Le CICE, un échec connu depuis 2012 !

Qui a cru un instant que le CICE, qui permet une diminution de l’impôt sur les bénéfices proportionnelle à la masse des salaires inférieure à 2,5 SMIC, aurait un quelconque effet sur l’économie? En lisant le blog d’Eric Verhaeghe, auteur, notamment, de "Faut-il quitter la France ?" On apprend, ce que que l’on savait déjà d’ailleurs que le CICE à profiter surtout à la grande distribution, le secteur bancaire et la championne la Poste ! Extraits énervants. 

Dans le cas du CICE, l’échec avait pourtant été anticipé de longue date. Dès l’hiver 2012, chacun savait qu’il n’aurait aucun impact sur la prospérité du pays. Une étude de Natixis l’avait alors présenté comme une « super-niche fiscale » promise à l’échec. Cette idée était appuyée par une simulation, qui montrait que les principaux bénéficiaires de la mesure seraient GDF, EDF, Vinci, Carrefour et Peugeot. [...]

Cette année, le champion toutes catégories du CICE, qui a absorbé à lui seul près de 5% de la mesure, s’appelle la Poste. Grâce au CICE, cette entreprise publique (détenue à 73% par l’Etat, rappelons-le) a capté près de 300 millions€ de subventions publiques en 2013, soit la moitié de ses bénéfices. La Poste apparaît pourtant de plus en plus comme un canard boîteux, avec une activité courrier en chute libre du fait d’Internet et de son développement exponentiel. Dans le même temps, la Poste supprimait 4.500 emplois. [...]

Pour le secteur bancaire

Le SNB, syndicat bancaire de la CGC, a produit un rapport tout à fait utile pour expliquer l’usage que les grandes banques françaises avaient pu faire des sommes perçues au titre du CICE.

→Ainsi, selon le syndicat, la plus grande fédération du Crédit mutuel-CIC a consacré les 40 millions récoltés à développer ses « outils numériques » et informatiques ou à prospecter de « nouveaux marchés ». A la Société générale, les 26 millions d’euros du CICE sont allés à « des investissements mobiliers et immobiliers » et des « études et dépenses informatiques ». Chez Laser Cofinoga, les 1,5 million d’économies ont servi à la « reconstitution de son fonds de roulement ».

Ces quelques exemples montrent une fois de plus qu’entre le CICE et l’emploi, il y a aussi loin que de la coupe aux lèvres. Le bon sens consisterait à examiner cette masse d’expériences concordantes pour tirer la seule conclusion qui s’impose: l’incitation fiscale produit des effets d’aubaine sans résultat probant pour la prospérité générale.

L’article complet sur BLOG de Eric Verhaeghe


 

Et vous ? Vous avez fait le choix de maintenir des bas salaires pour toucher du CICE ? Nombreux sont les entrepreneurs qui nous ont dit :"on n’en veut pas car c’est trop compliqué et cela ne correspond pas à ce que l’on attend, à savoir une baisse réelle et significative des charges sociales et fiscales"

En Espagne : Le gouvernement ibérique a aussi prévu d’alléger l’impôt sur les sociétés de 5 ou 10 %, en ramenant son taux pour les grandes entreprises à 25 % d’ici à 2016. Des hausses ciblées de TVA permettront de compenser ces allégements. Pour encourager les créations d’emplois, Rajoy a aussi instauré une baisse des cotisations sociales. Pour toute création de poste en CDI, une entreprise ne paiera que 100 euros de cotisations par mois pendant deux ans. En contrepartie, elle doit s’engager à maintenir ses effectifs stables durant trois ans.

De son coté, le gouvernement portugais n’a pour l’instant annoncé aucune mesure pour relancer le pouvoir d’achat des ménages. Privilégiant la compétitivité de ses entreprises, le pays a baissé le taux d’IS de 25 à 23 % en début d’année, et prévoit de le faire d’avantage d’ici à 2016.

En Italie : Sur le front des entreprises, l’impôt sur les sociétés (IS) a été ramené de 33 % à 27,5 % tandis que la taxe professionnelle a baissé de 10 %. Un plan ambitieux que Matteo Renzi s’engage à financer par des coupes dans les dépenses et des gains sur les emprunts d’État grâce à la baisse des taux obligataires. Malgré la récession (le PIB a reculé de 0,2 % au deuxième trimestre et de 0,1 % au premier), le président du Conseil italien s’est engagé à ne pas dépasser 3 % de déficit en 2014.

Source Le Figaro


 

Et pendant ce temps là … en France 

Selon une étude d’Henderson Global Investors, la France a été, au deuxième trimestre 2014, le plus important payeur de dividendes en Europe, avec un total de 40,7 milliards de dollars, soit environ 30 milliards d’euros. Un chiffre tiré notamment par le secteur financier.

Et au cœur de l’Europe un pays se démarque plus particulièrement: la France. L’Hexagone est ainsi, selon HGI, le pays qui a réalisé la meilleure performance au deuxième trimestre 2014, et est également le plus grand payeur de dividendes en Europe. Le montant total atteint ainsi 40,7 milliards de dollars, soit environ 30 milliards d’euros, ce qui représente une progression de 30,3% par rapport au deuxième trimestre 2013.

HGI indique que le secteur financier s’est particulièrement distingué. L’assureur Axa est ainsi le plus gros payeur de dividendes en France avec 2,7 milliards de dollars soit environ 2 milliards d’euros. "Le Crédit Agricole a rétabli ses versements (1,2 milliard de dollars US), Société Générale a réalisé une forte hausse et BNP Paribas a continué ses versements de dividendes malgré la forte amende imposée par les régulateurs américains", ajoute HGI.

Source BFM Business

Et la dette vient de passer le cap des 2000 milliards d’euros… 

 

 

Publié dans Résumés émissions Business Club de France

Dans le prochain Business Club : le "e-commerce et les tendances de la rentrée"

REDIFFUSION Dans le prochain Business Club de France sur BFM Business 

Samedi 23/8 à 7h et Dimanche 24/8 à 15h | Uniquement sur BFM Business Radio 

Les "BigBoss" du e-commerce en France

bigboss-summer-edition-2014

Talk 1 : Hervé Bloch | L’analyse d’un expert du e-commerce en France. Les tendances…

Talk 2 : Pascal Defaux directeur e-commerce chez Darty | Les nouveaux projets de Darty dans le e-commerce et l’arrivée du "nouveau service Darty" en octobre. Besoin d’un service ? Un bouton ou un appli " Darty" chez vous. Appuyez et ils vous appellent pour résoudre votre problème (ou demande) sans que ce soit lié forcément à un produit Darty…  

Talk 3 : Marc Menasé, Pdt fondateur de Menlook |  L’occasion de faire un point sur le site de vente, sur leur département presse et de parler de projets. Menlook va en effet lancer "la valise du mois". Vous recevrez chaque mois une série d’articles (des vêtements) qui ont été sélectionnés pour vous (après avoir rempli un questionnaire et pris contact avec un pro). Dans cette valise, vous choisissez ce qui vous plait… Et le reste vous le renvoyez gratuitement… D’ailleurs, ils viennent le récupérer… C’est très innovant… 

Talk 3 : Olivier Mathiot, Pdt et cofondateur de Priceminister. L’actualité de Priceminister et un regard sur les entreprises du numérique en France : Pourquoi avons-nous du mal à avoir des "géants" ?

Talk 4 : Les nouvelles solutions avec François Bieber (Kwanko) et Frédéric Bellier (Radiumone) 

→Toutes les infos sur cette émission spéciale ainsi que les podcasts sont ICI

RENTRÉE : Nous faisons notre rentrée le jeudi 28 aout dès 21H sur BFM Business avec une émission spéciale depuis l’Université d’été du MEDEF sur le campus de HEC. 

Publié dans Résumés émissions Business Club de France

En attendant la rentrée ! Musique avec l’histoire exceptionnelle de la lambada. Il y a tout juste 25 ans !

ON A AIMÉ CET ÉTÉ, ON PARTAGE : LePoint.fr a publié cet été une série de très bons papiers sur les "tubes" de l’été. En attendant la rentrée (histoire de rester encore quelques heures en vacances) nous souhaitions vous faire revivre ce "tube" qui, au delà d’une danse, est resté le plus grand succès commercial qui a marqué l’histoire de la publicité ! Il s’agit de la lambada… Un "tube" mais aussi une contrefaçon "spectaculaire." L’art de se faire piquer la "bonne idée" ou plutôt le bon "tempo." 

Extraits : (article complet ici)

Tout a commencé lorsque deux producteurs français, Jean Karakos et Olivier Lorsac, découvrent pendant un voyage au Brésil "Llorando se fue", une chanson sortie en 1981 et interprétée par un groupe bolivien, Los Kjarkas. De retour en France, les deux malins montent Kaoma [...]

Le succès est immédiat… et planétaire. À tel point que les frères Ulises et Gonzalo Hermosa, qui composent le groupe Los Kjarkas, entendent le tube et réalisent qu’ils se sont fait voler. En effet, aussi incroyable que cela puisse paraître, les producteurs de Kaoma n’ont jamais demandé l’autorisation du groupe bolivien pour plagier littéralement sa chanson !

 

La ficelle est trop grosse : les Boliviens attaquent en justice, portés par leur maison de disques, le géant EMI. En 1991, les frères Hermosa récupèrent 6 millions de francs (près d’un million d’euros) [...]

Le clip "officiel"

 

Un tube, auréolé de plusieurs disques d’or, a été classé en tête des ventes en France, puis dans toute l’Europe, au Japon, en Australie, aux États-Unis, et même au Brésil ! Encore aujourd’hui, le succès demeure : plus de 55 millions de personnes ont déjà visionné le clip officiel sur YouTube, et Jennifer Lopez l’a samplé dans son tube de 2011 "On the Floor". En France, "Lambada" est toujours dans le top 10 des chansons les plus vendues de tous les temps (près de 1 740 000 exemplaires écoulés). [...]

Article complet sur lepoint.fr 

 

Publié dans Résumés émissions Business Club de France

Entrepreneurs en difficultés ? Business Club de France et la Médiation Inter-entreprises répondront à vos questions !

NOUVEAU DANS LE BUSINESS CLUB DE FRANCE

« Vous êtes chef d’entreprise et vous rencontrez des difficultés contractuelles avec un client, un fournisseur, une administration, une banque ?

À partir du mois de septembre 2014,  dans l’émission Business Club de France sur BFM Business Radio, la Médiation Inter-entreprises répondra chaque semaine aux questions des entrepreneurs, quel que soit leur secteur d’activité.

Pierre Pelouzet

Pierre Pelouzet

Problème de délais de paiement, de propriété intellectuelle, de crédit impôt recherche, rupture de contrat abusive, modalités de commande/livraison, racket au CICE… Pierre PELOUZET, le Médiateur national, mettra tout en œuvre avec ses équipes pour vous aider, partout en France.

Racontez-nous vos expériences d’entrepreneurs et témoignez dans l’émission Business Club de France sur BFM Business Radio.

Qu’il s’agisse de difficultés contractuelles ou de belles expériences que vous avez vécues en tant qu’entrepreneur, écrivez-nous  à mediateur.inter-entreprises@finances.gouv.fr, nous garantissons la confidentialité et l’anonymat de vos témoignages.

 

Publié dans Résumés émissions Business Club de France

Lafourchette.com et l’innovation commerciale grâce aux nouvelles technos : c’était le dossier du Business Club | Rediffusion | Podcast audio et vidéo

REDIFFUSION Dans le Business Club de France sur BFM Business Radio

Diffusion Sam 16/8/14 à 7h | Dim 17/8/14 à 15h

Au sommaire :

Talk 1 : Le radiateur-ordinateur de Qarnot

Talk 2 : Marlette: les kits de pâtisserie bio… qui se vendent comme des petits pains!

Talk 3: Reportage | Lafourchette.com

Talk 3 & 4 : Dossier : L’innovation commerciale par les nouvelles technologies. Inventer de nouveaux business, améliorer ses méthodes de vente

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

_______________________________

Talk 3 : Reportage Lafourchette.com Comme chaque semaine, nous partons à la rencontre d’entrepreneurs pour recueillir leurs impressions, découvrir leurs locaux… Cette semaine nous allons découvrir comment Lafourchette.com a converti les restaurateurs au numérique, comment Internet est un levier de business pour ce secteur.

 

lafourchette

Reportage diffusé sur BFM TV Dimanche 12h55 – Lundi 9h55 / 21h55 et BFM BUSINESS TV Dimanche 9h58 – Lundi 7h57 / 19h57. Et dès samedi matin sur le figaro.fr

— DERNIÈRE MINUTE! TRIPADVISOR rachète LA FOURCHETTE —

La référence américaine du tourisme en ligne s’apprête à racheter LaFourchette, le site français de réservation de restaurant en ligne, apprend-on ce mercredi 7 mai. La pépite mise sur la renommée de TripAdvisor pour grandir. (…) Le montant de l’opération n’a pas été dévoilé.
LaFourchette est une de ces success story de l’e-commerce français. Le principe: réserver une table dans un restaurant en quelques clics. Le site répertorie plus de 12.000 établissements en France, en Espagne et en Suisse. (…) Mais le portail compte aller beaucoup plus loin grâce à la notoriété de son nouveau propriétaire, TripAdivsor. D’ailleurs, les deux sites collaborent déjà depuis le début de l’année. La direction de LaFourchette y voit un moyen de se déployer "de manière agressive sur de nouveaux marchés". [NDLR] La transaction se situerait entre 100 et 120 millions de dollars.  (Source: BFMTV.COM)

________________________________________

Talk 3 & 4 : Le Dossier: Le numérique au service des nouveaux business: mieux vendre, fidéliser ses clients, conquérir de nouvelles parts de marché grâce à Internet. Avec Evelyne Platnic-Cohen et Juan Hernandez (L’Accélérateur)

Ce dossier est en partie filmé:

 

 


 

EPlatnicEVELYNE PLATNIC-COHEN, Présidente fondatrice de Booster Academy, dont la mission consiste à entraîner tous ceux qui veulent développer leur pouvoir de vendre pour muscler leur impact et leurs performances.

BOOSTER ACADEMY EN CHIFFRES:

CA : 2,5 millions en 2012 (2,165 millions en 2011) – objectif : 3,5 millions en 2013
Créé en 2004
Siège social Paris 8 Centres à Paris, Lille, Bordeaux et Lyon
Effectif : 17

Booster Academy garantit une augmentation du business de 20 à 200 %. La société a été rentable dès la première année et a connu une croissance de 15 % par an. Sa méthode est bien rodée : évaluation, simulation, jeux de rôles et coaching. Chaque candidat est préparé de façon personnalisée et intensive en l’espace de six demi journées en moyenne. Dans un premier temps, le niveau de vente des candidats est évalué sur une grille de 1 à 12. Chacun achète les niveaux, dont il a besoin pour devenir un « vendeur d’élite ». On apprend, entre autres, que vendre, ce n’est pas parler, mais d’abord écouter et poser des questions. Comptez entre 1 000 et 3 500 euros pour obtenir un niveau. Une somme non négligeable, mais Booster Academy se différencie en promettant des résultats. « Il y a une augmentation immédiate du business de 20 à 200 % », assure Evelyne Platnic Cohen. Parmi les clients d’Evelyne Platnic Cohen, il n’y a pas que des grands comptes. 50% de l’activité concerne « Mr tout le monde », entrepreneur, vendeur, cadre. Présente au cœur des grandes villes de l’Hexagone, Paris, Lille, Bordeaux, Lyon, Evelyne Platnic Cohen, propriétaire à 95% de sa société, déborde d’ambitions et de projets. Elle envisage maintenant d’exporter son concept à l’international avant 2015. « Ces règles et le sens dans lequel on doit maintenir un entretien de vente, sont identiques partout dans le monde », précise-t-elle. Source: La Tribune

Les "bons plans" d’Evelyne Platnic-Cohen 

→Get+ identifie les visiteurs anonymes de votre site web pour améliorer votre notoriété et votre lead generation.

Logo get+Get+ est une offre de Gestion des Relations Webmarketing B2B. Cette solution permet d’identifier et de tracker c  chaque visiteur professionnel de son site Internet, même ceux n’ayant pas laissé leurs coordonnées, de les  qualifier et d’enrichir automatiquement la base de données de l’entreprise en y implémentant de nombreuses  informations pour des relances d’une efficacité redoutable. www.getplus.fr

→Incenteev, le 1er réseau social conçu pour les forces de vente 

logo bon encare-08

Incenteev est un éditeur de logiciel qui développe le premier réseau social d’entreprise conçu pour renforcer l’efficacité des équipes commerciales et marketing. Cet outil innovant et ergonomique combine efficacement toutes les fonctionnalités nécessaires pour augmenter la productivité et la performance commerciale au sein d’une entreprise. 

La société a développé cette plateforme dans le but d’aider les entreprises à relever leurs grands défis de management et d’organisation. 

→INES CRM : le leader français des logiciels de gestion de la relation client (CRM) en mode SaaS dédiés à la performance commerciale, propose sa suite d’applications web destinée à l’amélioration des processus de vente, du marketing et du service client. www.ines.eu

→1er site français de matching

Logo MeteojobMeteojob est une société de recrutement, devenue en 3 ans l’un des leaders français grâce à sa technologie de pointe. Avec plus de 2,5 millions de visiteurs par mois, Meteojob est également le premier site privé en nombre d’offres d’emploi. Meteojob propose à ses clients un ensemble de services complémentaires : la diffusion d’offres d’emploi sur Internet, des outils de communication RH et une activité de cabinet de recrutement.

 →Primeum: spécialiste de la rémunération variable – Fabricant de motivation 

Logo Primeum

L’ambition de Primeum depuis 20 ans est de fournir à ses clients des solutions globales centrées sur la rémunération variable, de l’audit à la mise en oeuvre en passant par la conception de dispositifs efficaces, contrôlés et pérennes.

Notre offre globale, du diagnostic à la conception de nouveaux modèles, associée à nos logiciels . d’aide à la décision et à notre pôle « communication et pilotage » nous permettent d’accompagner nos clients dans la mise en oeuvre des dispositifs jusqu’au calcul précis et exhaustif des primes, analyses et tableaux de bords associés. www.primeum.com

→Trouvez vos prospects grâce au 1er réseau communautaire du développement commercial

logo salezeo

Salezeo est un logiciel SaaS qui permet d’améliorer la productivité et l’efficacité de la prospection commerciale. L’innovation de notre solution repose sur l’association d’un CRM et d’une base de données B2B collaborative de plus de 750 000 contacts. Cette base de données est construite par une communauté d’utilisateurs de plus de 10 000 membres qui échangent et mettent à jour les contacts professionnels. Nous la vérifions et l’enrichissons automatiquement avec de l’information économique et sociale collectée sur le web. Grâce à Salezeo, les commerciaux démarchent les prospects en fonction de leurs besoins et de leur actualité. La qualité et l’efficacité de la prospection s’en trouvent décuplées www.salezeo.com

→eGeo est une solution cloud développée par Siliga. eGeo, l’intelligence géographique – maîtrisez la  géographie pour vendre mieux.

egeo Siliga développe et met en place des ERP agiles tels que eGeo : maîtrisez la  géographie pour vendre mieux. eGeo est une application cloud qui vous permet  de visualiser, analyser et exploiter  géographiquement vos données pour améliorer  votre performance opérationnelle.  Les caractéristiques de notre solution sont : une technologie unique de  visualisation de vos données,  une utilisation intuitive, des simulations avec  des résultats en temps réel et une rapidité de mise en place. Sous eGeo, soit vous pouvez utiliser vos propres données, soit nous pouvons mettre à disposition différentes bases de donnéesà travers le service eGeo data. www.siliga-egeo.com
 

→Faites de votre signature email un vrai relais de communication et de croissance! 

logo tikilabsTiki Sign est LA signature professionnelle qui génère des leads et des ventes aditionnelles en communiquant en permanence le bon message avec la bonne charte graphique par canal de confiance: vos collaborateurs. Elle vous permet non seulement de booster votre visibilité mais également de remonter dans les résultats Google. Résultats : 20% de clics à la 1ere vue soit 10 fois plus qu’une signature classique.www.tikimee-signaturecard.com

→Webmecanik: le logiciel d’automatisation de la relation client

La société Ikalia propose Webmecanik, une solution de Marketing Automation en mode SaaS qui coordonne enfin marketing et commerciaux. Webmecanik est un outil de segmentation qui permet d’automatiser, de façon extrêmement intelligente, les scénarios de conversation entre l’entreprise et ses cibles et ainsi, de maximiser le ROI de chaque action. 
• www.webmecanik.com


 

JuanHernandezJUAN HERNANDEZ, Cofondateur de L’Accélérateur

Créé en 2012 à Paris, l’objectif était de fonder le "Y Combinator" français.

Y Combinator est une entreprise américaine de financement précoce de startups, créée en mars 2005. (Y Combinator fournit un capital d’amorçage, des conseils et des mises en relation au cours de deux programmes annuels de 3 mois. En échange Y Combinator prend en moyenne 6 % des capitaux de la société).

FONCTIONNEMENT DE L’ACCÉLÉRATEUR

Programme d’accélération intense de 4 mois, « à volonté », à l’issue duquel l’entreprise accélérée pourra « pitcher » devant des investisseurs, l’idée étant de boucler leur 1er tour de table à la fin de cette période d’accélération. L’accompagnement ne concerne pas la mise en commun de moyens, ou de locaux (comme dans les autres incubateurs), mais des conseils sur l’amélioration du business, sur la posture entrepreneuriale, la stratégie de financement et la levée de fonds. Les dirigeants de l’Accélérateur sont dédiés 100% à cette activité, ce ne sont pas des mentors qui font ça en plus d’une activité annexe.

Investissement de 10K

Soutenu par 4 Venture Capitalists : OTC, Partech, Isai (Jean-David Chamboredon), Jaina

CRITÈRES DE SÉLECTION

  • Plutôt des projets numériques
  • Au moins une équipe de 2 personnes
  • Projet déjà bien avancé, arrivé à maturité idéale pour levée de fonds

L’Accélérateur a déjà accompagné 18 sociétés, avant tout situées à Paris, pour des raisons de proximité. La liste : http://www.laccelerateur.net/liste-startups-de-l-accelerateur

But : jusqu’à une centaine d’entreprises dans les 5 années à venir (soit 20 à 24 par an).

 

Publié dans Résumés émissions Business Club de France

Les bonnes recettes de Marlette, dans le prochain Business Club de France! (rediffusion)

REDIFFUSION Dans le Business Club de France sur BFM Business Radio

Diffusion Sam 16/8/14 à 7h | Dim 17/8/14 à 15h

Au sommaire :

Talk 1 : Le radiateur-ordinateur de Qarnot

Talk 2 : Marlette: les kits de pâtisserie bio… qui se vendent comme des petits pains!

Talk 3: Reportage | Lafourchette.com

Talk 3 & 4 : Dossier : L’innovation commerciale par les nouvelles technologies. Inventer de nouveaux business, améliorer ses méthodes de vente

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

_______________________________

TALK 2 : MARLETTE, avec SCARLETTE JOUBERT, cofondatrice

Les soeurs Joubert ont fondé Marlette, fabricant de kits de cuisine bio charentais, en 2010. Trois ans plus tard, leurs préparations sont distribuées dans plus de 200 points de vente en France et à l’étranger.

CHIFFRES CLÉS

Date de création: 2010

Lieu: Le-Bois-Plage-en-Ré (Charentes-Maritimes)

CA 2013: 650 000 € – objectif 2015: 1,5 – 2 millions

Effectif: 7

Repérées par Charles Beigbeder, les deux soeurs Margot et Scarlette Joubert, 32 et 28 ans, commercialisent des préparations pour pains et gâteaux qui font fureur. Retour sur un succès fulgurant.

L’une est brune, l’autre blonde. Les deux soeurs Joubert, Margot et Scarlette, ont grandi sur l’île de Ré, où leur père dirigeait le chantier naval familial. L’aînée, discrète, est ingénieur agronome. La cadette, bouillonnante d’idées, est titulaire d’une licence en management hôtelier. Très différentes mais complémentaires, elles ont toujours été gourmandes et passionnées de cuisine. En 2009, de retour d’une visite dans une ferme voisine, elles élaborent des petits pains à la figue et à l’abricot, des fondants au chocolat, des blinis au sarrasin… Le tout à base de farine locale et de fleur de sel de l’île de Ré. Elles mettent au point douze recettes et décident de lancer leur marque : ce sera Marlette, conjugaison de leurs deux prénoms.

En guise de capital de départ, le conseil général de Charente-Maritime, qui finance le développement d’entreprises avec l’incubateur départemental, leur avance 10 000 euros. « De quoi acheter la farine et les matières premières, confectionner le packaging, faire les étiquettes… », déclare la plus jeune des soeurs, Scarlette. En avril 2010, elles déposent les statuts de leur entreprise et reçoivent une nouvelle aide de 10 000 euros. « Nous avons alors décidé de monter notre atelier de production : nous avons acheté une bétonnière de maçonnerie, à l’intérieur de laquelle on a posé un revêtement alimentaire. Rien de tel pour mélanger la farine, le chocolat… »

Les 50 000 premiers sachets sont confectionnés à la main, « avec des petites cuillères ». L’effet boule de neige continue. La marque remporte un appel à projets lancé par la région et gagne 20 000 euros. C’est le grand saut : les deux soeurs achètent alors une vraie mélangeuse, une ensacheuse et organisent leur atelier en face de l’île de Ré, à L’Houmeau, avec un hangar et un coin boutique.

Les succès commerciaux s’enchaînent. Repérées au Salon des saveurs, à Paris, où elles étaient venues présenter leur gamme de recettes, les deux soeurs parviennent à séduire la centrale d’achat de La Grande Épicerie de Paris, puis la Ferme de Gally. Il y a quelques mois, elles signent un contrat de distribution avec les Galeries Lafayette. L’essor est fulgurant. La marque est aujourd’hui présente dans 250 points de vente à travers la France et prend pied à l’étranger. Au Royaume-Uni, elle est distribuée par Marks & Spencer et à New York par ABC, l’équivalent de Conran Shop. En décembre, Marlette ouvrira sa première boutique en propre à Paris, rue des Martyrs. « Ce sera un café-boutique, où on pourra déguster nos gâteaux à la carte et-ou acheter nos produits. » Les deux soeurs se partagent les tâches. Margot, dont le mari a rejoint le chantier naval de l’île de Ré, s’occupe de la gestion et de la fabrication, à L’Houmeau. L’atelier produit désormais 1 000 sachets par jour de préparations salées ou sucrées, croquantes ou fondantes, avec ou sans gluten. Scarlette vit à Paris et gère le développement commercial et le marketing.

Cette année, la marque réalisera un chiffre d’affaires de 650 000 euros. L’objectif est de dépasser les 2 millions d’euros en 2015, en se diversifiant. « Nous voulons conserver notre spécificité régionale, mais devenir une marque de pâtisserie à part entière : vendre du bon beurre à la coupe jusqu’aux moules à gâteau nouvelle tendance », assure Scarlette.

En avril, la marque a reçu le grand prix du jury du Moovjee (Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs). Le 23 septembre, Scarlette était reçue à l’Élysée par François Hollande avec douze autres jeunes créateurs d’entreprise. « J’ai dit au président que le problème des entrepreneurs, ce n’est pas d’être innovants. C’est d’être soutenus. Nous avons eu la chance de l’être par le département de Charente-Maritime, qui nous a conseillées jusqu’à notre première levée de fonds. »

Pour accompagner la croissance de Marlette, les deux soeurs ont accueilli au capital la société Orientis, propriétaire de Kusmi Tea, à hauteur de 20 %, et le fonds Audacia, dirigé par Charles Beigbeder, à hauteur de 10 %, les deux soeurs gardant 65 % des parts. « Nous avons été marqués par la personnalité des fondatrices et par l’identité forte de leurs produits et de leur entreprise. Nous sommes également convaincus par le secteur, par le positionnement affiché haut de gamme très qualitatif et par la production en France », indique Alexis Dyèvre, directeur général d’Audacia. De quoi parier que petite Marlette deviendra grande.

Article complet sur Valeurs actuelles

 

Publié dans Résumés émissions Business Club de France

Qarnot invente le radiateur numérique! Dans le prochain Business Club de France (REDIF.)

REDIFFUSION Dans le Business Club de France sur BFM Business Radio

Diffusion  Sam 16/8/14 à 7h | Dim 17/8/14 à 15h

Au sommaire :

Talk 1 : Le radiateur-ordinateur de Qarnot

Talk 2 : Marlette: les kits de pâtisserie bio… qui se vendent comme des petits pains!

Talk 3: Reportage | Lafourchette.com

Talk 3 & 4 : Dossier : L’innovation commerciale par les nouvelles technologies. Inventer de nouveaux business, améliorer ses méthodes de vente

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

_______________________________

TALK 1: QARNOT, avec PAUL BENOÎT, président fondateur

Utiliser la chaleur dégagée par les processeurs des ordinateurs pour se chauffer, il fallait y penser! C’est ce qu’a fait Qarnot en créant le Q.Rad, véritable radiateur numérique. Créée en 2010, l’entreprise compte aujourd’hui une vingtaine de salariés.

"Le concept est simple : les résistances du radiateur sont remplacées par des ordinateurs réduits à leur plus simple expression, c’est-à-dire essentiellement des processeurs capables d’effectuer des calculs. L’utilisateur branche le radiateur sur une prise Internet et règle le thermostat à la température souhaitée. Qarnot computing envoie des calculs à effectuer pour atteindre puis maintenir cette température.

La société vend cette puissance de traitement à des entreprises. « Cela leur revient moins cher que lorsqu’elles font appel à un data center puisqu’il n’y a pas de data center à construire, à alimenter enénergie, à gérer, à refroidir. De plus, cela produit de la chaleur gratuitement », explique Paul Benoit. La plate-forme Qarnot computing fonctionne tout au long de l’année. S’il fait très froid et que la demande de calcul ne suffit pas, la société met sa puissance de traitement gratuitement au service de réseaux associatifs ou propose à des chercheurs d’utiliser ses ressources. Quand le temps se réchauffe, les habitants peuvent passer en mode « basse consommation » ou couper leurs radiateurs. La part d’électricité générée par les radiateurs dans la facture EDF est remboursée par l’entreprise".

Ordinateur-Radiateur-Qarnot-computing

L’offre de Qarnot Computing est “environ quatre fois moins chère que celle de la concurrence”, assure le chef d’entreprise. Paul Benoit ne veut pas, pour l’instant, “vendre les radiateurs directement au public malgré le nombre de mails que je reçois en ce sens”. Le prix des Q.rad – qu’il refuse de révéler – serait jugé exorbitant : “ce sont tout de même des radiateurs qui contiennent l’équivalent de quatre ordinateurs très puissants”. Il ne ferme cependant pas définitivement la porte à une distribution future des Q.rad en magasin. Mais avant cela, la jeune start-up doit avoir les reins financiers plus solides et avoir suffisamment de clients pour se permettre soit de vendre les radiateurs à perte soit de les louer à des prix raisonnables.

(Article complet ici)

 

Publié dans Entreprises Innovantes, Programmes
L’ÉMISSION SUR BFM
ILS NOUS SUIVENT ET VOUS ?

Bienvenue. Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel. Merci de votre fidélité.

Rejoignez 2 595 autres abonnés

ARCHIVES
POWERED BY
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 595 autres abonnés

%d bloggers like this: