Réduction du chômage: la solution innovante de Gaétan de Sainte-Marie, président de PME Centrale. C’était dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France

Diffusion samedi 20/9/14 à 7h et dimanche 21/9/14 à 15h

TALK 1 : COMMENT FAIRE BAISSER LE CHÔMAGE? La lettre ouverte de Gaétan de Sainte-Marie, PDG de PME CENTRALE, au président de la République

TALK 2 : COSTOCKAGE, le « Air BnB » de l’entreposage

TALK 3 : Reportage chez ESKER, leader français de la dématérialisation ! suivi d’un entretien avec Rémy Février, maître de conférence au CNAM et Lieutenant-Colonel (cr) de Gendarmerie

TALK 4 : 1er talk consacré à notre série sur la Médiation interentreprise, avec Pierre Pelouzet: Qu’est-ce que la médiation?

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

TALK 1 : L’idée innovante d’un chef d’entreprise pour réduire le taux de chômage. Avec Gaétan de  Sainte-Marie, PDG de PME CENTRALE

gaetanSainteMarieDans une lettre ouverte au président de la République, Gaétan de Sainte-Marie, président de PME Centrale, fait une « Proposition pour baisser le taux du chômage rapidement, sans coût pour l’Etat, et favoriser le développement des PME françaises. » Selon lui, « CONSIDERER CERTAINS SALAIRES COMME UN INVESTISSEMENT AMORTISSABLE POURRAIT DYNAMISER LES PME ET REDUIRE LE CHOMAGE ».

Les dirigeants d’entreprises françaises – et notamment de PME – ne cessent de le répéter : ils hésitent à recruter, principalement en raison des coûts salariaux trop élevés. Il existe pourtant des solutions simples, sans coût pour l’Etat, et qui, pour autant, ne remettent pas en cause la protection sociale chère à nos concitoyens.

Gaëtan de Sainte Marie, lui-même dirigeant de PME, et dont les 4000 clients sont tous des PME, est un acteur engagé de l’évolution de l’entreprise et de son passage à l’ère de l’agilité.

A l’aune de son expérience, Gaëtan de Sainte Marie, dans une lettre ouverte adressée au Président de la République, propose de considérer le salaire d’une personne – à condition qu’elle soit recrutée pour développer un projet important -, comme un investissement, et donc de pouvoir en amortir le coût sur plusieurs années, tout comme on amortit le prix d’une machine ou d’un équipement important.

Une idée qui, si elle était mise en place, pourrait être le point de départ d’un cercle vertueux entraînant une baisse du chômage : en libérant ainsi la capacité d’investissement des entreprises, ces dernières pourraient embaucher immédiatement des chefs de projet ou des responsables de développement, lesquels, en œuvrant à l’accroissement du dynamisme de l’entreprise, permettraient à cette dernière de générer une activité que le tissu entrepreneurial français réclame à cors et à cris pour pouvoir répondre à la demande toujours soutenue des consommateurs…et cela, sans coût pour l’Etat.

Les motivations de Gaëtan de Sainte Marie et sa proposition concrète sont présentées dans sa lettre ouverte au Président de la République, reprise ci-dessous in extenso.

Lettre ouverte à François Hollande :

Proposition pour baisser le taux du chômage rapidement, sans coût pour l’Etat, et favoriser le développement des PME françaises.

Monsieur le Président,

Pourquoi les entreprises peuvent-elles amortir le coût d’une machine et pas celui d’une embauche ?

Bien sûr il ne s’agit pas de comparer des hommes et des machines. Mon parcours de dirigeant de PME depuis une quinzaine d’années et de membre engagé du Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) depuis 10 ans, appuie ma conviction qu’une entreprise est faite d’hommes et de femmes. Sans ces hommes et ces femmes, l’acte d’entreprendre et le développement de l’entreprise est vain et inutile.

Aujourd’hui les PME ne peuvent embaucher autant qu’elles le voudraient car leur capacité d’investissement est limitée. Il ne s’agit pas ici de parler des charges sociales très importantes en France, ni des besoins de financement, difficiles à trouver, mais d’un moyen d’embaucher sans alourdir le résultat de l’entreprise.

Pourquoi une entreprise qui investit dans une nouvelle machine, par exemple pour développer une nouvelle ligne de produit, peut amortir ce coût sur plusieurs années, et donc ne pas charger le résultat de l’entreprise, alors qu’une entreprise qui souhaite embaucher un Homme pour se développer, ou développer un nouveau projet, ne peut amortir ce coût ?

Comme pour un investissement matériel, cet investissement dans l’Homme peut nécessiter plusieurs années pour trouver son point d’équilibre. Il serait donc logique qu’une entreprise qui embauche une personne pour développer un nouveau projet, puisse amortir le coût de son salaire sur une période déterminée. En effet, durant cette phase de développement du projet, ce salaire n’est pas rentable pour l’entreprise. Il devrait donc être considéré comme un investissement, ce qui permettrait de l’amortir.

Cette décision d’amortissement, afin d’être bien utilisée dans le cadre de projets de développement et de ne pas être travestie, devrait être soumise à une décision prise par le dirigeant en concertation avec l’expert-comptable ou le commissaire aux comptes de l’entreprise.

Il est à noter que cette proposition n’est pas une hérésie comptable, puisque il existe déjà la possibilité d’amortir le coût d’un salaire dans le cadre de projets de Recherche et Développement.

Cette solution présente de multiples avantages au regard de la situation du chômage en France et des besoins actuels des entreprises :

  • Embauches immédiates possibles par les entreprises dans ce nouveau cadre d’investissement, ce qui leur permet de mener plusieurs projets de front (exemple : développement international, sur un nouveau marché français, sur de nouveaux produits, sur une nouvelle zone géographique en France, etc…),
  • Baisse du chômage : on libère la capacité d’investissement et d’embauche des PME françaises,
  • Coût égal à zéro pour l’Etat car l’entreprise continue à payer normalement les charges sociales salariales et patronales,
  • Coût égal à zéro pour le salarié qui perçoit son salaire et est payé normalement,
  • Amélioration du résultat financier de l’entreprise et donc de sa capacité à trouver des financements auprès des banques,
  • Simplicité et rapidité de la mesure à prendre par le gouvernement et à appliquer par les entreprises.La proposition concrète est la suivante :« Le salaire brut chargé de la première année d’une personne embauchée par une PME dans le cadre d’un projet de développement parfaitement identifié est amortissable pour une période de 2 à 5 ans. »En espérant trouver un écho favorable à cette proposition partagée par de nombreux dirigeants de PME, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.Gaëtan de Sainte MarieDirigeant de PME CENTRALETéléchargez la lettre: CP lettre GSM au PR

PMECentrale

A PROPOS DE PME CENTRALE

PME Centrale est un groupement d’Achats de PME indépendantes, créé en 2001. Elle réunit aujourd’hui plus de 4 000 entreprises implantées sur le territoire national, qui réalisent 6,6 milliards d’euros de CA et emploient plus de 60 000 salariés.

PME CENTRALE EN QUELQUES CHIFFRES :

  • Plus de 4 000 entreprises en France
  • Plus de 60 000 salariés
  • 6,6 milliards d’euros de CA
  • 13 années d’expérience en matière d’achats
  • Jusqu’à 60 % d’économies possibles
  • 6 catégories d’achats dont les Achats Durables et des avantages salariés
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s