Pylônes, 30 ans de design français! C’est dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

300e émission

Dans le Business Club de France uniquement sur BFM Business Radio

Diffusé samedi 8/11/14 à 7h et dimanche 9/11/14 à 15h

TALK 1 : MIF EXPO et Orijns : le made in France plus que jamais en vogue!

TALK 2 : Pylônes va fêter ses 30 ans

TALK 3 : Reportage chez LINKBYNET, spécialiste de l’infogérance e-business et championne du management innovant  ! suivi d’un entretien avec Philippe Tavernier de Numergy.

TALK 4 : Le rendez-vous du Médiateur National Inter-Entreprises: Pierre Pelouzet

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20141108_club_0.mp3]

TALK 2 : PYLÔNES, avec Jacques Guillemet, président cofondateur

pylones3PYLÔNES est une marque Française née en 1985 à Paris proposant une collection d’objets cadeaux innovants, souriants, colorés! La marque fêtera ses 30 ans en 2015.

→Activité: design, fabrication et commercialisation d’objets insolites

  • Date de création : 1985
  • Lieu: Colombes (92)
  • CA: 60 millions en 2013, croissance de 10% par an
  • Effectif: 800 en France et dans le monde

Actuellement Pylônes compte 23 boutiques en France, dont la dernière à Carré-Sénart (Seine et Marne) et la prochaine à la Villette (janvier 2015).
La marque est présente (40 boutiques) dans une dizaine de pays d’Europe (Royaume-Uni, ltalie, Allemagne, Hongrie, République Tchèque, Pays-Bas, etc.), mais aussi au Japon, en Australie, au Brésil et à New York.
240 000 bijoux en verre soufflé fabriqués chaque année
2 millions de brosses Lady Pop vendues

Merci à Pylônes pour ce montage… (podcast)

pylones

Vous connaissez ces produits à coup sûr. Flashy, un brin déjantés et pourtant totalement efficaces, ils vont de l’accessoire de cuisine au miroir de sac à main. Leur signe de reconnaissance est visible à l’oeil nu : ils mettent de bonne humeur, sont ludiques. Un mot qui plait à Jacques Guillemet fondateur avec sa femme Léa de la marque Pylones et grand amateur de ces petits riens qui colorent la vie.

Tout commence en 1985 à Paris. Trois jeunes designers intrépides créent des bijoux en caoutchouc, matière réservée plutôt aux pneus et aux chaussures.
L’aspect novateur du produit amuse. Jacques Guillemet, qui décide alors d’exploiter cette trouvaille. Il orne de cette matière synthétique divers objets: des lampes, des miroirs, des maniques, des portes-savonnettes, etc.
Persévérant, au fil des mois il imagine, crée, déstructure des objets, et s’initie à la technique de fabrication des moules et des séries. De ce magma créatif naît Pylones. Le concept: transformer des objets de la vie quotidienne, sans esthétique particulière, en objet détourné, beau et ludique.

Au-delà des frontières

La première boutique ouvre en 1987 sur l’Île Saint-Louis à Paris. Le concept plait. Les moules s’empilent, les couleurs fusent, le design s’emballe. Pionnière dans son domaine, Pylones fait sensation avec les objets d’intérieur. De la pince à épiler aux couverts à salade, de la brosse à cheveux à la râpe à fromage, l’offre se multiplie.

«Je pense que la marque apporte beaucoup de gaieté, de légèreté et d’humour. Les produits Pylones sont vraiment une alternative à la morosité, à la tristesse», explique à FranceSoir l’e-mag Jacques Guillemet qui était conscient, à l’époque, de l’absence d’offre dans le secteur.

Si la force de l’entreprise tient à sa créativité, le travail fourni par les salariés est particulièrement dense. Car derrière chaque objet ou chaque accessoire se cache le talent d’un designer. Aujourd’hui, ils sont une quinzaine à enrichir l’univers de l’entreprise. «Il y a des designers avec qui on travaille depuis 20 ans. Cela nous permet de développer une collection avec cohérence et avec suivi. ll faut savoir que le développement d’un produit peut prendre entre 6 mois et 3 ans», précise Jacques Guillemet.

Certes Pylones ne fabrique pas exclusivement ses produits en France (70% de la production est fabriquée dans son usine en Chine – ils ont racheté fournisseur en 2012), mais elle compte une unité de production à Colombes (Hauts-de-Seine), qui produit les objets fabriqués avec du verre, notamment les bagues.

pylones2→Toujours plus loin

«A Colombes, il y a une belle unité de soufflage de verre. C’est une activité extrêmement technique. Ce sont des gens qui sont normalement formés pour faire des objets qui vont servir dans les laboratoires  d’analyse, dans les laboratoires de chimie. Nous, on applique cette technique pour faire le contenant de nos bagues», explique Jacques Guillemet.

Avec un chiffre d’affaire de 60 millions d’euros en 2013 et une croissance de 10% par an, l’entreprise familiale est devenue numéro 1 mondial dans sa catégorie. «On n’a jamais souhaité être les premiers de la classe. On l’est devenu à force de travail, de passion et de persévérance».

Pour garder son positionnement de leader, l’originalité est constamment poussée à son paroxysme, jusqu’au nom de l’objet: se poudrer avec Cheekita, ôter les peluches de son manteau avec Pile-Poil, servir la soupe avec MissSoupe, ranger l’éponge grâce à Clean et faire manger bébé à l’aide de Petit Glouton

LEURS OBJECTIFS

Pour l’avenir, les objectifs sont déjà bien étudiés: continuer d’ouvrir des boutiques en France et en Europe, développer de nouveaux produits originaux, et essayer de toucher davantage une clientèle masculine. Au rythme moyen d’ouverture d’une nouvelle boutique par mois, Pylones espère bien, grâce à ses créations, continuer à mettre un peu de gaieté et de couleur dans la grisaille ambiante.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s