Spartoo a ouvert sa 1ère boutique à Grenoble. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Business Club de France | BFM Business Radio

Diffusé samedi 18/4/2015 à 7h et dimanche 19/4/2015 à 15h

Talk 1: Spartoo s’étoffe d’une marketplace et de boutiques physiques

Talk 2 : Qwant vient de lancer la nouvelle version de son moteur de recherche! 

Talk 3 : MyFox ou la sécurité par les objets connectés

Talk 4 : Le rendez-vous avec le Médiateur Inter-Entreprises

_______________________________________

Talk 1: Spartoo, avec Boris Saragaglia, président fondateur

Pour écouter, réécouter ou télécharger cet entretien :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20150418_club_0.mp3]

Fondée en 2006 par trois jeunes diplômés de Grandes écoles, Boris Saragaglia (Mines, HEC), Paul Lorne (Centrale, HEC) et Jérémie Touchard (Mines), Spartoo.com est le leader de la vente de chaussures sur internet en Europe.

SPARTOO C’EST:

logospartoo130 millions de CA en 2014 (plus de 50% à l’étranger)

350 salariés

Une présence dans 20 pays

2,5 millions paires chaussures vendues en 2014

Le plus large choix de marques: 2500 (contre 1500 chez Zalando et 700 chez Sarenza)

Panier moyen: 70 € (contre 65 € chez Zalando)

14 millions de visiteurs européens uniques par mois et 4 millions en France, selon Médiamétrie

La Marketplace: lancée en 2014 – en 9 mois, 200 marchands (une des plus importantes du secteur) : Spartoo espère ainsi doper son chiffre d’affaires de 20% en 2015. 

L’HISTOIRE

(c) Guillaume MuratSon nom fait référence aux habitants de Sparte. Les deux O renvoient aux moteurs de recherche Google et Yahoo. B. Saragaglia aime « construire des choses à partir de rien et en faire un succès ». Boris Saragaglia, aussi entreprenant qu’il soit, est surtout très rationnel dans le développement de son business. Il n’a pas créé Spartoo en raison d’une passion pour les chaussures. Non, il a préféré étudier méthodiquement les portfolios des sociétés de capital-risque américaines et déceler les portages possibles de start-up sur le marché européen.

LES POINTS FORTS DE SPARTOO 

Les produits sont photographiés sous toutes les coutures et, s’il s’agit de chaussures, on peut même les faire pivoter à 360 degrés sur l’ordinateur.

Spartoo propose aussi ses propres marques: BT London, Fericelli, Moony Mood.

Dans certains cas, Spartoo propose, comme ses concurrents, la livraison et le retour gratuits. « Pour amortir les coûts logistiques (5 à 20 euros suivant les colis), les sites comptent sur les volumes réalisés et, surtout, sur les marges. «Dans la chaussure, elles sont d’au moins 100%, estime Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur de PriceMinister. C’est ce qui permet aux acteurs d’investir dans la qualité de service.» http://www.capital.fr/enquetes/strategie/spartoo-zalando-sarenza-c-est-la-guerre-entre-les-vendeurs-de-chaussures-en-ligne-1019465

SPARTOO OUVRE SA PREMIÈRE BOUTIQUE PHYSIQUE (depuis le 20 mars)

spartooboutique1

La société a la volonté d’ouvrir une cinquantaine de boutiques dans les trois prochaines années, afin de devenir une véritable marque – enseigne.

Pourquoi un pure player tel que Spartoo choisit de s’engager dans le monde physique à travers l’ouverture d’une boutique ?

C’est l’aboutissement d’une réflexion engagée il y a environ deux ans, et d’un travail opérationnel de près de six mois. Spartoo a décidé de se lancer dans le monde physique au regard de l’évolution du parcours client depuis le développement du e-commerce. En effet, l’e-commerce a contribué à l’émergence de nouveaux comportements d’achat et le constat aujourd’hui est clair : les pure players ne vont pas rester les leaders de demain et le monde du retail physique ne se suffit plus à lui-même. Le cross canal est donc le commerce de demain. Dans cette volonté d’être multicanal et afin de répondre aux attentes de nos clients et futurs clients, Spartoo fait partie des précurseurs parmi les pure players.

Quelles seront les spécificités de cette boutique ?

Le magasin, qui ouvrira ses portes la deuxième quinzaine de mars, présentera une surface de vente de 85 m², dans le centre-ville de Grenoble. C’est en quelque sorte un laboratoire du concept de magasins Spartoo qui permettra de mener des actions tests, d’affiner et de déployer par la suite.(…)

Quid de l’offre produits en magasin ?

L’offre sera concentrée sur les chaussures, ainsi qu’une petite offre maroquinerie en complément. Nous ne prévoyons pas de mettre en vente des produits de prêt-à-porter. Les articles vendus seront à destination des hommes et des femmes avant tout, il n’y aura pas de produits destinés aux enfants. L’assortiment produits sera composé d’une cinquantaine de marques, avec une mise en avant forte des marques propres de Spartoo comme Betty London, Carlington, ou Casual Attitude. Au global cela représente environ 500 produits. L’offre ne sera pas articulée par marques, mais par besoin. Autrement dit par style, par univers. Chaque style concentrera environ 40 produits. Le positionnement de la boutique se veut démocratique, milieu de gamme, avec des prix pouvant aller de 29 euros à 180 euros.

Y aura-t-il des passerelles entre la boutique et le site marchand ?

(…) Les clients pourront également commander depuis leur domicile et se faire livrer au magasin, c’est ici une mécanique de clic&collect plus classique. Enfin, nous sommes entrain de développer des initiatives de mobile to store avec les smartphones des clients Spartoo, pour être capables dans une prochaine phase courant 2015, de les géolocaliser et ainsi mettre en place des push d’offres personnalisées par exemple.

Avez-vous des velléités de déploiement plus large de la marque Spartoo dans le physique ?

Nous faisons partie des candidats à la reprise d’une partie du parc de magasins de l’enseigne Bata, s’inscrivant dans une volonté d’être présent dans le monde physique et d’avoir un vrai réseau, sur une grande partie du territoire français. Nous démarrons donc à Grenoble mais nous avons une logique de déploiement sur la région Rhônes-Alpes dans un premier temps, puis vers la région parisienne. (Article complet: E Commerce Mag)

LA MARKETPLACE

Pureplayer spécialiste de la mode, Spartoo a monté en interne sa propre marketplace. Tous les mois, elle référence une quinzaine de marchands supplémentaires, sans pour autant cannibaliser le site e-commerce. Les détails avec le directeur marketing et marketplace, Aymeric Moser.

Pourquoi avez-vous créé une place de marché ?

Nous avons lancé officiellement notre marketplace il y a un an et demi. Elle nous permet d’élargir la diversité de l’offre sans supporter les stocks. Par ailleurs, entre l’achat de mots-clés sur Google, le référencement sur des comparateurs de prix, les programmes d’affiliation, le display de bannières publicitaires et l’e-mailing, nous dépensons un budget conséquent en termes d’acquisition de visiteurs internet. La marketplace nous permet de rentabiliser cet investissement : nous prélevons des commissions allant de 15 à 20% sur les ventes réalisées par les marchands de la place de marché. Par ailleurs, la crétion de nouvelles pages de présentation de produits booste le référencement naturel de notre site e-commerce et constitue ainsi un levier supplémentaire d’acquisition de trafic.

(…) la marketplace nous a permis de développer une offre de vêtements pour enfants, sur lesquels nous étions peu présents. Un de nos marchands est spécialisé dans les ballerines, ce qui vient compléter notre gamme de chaussures. (Article complet: Les Echos)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s