La rentrée : un temps fort pour Clairefontaine-Rhodia ! C’est dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France sur BFM Business Radio 

Diffusion samedi 6/9/14 à 7h et dimanche 7/9/14 à 15h

→Talk 1 : C’est la rentrée, faites-vous du bien ! Spas, hammam, saunas et même coiffeurs, réservez sur Balinea.com

→Talk 2 : C’est la rentrée ! Quoi de neuf dans la création publicitaire en cette période de crise. Réponse avec « Josiane »

→Talk 3 : C’est la rentrée ! Reportage chez Digischool – cours en ligne suivi d’un entretien avec Hervé Borredon, Président d’ITOP, spécialiste des réseaux internet dans les collèges et lycées

→Talk 4 : C’est la rentrée : Un moment fort pour le groupe Clairefontaine. Avec Guillaume Nusse, son Président

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission : 

TALK 4 : La rentrée chez Clairefontaine-Rhodia chez Guillaume Nusse, Président

la-marque1

Guillaume Nusse est le Président de Clairefontaine-Rhodia (Groupe Exacompta-Clairefontaine). Il représente la 6ème génération de la famille dirigeante (mais pas fondatrice) du groupe. C’est son grand-père Charles Nusse qui en prend les rênes en 1950.

Le groupe Exacompta Clairefontaine est coté en Bourse. Il comprend 4 entités : Exacompta (Articles de bureau & classement) – AFA (Agendas & articles de luxe) – Papeteries de Clairefontaine (Papiers & articles façonnés) – Clairefontaine Rhodia (bureau, scolaire, loisirs, beaux-arts) 

Produits de Clairefontaine Rhodia: cahiers, blocs, enveloppes, dessin, beaux-arts, loisirs créatifs, décoration, jeux d’éveil

Repères… (Groupe)

  • Activité : leader européen d’articles de papeterie
  • Lieu : Groupe : Etival-Clairefontaine (88) – Clairefontaine Rhodia : Ottmarsheim (68 – Haut Rhin)
  • Date de création : 1858 
  • CA Groupe : 524M€ en 2013
  • Effectif : 3 300
  • 20 sites de production en France – 7 à l’étranger
  • 5 plateformes logistiques en France sur plus de 100 000 m2
  • Nombre de cahiers et blocs produits par an : 200 Millions

Historique

C’est en 1858 que Jean-Baptiste Bichelberger fonde les papeteries de Clairefontaine et crée la première usine du futur groupe dans les Vosges à Étival-Clairefontaine, qu’il promouvra jusqu’à sa mort en 1877. Paul Bichelberger, avec Émile Champon, introduit l’utilisation du bois comme matière première. Les premières enveloppes et cahiers sont alors fabriqués.

De 1904 à 1914, l’entreprise grandit et son effectif dépasse les 1 100 personnes à l’aube de la Première Guerre mondiale. Elle est alors dirigée par Louis Nusse, gendre de Jean-Baptiste Bichelberger. En 1919, Léon Daridan fait redémarrer l’activité et sera aussi le reconstructeur de l’usine après la Seconde Guerre mondiale.

De 1950 à 1971, Clairefontaine connaît une forte croissance grâce à la modernisation de ses machines à papier sous la direction de Charles Nusse (fils de Louis Nusse). L’entreprise lui doit également son logo.

Aujourd’hui, les trois activités : papier, enveloppes et cahiers, sont toujours présentes sur le site. L’usine dispose de deux machines à papier de 3,40m de large. Pour l’une d’entre elles, la vitesse de production atteint 1000m par minute, ce qui représente 60km et 15 tonnes de papier par heure. Ils livrent 200 000 tonnes de papier par an.

Home-Usine-Yellow

La rentrée…

cahier-clairefontaine-piqure-48-pages-format-17-x-22-cm-90-gr-blanc-seyes-grands-carreaux-couverture-pliculle--2« Pour nous, la rentrée commence dans les bureaux et plus d’un an à l’avance. Les produits les plus basiques sont réalisés très tôt, pour mettre le stock à niveau. Mais c’est vrai que le printemps et l’été sont les périodes hautes pour nous. »

Au fil des années, vous avez vu les choses évoluer en ce qui concerne la préparation de la rentrée scolaire ?

« Complètement. Au milieu des années 90, les grosses commandes se faisaient en mars/avril et le reste fin août/début septembre. C’était plus facile pour nous. Et il ne faut pas se voiler la face. Les belles années sont derrière nous. A l’époque, on imposait nos prix. Aujourd’hui, c’est très dur. On est en rentabilité 0 voire négative au niveau des produits pour la rentrée scolaire. Et la pression de la grande distribution n’arrange rien. La liste scolaire, c’est vu comme une prescription médicale par les familles mais cela reste une dépense obligatoire. Et cela nous fait endosser le mauvais rôle. Il faut savoir qu’on vend aujourd’hui nos produits moitié moins cher qu’il y a 20 ans

Source Vosges Matin

«Notre principal concurrent n’est pas un pays low cost. Ce n’est pas le Maghreb mais l’Allemagne. Les produits allemands sont moins chers que les nôtres mais les salariés allemands sont mieux payés que les salariés français. Il faut bien comprendre que le coût du travail est un facteur clé pour la compétitivité des entreprises françaises», explique Guillame Nusse. Né en 1966 dans les Vosges où il a accompli toute sa scolarité, Guillaume Nusse a suivi des études de gestion à La Sorbonne, à Paris. Après une première expérience dans la distribution en Angleterre, il a repris en main une filiale du groupe familial Exacompta Clairefontaine en région parisienne. 

Depuis 15 ans, Guillaume Nusse a misé sur la diversification pour s’adapter à la concurrence des fabricants asiatiques et des marques appartenant à la grande distribution qui proposent des produits à des prix bas. Il a également adapté l’entreprise à la montée en puissance des produits numériques. Il y a quinze ans, les femmes adoraient avoir un agenda bloc-notes volumineux. Aujourd’hui, elles sont équipées d’un Iphone, d’un blackberry, d’un Ipad ou d’un autre appareil mobile à tout faire. «Nous ne pouvons pas et ne voulons pas nous battre contre les géants du numérique. La concurrence entre eux est déjà féroce. Celui qui domine le marché à un moment donné est vite remplacé par un autre», analyse Guillaume Nusse. 

Face à la montée en puissance des produits high-tech, Guillaume Nusse a lancé avec succès de nouvelles gammes visant le marché des loisirs éducatifs. Cette activité représente plus de 50% du chiffre d’affaires de son département. «Le marché des beaux arts, des activités artistiques, des jeux d’éveil et des loisirs actifs pour enfants se développe», explique-t-il. 

Guillaume Nusse a également développé les exportations vers le Moyen Orient, l’Asie et l’Australie en misant sur les marques. Aujourd’hui, les produits de son département sont présents dans plus de 100 pays. «Notre activité export connaît une croissance à deux chiffres, mais nous sommes sur des marchés de niches», observe Guillaume Nusse. 

Source Le Figaro

Pour aller plus loin… 

Guillaume Nusse invité du grand journal le 7 aout 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s