La formidable histoire du groupe Armor. C’était dans le Business Club

Publié le Mis à jour le

C’était dans Le Business Club de France. Diffusé sam 15/12 à 7h et dim 16/12 à 15h sur BFM Business Radio. 

Au sommaire :

Écouter ou réécouter l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20121217_club_1.mp3]

→GROUPE ARMOR. Avec Hubert de Boisredon, Président.

Armor logoActivité : leader mondial de la technologie de transfert thermique (pour les codes barres entre autres – sa technologie est la plus utilisée dans le monde pour le marquage des codes à barres, logos, dates de péremption ou autres numéros de lot sur des étiquettes ou des emballages souples) et N°1 de la production de cartouches jet d’encre en Europe.

  • Lieu : Nantes
  • Date de création : 1922 (90 ans cette année)
  • CA 2011 : 164,1 millions d’euros
  • CAI 2011 : 116,6 millions d’euros
  • En 3 ans, son CA a progressé de 34,4 % et son CA export de 42,8 %
  • Variation du CAI 2011/2010 : + 19,62 %
  • Part de l’international dans le CA : 71 % notamment aux Etats-Unis et dans les pays émergents (Brésil, Singapour, Chine).
  • Effectif : environ 600 en France – 1900 dans le monde

Hubert de Boisredon prend la tête du groupe Armor en 2004.  La multinationale, créée en 1922 à Nantes, d’où elle a longtemps « inondé » la France et le monde de papier carbone, puis de cartouches pour machines à écrire, puis de rouleau papier pour fax s’engage une dynamique « durable », avec comme principaux objectifs le bien-être des employés et le respect de l’environnement.

Investissements importants et stratégie ambitieuse mis en route dès 2008 comme le démontrent ce reportage de Nantes 7 de 2008

Depuis, les cartouches laser Armor sont, après utilisation, récupérées et recyclées à 95% par l’entreprise (d’où une économie pour Armor: les cartouches recyclées sont réutilisées trois ou quatre fois, avec un prix de commercialisation de 30 à 40% moins élevé que celui d’une cartouche neuve), et les rubans de transfert thermique servant à la confection des codes-barres sont produits sans solvants chimiques.

Une politique qui séduit les clients : en 2011, Armor a vu son chiffre d’affaires croître de 15% à 200 millions d’euros contre 140 en 2004. 

Diversification

Armor révolutionne le photovoltaïque avec sa technologie de films souples

Le spécialiste de la chimie des encres va investir 50 millions d’euros dans son site près de Nantes. Il renforce ses capacités dans le transfert thermique tout en lançant une nouvelle génération de capteurs solaires. RDV en mai 2013.

Historique : 

  • 1912 : Création de l’entreprise « Galland et Brochard » qui fabrique des papiers carbone et prend rapidement une dimension industrielle.
  • 1925 : Création de la marque Armor
  • 1963 : Armor est leader en France pour la fabrication du film et du papier carbone, et la première société à lancer le carbone base solvant en France.
  • 1975 : Lancement de la cassette à ruban pour machine à écrire.
  •  1983 : Première société en Europe dotée de la technologie Transfert Thermique.
  • 1993 : Armor investit dans la technologie Jet d’encre et développe ses propres encres.
  • 1999 : Création des deux premières filiales hors Europe : Armor USA à Cincinnati et Armor Asia à Singapour.
  • 2000 : création d’Armor Japan
  • 2004 : création d’armor China
  • 2007 : Armor Brasil

Hubert de Boisredon

H. de BoiredonEn 1986, à peine diplômé, il part ainsi en coopération au Chili, où il fonde bientôt Contigo, la première banque de microcrédit d’Amérique du Sud. « Les expériences menées dans ce domaine par Muhammad Yunus au Bangladesh restaient assez confidentielles, raconte-t-il. Contigo a tout de suite connu un grand succès, mais, dès le début, il était prévu de passer à terme la main à des Chiliens. »

C’est chose faite au milieu des années 1990 : Hubert de Boisredon rentre en France, où il devient responsable marketing chez Rhône-Poulenc. Sans abandonner ses convictions : lorsque la multinationale rachète, en 1999, deux usines chimiques en Chine, il en supervise la remise aux normes. « Une fois réglés les soucis en matière de droit du travail et de sécurité, sans parler de la pollution, ces usines sont devenues extrêmement rentables : j’ai acquis la conviction que le business «responsable», sur le plan social et environnemental, n’a pas que des vertus morales. »

2004 : il est recruté pour devenir président d’Armor

Hubert de Boisredon acquiert au passage une belle réputation, qui lui vaut en 2004 d’être « chassé » pour prendre la tête du groupe Armor, spécialisé dans les cartouches d’impression. La multinationale, créée en 1922 à Nantes, d’où elle a longtemps inondé la France et le monde de papier carbone, cherche alors un nouveau souffle : en 2008, son nouveau patron l’engage dans une dynamique « durable », avec comme principaux objectifs le bien-être des employés et le respect de l’environnement. Depuis, les cartouches laser Armor sont, après utilisation, récupérées et recyclées à 95% par l’entreprise (d’où une économie pour Armor: les cartouches recyclées sont réutilisées trois ou quatre fois, avec un prix de commercialisation de 30 à 40% moins élevé que celui d’une cartouche neuve), et les rubans de transfert thermique servant à la confection des codes-barres sont produits sans solvants chimiques. 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s