Les entreprises où il fait bon travailler : C’était dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club cette semaine

Emission diffusée

  • Jeudi 21 mars à 21H
  • Samedi 23 mars à 7H
  • Dimanche 24 mars à 15H
PARTIES 1 & 2

Les entreprises où il fait bon travailler…

HomePageSlide02 1

Avec :

  • Patrick Dumoulin, directeur général de l’Institut Great Place To Work
  • Véronique Bourez, présidente de Coca Cola France
  • Hélène Boulet Suppau, directrice générale de Sarenza
  • Olivier Vialard, DRH Décathlon France

Écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20130325_club_1.mp3]
A SUIVRE...

Quelles sont les bonnes pratiques dans ces entreprises ?

coca cola→Pourquoi fait-il bon travailler chez Coca Cola France ? 

Quelques chiffres :

CA : 28,7 millions €

Effectif : 88 (43% d’hommes et 57% de femmes, 91% de cadres et 9% de non-cadres. L’âge moyen y est de 39,6 ans et l’ancienneté moyenne de 8,3 ans). 

Bonnes pratiques chez Coca Cola : 

La flexibilité, un objectif prioritaire

L’année 2012 a été l’année de la flexibilité du temps de travail pour les collaborateurs de Coca-Cola France. Un accord de télétravail a été signé et mis en place, permettant à chacun de rester travailler chez soi un jour par semaine, pratique qui a déjà été largement adoptée par 48 % des salariés.  Par ailleurs, pour réduire le nombre de déplacements longs, l’équipement des salles de visio-conférence a été développé et l’utilisation de Skype étendue à tous. De plus, tous les collaborateurs ont également accès à un système très performant de téléprésence. Enfin, le management a continué à faire preuve d’exemplarité, en établissant comme norme d’avoir quitté le bureau avant 20h.

Le développement personnel et le renforcement de la culture d’équipe à travers le programme ‘Own the future’, lancé en 2012  

En 2012, un programme de formation audacieux et particulièrement innovant a vu le jour : Own The Future. Son ambition : faire prendre conscience aux collaborateurs et aux managers que leur destin est entre leurs mains et que c’est à eux qu’il appartient de ‘faire bouger les lignes’. Parce que cela suppose d’avoir une bonne compréhension de soi et de ses modes de fonctionnement, ce nouveau programme a consisté, dans un premier temps, à établir le profil des « préférences cérébrales » de chacun sur la base d’un questionnaire (HBDI®) conçu par le chercheur américain Ned Herrmann.

Own The Future est ensuite venu compléter cette meilleure connaissance de soi à tous les niveaux de l’organisation. L’objectif a été d’entraîner l’ensemble des collaborateurs  à comprendre les tenants et aboutissants comportementaux des situations dans lesquelles ils donnent le meilleur d’eux-mêmes, en utilisant des concepts qui permettent de mieux comprendre leurs propres limitations, et des outils de résolution de situations de blocage.

sarenza→Pourquoi fait-il bon travailler chez Sarenza ?

Quelques chiffres : 

Date de création : 2005

CA : plus de 100 millions en 2012

Effectif : 145

Présence : Royaume Uni, Allemagne, Italie, Espagne, Pays-Bas, Pologne, Suède, Danemark

Une bonne pratique : 

« Parent serein » : pour porter attention aux situations particulières des salariés

Tout en défendant une stricte égalité homme/femme, Sarenza a mis en place une période d’adaptation pour les jeunes parents. Tout nouveau parent (homme ou femme) peut bénéficier, en plus des congés de paternité ou de maternité légaux, d’un aménagement de son rythme de travail pendant 15 jours. Sarenza lui fournit un ordinateur portable et il peut ainsi travailler à mi-temps de chez lui.

« Plus de pouvoir d’achat »  

Pour améliorer le pouvoir d’achat mensuel des collaborateurs, Sarenza a décidé de mensualiser sa prime conventionnelle annuelle liée à l’ancienneté alors que jusqu’à présent cette prime faisait l’objet de deux versements semestriels. Les conséquences de ce parti pris ne sont pas négligeables étant donné que cela représente en moyenne une augmentation du salaire brut mensuel perçu de 6,15 % ! Cette mesure est donc un levier qui permet d’améliorer le quotidien des collaborateurs en leur facilitant l’accès au logement par exemple.

decathlon→Pourquoi fait-il bon travailler chez Décathlon ?

Quelques chiffres : 

CA : 3 milliards €

Effectif : 11 921 (11 742 en 2011)

Date de création : 1976

Postes les plus courants dans l’entreprise :

Vendeur 40%

Vendeur sportif 26%

Responsable de rayon 15%

Créé en 1976 sous le nom de Decathlon (entreprises grande distribution spécialisées dans sport et loisir) et rebaptisé Oxylane en 2008. le groupe appartient aux familles Leclercq et Mulliez. Dirigé aujourd’hui par Matthieu Leclercq. Siège social : Villeneuve d’Ascq.

50 000 collaborateurs dans le monde

Une bonne pratique : 

Decathlon est une entreprise très appréciée des jeunes. De nombreuses responsabilités leur sont confiées très tôt avec en parallèle un parcours de formation planifié dans le temps leur donnant ainsi les moyens d’exercer leur métier en toute autonomie. Des formations au commerce, mais aussi au management. En effet, être patron d’une équipe à 22 ans, chez eux, est une pratique régulière. A la sortie de l’école,  il n’est pas rare d’être nommé responsable d’un compte de résultat ou encore d’une équipe et d’avoir la responsabilité de faire performer cet ensemble autour d’un projet.

Le partage des bénéfices de l’entreprise est un critère valorisant. En effet, un collaborateur a un système de prime qui lui permet comme cette année de toucher pour certains plus de 17 mois de salaire. Un salaire brut associé à des primes permet l’implication des collaborateurs à l’entreprise.

Des pratiques de recrutement originales : le concept «  Viens en short pour une embauche ». Cette pratique casse les codes et permet à chacun d’être au même niveau car seul l’esprit compte.

great place 2

→Le classement 2013 Great place to work France à découvrir intégralement ici.

Les 5 premières entreprises de plus de 500 collaborateurs :

1.    Microsoft France

2.    PepsiCo France

3.    Mars France

4.    Davidson Consulting

5.    Décathlon France

Les 5 premières entreprises de moins de 500 collaborateurs :

1.    NetApp France

2.    Octo Technology

3.    Accurancy

4.   Coca Cola France 

5.   Meritis

Un mot d’histoire… 

logo GPTWGreat Place to Work® est né d’une découverte inattendue. En 1981, une maison d’édition de New York demanda à deux journalistes économiques — Robert Levering et Milton Moskowitz — d’écrire un livre intitulé The 100 Best Companies to Work for in America. Malgré leur scepticisme, les deux compères identifièrent 100 entreprises qui, selon eux, remplissaient les conditions voulues, et c’est ainsi que débuta un long périple qui allait mener à plus de 25 années de recherche, de reconnaissance et de construction d’environnements où il fait bon travailler.

Qu’ont donc découvert les deux journalistes au cours de leur recherche approfondie ? La clé du fondement-même d’une entreprise où il fait bon travailler ne repose pas sur un ensemble normatif de primes et avantages ou de programmes et de pratiques, mais bien sur l’instauration de relations de haute qualité sur le lieu de travail — relations qui se caractérisent par la confiance, la fierté et la solidarité.

Ces connaissances approfondies ont donné naissance à l’Institut Great Place to Work. Les chefs d’entreprise de part et d’autre du globe ont adopté les modèles et la méthodologie de l’Institut comme moyen inestimable pour mesurer et forger un lieu où il fait bon travailler. En 1997, Fortune (aux États-Unis) et Exame (au Brésil) se sont associés avec la branche chargée des recherches à l’Institut pour produire le premier classement mondial des 100 meilleures entreprises. Great Place to Work a peu à peu ouvert ses portes dans quelque 45 pays partout dans le monde, avec encore plus d’ampleur prévue pour les années à venir.

L’Institut Great Place To Work en France a été crée en 2002, un an après la création du Great Place to Work Institute Europe, qui s’était vu confier la mission d’établir le palmarès des 100 Best Workplaces Europe par la Commission européenne. La France a ainsi été le quatrième pays européen à développer les services proposés par le Great Place to Work Institute, après l’Italie, le Royaume-Uni, le Danemark et la Suisse. Aujourd’hui, l’Institut Great Place to Work est associé avec plusieurs des entreprises les plus prospères et innovantes partout dans le monde pour créer, étudier et reconnaître les environnements où il fait bon travailler. Au cours d’une année normale, Great Place to Work œuvre aux côtés de plus de 5 500 organisations, soit quelques 10 millions de salariés. Ces partenariats nous permettent de forger en continu une expertise unique, notamment notre comparaison des cultures d’entreprises multi-sectorielles et nos bases de données des bonnes pratiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s