Le commerce coopératif et associé fait mieux que le commerce de détail « classique ». C’est dans le Business Club (Rediffusion) Podcast

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIOREDIFFUSION

Vous n’étiez pas là, le week-end du 1er et 2/8/2015? 

Nous vous proposons donc de retrouver cette émission, tout simplement, exceptionnelle…

  Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

Diffusé Samedi 15/8/2015 à 7h | Dimanche 16/8/2015

Au sommaire :

Talks 1 – 2 – 3 : Le commerce coopératif fait mieux que le commerce de détail « classique » 

Talk 4 : 1001 Repas : audace, innovations et Réussites !

Talks 1 – 2 – 3 : Le commerce coopératif avec :

  • Eric Plat, Président de la Fédération du Commerce Coopératif et Associé mais aussi PDG d’ATOL Les Opticiens
  • Stéphane SOLINSKI, Directeur Général de Sport 2000
  • Edouard ROUX de LUSIGNAN, Directeur e-commerce et marketing Selectour Afat

Pour écouter, réécouter ou télécharger cette émission :

→Le commerce coopératif en France représente aujourd’hui plus de  30% du commerce de détail. 

→2014 :  Croissance du commerce de détail :  0,4% | Commerce Coopératif et Associé : + 1%.

18 000 emplois nets ont été créés par les enseignes du Commerce Coopératif et Associé en 2014, soit +3,5% de salariés par rapport à 2013 tandis que le commerce de détail détruisait des emplois sur le deuxième semestre.

Ces performances uniques s’expliquent par la confiance en un système basé sur le « capital patient », démocratique et local, à l’heure où le capitalisme mondial montre de plus en plus ses limites. Les entrepreneurs ne s’y trompent pas : l’accompagnement des nouveaux arrivants, la solidarité structurelle des entreprises au sein d’un même groupement et le partage de valeurs fortes font du Commerce Coopératif et Associé un modèle attractif. Et particulièrement résiliant : le taux de survie à 5 ans des entreprises du secteur est deux fois supérieur à la moyenne (85,5%).

chiffres clés commerce cooperatif

Qu’est-ce que le commerce coopératif et associé ? (source Fédération du Commerce Coopératif et Associé)

Le Commerce Coopératif et Associé est constitué d’entrepreneurs indépendants, propriétaires à la fois de leur point de vente et de leur réseau ou enseigne, ayant décidé de se regrouper pour mutualiser moyens et services.

Ils établissent collégialement les règles de fonctionnement propres à chaque groupement selon le principe « 1 homme 1 voix », dans l’objectif de pérenniser les entreprises de chacun et l’enseigne dans son ensemble : les intérêts individuels et collectifs sont liés.

Le Commerce Coopératif et Associé s’étend à tous les secteurs marchands, de l’alimentation au tourisme en passant par la santé, les articles de sport, les loisirs ou encore l’immobilier.

Aujourd’hui les enseignes du Commerce Coopératif et Associé proposent à leurs sociétaires une gamme de moyens et services de plus en plus variée, qui va bien au-delà du marketing et des centrales d’achat.

Ce modèle unique représente une alternative économique pertinente au capitalisme sauvage, basée sur le « capital patient » et le réinvestissement dans l’économie locale.

Quelques enseignes relevant de ce modèle :

  • Atol
  • Gitem
  • Leclerc
  • Système U
  • Best Western
  • Orpi
  • Biocoop
  • Canal BD
  • Point S
  • Sport 2000
  • Sélectour Afat

….

Les Français et le commerce coopératif

En mai 2015, la Fédération du Commerce Coopératif et Associé a réalisé un sondage intitulé « Les Français et le Commerce Coopératif » avec l’institut Opinion Way. Un échantillon de 1 000 personnes, représentatives de la population française, ont été interrogées pour l’occasion. Les résultats sont extrêmement positifs pour le modèle !

  • 43% des Français ont en effet déjà entendu parler du commerce coopératif et associé.
  • 70% des Français seraient prêts à privilégier les enseignes du commerce coopératif et associé pour soutenir ses valeurs et son fonctionnement.

Enfin, lorsqu’il a fallu identifier un modèle de commerce pour l’avenir, 40% des sondés ont affirmé se projeter vers le modèle coopératif et associé, devant un commerce mondialisé, franchisé et individuel

ATOL, LES OPTICIENS avec Éric Plat. Pdt

  • CA: 390 millions € en 2014
  • Plus de 800 magasins

Atol logoUn nombre de magasin qui a quadruplé en quinze ans, à plus de 800 enseignes aujourd’hui. Un chiffre d’affaires multiplié par 2,8 en dix ans. Une usine créée à Beaune, un bassin d’emplois sauvé dans le Jura ; des innovations permanentes avec le lancement dans les prochaines semaines des premières lunettes connectées au monde, baptisées « Téou », en partenariat avec des start-up bretonnes. La coopérative d’opticiens Atol n’a pas comme seule particularité d’afficher une croissance ininterrompue depuis plus d’une décennie – performance rare dans son secteur. Elle a surtout l’originalité d’avoir basé cette croissance sur une réindustralisation dans l’Hexagone, tout en jouant la carte du made in France.

Source : L’Opinion

Classée dans le Top 100 des coopératives françaises** et seule enseigne d’optique à la croissance ininterrompue depuis plus de 15 ans.

Depuis la création de la coopérative Atol les Opticiens en 1972, tous les associés sont propriétaires au même titre, c’est la règle « 1 Homme = 1 Voix » qui s’applique. Ils participent à toutes les décisions via l’élection des membres du Conseil d’Administration, et leur présence à l’Assemblée Générale annuelle durant laquelle sont votées les grandes décisions impliquant le réseau. Ce modèle économique, sans actionnaires financiers, permet de faire des choix risqués à moyen et long termes tels que celui de la relocalisation, pari réussi par Atol en 2005 mais qui a demandé des sacrifices à l’enseigne.

En effet, Atol a dû drastiquement réduire ses marges afin d’absorber les coûts de main d’œuvre français sans avoir à augmenter les prix de vente, ce qui a représenté un manque à gagner pour la coopérative de 500 000€ pendant les 3 premières années, pour revenir à un modèle économique pérenne en France.

Philippe Peyrard, Directeur Général Délégué d’Atol, revient sur ce choix : « Notre fonctionnement coopératif, et la motivation de tous les associés, nous ont permis de faire le pari de la relocalisation. A l’époque, en 2004, nous n’avons bénéficié d’aucune aide ni d’encouragement en faveur d’une relocalisation en France. C’est notre modèle coopératif, flexible, démocratique et visionnaire qui nous a permis de prendre ce risque, nous avons été pionniers. Aujourd’hui, nous représentons une sûreté d’activité pour plus de 1 000 emplois chez nos sous-traitants jurassiens et leurs prestataires, et la proportion de lunettes Made in France vendues dans nos magasins est en constante augmentation depuis 2005. »

Cette vision entrepreneuriale dans la prise de décision a également permis à Atol d’implanter en 2007 à Beaune (21) son centre de logistique et d’approvisionnement, prenant ainsi le contre-pied de la tendance du marché de l’optique en général, et en particulier, visant à délocaliser les services logistiques (plateforme téléphonique, accompagnement associés, …).

Source : Observatoire de la franchise 

→100 Projets d’ouvertures en 2015 : et c’est bien parti ! 

Pour y parvenir, Atol a développé en septembre 2010, une structure solidaire nommée « Archipel ». Ce fonds d’amorçage peut ainsi financer jusqu’à 80% de l’apport nécessaire à l’acquisition d’un point de vente. Notons que cette opportunité concerne tous les opticiens diplômés bénéficiant d’un minimum de 2 ans d’expérience, quelle que soit leur situation matérielle ou personnelle. « Aujourd’hui, les résultats sont encourageants, une trentaine de magasins ont à ce jour bénéficié du soutien d’Archipel », souligne Eric Plat, président d’Atol et du conseil d’administration d’Archipel.

Source : Acuite.fr

SPORT 2000 avec Stéphane Solinski DG

Logo-Sport-2000Fondé en 1966 par des commerçants indépendants parmi lesquels trois grands noms du football français : Pierre Batteux, Just Fontaine et Jean Djorkaeff (père de Youri) Sport 2000 est un groupement coopératif qui va fêter l’année prochaine ses 50 ans d’existence.

Sport 2000 France

  • Près de 600 magasins.
  • Plus de 400 adhérents.

Sport 2000 International

  • 3 200 points de vente en Europe.
  • 5,1 milliards d’euros de Chiffre d’Affaires à l’international.
  • Une présence dans 25 pays.

2012 : Après l’échec de l’aventure dans le succursalisme avec l’ouverture (et la fermeture !) de 25 magasins, Sport 2000 abandonne cette voie. Stéphane Solinski, ancien d’Optic 2000, est nommé directeur général.

Comment se positionne Sport 2000 par rapport à ses concurrentes, qui eux, ont bien souvent leur propre marque de vêtements de sport ?

Notre travail, c’est de sélectionner des marques avec un positionnement mode et technique. Or, nous avons beaucoup de marques, jusqu’à environ 150 par exemple pour un magasin en plaine et près de 300 pour ceux qui ont un gros rayon outdoor. À un réseau qui a connu quelques bouleversements, avec la tentative avortée du succursalisme entre 2008 et 2010, il nous a surtout fallu redonner une vision commune à l’entreprise. C’est ce que nous avons fait dès la convention d’octobre 2012, en présentant le plan triennal CAP 2016.

LSA – Pouvez-vous détailler ce que vous appelez cette « vision commune » ?

Nous nous définissons comme l’enseigne des « sélectionneurs » de marques. Après la nouvelle publicité de l’enseigne, cela commence avec l’organisation de la diversité du réseau. C’est le projet Mag 2.0. Il y a eu beaucoup de changements au sein du management de direction ces dernières années. Depuis deux ans, il est stable. Au sein de notre réseau, qui comprend 240 magasins en plaine et 215 en montagne, il y a beaucoup de disparités. Nous sommes le réseau des grands écarts ! Écarts en nombre de références, écarts en chiffre d’affaires au mètre carré, qui peut varier de 1 500 à 4 000 €, écarts en termes de stock, qui oscille entre cent dix et deux cent vingt jours, écarts en termes de résultat net. En 2013, notre résultat net était de 2,5% à 3% du chiffre d’affaires. Nous avons fixé comme objectif à nos adhérents de l’augmenter, en les faisant converger vers les modèles plus performants choisis parmi leurs pairs.

LSA – Les progressions de marges ne sont pas faciles dans le sport, surtout si vous vous positionnez sur les grandes marques. Comment comptez-vous y arriver ?

En remettant le paquebot à flot ! Nous avons désendetté l’entreprise – la dette actionnaire et bancaire de Sport 2000 atteignait 50 millions d’euros et nous serons à 10 millions d’euros de dette bancaires restante à fin 2014 – et il est temps de repartir. Le but n’est pas de conquérir de la part de marché à tout prix (Sport 2000 est à 7% aujourd’hui), mais d’exploiter déjà tout le potentiel qui est en nous comme, par exemple, ne plus se retrouver en rupture sur des produits qui se vendent bien et sont commandés huit mois à l’avance !

LSA – Comment cette stratégie « Cap 2016 » se traduit-elle en magasin ?

La première étape consiste à travailler notre offre. Tant qu’elle n’est pas un minimum commune, le concept n’est pas mûr. Nous nous sommes fixé comme horizon 2016. Dès que la dette bancaire ne sera plus qu’à 10 M €, nous pourrons recommencer à investir. Cet investissement sera affecté pour moitié aux magasins, pour l’autre à la centrale, ce qui profitera au chiffre d’affaires des adhérents. Sport 2000 va de nouveau converger vers ce que doit être la priorité pour une coopérative : dégager des ressources au profit des adhérents.

[…]

Source LSA 

SELECTOUR-AFAT avec Edouard Roux de Lusignan, Directeur e-commerce et marketing

selectour afatPremier réseau d’agences de voyages indépendantes, avec 1 250 points de vente, et 4 000 conseillers. Son volume d’affaires annuel atteint 2,6 milliards d’euros, 50% business/50% loisirs (en hausse de 3,83 % sur un an).  Fusion de Sélectour et Afat en 2010.

  • 4000 conseillers experts
  • 25 000 produits dans 1000 destinations

Tous les dossiers sont rattachés à des agences, donc après un achat web on peut se déplacer en agence ou rester sur le web ! 

Stratégie digitale 

« Nous devons nous adapter aux nouveaux usages des clients, qui passent d’un canal à l’autre pour réserver. Notre travail est d’homogénéiser l’information entre les canaux et de transformer les prospects en clients ».

Le site Selectour-afat.com a vocation à attirer du monde en agence, et le flux de fréquentation va être bientôt mesuré. Dans le point de vente, l’installation de vitrines digitales est censée capter l’attention des clients potentiels.

Déployées dans les 870 agences labellisées du réseau (sur 1 206 points de vente), à partir de décembre, ces « dalles » haute définition servent de support dynamique pour communiquer avec les passants. Pilotées depuis le siège, les offres affichées concernent les départs régionaux, mais aussi les offres proposées par l’agence, la présentation de l’équipe, etc. L’installation a coûté 3 millions d’euros au siège, qui a demandé une contribution mensuelle modique aux adhérents.

Source Tour Hebdo et Tourmag

Pour terminer : Quels sont les atouts de ce modèle  de commerce ?

Le Commerce Coopératif et Associé repose sur un modèle durable, qui développe l’économie de proximité et favorise l’emploi local : 

  • 5 300 emplois créés en 2013
  • Le secteur attire les jeunes entrepreneurs en attente d’un accompagnement professionnel par des confrères expérimentés, et de structures solides pour assurer un lancement dans de bonnes conditions
  • Taux de survie à 5 ans : 85,2% (deux fois supérieur à la moyenne nationale)
  • Il rompt l’isolement des commerçants et met à leur disposition les moyens nécessaires pour affronter un marché fluctuant et changeant
  • Cette forme de commerce emprunte donc l’autonomie et la souplesse de l’entrepreneuriat indépendant, et la puissance des groupes intégrés.
  • La croissance des enseignes du Commerce Coopératif et Associé est supérieure à celle des marchés sur lesquels elles opèrent :
  • 3,8% de croissance annuelle en moyenne (sur 10 ans)
  • Part de marché x 2 en 10 ans
Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s