E-Blink : une technologie française qui surfe sur la 4G. C’était dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

C’était dans le Business Club de France sur BFM Business Radio

Diffusion  jeudi 2/1/14 à 21h  | samedi 4/1/14 à 7h | dimanche 5/1/14 à 15h

Au sommaire :

TALK 1 : JAUNE POUSSIN : un restaurant low cost qui ne répercute pas la hausse de la TVA

TALK 2 : DEMANDE JUSTICE.COM ou comment saisir la justice à peu de frais

TALK 3 : E-BLINK : une technologie française pour la téléphonie mobile qui se développe dans le monde

TALK 4 : KEEWORK : le recrutement 3.0

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20140102_club_0.mp3]

→TALK 3 : E-BLINK  avec ALAIN ROLLAND

  • Activité : solutions fronthaul sans fil pour réseaux de communication mobile
  • Lieu : Boussy St Antoine (91) – aussi bureau dans la Silicon Valley
  • Date de création : 2005
  • CA : 250 000 fin 2012 (chiffre Société/com)
  • Effectif : environ 25
  • Parmi ses clients : Bouygues, Orange, SFR, partenariat stratégique avec Alcatel-Lucent (intéressant pour le déploiement à l’étranger)

E-Blink_LogoE-Blink a mis au point une solution brevetée, pour révolutionner les réseaux mobiles et crée un nouveau standard sur le marché, sans équivalent, le « Wireless fronthaul » : « Sur les installations classiques des réseaux mobiles, l’équipement télécom est relié à l’antenne par un câble, explique Alain Rolland, le PDG d’E-Blink. Nous avons développé une technologie qui permet de supprimer ce câble (coaxial ou fibre optique) et d’instaurer une communication sans fil». Une solution qui permet de multiplier le nombre de sites accessibles aux relais radio, d’en baisser les coûts et délais d’installation.

« On offre plus de solutions aux opérateurs car notre système réduit les nuisances sur l’environnement, poursuit Alain Rolland. Il évite aussi tous travaux de raccords câblés, le creusement de tranchées, donc les coûts sont moins élevés pour les villes. »

Eblink Image

Un marché très porteur… 

EBlink réalise un nouveau tour de table de 2,8 millions d’euros avec le FSN PME de BPI France et souhaite monter à 6 millions grâce à l’apport d’un industriel. Un programme ambitieux pour répondre aux besoins des opérateurs en matière de déploiement de la 4G en Europe et aux Etats-Unis.

L’engouement pour la 4G est là mais le réseau prend son temps pour se développer. Selon L’observatoire mensuel de l’Agence nationale des fréquences, le nombre de sites 4G autorisés a grimpé de 18,5 % entre septembre et novembre 2013 en France, pour atteindre 11 345 sites où se trouvent des antennes relais. Les opérateurs français se sont engagés auprès de l’Arcep à couvrir 60 % du territoire en octobre 2019 en métropole. Un défi tant opérationnel que technique coûteux, qui ne peut se faire sans l’expertise des équipementiers comme Alcatel-Lucent, Ericsson, ZTE, Huwei ou Nokia. Dans ce secteur, la flexibilité et la capacité d’innovation des start-up pourrait permettre d’accélérer cet agenda.

C’est le cas d’EBlink. La start-up a développé une technologie baptisée Wireless Fronthaul. Elle annonce un nouveau tour de table de 2,8 millions d’euros via le fonds FSN PME de BPI France, portant à 23 millions d’euros les capitaux levés depuis sa création. « Dans les réseaux 4G traditionnels, on trouve des stations de base qui doivent être reliées à la fibre, explique Alain Rolland, le dirigeant de la société. Si on souhaite étendre la portée du réseau, il faut tirer de la fibre optique, ce qui est coûteux. Notre technologie permet de le faire sans fil et d’amener du débit au niveau d’une zone comme une rue grâce à des petites cellules dont la performance est 10 fois supérieure à l’état de l’art en la matière et qui peuvent par exemple être disposées sur du mobilier urbain.»

En somme, EBlink propose de rapprocher les opérateurs des territoires et des villes. «Nous cherchons à compléter cette levée de fonds pour monter à 6 millions d’euros grâce à l’apport d’un industriel qui peut être un équipementier, un fabriquant de puces électroniques, voire ce qu’on appelle une tower company, qui dispose d’un parc immobilier où l’on peut implanter notre technologie», ajoute Alain Rolland.

[…] La suite ici

En Septembre 2013 le gouvernement a annoncé le lancement de grands plans industriels présentés à l’Elysée par le Président de la République et le Ministre du Redressement productif. Dans ce cadre, EBlink rejoint le premier cercle du Plan Industriel Souveraineté Télécoms (indépendance en matière d’infrastructures numériques) dont l’objectif est de fixer une feuille de route d’ici mars 2014. Les premières rencontres ont débuté en novembre. La sélection d’EBlink conforte son positionnement et son expertise dans le domaine des technologies sans fil, du Très Haut Débit mobile et le développement des futures « Small Cells ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s