E-Blink, Arelis qui s’offre Thomson Broadcast, My Job Company qui lève des fonds et le Salon de la lingerie sont demain à 7h et dim à 15h dans Business Club.

Dans le prochain Business Club de France sur BFM Business Radio (diffusion sam 19/1 à 7h et dim 20/1/13 à 15h – toutes les fréquences sont ici)

Au sommaire

  • E-Blink : Une solution qui permettra de proposer de la 4G et donc de l’Internet haut débit partout, même dans les endroits les plus reculés. C’est une 1ere mondiale et elle est française !
  • Groupe Arelis : Au départ, la fusion de 2 PME qui sont devenues un Groupe (Arelis) et qui vient d’acquérir aujourd’hui Thomson Broadcast
  • My Job Company : Le site propose de publier des offres d’emploi sur les réseaux sociaux des particuliers. L’entreprise vient de lever 650 000 euros.
  • Salon de la Lingerie : Quelle tendance ? Quel est le marché ? Et des nouveautés chez Wolf Lingerie et le lancement d’Aubade Men

→E-Blink avec Alain Rolland, Président Fondateur

eblink« Pionnière de la mise en œuvre de solutions sans fil reliant les équipements d’une station de base, EBlink  est aujourd’hui la seule société à proposer une solution alliant le fronthaul à la technologie sans fil, offrant aux opérateurs une flexibilité incomparable dans la conception et l’emplacement de leurs sites cellulaires. » (extrait du site)

antennesPour faire plus simple : leur technologie sans fil permet de relier les antennes de téléphonie mobile aux réseaux, sans utiliser des cables en cuivre ou de la fibre optique. Autrement, il est possible ainsi de multiplier le nombre de petites antennes (faible puissance) et renforcer ainsi le maillage du réseau. Il est aussi possible « d’alimenter » des antennes éloignées et inaccessibles (car difficile de la relier avec un cable). Ces antennes, essentiellement situées en milieu rural, permettront de couvrir le territoire rural notamment et proposer ainsi de l’internet haut débit dans des zones aujourd’hui non desservies.

Cette technologie est unique au monde (selon E-Blink) et tous les équipements sont fabriqués en France, en Bretagne précisément.

Leurs principaux clients : tous les réseaux de téléphonie mobile en France. Et déjà des tests pilotes aux USA et de nombreux « chantiers » un peu partout dans le monde.

Diapositive1

→Groupe Arelis avec Pascal Veillat, Président

Nous aimons dans le Business Club de France suivre cette entreprise qui depuis deux ans nous surprend régulièrement.

thomson broadcastAu départ 2 PME : Meusonic et Sericard décident d’associer leur savoir-faire dans les solutions d’hyperfréquences (radio aéronautique entre autre…) De cette association, né le Groupe Arelis qui atteint une taille critique lui permettant d’approcher les grands du secteur de l’aéronautique et du spatial. Dernier événement en date : la reprise de Thomson Broadcast. (lire le communiqué lors de cette reprise ici)

Le spécialiste des hautes fréquences a repris les restes de Thomson Broadcast. Les Echos 24/12/12 (extraits)

Cette acquisition lui permet de passer la barre de 50 millions d’euros de CA.

Arelis a gagné le droit de rejoindre la famille très prisée des ETI, ces entreprises de taille intermédiaire, fierté de l’industrie allemande. Basé à Murville (Meuse), l’ex-Meusonic Sericad, spécialisé dans l’électronique haute fréquence et la conversion d’énergie, a repris à la barre du tribunal de Versailles les restes de Thomson Broadcast. Cette société, spécialiste des émetteurs de télévision et de radio, représente environ 25 millions de chiffre d’affaires. Avec cette acquisition, son nouveau propriétaire passe la barre des 50 millions de revenus et des 250 salariés, devenant donc une ETI.

 Ex-leader mondial dans son secteur, Thomson Broadcast est une ancienne filiale de Thales, puis de Technicolor, passée ensuite par le fonds allemand Parter avant d’être placée en redressement judiciaire en octobre dernier. 

→MY JOB COMPANY avec Grégory Herbé, Cofondateur

my job company logoMy Job Company permet à tous les recruteurs de diffuser une offre d’emploi sur tous les réseaux sociaux, vos propres réseaux sociaux. Le recruteur peut ainsi toucher beaucoup plus de monde contrairement aux sites spécialisés dans les offres d’emploi où l’annonce reste là… à un seul endroit, avec une visibilité moindre.

Pour les détenteurs d’au moins 2 comptes sur les réseaux sociaux (c’est mieux), ils peuvent devenir des « coopteurs » (diffuseurs de cette annonce) et ainsi gagner de l’argent.

my job company fonctionnementUne entreprise diffuse une offre et les internautes inscrits (coopteurs) peuvent recommander des CV de leurs connaissances contre rémunération. Ils touchent une petite prime pour chaque CV pertinent (5 à 20 euros) et une plus importante si leur poulain est recruté (de 700 à 5 000 euros). Selon Grégory Herbé, le cofondateur de My Job Company, «ce modèle a beaucoup plus de chances de réussir aujourd’hui qu’en 2006, car avec le développement des réseaux sociaux, il est beaucoup plus simple de solliciter ses contacts».

« Qui n’a jamais parlé à un de ses amis d’un poste à pourvoir dont il avait eu vent ? C’est une pratique tellement fréquente… et tellement appréciée par les entreprises ou les cabinets de recrutement… Outre le fait de faire profiter un de ses contacts d’une opportunité d’emploi, il nous semblait logique de trouver un modèle permettant de rémunérer le carnet d’adresses de chacun… N’est-ce pas le moins d’intéresser financièrement ces intermédiaires – c’est-à-dire potentiellement chacun de nous – dans le cadre de ces missions ? » 

→SALON DE LINGERIE avec : 

  • Séverine Marchési, commissaire générale du Salon
  • Claire Masson, directrice de marque Aubade
  • Gilles Séchaud, directeur général adjoint de Wolf Lingerie

salon de la lingerie 2013Le salon de la lingerie du 19 au 21 janvier 2013 à Paris – Porte de Versailles

50ème édition

  • 18 604 visiteurs en 2012
  • 59% de visiteurs internationaux
  • 550 marques exposantes en 2012
  • 72% de marques internationales
  • 33 pays représentés

Le marché de la lingerie en France 2012

  • Chiffre d’affaires : 2,6 milliards € en 2012, soit une baisse de 2,2 % vs 2011
  • Panier moyen en 2012 : 97 € vs 97,4 € en 2011

Budget lingerie 2012 – Par femme et tranche d’âges

  • 15/24 ans      144,8€
  • 25/34 ans      99,8€
  • 35/44 ans      96,4€
  • 45/54 ans      113,6€
  • 55/64 ans      108,2€
  • 65 et +           48,5€

Les nouveautés Aubade Men 

« En 2003, nous avions lancé une collection masculine mais, après le rachat par le groupe Calida en 2005, la stratégie a été concentrée sur le développement retail, Le renforcement produit devait alors servir notre univers féminin » Aujourd’hui Aubade revient en force sur cette nouvelle cible : les hommes.

Construite autour de la seule forme du boxer, la première collection comprend quatre imprimés déclinés en dix coloris. Des imprimés voulus ludiques pour tisser la complicité avec le consommateur. 

La collection Homme s’inspirera de la communication « Femme »  : Les LECONS DE SEDUCTION lancée en 1992 a marqué un tournant. A la suite de cette campagne qui fut l’une des premières à afficher la lingerie dans la rue le CA a augmenté de près de 30% ! (voir ici les photos du calendrier 2013)

Aubade-Men-pour-une-lecon-de-seduction-au-masculin_exact780x1040_p

Les nouveautés Wolf Lingerie : 

  • OUPS ! by Sans Complexe

Pour créer une marque alliant la typologie « poitrines généreuses » (comme Sans Complexe) et la typologie « jeune », mode, tendance. Objectif : élargir la cible actuelle de la marque aux 18-25 ans

  • PLAYBOY

Pour être au diapason de la tendance actuelle décomplexée, recherche de « consommation hédonique à petits prix ». C’est la première fois que Playboy se lance dans la lingerie ! Le nom a déjà 97% de notoriété

Profil de clientèle : 18-35 ans, recherche la caution d’une marque prestigieuse pour ses achats de lingerie sexy

À gauche: modèle Playboy automne-hiver 2013 ; à droite: Oups by Sans Complexe, automne-hiver 2013. Photos: Wolf Lingerie.

À gauche: modèle Playboy automne-hiver 2013 ; à droite: Oups by Sans Complexe, automne-hiver 2013. Photos: Wolf Lingerie.

Les autres marques de Wolf Lingerie : 

  • Rosy – l’achat plaisir : plus de 40% de taux de notoriété

Stratégie 2013 : arrêt de la distribution en GMS, lancement exclusif de la gamme collant aux Galeries Lafayette

  • Billet doux  – l’achat d’impulsion : prix accessible, choix et renouvellement, communications originales et inédites, 3ème marque en parts de marché volume

Cible : 25-35 ans

Parure à moins de 20 euros

  • Sans Complexe – l’achat utile : pour les « poitrines généreuses », spécialiste du maintien, lingerie à prix raisonnable, 2ème marque en parts de marché volume. En 2011 à l’occasion du Salon de la lingerie, Sans Complexe a frappé fort. Une dizaine de jolies filles sont descendues dans la rue, en très petite tenue … sous le regard perplexe des passants. Vous avez manqué ce rendez-vous? Cette vidéo est pour vous !

En 2012, la marque a progressé en notoriété : +3,5 points