Emploi : arrêtons le massacre !

Publié le Mis à jour le

emploi chomageDans son blog, Georges Ugeux, banquier d’affaires titre le signal d’alarme sur notre politique de l’emploi, notre considération sur le fait d’avoir un emploi… Marchons-nous sur la tête ? Sommes nous devenus ? Avons-nous perdu le bon sens ? 

Extraits. Article complet ici

 

→Récemment, une émission de télévision a présenté la technologie qui permet aux acheteurs de grandes surfaces de commander ou acheter électroniquement en passant par des caisses électroniques  sans caissier(e)s. La fierté des inventeurs de ce système était égale à la prétention des dirigeants que ceci ne diminuerait en rien l’emploi. Au détour de l’émission on apprend cependant que d’emblée une demi-douzaine de caisses électroniques seraient établies « dans une première phase ». En clair, à terme la grande majorité des caissier(e)s va être remerciée.

Il ne s’agit évidemment pas de retarder le progrès, mais il est essentiel que nous nous arrêtions et que nous nous posions la question du système dans lequel nous vivons.

Nous détruisons de plus en plus d’emplois.

La philosophie économique qui domine nos sociétés dites avancées est celle qui consiste à charger tellement la barque de l’employeur qu’il devient indispensable de trouver des moyens de  réduire l’emploi.

Chaque restructuration s’accompagne de quelques centaines, voire quelques milliers d’emplois. Les entreprises doivent rester libres, mais les interventions de soutien des pouvoirs publics peuvent faire la différence.

Nous tuons l’esprit de service

Lors des quelques jours de vacances que j’ai passés en Bretagne et à l’Ile de Ré, ce qui m’a le plus frappé, c’est l’absence de service. Habitué à voir dans les restaurants, les hôtels, les gares et les aéroports, une abondance de main d’œuvre effectuant des tâches extrêmement diverses, je suis revenu frappé par le fait que les secteurs de services ont une main d’œuvre insuffisante.

C’est tout le système économique qui tourne à l’envers et nous n’avons pas réussi à trouver le moyen de motiver ceux et celles qui sont en contact avec la clientèle. A la moindre demande, c’est une réaction défensive qui vous accueille.

Avons-nous conscience du privilège que représente le travail ?

L’attitude de ceux et celles qui ont un travail est absurde : les privilégié(e) s que nous sommes, nous qui avons un emploi, nous devrions respirer le bonheur d’avoir cette responsabilité et ce salaire. Au lieu de communiquer ce plaisir, ce ne sont que râleurs et râleuses aux comptoirs des gares, des aéroports, des administrations publiques.

Cette attitude fait injure aux millions d’entre nous qui donneraient tout pour avoir cet emploi.

La rigidité syndicale tue l’emploi

En matière d’emploi, les syndicats ont adopté une attitude corporatiste qui défend leurs membres. Les chômeurs ne les intéressent pas : ils ne paient pas de cotisation […]

C’est en acceptant plus de flexibilité sur l’emploi que nous arriverons à ajouter des emplois. Le refus de l’emploi précaire est criminel : demandez aux chômeurs s’ils ne seraient pas prêts à accepter un emploi précaire et la dignité qui l’accompagne. Les fils les plus déchirants sur le chômage sont français.

Lier les niches fiscales à l’emploi

Monsieur Gattaz, le nouveau patron du MEDEF a réclamé 100 milliards de baisse de charges et autres taxations. Pas un mot de ce qu’il propose en échange. S’il s’engage à recruter 1 million de nouveaux travailleurs, cela revient à 100.000 euros par emploi, ce qui réduit les indemnités de chômage face à la collectivité. […]

Innover sans réduire d’emplois.

Qui plus est, parmi les problèmes les plus urgents de notre société, l’énergie est un coût qui risque de s’accroitre et qui menace la compétitivité des industries européennes. Les déclarations de Gérard Mestrallet, le patron de GDF Suez ne laisse aucun doute.  Sans politique énergétique sans tabous, les groupes européens se développeront hors d’Europe.

Les réductions réclamées par le MEDEF pourraient être également ciblées sur les entreprises qui innovent, non pour détruire l’emploi, mais pour réduire ces autres charges qui pèsent sur nos entreprises et qui n’ont pas d’impact sur l’emploi.

Il est plus important de financer la recherche en matière de consommation d’essence du secteur automobile que de la condamner à une mort lente.

Recréer un dialogue social

La rigidité mentale des pouvoirs publics, du MEDEF et des syndicats est la plus importante force de destruction d’emplois en France. Les pays d’Europe continentale, et singulièrement du sud, s’en sont fait une spécialité. C’est intolérable.

Il faut avoir le courage de faire éclater ce carcan et de trouver des solutions qui stimulent l’emploi, en ne favorisant pas le chômage par des indemnités trop chères et trop longues.   C’est un vrai changement de mentalité. L’économie est au service de l’homme et de la femme, et non l’inverse.

→Et vous qu’en pensez-vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s