Le CICE : un machin trop compliqué pour les TPE/PME ?

Publié le Mis à jour le

ciceSeules 43% des PME vont recourir au CICE, et 80% d’entre-elles se disent « mal informées » au sujet de ce dispositif lourd et complexe. 

60% des patrons de PME disent manquer d’information sur le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, qui attire néanmoins près de 80% de celles employant plus de 100 salariés, selon un sondage publié à l’occasion du salon Planète PME organisé mardi 18 juin.

Interrogés sur les « principaux freins à l’utilisation du CICE, introduit en janvier par le gouvernement socialiste, 60% des patrons de PME répondent « le manque d’information sur le dispositif », selon le 18e baromètre du groupe d’audit KPMG et de la CGPME sur le financement et l’accès au crédit des petites et moyennes entreprises (PME).

Quant à leur intention de recourir au CICE, seuls 43% répondent « oui » dans l’ensemble mais ce taux est beaucoup plus élevé chez les plus grosses PME: 79% des entreprises de 100 à 249 salariés répondent positivement et 78% de celles employant entre 250 et 499 salariés.

Ce nouveau dispositif annoncé en novembre dans le cadre des mesures de relance de la compétitivité et entré en vigueur cette année vise à réduire le coût du travail sur les salaires allant jusqu’à 2,5 Smic.

Le CICE aurait fait baisser le coût du travail

Au premier trimestre, après intégration du CICE, le coût du travail, salaires et charges des secteurs marchands non agricoles a reculé de 1,9% en données corrigées des variations saisonnières par rapport au trimestre précédent, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Il avait augmenté de 1,0% au quatrième trimestre.

Par rapport aux trois premiers mois de 2012, le coût du travail est resté stable mais aurait augmenté de 1,8% hors effet du CICE, a précisé l’Insee.

Ces chiffres « contrastent avec la hausse globale de 14% du coût du travail et de 17% dans l’industrie sur le précédent quinquennat », a commenté lundi devant quelques journalistes la ministre déléguée chargée des PME, Fleur Pellerin, qui doit se rendre mardi au Salon Planète PME organisé par la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (GGPME).

« C’est l’amorce d’un virage dans l’écart de compétitivité entre la France et l’Allemagne », a estimé son entourage.

L’enquête commandée par la KPMG et la CGPME été réalisée par téléphone du 21 au 28 mai par l’institut Ifop auprès d’un échantillon de 401 dirigeants d’entreprises représentatif des entreprises françaises de 10 à 500 salariés.

(Avec AFP)

Avant sa mise en place, Isabelle Gollentz (Bfm business.com)  se demandait : « à qui va profiter le CICE ? » et cet article écrit en novembre dernier et encore (trop) d’actualité. Car il ne profite pas vraiment aux petites entreprises

Le gouvernement ne cesse de le répéter : Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi concernera bien toutes les entreprises. Mais certains secteurs, de par leur structure, en profiteront plus que d’autres. Le dispositif sera indexé sur la masse salariale, donc plus une entreprise a de salariés et plus le crédit sera élevé.

Mais ça dépendra, surtout, de l’échelle des salaires de l’entreprise. La mesure se limitera en effet aux salaires inférieurs à 2,5 fois le smic, jusqu’à 3 465 euros bruts par mois. Selon les calculs du gouvernement, 83% de la masse salariale des entreprises françaises se situe sous ce seuil.

 Le CICE profitera donc plus aux grandes entreprises qu’à l’artisanat. Et parmi ces dernières, la grande distribution devrait être la grande gagnante. Le secteur emploie en tout 750 000 personnes dont 85% au statut d’employés-ouvriers qui sont sous la barre des 2,5 fois le smic.

Même ordre d’échelle dans le secteur bancaire. Avec ses 370 000 salariés, les banques restent l’un des principaux employeurs en France.

Un secteur un peu perdant, c’est celui de l’industrie. En s’arrêtant au seuil de 2,5 smic, le gouvernement le pénalise un peu. Le secteur voulait 3,5 smic, comme le préconisait d’ailleurs le rapport Gallois. Un niveau de salaire qui correspondait mieux à la réalité de la masse salariale, plus qualifiée, de l’industrie.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s