Dossier spécial : Silver Economie, un marché en pleine forme! Dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Radio OnlyDans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

Diffusé samedi 6/12/14 à 7 et dimanche 7/12/14 à 15h

ÉMISSION SPÉCIALE

DOSSIER SPÉCIAL SILVER ÉCONOMIE: les seniors, enjeux de la croissance

Talk 4 : Le rendez-vous du médiateur inter-entreprises

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20141206_club_0.mp3]

TALK 1/2/3 : LA SILVER ECONOMIE: ETAT DES LIEUX, INNOVATIONS, ENJEUX BUSINESS

Le Salon Silver Economy Expo a lieu  jeudi 4 et vendredi 5 décembre 2014 à Paris, l’occasion pour nous de faire un panorama de l’économie liée aux seniors en France et dans le monde.

AVEC

  • Benjamin Zimmer, directeur de la Silver Valley
  • François Pernice, président d’Ordimemo
  • Luc Oriat, président d’Orme Toulouse
  • Hervé Denudt, chargé de développement Ariège Expansion E-apy
→ LA SILVER ECONOMY EXPO

silverexpo2ème édition – C’est le salon BtoB des technologies et services pour les seniors, créé par Alain Bosetti, président de Planète micro-entreprises.

3 000 visiteurs / 80 exposants / 20 conférences

RETOUR EN IMAGES SUR L’ÉDITION 2013

→ LE MARCHÉ DE LA SILVER ECONOMIE

CHIFFRES

En France: Les plus de 60 ans représentent 15 millions de personnes. En 2030, ils seront 20 millions et atteindront 24 millions en 2060.

Les seniors sont des consommateurs à ne pas négliger : ils assureront dès 2015, 54 % des dépenses de biens et services dont 64% pour la santé, 56% pour les dépenses d’assurance, 57% pour les loisirs et 58% pour les équipements de la maison. Un véritable marché pour la plupart des entreprises.

La filière de la Silver économie est en plein essor : le marché dépassera les 130 milliards d’euros en France en 20202 , soit +41% en seulement 7 ans.

(Sources : (1) INSEE – (2) Etude leMarchéDesSeniors.com – 2013)

Dans le monde: 900 millions actuellement, puis 2 milliards de personnes âgées de plus de 60 ans dans le monde d’ici 2050

DANS L’EXPRESS du 1/12/2014 

seniorsLoisirs, tourisme, transport, assurance, alimentation… L’aide à domicile et la santé sont loin d’être les seuls secteurs impactés par l’arrivée en masse de ces nouveaux consommateurs aux besoins hétérogènes. « Moins de 8% des personnes de plus de 60 ans en France sont dépendantes. Penser la silver économie uniquement sous l’angle de la dépendance est réducteur. L’essentiel de la demande des seniors porte en réalité sur le bien vieillir, confirme Mohammed Malki, consultant et expert du bien vieillir. La silver économie regroupe tout un univers de produits et de services destinés à assurer la mobilité, le capital-santé ou la participation à la vie sociale des seniors ». (…)

L’innovation au profit des seniors ne réside pas exclusivement dans les technologies nouvelles : adapter des produits existants est un autre créneau. « Le tout, c’est d’imaginer des biens et services qui ne soient pas explicitement estampillés seniors », résume Alain Bosetti, président du salon Silver Economy Expo. Exit donc le triptyque « big, beige and boring » (« gros, beige et ennuyeux »), pour reprendre une expression anglo-saxonne. Place aux innovations qui répondent aux besoins de seniors actifs (encore au travail ou tout juste à la retraite), fragiles (septuagénaires ou octogénaires) ou carrément dépendants, selon les trois catégories d’âge identifiées par les professionnels du secteur. 

L’enjeu est de taille : si l’on en croit les chiffres avancés par l’ancienne ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’autonomie, Michèle Delaunay, le secteur pourrait générer 0,25 point de croissance annuelle en France et entraîner 350 000 créations nettes d’emplois non-délocalisables d’ici 2020, essentiellement dans le domaine de l’aide à la personne. « Encore faut-il former ces nouveaux aidants à intervenir sur des maladies de plus en plus complexes », nuance Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes. 

A la Silver Valley, on préfère donc ne parier que sur ce que l’on observe. En ne prenant en compte que les entreprises de taille intermédiaire et les startups, le cluster a généré un chiffre d’affaires cumulé de l’ordre de 150 millions d’euros en 2013. D’ici cinq à dix ans, Benjamin Zimmer juge que ce même résultat pourrait se chiffrer en milliards. Idem pour les emplois générés par la filière, qui devraient, selon le directeur de la Silver Valley, concerner à terme des milliers de personnes.

Il faut dire qu’avec 900 millions actuellement, puis 2 milliards de personnes âgées de plus de 60 ans dans le monde d’ici 2050, le marché présente de belles perspectives. C’est la raison pour laquelle la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement vise à « faire de la France un leader mondial de la  »silver économie » » en s’appuyant notamment sur les « silver régions » qui ont fleuri en Normandie, en Aquitaine, ou en Midi-Pyrénées. Une ambition légitime d’après Alain Villemeur, docteur en sciences économiques à l’Université Paris-Dauphine : « Notre pays est bien placé sur le marché de la robotique avec des entreprises comme Aldebaran Robotics, explique l’économiste. Nous bénéficions aussi d’un atout considérable avec notre industrie pharmaceutique, déjà exportatrice. »

La suite de l’article

→ LA SILVER VALLEY

Lancé en 2008, le réseau s’est développé pour devenir Soliage en 2010, puis Silver Valley en 2013.

Structuré autour d’une association, le réseau fédère 3 types d’acteurs :

– Les entreprises de bien et services -destinés aux seniors et à leurs proches

– Les partenaires de l’innovation -qui soutiennent ces entreprises

– Les représentants des utilisateurs -qui sont en lien direct avec les seniors

BENJAMIN ZIMMER A LA SILVER ECONOMY EXPO 2013

→ ORDIMEMO

Activité: conception et fabrication d’ordinateurs pour seniors

Date de création: 2008

Lieu: Saint Marcellin (38)

ORDIMEMO c’est plus de 500.000 heures d’utilisation, 120.000 messages envoyés/reçus, 72.000 photos, 30.000 connexions, 15.000 contacts, 3.500 SMS échangés, 300 installateurs agréés, 56 h par semaine de télémaintenance.

ORDIMEMO propose 5 modèles d’appareils tactiles de la tablette à l’ordinateur tout-en-un (27 pouces).

Simplifier l’usage de l’outil informatique, tel est le credo d’Ordimemo depuis 2009 et le lancement de ses premiers ordinateurs à destination des seniors. Précurseur sur ce marché, la société fondée par François Pernice, à Saint-Marcellin, propose une interface ludique et communicante, sur écrans tactiles uniquement, afin de rendre l’expérience utilisateur la plus naturelle possible. Envoyer un mail, visionner des photos, dialoguer avec ses proches via Skype, consulter ses rendez-vous ou même lire un livre numérique, les fonctionnalités se sont étoffées au cours des années. “Nous sommes positionnés sur un marché de niche qui commence à faire parler de lui avec la Silver économie, constate François Pernice. La demande est réelle.” Toujours en avance sur son temps, Ordimemo avait imaginé il y a un an intégrer des services de domotique. Mais ce n’est pas encore dans l’état d’esprit des seniors que d’utiliser une tablette pour fermer leurs volets ou régler leur chauffage. La TPE de trois salariés poursuit cependant ses recherches, notamment dans le domaine de l’e-santé. Communiquer avec son médecin via sa tablette, lui transmettre les mesures de sa tension artérielle, tout ceci est pour demain.

La tablette Ordimemo propose trois formats d’écran au choix : 8 pouces, 10 pouces, 20 pouces. Le service client inclut une assistance vocale gratuite ainsi qu’une télémaintenance 7j/7, et une visio-assistance. A partir de 199€ TTC.

→ ORME TOULOUSE

ormeActivité: développement de systèmes et de logiciels de Traitement du Signal et de l’Image
Date de création: 1996
Lieu: Toulouse
Effectif: 15
Bureaux en Inde, Chine et Canada

Solutions: suivi automatique d’objets, calculs de positions, vitesse, accélérations, analyse de vibrations, relevé des déformations d’objets, etc.

ACTUALITÉ – mise au point d’un détecteur de chute – depuis 2014

ORME a développé un capteur de chutes non intrusif destiné aux EHPAD et au maintien à domicile. Ce capteur est autonome et indépendant de la personne, il fonctionne de jour comme de nuit et respecte l’intimité car il n’utilise pas les images. Il peut aussi détecter des scénarios alarmants.

La détection de chutes de personnes et une préoccupation majeure actuelle dans les EHPAD ou pour le maintien à domicile des personnes âgées. Le problème est particulièrement sensible la nuit car d’une part le risque de chute est plus élevé, et d’autre par le temps d’immobilisation au sol peut être long. Or, le personnel de nuit en EHPAD est en nombre réduit et de plus, la surveillance est dérangeante pour les résidents car elle nécessite d’entrer dans la chambre. Les EHPAD cherchent donc des solutions pour les aider à détecter les chutes, de manière automatique et non intrusive.

Le système se compose de 3 éléments seulement : un capteur positionné en haut de la pièce, un mini ordinateur et un puissant programme informatique.

La solution respecte l’intimité puisque les informations fournies par les capteurs sont cryptées et ne sont pas accessibles.

→ E-APY (E-autonomie en Ariège-Pyrénées), par ARIÈGE EXPANSION

eapyL’Ariège
Préfecture: Foix
Population: 152 000 habitants

En 2010, Le Conseil Général de l’Ariège a confié à Ariège Expansion une mission d’animation de la filière des technologies et services nouveaux pour le maintien à domicile et l’autonomie des personnes : le programme e-Apy (e-Autonomie en Ariège Pyrénées)

Cap Bellissen est une pépinière d’entreprises installée au cœur de l’EHPAD de Bellissen du Centre Hospitalier du Val d’Ariège. Dotée de bureaux privatifs meublés, équipés en téléphonie et Internet, Cap Bellissen permet aux jeunes entreprises d’accéder à un fonds d’études et d’expertises médicales.

La population ariégeoise est âgée [le taux de personnes d’âge supérieur à 60 ans est en 2007 de 28,3 % alors qu’il est de 21,5 % au niveau national. La moyenne d’âge se situe à 43,5 ans (contre 41,1 ans en Midi-Pyrénées et 39,3 ans pour le territoire national)] et rencontre des problèmes économiques si bien que les plans d’aide sont souvent compliqués à mettre en place car la présence humaine à un coût. La Solidarité et la Dépendance, 1ères compétences du Conseil général de l’Ariège, représentent plus de 60 % de ses dépenses de gestion.

Trois Start-up ont déjà vu le jour, il s’agit de  :

  • L’entreprise OXYMA développe une plateforme de services à la personne à base de capteurs domotiques;
  • L’entreprise Alter.Home, une plate-forme d’assistance qui propose une solution alternative alliant des outils technologiques avec l’intervention humaine;
  • L’entreprise SmartRisk qui vise à modéliser la vie des seniors vivant à leur domicile par l’usage qu’ils font des fluides (eau, électricité, gaz) à des fins de prévention.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s