Pascal Caffet aime le chocolat ! C’est dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Radio NoelBusiness Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio |  INEDIT

Diffusé samedi 20/12/14 à 7h | dimanche 21/12/14 à 15h 

Talk 1 : E-Blink séduit Radiall après Alcatel Lucent

                        Talk 2 : Fédération des industries du Jouet : Le marché, Noel 2014 et les tendances

                             Talk 3 : Pascal Caffet aime le chocolat

                        Talk 4 : Le rendez-vous avec le Médiateur Inter-Entreprises

                         ______________________________________________

Pour écouter, réécouter ou télécharger le talk 3 :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20141220_club_2.mp3]

                       TALK 3 : PASCAL CAFFET – PATISSIER CHOCOLATIER 

  • Activité : production et commercialisation de chocolaterie et de pâtisserie de luxe
  • Ville: Troyes
  • Date de création: 1979
  • Dossier déposé par : Pascal Caffet, Président

 Reportage Canal 32:

portrait-Pascal-CaffetLa signature Pascal Caffet est « une histoire de famille» qui a débuté il y a 35 ans à Troyes. En 1979 Bernard Caffet, père de Pascal, réalise son rêve en créant une chocolaterie. Le concept en est simple : une boutique chocolatée pour accueillir les créations de pralinés et de ganaches. Ainsi, à l’âge de 16 ans, Pascal Caffet découvre sa vocation de chocolatier pâtissier. Suite au décès de son père en 1986, Pascal décide de reprendre la maison familiale; il n’a que 24 ans mais impose son style dans la société en complétant la gamme de produits, notamment en y ajoutant une gamme de pâtisseries.

C’est à l’âge de 27 ans seulement, en 1989, que Pascal Caffet remporte le titre tant convoité de « Un des Meilleurs Ouvriers de France Pâtissier». Il était alors le plus jeune Meilleur Ouvrier de France. Cette renommée lui a permis de se faire connaître dans sa profession et a accordé à son entreprise une véritable valeur ajoutée. Des rêves plein la tête, il repart à la conquête des « étoiles » et des médailles. Ambition, perfection, passion et détermination seront les ingrédients de sa réussite: en 1995, il est sacré Champion du Monde des métiers du dessert à Milan. Il souhaite redonner toute sa noblesse au chocolat notamment aux pralinés et créé la collection Sans Doute Les Meilleurs pralinés du monde. Aujourd’hui, Pascal Caffet réalise son praliné de manière traditionnelle et ancestrale.

copie-de-pascal-caffet-faa-ade

En 1990, il quitte le magasin de 50 m2 pour aller juste en face, mais dans 230 m2. 1998, déménagement de la production cette fois du centre-ville à la périphérie de Troyes. Il ouvre en 2003, une deuxième boutique appuyée sur le laboratoire. En 2007, il ouvre une troisième boutique dans les halles de la ville.

Depuis 2011, la Maison Pascal Caffet, chocolaterie pâtisserie, a redéfinit sa stratégie : Déployer la marque et l’enseigne Pascal Caffet sur le territoire français notamment grâce au développement d’un réseau de boutiques en franchise et à l’ouverture de sa boutique en ligne : www.boutique.pascal-caffet.com.

Aujourd’hui la Maison Pascal Caffet c’est un atelier de production à Pont Sainte Marie (Aube), trois boutiques en propre à Troyes, les boutiques franchisées à TURIN (Italie), VOIRON et GRENOBLE (Isère), NEVERS (Nièvre), REIMS (Marne), SENS (Yonne), un distributeur exclusif à Vitry le François (Marne). La marque Pascal Caffet s’exporte jusqu’au Japon (corners). Elle est aussi présente à Turin, en Italie.

La Maison Caffet emploie 46 salariés dont 15 nouvelles embauches ces trois dernières années. La transmission du savoir et savoir-faire est au cœur des équipes avec l’accueil de stagiaires et d’apprentis (10 actuellement).

CHEF D’ENTREPRISE – MARS 2014

Pascal Caffet duplique sa recette en franchise

[…] Pascal Caffet  ambitionne ainsi d’ouvrir 100 boutiques dans les dix prochaines années.

C’est pourquoi, fort de ses trois boutiques en propre dans la région de Troyes, l’homme exporte son concept hors de son fief.

Par prudence, il commence d’abord par tester son concept à Paris en ouvrant une boutique en propre en 2008. Mais il essuie un échec, en plein marasme économique, et met la clé sous la porte deux ans plus tard.  » Je me suis trompé au niveau de la stratégie et de l’emplacement. Et je n’étais pas du tout prêt à transmettre mon savoir-faire « , admet-il.

Une gabegie financière : il perdra dans cette affaire 450 k€. Mais loin de le décourager, l’expérience entraîne une remise en question salutaire.  » Ce fut un déclic. Ce raté a été une expérience bénéfique. Je me suis rendu compte que dupliquer son concept demandait un grand professionnalisme « , analyse Pascal Caffet.

Convaincu que faire du chocolat de qualité en grande quantité à base de recettes artisanales mais avec une rigueur industrielle est possible, l’homme ne s’avoue pas vaincu. Il apprend de ses erreurs et, dès l’année suivante en 2011, se lance dans le bain de la franchise. Cette fois, le démarrage se passe sans heurt avec une première boutique à Voiron, puis une seconde à Grenoble en 2012. Pour éviter toute bévue, il décide de s’entourer d’une société de conseil spécialisée dans la franchise. Et adhère aussitôt à la FFF (Fédération française de la franchise).

Les ingrédients du succès

528-96041_photo_1Il travaille sur son concept afin de proposer des boutiques clés en main à ses futurs franchisés. À qui il fournit un manuel de 500 pages, modus operandi complet, de l’ouverture à la sortie de la franchise. Grâce à sa recette, les franchisés sont capables de réaliser 60 % de marge. Sans cette méthode,  » les résultats ne seront pas au rendez-vous « , assure Pascal Caffet. Le chocolatier s’interroge également sur le profil des entrepreneurs qui vont porter sa marque. Il décide de privilégier  » des jeunes trentenaires passionnés de gastronomie en reconversion professionnelle plutôt que des boulangers susceptibles de modifier le contenu de ses recettes « . Les candidats doivent débourser entre 180 k€ et 200 k€ dont 18 k€ de droit d’entrée. Un montant qui englobe les travaux de la boutique, l’emplacement de 50 m², les meubles réfrigérés et une formation accélérée obligatoire de trois semaines au coeur du laboratoire de production à Troyes.

Source Chef d’entreprise.com 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s