Raja poursuit son développement européen avec le rachat de l’anglais Morplan. C’est dans le Business Club! (podcast)

Publié le Mis à jour le

Business Club de France | BFM Business Radio

Diffusé samedi 11/4/2015 à 7h et dimanche 12/4/2015 à 15h

Talk 1: Selectionnist : 2 millions € levés en mars et une expansion internationale à venir

Talk 2 : Raja et sa dirigeante charismatique: D. Marcovici, à la tête du groupe depuis 1982 

Talk 3Arbalète Genès David, la plus ancienne manufacture de Laguiole

Talk 4 : Le rendez-vous avec le Médiateur Inter-Entreprises

_______________________________________

Talk 2: Raja avec Danièle Marcovici, présidente

Entretien exceptionnel à écouter, réécouter ou télécharger :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20150412_club_1.mp3]

logorajaLe Groupe RAJA est leader européen de la distribution de fournitures et équipements d’emballages pour les entreprises. Du sachet plastique à la caisse bois pour l’exportation, le groupe Raja propose une gamme de produits unique en Europe adaptée à tous les clients quelque que soit leur taille (de l’artisan à la multinationale), leur typologie ou leur besoin (petites ou grandes séries, emballages personnalisés ou sur-mesure).

ACTUALITÉ

12 mars 2015 – RAJA achète Morplan, acteur majeur dans la vente à distance de fournitures et équipements pour les magasins dans divers domaines d’activités dont l’habillement. Cette acquisition de Morplan (www.morplan.com) auprès de Rétif permet au Groupe RAJA, déjà présent sur le marché britannique avec sa filiale Rajapack, de doubler son volume d’activité et d’acquérir des compétences sur de nouveaux produits et une nouvelle clientèle. Cette opération a été financée par des fonds propres du Groupe RAJA. Avec un chiffre d’affaires de près de 25 millions d’Euros et un résultat opérationnel de 10 % en 2014, Morplan emploie 120 collaborateurs. La société déploie une stratégie multicanale s’appuyant sur un catalogue de 500 pages et une offre de 5 000 produits, trois magasins (Londres, Glasgow et Bristol), un site internet qui génère une forte croissance du chiffre d’affaires, ainsi qu’une équipe commerciale pour visiter et développer une clientèle Grands Comptes.

RAJA EN CHIFFRES

Date de création: 1954 (60 ans en 2014)

Lieu: Roissy

CA: 440 millions d’euros – 30 % à l’export

Effectif: plus de 1 500

Présent dans 15 pays européens (dernières ouvertures: République tchèque, Pologne, Danemark, Suède, Norvège), 18 entreprises, 500 000 clients, 50 000 produits disponibles sur stock en 24/48h. RAJA a été élu « Service Client de l’Année 2015 » dans la catégorie «Fournitures et équipements pour l’entreprise » et raja.fr a été récompensé d’un Favor’i 2014 dans la catégorie du meilleur site professionnel.

Danièle Kapel-Marcovici dirige depuis 30 ans le groupe international Raja, fondé en 1954 par sa mère Rachel Marcovici.

DANIÈLE KAPEL-MARCOVICI

daniele marcoviciDanièle Kapel-Marcovici est entrée à l’âge de 16 ans dans l’entreprise de cartons d’emballage fondée par sa mère en 1954 (…). Commerciale, directrice du marketing, chargée de l’informatisation, puis directrice générale à partir de 1982.

Femme engagée (dans le droit des femmes et l’art contemporain), autodidacte mais assoiffée d’apprendre, Danièle Kapel-Marcovici est une patronne jalouse de son indépendance financière, fière aussi de ce qu’elle a accompli. Une pionnière également, comme l’était déjà sa mère. Elle aime à rappeler qu’elle fut la première femme, et la première entreprise BtoB, à entrer au Conseil d’administration de la Fevad (elle en est membre depuis 1987) aux côtés des fondateurs des 3Suisses et de la Redoute, Emmanuel d’André et Jean Claude Sarrazin.

Pourquoi être entrée à 16 ans dans l’entreprise familiale  ?

Danièle Kapel-Marcovici : Je sortais d’un brevet d’études générales et commerciales. C’était en 1962 et ma mère ne voulait pas m’envoyer au lycée car, pour elle, le Bac ne donnait pas un métier. Je suis donc une autodidacte. Mais j’aime apprendre et découvrir. J’ai suivi beaucoup de stages, de conférences dans le marketing et la VPC. J’ai aussi beaucoup appris en visitant des entreprises.

Comment est-ce de travailler en famille  ?

1982 : Danièle, troisième enfant de Rachel et Maurice Marcovici, prend la direction de l’entreprise fondée par sa mère en 1954.

Danièle Kapel-Marcovici : C’est parfois difficile. Mais nous avions des responsabilités différentes. Mon frère et ma sœur, plus âgés que moi, travaillaient eux aussi dans l’entreprise. Mon frère comme directeur financier et ma sœur dans l’équipe de vente. Jusqu’à la fin des années 1970, j’étais sur le terrain comme commerciale, puis mes parents m’ont confié le marketing. Lorsque mes parents m’ont cédé la direction, je dirigeais déjà officieusement l’entreprise, j’avais occupé beaucoup de fonctions, créé le premier catalogue et même informatisé l’entreprise.

Pourquoi vos parents vous ont-ils choisie vous pour diriger l’entreprise ?

Danièle Kapel-Marcovici : Mon frère s’était réservé la comptabilité et n’était pas à l’aise avec la distribution. On ne pouvait pas être plusieurs à diriger. Il fallait un seul patron. J’ai donc pris la direction en 1982. J’ai racheté les parts de mon frère quelques années plus tard, puis, à la fin des années 1990, celles de ma sœur.

Cette mésentente influence-t-elle aujourd’hui la façon dont vous envisagez le passage de relais avec vos propres enfants  ?

Danièle Kapel-Marcovici : Cela m’aurait plutôt découragée de faire entrer mes enfants dans l’entreprise. Pourtant, mon fils aîné Brice est entré jeune chez Raja, après ses études, il en avait envie. Il occupe aujourd’hui la direction générale adjointe de Cenpac, en charge de la direction commerciale et marketing. Mon deuxième fils, Benjamin a longtemps travaillé dans l’entreprise après une école de commerce et un DESS en marketing. Il en était parti, et y est revenu comme délégué général de la fondation. Quant à mon plus jeune fils, Jules, il termine des études de journalisme.

Le fait d’être une entreprise familiale change-t-il quelque chose dans le management  ?

Danièle Kapel-Marcovici : La grande différence pour les collaborateurs n’est pas que ce soit une famille, c’est que vous êtes le propriétaire. Je suis très impliquée, j’incarne pour mes collaborateurs les valeurs de mon entreprise, et ça, ils le sentent. Ils savent aussi que je ne suis pas poussée par des actionnaires à une vision court-termiste.

Cela ne conduit-il pas à un management paternaliste  ?

Danièle Kapel-Marcovici : Paternaliste  ? Pourquoi pas maternaliste  ? Quoi qu’il en soit, c’est un terme un peu péjoratif, car cela veut dire aussi peu professionnel. J’ai toujours voulu une entreprise moderne où l’information circule. Je crois à la richesse de l’information. Je suis quelqu’un de transparent et de participatif. Et les entreprises paternalistes ne communiquaient pas comme je le fais. Elle ne s’asseyaient pas autour d’une table pour négocier.

Croyez-vous qu’une entreprise familiale soit plus humaine  ?

Danièle Kapel-Marcovici : Oui, j’en suis persuadée. Un propriétaire est plus en conscience de ses responsabilités, qu’un dirigeant là aujourd’hui et parti demain. Dans une entreprise comme la notre, les collaborateurs savent qui prend les décisions. Personnellement, j’ai un style direct et simple. Je suis convaincue que chacun contribue a la qualité du service client et apporte sa valeur ajoutée au développement de l’entreprise. Je crois aussi au progrès social, à l’intelligence des hommes et des femmes, à leur capacité à comprendre. C’est exigeant mais cela responsabilise et rend chacun plus heureux dans son travail. (Article complet : Les Echos)

LA FONDATION

D. Marcovici est une femme engagée dans l’art contemporain et le droit des femmes. Un exemple: la Villa Datris à L’Isle-sur-Sorgue (84): collectionneuse d’art contemporain, Danièle Kapel-Macovici a fondé avec son compagnon l’architecte Tristan Fourtine (décédé le 3 janvier 2013) la Villa Datris en 2010. Ensemble, ils ont créé un fonds de dotation en 2010 pour rénover cette villa, y héberger une collection d’art contemporain, et chaque été une exposition thématique.

Sous l’égide de la fondation de France, la fondation Raja-Danièle Marcovici agit pour l’amélioration des la vie des femmes partout dans le monde. Chaque année, elle remet trois prix à des initiatives innovantes dans les domaines de l’éducation, de la lutte contre les violences et de l’entrepreneuriat social.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s