C’était dans le Business Club : le code du travail est-il adapté à notre quotidien ? (podcast)

Publié le Mis à jour le

bfmbusiness_v1_logo

C’était dans Business Club de France diffusé  Jeudi 19/9 à 21h, samedi 21/9 à 7h et dimanche 22/9 à 15h

Au sommaire :

Greenflex : Une SSDD, une société de développement durable et rentable !

Editialis : Un groupe de presse et ses déboires avec un collaborateur en arrêt maladie qui gagne une course cycliste. Le code du travail en France est-il réellement adapté à la réalité ?

Buzcard : La première carte de visite « actualisable »

Dessine moi un soulier : le site de ventes de chaussures pour dames, sur mesure et personnalisables.

Écouter, rééccouter ou télécharger cette émission :

TALK 2 : EDITIALIS avec Hervé Lenglart

Editialis est  un groupe de communication qui édite 11 magazines sont chefs d’entreprise magazine pour n’en citer qu’un, mais aussi des sites web et autres contenus (événements, conférences…) 

Plus de 90 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de près de 10 millions d’euros.

→Mais l’histoire qui nous intéresse dans cette émission n’est pas celle du groupe, mais celle d’un collaborateur du groupe…

Hervé Lenglart apprend un beau jour et par le plus pur des hasard, que l’un ses salariés avait participé à une course cycliste en Crête et qu’il l’avait même gagnée. Jusque là, une bonne nouvelle… Le hic, c’est qu’il s’est aussi rendu compte que ledit salarié était en arrêt de travail pendant qu’il gagnait en fait cette compétition.

Il a donc contacté l’Inspection du travail, comme l’exige le Code du travail, pour demander le licenciement du salarié. Et là, surprise: on lui a répondu que l’arrêt de travail suspendant le contrat de travail, le fait qu’un salarié soit en train de participer à une course cycliste en Crête alors qu’il est censé être malade regarde la Sécu, mais pas l’employeur! De plus en plus agacé, Hervé en a référé au cabinet du Ministre du Travail, lequel a invoqué un vice de forme et n’a pas même analysé le fond de l’affaire…

Cette histoire démontre le déséquilibre qui existe entre droit et devoir d’un employeur et d’un employé… Une image : le code du travail. Il ne pesait de 450 grammes, il y a 30 ans. Il pèse aujourd’hui 1KG5. 1kg5 de mesures voire de contraintes  pour protéger les salariés. Alors, cela ne veut pas dire qu’il faille revenir sur les acquis sociaux, mais tous les dirigeants s’y perdent, même les experts de la « chose. »

infographie-code-du-travail

Reste qu’aucun pouvoir politique n’ose y toucher et l’on constate à coups de charges sociales de plus en plus lourdes et de contraintes parfois « illogiques » dans le code du travail, que l’entreprise joue le rôle de « protecteur de la société » avant même son rôle de business, de croissance et de développement… Et pourtant l’entreprise n’est pas là pour ça ?

A voir : c’était sur BFM Business : Les Experts. « ETIC » s’est emparé du dossier.


Et vous ? Avez-vous connu une mésaventure avec vos employés ? Racontez-nous ?

Publicités

2 réflexions au sujet de « C’était dans le Business Club : le code du travail est-il adapté à notre quotidien ? (podcast) »

    laurent a dit:
    19 septembre 2013 à 23:03

    Une mésaventure avec un salarié? Plusieurs vous voulez dire! Arrêt maladie de complaisance mais quand cela va s’arrêter?

    […] Editialis : Un groupe de presse et ses déboires avec un collaborateur en arrêt maladie qui gagne u… […]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s