Marco Vasco: le tourisme haut de gamme ne connaît pas la crise. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 30/5/2015 à 7h et dimanche 31/5/2015 à 15h

AU SOMMAIRE

Talk 1: CAPITAINE TRAIN : déjà 30 millions de CA et 5000 billets vendus par jour!  

Talk 2 : MARCO VASCO : les ingrédients du succès, les tendances tourisme, les objectifs  

Talk 3 : GUIDE DU ROUTARD: chaque année, 1 exemplaire vendu toutes les 4 secondes! 

Talk 4 : MÉDIATION: Que faire en cas de défaut d’exécution de contrat? 

__________________________________________

TALK 2 – MARCO & VASCO, avec Geoffroy de Becdelièvre, président

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20150530_club_1.mp3]

logomarcoetvascoMarco Vasco (anciennement Planetveo) est le n°1 Français du voyage sur-mesure sur Internet. Fondée et dirigée par Geoffroy de Becdelièvre depuis 2007, la société a généré un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros en 2014 et emploie plus de 230 collaborateurs.
Marco Vasco spécialiste du voyage sur-mesure couvre plus de 50 destinations moyen et long-courrier.

DANS LE PARISIEN

Dans un marché des tour- opérateurs en toute petite forme, Geoffroy de Becdelièvre a décidé de prendre le contre-pied en faisant le pari de la vente en ligne et du voyage sur mesure avec son agence de voyages en ligne, lancée en 2007. Né pratiquement avec un « Guide du Routard » et un sac à dos, Geoffroy de Becdelièvre est un baroudeur passionné d’Asie qui, dès qu’il a eu 18 ans, est parti très tôt à la conquête de la planète.

C’est à Shanghaï (Chine) où il a vécu 4 ans que tout a commencé  : « J’avais quitté sans regret mon job d’auditeur dans une multinationale pour suivre ma femme nommée en Chine. J’y ai fait mes premiers pas d’entrepreneur en créant une société qui aidait les entreprises françaises à s’implanter en Asie et à découvrir la région. Quand nous sommes rentrés en France en 2007, pas question de rejoindre un grand groupe, alors j’ai lancé une entreprise dédiée au voyage. » Dans les mois qui suivent son retour dans l’hexagone, il créé Planetveo, une agence qui s’adresse aux riches touristes chinois qui souhaitent visiter l’Europe. Mais très vite, Geoffroy de Becdelièvre change son fusil d’épaule pour se positionner sur le créneau des vacances personnalisées haut de gamme. En 2014, il rebaptise son agence Marco Vasco, un clin d’œil aux deux grands navigateurs Marco Polo et Vasco de Gama. « Mon objectif était de réconcillier le monde des beaux voyages sur mesure vendus en boutique et celui des vacances bon marché qu’on trouve sur Internet, explique-t-il. Notre chance, c’est que Voyageurs du monde, un des leaders du haut de gamme, ne croyait pas au web. »

Capture d’écran 2015-05-26 à 16.54.13

130 conseillers voyage pour un service haut de gamme

En août 2008, le premier voyage est vendu au Vietnam. Très vite, le concept séduit une clientèle aisée, comme des dirigeants d’entreprise aux revenus confortable mais qui manquent de temps. Le panier moyen est de 8 500 € pour trois personnes. « L’idée est de leur organiser de A à Z un voyage exceptionnel, mais un voyage unique et sans imprévus, indique le président de l’agence. Notre force, notre savoir-faire, ce sont nos conseillers car ils sont de vrais spécialistes d’un pays. Ils parlent la langue, y ont vécu ou y ont fait de nombreux séjours, insiste Geoffrey de Becdelièvre. Ce qui leur permet de proposer les meilleurs conseils et les meilleurs services à nos clients et grâce à Internet, d’être là durant leur séjour. » Sur les 200 salariés de l’agence, 130 sont des conseillers.

140 millions d’euros de chiffres d’affaires d’ici 4 ans

Avec une marge d’exploitation de 5 % et un chiffre d’affaires qui est passé de 1 million d’euros la première année en 2008, à 70 millions d’euros cette année, le concept séduit également les investisseurs. Geoffroy de Becdelièvre réalise plusieurs levées de fonds, dont la dernière a atteint 16 millions d’euros auprès de trois fonds qui détiennent aujourd’hui près de 75 % du capital. « Les investisseurs nous ont toujours suivis car notre modèle économique est solide. Il s’appuie notamment sur la désintermédiation car nous avons tout de suite fait le pari du contact direct avec les clients », précise Geoffroy de Becdelièvre. Fort de ces solides partenaires, Marco Vasco veut aujourd’hui peut passer à la vitesse supérieure « et devenir grand », ambitionne son président. D’ici 4 ans, il veut multiplier par deux la taille de l’agence et dégager un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros. Si tout se passe comme prévu, Marco Vasco comptera 400 salariés en 2018. Enfin, l’agence dont un tiers des clients n’habite pas en France commence à regarder ce qui se passe hors de l’hexagone et va tester cette années ses capacités à l’international en Grande-Bretagne et en Espagne. (Article complet sur Le Parisien)

CHIFFRES ET TENDANCES

Date de création: 2007

CA: 70 millions € (+18,5% vs 2013) – 1 million en 2008 – objectif: 140 millions d’ici 4 ans

Effectif: 200 – dont 130 conseillers / objectif: 400 d’ici fin 2018

une soixantaine de destinations

25 000 clients en 2014, contre 22 150 en 2013

dépense moyenne de 2 800 euros par personne

séjours de 11 jours en moyenne

Geoffroy de Becdelièvre aborde 2015 avec une certaine sérénité. « Nous terminons 2014 sur une croissance de 20%, avec un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros et une forte capacité d’acquisitions externes. L’année 2015 va être compliquée, mais elle va créer des opportunités de rachats sur le marché », conclut-il.

  • Par rapport à 2014, en 2015 les Français se sont pris plus tard dans la réservation de leurs vacances (contexte géopolitique de début d’année oblige).
  • Tendances en date de vente T1 2015 (nombres de dossiers)

– USA : L’ouest américain est très prisé ainsi que l’indémodable combiné NY / Miami

– Cuba : Envie de découvrir le côté encore authentique de l’île. Belle alliance de la culture et du balnéaire

– Japon : Retour en force de ce pays marqués par les divers incidents passés

  • Budget : Panier moyen un peu moins élevé que 2014 : 2 800 € / personne

LA CULTURE DU CHANGEMENT

geoffroydebecdelièvreGeoffroy de Becdelièvre en est persuadé : « notre business model sera mort dans 10 ans. Regardez des services comme Airbnb ou Uber qui, partis de rien, challengent aujourd’hui très sérieusement les leaders de leurs secteurs. Plus on est gros, moins il est facile de faire bouger les lignes », estime le dirigeant, tiraillé entre l’impératif de structuration d’une part et la perte d’agilité de l’autre.

Lui l’assure, il faut inscrire la culture du changement dans l’ADN de son entreprise en remettant perpétuellement en question son modèle économique et ses leviers de croissance. « il ne faut pas avoir peur de tester un service même imparfait, de mesurer son impact puis d’en tirer ensuite les conséquences. » Lui a dû notamment opérer les premières années un changement radical de son positionnement initial, alors centré sur le tourisme chinois en France. (Article complet: Chef d’entreprise Magazine)

Chaque année, Marco Vasco investit de 50.000 à 100.000 euros pour tester de nouveaux projets. Avec des surprises, bonnes ou moins bonnes. « En 2010, nous nous sommes rendu compte que la France était la destination touristique la plus  importante. Nous avons donc lancé, à destination du public anglo-saxon, FranceVeo. Nous pensions vraiment avoir trouvé une mine d’or. Or, ce fut un échec. En fait, le marché américain ne fonctionne pas comme le marché français : là-bas, si vous n’existez pas en tant que marque, vous n’existez pas du tout. Les gens ne venaient pas sur notre site, tout simplement ! Autre erreur en 2011, avec le lancement d’une sorte de AirBnB pour villas de luxe. Nous innovons par test grandeur nature, avec son lot d’échecs. A chaque fois, nous organisons une grand’messe d’enterrement en équipe, afin d’analyser les causes de l’échec et de voir ce qui peut nous être utile pour la suite. »Un recul nécessaire pour pouvoir avancer dans la bonne direction dans une entreprise où le mouvement semble bien ancré. (Article complet : Les Echos Business)

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s