédés développés afin de faciliter la prise en main par les partenaires industriels ;
  • Formule et fournit des pré-séries pour anticiper la mise sur le marché des produits.

Depuis le lancement de PIVERT, 36 projets de recherche – auquel s’ajouteront bientôt les 16 projets de l’appel à projets 2014 – ont été lancés et plusieurs brevets ont d’ores et déjà été déposés.

À l’horizon 2020, la chimie du végétal devrait représenter au moins 14 % du marché de la chimie. Sa croissance est de l’ordre de 10 à 15 % par an.

FONCTIONNEMENT DE LA BIORAFFINERIE MISE EN PLACE PAR PIVERT

pivert

LU SUR DECIDEURS EN RÉGION – PIVERT : la chimie du végétal comme levier de croissance

batiment-pivert1
Le Biogis Center en construction

Unique en Europe, la SAS PIVERT développe à Compiègne une filière française compétitive dans le secteur de la chimie du végétal oléagineux pour offrir de nouveaux débouchés aux cultures. Rencontre avec Gilles Ravot, son Directeur général.

Pourriez-vous nous présenter PIVERT ?

Gilles Ravot : La SAS PIVERT (qui porte l’ITE PIVERT – Picardie innovations végétales enseignements et recherches technologiques) a été créée en mai 2012 dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir ». Il s’agit d’une société de droit privé issue d’un partenariat public-privé. PIVERT a pour finalité le développement d’une filière française compétitive dans le secteur de la biomasse d’origine oléagineuse.

Cette matière première végétale est renouvelable, prometteuse et compétitive, que ce soit dans les domaines de la santé, de l’alimentation ou de la chimie. PIVERT est ainsi le premier centre européen de valorisation de la plante oléagineuse entière en produits chimiques et en énergie (pas de déchet mais une valorisation des « coproduits » de la plante). Il s’agit de développer des nouveaux produits, des nouveaux procédés afin de les transmettre à l’industrie. Pour schématiser, nous avons la vocation de créer un portefeuille de propriété intellectuelle et à accélérer le transfert des résultats à l’industrie notamment chimique qui cherche à incorporer du carbone renouvelable afin de répondre aux attentes des  industriels.

Et comment réalisez-vous ce transfert de connaissances ?

biogiscenterinterieur
A l’intérieur du Biogis Center

Gilles Ravot :  Nous avons mis en place un accord de consortium entre les acteurs de la recherche et PIVERT, qui constitue le socle de notre programme de recherche. En parallèle, nous avons fondé un Club des Industriels (CIP), constitué actuellement de neuf industriels de la chimie et de l’équipement, partageant la volonté de faire de la chimie du végétal un véritable levier de croissance. Le CIP possède un accès prioritaire aux résultats de la recherche. Et pour faciliter ce transfert de technologie, nous avons conçu le BIOGIS Center. Cette plateforme technologique a pour vocation d’accélérer le transfert des résultats de la recherche à l’industrie et disposera à cet effet d’outils de démonstration. Ce sera un véritable lieu de rencontre des acteurs de l’innovation en chimie du végétal, les chercheurs et les industriels au même endroit ! C’est un outil unique pour accélérer l’industrialisation des procédés. (article intégral: Décideurs en région)

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s