L’essentiel de l’émission des 17 & 18 décembre: Karotz, Blachère, Le Bonhomme de Bois, La Grande Récré, Némopolis, Pole Star

Ces samedi et dimanche 17 & 18 décembre, vous avez écouté sur les ondes de BFM Business : Fabien Bardinet, d’Aldebaran Robotics – Christine Blachère, de Blachère Illuminations – Jean-François Vézia du Bonhomme de Bois – Franck Mathais, de La Grande Récré – Antoine Izarn, de Némopolis – Christian Carle, de Pole Star.

Réécoutez l’émission

ALDEBARAN
Avec Fabien Bardinet, vice président
Aldebaran fabrique le robot Nao et vient de reprendre Karotz, le petit lapin interactif, qui a bien failli disparaître pour toujours. C’est le successeur de Nabaztag qui s’est vendu à un peu plus de 200 000 exemplaires. Karotz est plus sophistiqué, et il coûte 129 euros. Les projets d’évolution : entre autres, une webcam embarquée, dotée d’un système qui permet de diriger Karotz à distance. 500 applis sont disponibles sur le Karotz store : l’une d’elle permet par exemple à une Maman d’enregistrer sa voix et Karotz la fera écouter à son bébé quand elle n’est pas là.

À propos de leur robot vedette Nao : Regardez la chorégraphie. Les Nao dansent le Boléro de Ravel

 

BLACHERE

Avec Christine Blachère, Directrice de la Communication


Activité Fabricant d’illuminations
Fondateur : Jean-Paul Blachère
Date de création 1973
Lieu Apt (Lubéron)
CA + de 50 millions d’€
Effectif 200 salariés permanents (100 en France et 100 à l’étranger) + 100 en saison
15 filiales à l’étranger (dont 5 créées en 2011 : Roumanie, Hongrie, Suède, Brésil et Colombie)
Leader européen dans le domaine
Une ville sur 2 illuminée en France et plusieurs villes du monde
Près de 5000 décors identitaires sur mesure par an, soit 10% de la production.
Plus de 80 brevets et modèles par an auprès de l’INPI
Réalisations : Tour Eiffel (2000), les Champs-Elysées (2007-2010), illuminations incluant de la vidéo à Séoul en 2007

Illumination du grand magasin Shinsegae à Séoul, avec vidéo

Le 25 novembre, toutes les villes de France appuient sur l’interrupteur des illuminations de Noël, derrière ces décors toujours plus féeriques se cache une PME familiale du Luberon créée en 1973 et aujourd’hui leader européen dans son domaine : Blachère Illuminations. Blachère est une entreprise sociale : tout le monde touche le même montant de participation aux bénéfices, y compris Jean-Paul Blachère lui-même.

FONDATION
Aujourd’hui Jean-Paul Blachère y consacre la plupart de son temps. 1500 artisans africains vivent grâce à cette fondation. Créée en 2004, cette fondation d’entreprise pour la promotion de l’art contemporain africain, la première du Vaucluse, a été conçue par le PDG Jean-Paul Blachère. Amateur d’art, il a eu un véritable coup de cœur pour l’Afrique et souhaite depuis partager sa passion à travers cette démarche humaniste. La fondation Blachère est dotée d’un centre d’art avec des lieux d’exposition, d’un studio-atelier pour les artistes en résidence, un espace de documentation, une boutique et un kfé-galerie. Objectifs et missions : Elle développe des projets en vue d’aider les artistes africains à se faire connaître et à accéder facilement aux marchés. À ce jour, la Fondation Blachère a accompagné 200 artistes dans leur processus de création. Elle fait vivre 1500 artisans africains, et accueille chaque année 18 000 visiteurs.

UNE ENTREPRISE 100% GREEN
Depuis 2008, Blachère Illumination s’engage toujours plus pour réduire son impact sur la planète
-72,5% d’émission CO2 liée à l’utilisation de ses produits
-65% d’émission CO2 liée à la fabrication des emballages
-55% d’émission CO2 liée à l’impression papier et aux catalogues

Blachère change les formats de ses catalogues, en réduit les quantités au profit des supports numériques, et édite un catalogue BIO réalisé en papier issu de filières non bois ou de forêts gérées et avec des encres 100% végétales. Blachère optimise sa flotte automobile en faisant le choix de véhicules hybrides rejetant moins de 140 grammes de CO2 au kilomètre. Blachère équipe les locaux de son service Design d’une pompe à chaleur en remplacement d’un système de chauffage au fioul, installe deux panneaux solaires thermiques sur ses bâtiments, quatre éoliennes sur son site de production et produit jusqu’à 17% de sa consommation annuelle d’électricité, soit 80 000 kW. Blachère a été le premier en Europe à introduire la LED dans ses produits en 2003, dès l’apparition de la LED blanche et bleue. Ce système multiplie par 10 la durée de vie du produit et divise par 5 la consommation d’une ampoule à incandescence classique, avec une luminosité et une qualité de lumière équivalente. Blachère propose une gamme de décors fonctionnant à l’énergie solaire. En 2009, Blachère entreprenait une action carbone afin de réduire son impact sur les gaz à effet de serre avec un objectif de -30% en 2012 : Objectif atteint. Le nouvel objectif est de les réduire de 10% supplémentaire par an.

PROJETS
3 usines : la lumière vient de Chine, grâce à un partenariat de confiance avec la même usine depuis 1988, les décors sont fabriqués en France, en Slovaquie et en Tunisie dans des usines 100% Blachère. Le développement à l’étranger se poursuivra en rapatriant la production d’Asie vers l’Europe et en optimisant ainsi la qualité.

LE BONHOMME DE BOIS
Avec Jean-François Vézia, PDG
Jean-François Vézia a été chef de rayon pour les hypermarchés Continent, puis responsable marketing et Directeur Marketing Produit de Grande Consommation, à la suite de la fusion avec Carrefour,Jean François Vezia a été directeur d’Hypermarché Carrefour dans la région du Nord puis dans la région parisienne pendant plusieurs années.
Activité : spécialiste des jouets en bois et tissu 0 à 8 ans
Date de création : 1993, par un couple Sophie et Stéphane Héral, qui lui ont vendu l’entreprise en 2005
Lieu : Paris
CA prévisionnel 2011 :9,5 millions
Effectif : 42
Historique : 1993 ouverture du premier magasin à Levallois – 2001 expansion en France : Nîmes, Mulhouse – 2005 vente en ligne
28 magasins, dont 13 en succursales, 12 en affiliation et 3 en franchises et un site de vente en ligne.
¾ fournisseurs sont français, 30% produits fabriqués en France
Ils renouvellent environ 40% assortiment tous les ans
Pas de plastique ni d’électronique
Le bonhomme de bois souhaite faire entre 5 et 10 ouvertures par an
Marché : le secteur du jouet en France représente 3 millions de CA en 2010

Origine et succès de l’entreprise
Article Le Point 2007
En créant Le Bonhomme de bois, il y a dix ans, Sophie et Stéphane Héral ont choisi un créneau peu occupé. Les conditions étaient donc favorables pour se lancer dans l’aventure sans devoir affronter de plein fouet la concurrence de poids lourds – et notamment la grande distribution. A l’époque, le pari, comme l’explique Sophie, était « de constituer une gamme large, à des tarifs plus accessibles et compétitifs que les autres jouets » . Le couple Héral a ainsi créé un catalogue de 367 références, dont les têtes d’affiche sont le cheval à bascule, le jeu de quilles, le chien et le chat à roulettes, la voitures à pédales, ou encore le chariot à cubes. Sans négliger, non plus, d’adjoindre à cette petite tribu boisée pour les 0-10 ans des peluches, des poupées en tissu et quel-ques objets de décoration.
Et ce qui était au départ une intuition et un goût personnel des créateurs de l’enseigne s’est révélé juste : le jouet de bois a bien une clientèle. Des jouets à l’aspect éducatif marqué, résistants, authentiques, qui séduisent les esthètes. L’équation fonctionne à plein : pour les parents, c’est assez chic, pour les enfants, c’est ludique.

http://www.lepoint.fr/archives/article.php/41880

LA GRANDE RÉCRÉ (fait partie du Groupe Ludendo : La Grande Récré, Starjouet, Franz Carl Weber, Diverdrak, RUEDELAFETE.COM)
Avec Franck Mathais, directeur des ventes de La Grande Récré / porte-parole de la FCJPE
La famille fondatrice est actionnaire majoritaire
Activité : Distributeur de jouets
Date de création : 1997, par le père de Jean-Michel Grunberg, Maurice Grunberg
CA : 450 millions d’euros
Effectif : 1500
169 magasins
13 en Belgique, 7 au Maroc, 4 en Suisse, 2 en Espagne
HISTORIQUE
Une histoire qui débute en 1977 au centre commercial Parinor, à Aulnay-sous-Bois (93). Jean-Michel Grunberg : Le premier magasin a été créé par mon père en 1977. Il voulait devenir le spécialiste du jouet implanté en centre commercial. Nous avons peaufiné le concept pendant près de dix ans avant de le dupliquer. Le développement a donc vraiment démarré en 1986.
Eté 1977, le jeune Grunberg aide son père dans le petit magasin de jouets que ce dernier vient d’ouvrir dans le centre commercial Pari¬nor, à Aulnay-sous-Bois. A la rentrée, il doit intégrer une prépa d’école de commerce. «J’avais déjà attrapé le virus», se souvient le tout récent quinqua. Son père entreprend alors de lui apprendre les ficelles du métier. Ou plutôt des métiers. Car Maurice Grunberg ouvre dans la foulée un magasin de chaussures discount, une librairie-papeterie et une crêperie. En 1985, Jean-Michel prend les rênes du groupe et décide de con¬centrer ses moyens sur un seul secteur. Ce sera le jouet. Il ferme ses autres boutiques et ouvre le deuxième magasin La Grande Récré. L’histoire est en marche.
En guise de baptême du feu, le nouveau patron doit faire face à l’arrivée en 1989 du leader mondial Toys‘R’US qui, en cinq ans, crée une ¬quarantaine de magasins et s’arroge la première place du marché. Comment a-t-il ¬résisté au rouleau compresseur amé¬ricain, quand nombre d’indépendants mettaient la clé sous la porte ? «Nous n’avons pas cherché à les concurrencer frontalement», explique le PDG. Plutôt que d’être moins cher ou plus grand que les paquebots US, il privilégie les emplacements de centres-¬villes quand l’essentiel des Toys‘R’Us se trouve en périphérie et ¬propose une offre haut de gamme destinée à cibler une clientèle plus aisée.
http://www.capital.fr/enquetes/hommes-et-affaires/jean-michel-grunberg-ce-petit-pere-noel-defie-le-geant-toys-r-us-463574 (2009)

ARTICLE DU FIGARO SUR LEUR ACTUALITÉ ET LEUR REUSSITE
Le groupe familial français accélère son développement pour rattraper l’américain, leader dans l’Hexagone depuis 2003. Les spécialistes du jouet creusent l’écart avec les hypers et supermarchés. Alors que les achats de Noël battent leur plein, La Grande Récré (Ludendo) se sent pousser des ailes. Troisième enseigne en France derrière le leader Toys’R’Us et Leclerc, le groupe Ludendo, qui devrait réaliser 500 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année (+11%), souhaite accélérer son développement. Il se donne cinq ans pour dépasser l’américain dans l’Hexagone, doubler sa part de marché (10%) et asseoir son enseigne à l’international. «L’objectif est d’atteindre plus d’un milliard de chiffre d’affaires en 2016», explique au Figaro Jean-Michel Grunberg, PDG de Ludendo (La Grande Récré, Starjouet…), dont la famille possède 67% du capital. Le groupe – qui vient de racheter en début d’année l’enseigne de déguisement Rue de la Fête – se dit ouverte à des acquisitions.

En attendant, la croissance de La Grande Récré, la marque phare du groupe, passe d’abord par l’ouverture de magasins. Après vingt nouvelles boutiques l’an passé, 42 sont prévues en 2012 dont 27 en France. Le parc de l’enseigne devrait doubler d’ici à cinq ans avec 450 magasins, soit 600 au total dans le groupe. Ludendo a prévu de consacrer 130 millions d’investissement à ces ouvertures en cinq ans.

À l’inverse, son grand rival dans l’Hexagone, Toys’R’Us, qui a pâti d’ouvertures imprudentes dans les années 1990, privilégie la rentabilité de chacun de ses 44 magasins et continue de tabler sur l’espace (2500 m2 en moyenne), le parcours en magasin (comme chez Ikea) et les promotions pour augmenter le panier de ses clients. L’américain prévoit une trentaine d’ouvertures au cours des dix prochaines années et parie sur son site Internet, lancé il y a un an, pour doper ses ventes. Selon les professionnels, le e-commerce, qui a généré l’an passé 6,7% des ventes de jouets, devrait franchir allègrement le cap des 10% en 2011.

Le service et le conseil pour se démarquer
Ludendo, dont le site marchand ne sera lancé qu’en 2014 une fois son réseau de magasins français arrivé à maturité, mise sur la cohabitation entre différents formats pour satisfaire toutes les occasions d’achats de ses clients. La Grande Récré teste à Madrid un espace de 250 m2 dont le modèle pourrait être répliqué en France. Il ouvrira d’ailleurs au printemps un magasin de 100 m2, sa plus petite boutique, dans le nouveau centre commercial de la gare Saint-Lazare, axé sur les produits d’impulsion. Dans le même temps, il a rénové son magasin «village» de Val d’Europe. Il parie plus que jamais sur le service et le conseil pour se distinguer des enseignes de la grande distribution dont la part de marché baisse depuis 2002 au profit des spécialistes, qui réalisent désormais 45% des ventes (contre 40% pour les hypers et supermarchés). Dès 2012, tous ses magasins auront une nouvelle signature: «Ici, on parle enfants». «Nous voulons faire de La Grande Récré la première enseigne dans l’esprit des Français», déclare Jean-Michel Grunberg.
Et il compte bien profiter de son image frenchie pour essaimer à l’étranger. Présent dans plusieurs pays francophones (Belgique, Suisse, Maroc) et en Espagne, Ludendo va mettre les bouchées doubles pour étendre son terrain de chasse, en suivant notamment l’expansion des sociétés foncières dont il est locataire. Il pourrait mettre le cap, dès 2012, sur l’Europe centrale et le Moyen-Orient. Il étudie déjà plusieurs implantations dans des pays émergents d’Asie et d’Amérique du Sud pour 2013-2015.

http://www.lefigaro.fr/societes/2011/12/07/04015-20111207ARTFIG00826-la-grande-recre-veut-depasser-toys-r-us.php

LA FCJPE
Fédération des Commercants spécialisés en Jouet et Produits de l’Enfant.
Fondée en 1939
• Nous n’avons pas vocation à faire de commerce, mais à représenter les adhérents et les défendre
• Développer et promouvoir la profession, adhérents et non-adhérents
• Nous sommes la seule organisation nationale représentative de la profession qui s’inscrit dans une démarche prospective

CHIFFRES MARCHÉ DU JOUET A NOËL

Selon une étude du Centre for Retail Research pour Kelkoo, publiée aujourd’hui, 7% des dépenses sur la Toile s’effectueront par le biais d’un smartphone, représentant un pactole de 540 millions d’euros. En 2011, les Français devraient dépenser 7,67 milliards d’euros pour les fêtes de fin d’année, un chiffre en hausse de 18,2% par rapport à 2010. Au total, chaque foyer français devrait prévoir un budget de 521 euros pour préparer les fêtes, une somme en hausse de 1,8% par rapport à l’année dernière. Comme sur internet, les cadeaux représenteront la plus grosse part des dépenses, évaluée à 57%, avec 297 euros.
A noter que le ticket de caisse des achats de jouets devrait afficher en moyenne 66,82 euros, celui des des produits high tech 69,86 euros, des vêtements et chaussures 101,62 euros et des produits de beauté 43,61 euros. Rappelons que le marché du jouet a enregistré une croissance de 7,6% sur les huit premiers mois de l’année d’après la Fédération française des industries du jouet et de la puériculture.Pour rappel, les ventes avaient déjà progressé de 4,3% sur la même période en 2010.

NEMOPOLIS
Retrouvez la fiche de Nemopolis ici

ACTUALITÉ

Sortie du jeu Marie-Antoinette et les disciples de Loki, version PC


POLE STAR

La fiche de Pole Star ici
ACTUALITE
Implanté en plein cœur de San Francisco, par le biais d’une filiale, Pole Star renforce sa présence aux Etats-Unis. Christian Carle, PDG-Fondateur et Jean Chenebault, DGD-Fondateur de Pole Star, visent 2 objectifs : accélérer le développement commercial en Amérique du Nord, et renforcer la proximité avec les acteurs des TIC & Télécoms pour faciliter la mise en œuvre des partenariats développés.

Création : Janvier 2002 à Toulouse
Co-fondateurs : Christian Carle & Jean Chenebault
Implantation : France (Toulouse – Siège social)
CA 2010: 1,2 M d’€
Activité : Leader reconnu dans le domaine des solutions de localisation Indoor dédiées à la navigation et au déplacement piéton et multimodal.
Marques déposées à son actif : Pole Star®, NAO®, NAO City® et NAO Campus®

About these ads
Publié dans Résumés émissions Business Club de France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Cet été, Business Club : émissions inédites
L’ÉMISSION SUR BFM
ILS NOUS SUIVENT ET VOUS ?

Bienvenue. Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel. Merci de votre fidélité.

Rejoignez 2 576 autres abonnés

ARCHIVES
POWERED BY
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 576 autres abonnés

%d bloggers like this: