La Compagnie Française des Crayons : dernier fabricant de crayons en France. C’est dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France sur BFM Business Radio

Diffusion : samedi 27 septembre 2014 à 7h et dimanche 28 septembre 2014 à 15h

Au sommaire :

Talk 1 | Place d’échanges : La première bourse régionale dédiée aux PME a ouvert à Lyon

Talk 2 | La Compagne Française des Crayons : Dernier fabricant de crayons de papier en France

Talk 3 | Reportage chez Aldebaran pour vous présenter des robots de compagnie (utiles !) suivi d’un débat avec JH. Ripoteau, Pdt de Fanuc France pour parler des robots industriels. La France est en retard

Talk 4 | Parole de  Médiateur avec P. Pelouzet, médiateur national inter-entreprises

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20140927_club_0.mp3]

→TALK 2 : La Compagnie Française des Crayons  avec Franck Allilaire, Pdt  

  • Activité: fabrication de crayons
  • Date de création: 1985 (reprise en 2012 par F. Allilaire)
  • Lieu: Lay (Loire)
  • CA: 2 millions € en 2013
  • Effectif: une vingtaine

compagnie française des crayonsDernier fabricant français de crayons de bois, la Compagnie française des crayons (CFC), installée à Lay dans la Loire, perpétue un savoir-faire et des règles de fabrication qui n’ont guère changé depuis que Nicolas Conté a créé en 1800 sa première unité de fabrication à Paris.

Pour préserver cette tradition et la qualité de ses produits, face notamment à la concurrence asiatique, la PME de 20 salariés a choisi de se positionner quasi exclusivement sur le marché du crayon publicitaire.

La CFC, qui a obtenu en 2011 le label « d’entreprise du patrimoine vivant », produit aujourd’hui quelque 10 millions de crayons par an, dont 60% sont destinés à servir de support à des messages pour des collectivités, des entreprises, des chaînes hôtelières, des sites touristiques ou des musées par exemple. Elle s’est aussi spécialisée dans les crayons pour les beaux-arts. 

Mais comment fabrique-t-on un crayon ? 

La CFC a été reprise en 2012 par son gérant actuel Franck Allilaire,  déjà à la tête d’une société d’objets publicitaires (COTTEL) 

L’offre élargie a boosté l’activité des deux sociétés. Les 1 700 clients distributeurs de Cottel se sont rajoutés aux 400 de CFC tandis que la force commerciale a été renforcée. « Sur ces deux années, nous sommes globalement en progression de + 27 % sur un marché de la publicité en recul de – 40 %. Nous avons encore des marges de progression, notamment en France. » 

La CFC a enregistré en 2013 une croissance de 10%, à 2 millions d’euros de chiffre d’affaires. Pour 2014, son objectif est de faire aussi bien, malgré la crise qui se ressent sur les budgets publicitaires de ses clients potentiels.


Le saviez-vous ?

C’est à la fin du 18ème siècle, (1795)  à quelques lieues de l’usine CFC, que furent mises au point et développées par Nicolas CONTE les techniques de fabrication des crayons. En 1795 il invente le crayon conté, un crayon graphite mélangé avec de l’argile, lui conférant plus de dureté que les crayons en graphite pure et ainsi une meilleure adaptation à l’écriture et au dessin technique.

La marque Conté a été rachetée en 1979 par BiC. La partie beaux-arts et la marque Conté à Paris a ensuite quant à elle été rachetée par le groupe britannique ColArt en 2004. (CFC est donc fournisseur de ColArt)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s