Le marché des crèches privées avec Les Petits Chaperons Rouges. C’était dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

C’était dans Business Club de France sur BFM Business Radio 

Au sommaire

TALK 1 : EASY CASH : le marché de l’occasion a la cote

TALK 2 : LES PETITS CHAPERONS ROUGES : les crèches privées ont aussi la cote

TALK 3 : MARCO ET VASCO (Reportage)

TALK 3 et TALK 4 : DOSSIER : Créer des entreprises, osez, utilisez les technologies pour réussir !

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20140327_club_0.mp3]

TALK 2 : LES PETITS CHAPERONS ROUGES  avec   Jean Emmanuel Rodocanachi – Président co-fondateur
  • 170 crèches privées en France
  • 2400 salariés
  • 101 millions d’euros en 2013

Ses clients sont des entreprises telles que Alstom, Apicil, Areva, AXA, CNP Assurances, EDF, France Telecom, GDF Suez, Groupama, La Poste, Peugeot, Sanofi Aventis, SFR, Suez Environnement, Schneider Electric, Total, Veolia ou Vinci, et plus de 550 PME et TPE.

imgres-3

Les Petits Chaperons Rouges travaillent avec des collectivités telles que les villes d’Aix-en-Provence, de La Courneuve, de Grenoble, de Mérignac, de Montpellier ou de Nanterre ; mais aussi avec des services de l’Etat comme les ministères de l’intérieur, de la défense, de la justice, le MINEFI, la DGAC ou les SRIAS.

De même, le pôle santé est très présent chez Les Petits Chaperons Rouges avec des clients tels que l’APHP, les Hospices Civils de Lyon et les hôpitaux ou cliniques de Compiègne, Créteil, Dôle, Limoges, Nancy et Nîmes.

Il y a des groupes qui connaissent une croissance presque insolente. C’est le cas par exemple du groupe privé de crèches Les Petits Chaperons Rouges principalement situées en Ile-de-France. Dans un communiqué, l’entreprise se félicite de la croissance de son réseau national de 150 crèches. « Grâce à l’ouverture d’une vingtaine de nouveaux établissements, le groupe Les Petits Chaperons Rouges créera 500 emplois en contrat à durée indéterminée en 2014, dont la moitié en IDF », se félicite le groupe dans un communiqué.

Les Echos écrivaient récemment : « Ces deux dernières années, le secteur privé a créé près d’une place de crèche sur deux. Il propose au gouvernement de l’aider à poursuivre l’effort et faciliter la tâche de tous les acteurs. » Comment ? Sous quelle forme ? 

Public et privé, même combat ! Les entreprises de crèches se disent prêtes à assurer 20.000 des 100.000 créations de berceaux annoncées par le Premier ministre au cours des quatre prochaines années. Une place sur cinq ! A première vue, l’objectif peut paraître ambitieux quand près de 65 % des établissements d’accueil du jeune enfant (Ejae) sont gérés par des collectivités locales, tandis que 25 % le sont par des associations. En fait, ces cinq dernières années, les entreprises de crèches ont assuré entre le tiers et la moitié des créations de places, soit une moyenne de 4.000 par an. Elles géreraient actuellement 8 % des berceaux. Comme elles ont sensiblement accéléré le rythme, elles se situent déjà sur la bonne trajectoire pour tenir leur objectif.

Depuis mai dernier, les entreprises de crèches tentent de convaincre les pouvoirs publics que la création des 20.000 berceaux qu’elles sont prêtes à prendre en charge et des 7.000 postes nécessaires (plus 300 emplois d’avenir) se passerait d’autant mieux qu’elles verraient satisfaites deux de leurs revendications : la revalorisation du statut des CAP petite enfance avec la création d’un CAP bonifié. Une mesure qui permettrait aux professionnels concernés d’évoluer et faciliterait aussi les recrutements. L’ouverture du crédit d’impôt famille aux professions libérales, artisans et commerçants à enveloppe budgétaire constante est également demandée.

« La crèche au bureau » : reportage France 2 JT 20H 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s