Ashelvea : les ordinateurs green bientôt en panne ?

Business Club de France n’est pas seulement une émission, c’est aussi un CLUB. Voilà pourquoi nous prenons des nouvelles régulièrement des TPE/PME qui se développent souvent harmonieusement (et tant mieux) mais dans certains cas c’est beaucoup difficile.

DERNIERE MINUTE :

L’ENTREPRISE A ÉTÉ PLACÉE EN LIQUIDATION JUDICIAIRE EN AVRIL 2012

C’est le cas d’Ashelvea à Toulouse. L’entreprise a été créée par Hugo Sossah et Valentin Pineau, les deux jeunes créateurs ont su inventé le premier ordinateur « biodégradable et recyclable » (voir lien  « TSR » pour mieux comprendre leur activité et leur concept)

Entretien d’Hugo Sossah, samedi 7/1 à 22h et dimanche 8/1/12 à 15h sur BFM Business Radio

Le ordinateur « le plus propre du monde » : Evolutis (production Ashelvea)

Un concept fort qui s’est installé sur le marché, avec de gros contrats en perspectives (le Commissariat à l’énergie atomique, La poste nationale ou encore certain ministères). Mais pour répondre à cette demande, Ashelvea devait passer de la production artisanale et à la production industrielle. Et les problèmes ont commencé là ! Un concept fort, des clients, des perspectives de gros contrats mais aucun banquier à l’horizon. « Nous sommes nous aussi des entreprises » a répondu l’un des banquiers à Hugo Sossah.

Pour réussir cette mutation, l’entreprise a besoin de 300 000 euros.

Aujourd’hui : toujours rien avec le risque de voir l’annulation des commandes et la fin d’Ashelvea.

Lorsque nous avons reçu ce mail, nous avons été touché, voilà pourquoi nous vous en parlons aujourd’hui sur le blog et ce week end à la radio. ça vaut peut-être le coup de regarder ce dossier à l’heure où l’on parle énormément de développement durable, où les entreprises s’engagent dans ce sens, où les ordinateurs « bio » n’existent pas.

A propos d’Ashelvea

Fondateurs : Hugo Sossah et Valetin Pineau

> Adresse Internet de l’entreprise :

http://www.ashelvea.com

Contact : 

Ashelvea

ZI Bressolles

Chemin de Catougnac et Carivel
81300 Graulhet
Tél. : 05 81 40 60 80
Fax : 05 00 00 00 00
Mail : support@ashelvea.com

> Plaquette de l’entreprise :

http://www.ashelvea.com/Flash/presse/000ASHELVEA_Plaquette.pdf

> Un article de presse parmi tant d’autres… ICI

> ITW sur RSR (Radio Suisse Romande) 2009 – Script

Ashelvea est le premier ordinateur biodégradable et recyclable, c’est l’illustration d’un concept très tendance, la green it, ou l’informatique écologique.

Cet ordinateur est fabriqué dans le sud-ouest de la France, près de Toulouse. Tout ce qui compose la coque, le châssis de ce PC est entièrement biodégradable, puisqu’à base de maïs ou de betterave.
La coque est faite de biopolymère, de la base amidon, qui est en fait de l’acide polylactique, ce qui permet effectivement aux coques, une fois en fin de vie, d’être récupérées, d’être broyées et enfouies dans des sols. Et elles produisent du compost pour enrichir les champs.
Il s’agit d’un bioplastique, fabriqué sur mesure, qu’Ashelvea certifie aussi solide qu’un plastique traditionnel. Au final, les ordinateurs bio sont plus colorés et mieux dessinés que la plupart des PC.

Que se passe-t-il à l’intérieur de ces PC ?

A l’intérieur, il y a des composants électroniques très soigneusement sélectionnés. Ces composants sont intégrés à la machine et ils sont tous normés ROHS. Donc on ne retrouve pas de plomb, de mercure, de cadmium, toutes les substances qui ne permettent pas un recyclage aisé en fin de chaîne.

Pourquoi est-ce qu’on a fait ce choix là ?

D’une part parce qu’il faut commencer à se soucier de façon avérée de l’environnement, vu les tonnes de déchets qui sont générés quotidiennement par l’informatique. Mais aussi parce que Ashelvea essaie d’obtenir l’écolabel européen pour ses ordinateurs. Ashelvea sera le seul fabricant au monde à avoir cet écolabel là qui sera attribué pour le premier trimestre 2009.

Cet écolabel inclut aussi la consommation d’énergie, le rayonnement électromagnétique et le bruit.
Et cet ordinateur, il est destiné à quel public ?

Aujourd’hui, il est destiné aux entreprises et aux collectivités, avec un concept qui s’apparente à du sur mesure.
Avant même de faire un devis, on va étudier chez le client, que ce soit les entreprises ou les institutionnelles, son environnement pour pouvoir dessiner la machine adéquate. Que ce soit pour faire de la bureautique ou du multimedia, le client s’y retrouvera en terme de coût, puisqu’on lui taille la machine en fonction de ses besoins réels.

La commercialisation de ce PC bio

En ce qui concerne la commercialisation, Ashelvea met l’accent sur la location, le leasing, avec du matériel changé tous les deux, trois ans et donc toujours très performant. Mais il est aussi possible de l’acheter, avec toutefois, une condition bien particulière.
L’achat de ce matériel est assorti d’une clause de rétrocession qui dit qu’au bout de l’utilisation du matériel, que ce soit trois, quatre ou cinq ans, l’entreprise Ashelvea a la priorité pour venir récupérer le matérie et le rachète pour l’euro symbolique pour avoir une trace comptable dans les cahiers des institutionnelles.

Et le matériel ainsi récupéré est soit remis à niveau et proposé à des associations qui luttent contre la fracture numérique, soit proprement recyclé, en Europe. La toute jeune société Ashelvea n’exporte pas ses ordinateurs pour le moment. Elle vise une production annuelle de 15’000 unités.