La start-up française Pretty Simple fait jouer 100 millions de personnes dans le monde. C’était dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

C’était dans le Business Club de France sur BFM Business Radio

Diffusion Jeudi 10/4/14 à 21h | Samedi 12/4/14 à 7h et Dimanche 13/4/14 à 15h

Au sommaire :

TALK 1 : Ma Too Ma : un futur géant des objets connectés ? 

TALK 2 : Pretty Simple fait jouer 100 millions de personnes

TALK 3 : Reportage chez ARKADIN

TALK 3 et TALK 4 : Dossier : Comment travaillerons-nous demain ? Fini CDD et CDI, places aux missions et à la conduite de projets ?

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :
[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20140410_club_0.mp3]
TALK 2 PRETTY SIMPLE  avec Corentin RAUX

La start-up français fait jouer 100 millions de personnes dans le monde sur Facebook grâce à son jeu : « Criminal Case ».

Criminal Case est un jeu d’enquêtes policières, création originale. Chaque joueur y incarne un inspecteur du département de police scientifique de Grimsborough, chargé d’élucider de sombres meurtres. Tout au long d’histoires captivantes, les joueurs cherchent des indices dans des scènes d’objets cachés, analysent leurs résultats, et avancent dans leur enquête, jusqu’à pouvoir démasquer le tueur.

Chaque semaine : une nouvelle enquête !

criminal-case

Le jeu est free-to-play, ce qui veut dire que les internautes peuvent y jouer gratuitement, mais ont la possibilité de payer certaines sommes pour résoudre des enquêtes plus rapidement. Et le modèle fait « merveille ».

L’entreprise a été créé en 2010. il a fallut plus de 18 mois pour développer ce jeu au graphisme très soigné. En 2013, le jeu comptait plus de 100 millions de joueurs et le chiffre d’affaires a dépassé les 10 millions d’euros !

Plus de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013″, se réjouit Corentin Raux, l’autre cofondateur. Combien exactement? « Beaucoup, beaucoup plus que 10 millions d’euros », consent Guillaume Lautour, l’associé du fonds de capital-risque Idinvest, qui a investi près de 3 millions d’euros dans la start-up. « C’est le record de la tech française en termes de croissance et de rentabilité : mieux que Criteo, Deezer ou Kelkoo », note Julien Codorniou, directeur plateforme Europe de Facebook, support sur lequel Pretty Simple a percé. Source : Challenge

Reportage BFMTV

Coté effectif : une vingtaine au départ (payés grâce à des levées de fonds), une cinquantaine aujourd’hui et certainement une centaine fin 2014 !

Et maintenant ? 

Une version de Criminal Case pour mobile (IOS et Android) et certainement aussi un déménagement, mais dans Paris (pas question de partir pour les fondateurs Bastien Cazenave et Corentin Raux

Sur son ordinateur, Bastien Cazenave montre fièrement des photos de l’immeuble, classé aux Monuments historiques, où s’installera en juin sa start-up. Dans le quartier de l’Opéra à Paris, une splendide façade Art déco, couverte de céramiques, avec un portail orné de ferronneries. « Nous occuperons les huit étages, précise le jeune homme. Une surface de 3.300 mètres carrés. » Bien assez pour accueillir les 60 salariés de Pretty Simple, dont les effectifs doivent grimper à 150 d’ici à l’an prochain. Source : Challenge

CriminalCase_CrimeScene-1024x646

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s